La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lindustrie bovine de demain Par Christine Dion, agr. Guy Lapointe, agr. Ministère de lAgriculture, des Pêcheries et de lAlimentation du Québec.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lindustrie bovine de demain Par Christine Dion, agr. Guy Lapointe, agr. Ministère de lAgriculture, des Pêcheries et de lAlimentation du Québec."— Transcription de la présentation:

1 Lindustrie bovine de demain Par Christine Dion, agr. Guy Lapointe, agr. Ministère de lAgriculture, des Pêcheries et de lAlimentation du Québec

2 L INDUSTRIE BOVINE DANS LES 20 DERNIÈRES ANNÉES n Industrie cyclique (~10-12 ans) n Chaque baisse de prix est suivie dune diminution du cheptel (vice et versa) n Baisse de prix importante au début des années 1980 (Canada < États-Unis) n Baisse continuelle par la suite en $ constants

3 Prix du bœuf au détail catégorie « choice » en $ constants (CPI, =100), Source : Wayne D. Purcell, Research Institute on Livestock Pricing

4 Évolution de la consommation de boeuf n Consommation liée au prix n Consommation qui diminue quand les prix augmentent et vice-versa n Diminution constante de la consommation depuis le milieu des années 1980, sans égard au prix

5 Consommation per capita et prix du bœuf « choice » en $ constant (CPI, =100), Source : Wayne D. Purcell, Research Institute on Livestock Pricing

6 Consommation (suite) n La viande bovine daujourdhui ne répond plus aux besoins des consommateurs qui recherchent : –une viande maigre –viande tendre et savoureuse –facilité de préparation –constance et régularité dans lapprovisionnement

7 Lindustrie bovine aujourdhui n Ne sest pas adaptée aux besoins des consommateurs comme le poulet et le porc n Contraintes plus grandes que dans le porc et le poulet dues à lanimal lui-même : –longue gestation –croissance lente –taux de conversion plus élevé

8 Réactions des producteurs américains n Chercher un marché de niche : –Angus Beef, Wyoming Lean Beef, Grass Beef, Nature Beef, bœuf style Kobé... n Créer des alliances (contrats et autres) avec les abattoirs (~20 % des bouvillons abattus)

9 Au Québec n Cloisonnement des maillons de la chaîne de lindustrie bovine consommateur s Détaillants Transformateurs Parquets engraisseme nt Producteurs vache/veau

10 Que connaissons-nous des besoins de ceux qui consomment nos bovins? Que connaissons-nous des besoins de ceux qui consomment nos bovins? n Veulent-ils savoir si nos animaux ont eu des hormones ? n Nos élevages sont-ils respectueux de lenvironnement ? n Est-ce que la viande provient daliments modifiés génétiquement ? n Sont-ils satisfait de leur achat ?

11 Consommation per capita versus prix du bœuf en $ constant (CPI, 82-84=100), Source : Wayne D. Purcell, Research Institute on Livestock Pricing

12 Quest-ce que labattoir ne connaît pas de la viande quil achète? n La génétique de lanimal n Lâge de lanimal n Les conditions délevage.

13 Comment labattoir peut-il réduire ses coûts de production ?

14 Coûts/Tête pour différents ratios dabattage et de découpe % dutilisation de la capacité physique de lusine Abattage et découpe coûts/tête $ $ $ $ $ $ $ $ $ Source : Wayne D. Purcell, Research Institute on Livestock Pricing

15 Selon Peter Hatzis de Better Beef Limited n Les producteurs de bovins doivent se considérer comme des producteurs de viande n Les animaux du Québec et de lOntario sont de très bonne qualité génétique

16 Selon Peter Hatzis de Better Beef Limited n Les bouvillons sont le plus performant entre 550 et 900 livres n À partir de 900 livres, il faut une ration haute en énergie n Les producteurs vache-veau doivent utiliser des taureaux améliorateurs

17 Les abattoirs indiquent leurs besoins lors de lachat n Les parquets sont continuellement informés des besoins de leurs clients –les bouvillons sont classés

18 Persillage des carcasses QuébecOntario Ouest canadien

19 Quest-ce que le parquet dengraissement ne connaît pas de la viande quil produit ? n Lâge du veau n La génétique des veaux n Les traitements reçus

20 Les parquets indiquent leurs besoins lors de lachat n Mais vous vendez votre production généralement une seule fois par année –Évaluation rapide par un humain –Évaluation rapide par un humain –Vaches encore gestantes avec le même taureau

21 Parquets dengraissement n Achat danimaux qui répondent aux besoins de labattoir

22 Comment les parquets dengraissement peuvent diminuer leurs coûts de production? n Payer les veaux moins chers n Diminuer les coûts dalimentation n Diminuer les coûts de production n Augmenter le volume de production

23 Période optimale de vente

24 Comme producteur vache-veau est-ce que je produis une viande de qualité ? n Mes taureaux produisent-ils de bonnes carcasses? n Quelle est la performance de mes veaux en engraissement?

25 Comme producteur vache-veau est-ce que je produis une viande de qualité ? n Quelle est la classification de mes veaux à labattoir ? n Est-ce que ma viande est adéquate pour le consommateur ? n Quelles sont les tendances de consommation de viande ?

26 Quelles sont vos alternatives comme producteur vache-veau ? n Dutiliser les outils marketing disponibles n Échange dinformation avec les intervenants

27 Solutions pour améliorer les performances de lindustrie bovine 1 Diminuer les coûts de production 2 Produire ce que veut le consommateur 3 Échanger linformation entre les « silos » en utilisant les outils existants (PATBQ, Étiquettes ASRA, filière bœuf...)

28 Quels sont ces outils ? n Programme danalyse des troupeaux de boucherie du Québec (PATBQ) n Inscrire toutes vos données des troupeaux au PATBQ (carnet de troupeau) n Acheter des étiquettes de lASRA pour le régime bouvillon

29 Quels sont ces outils ? n Étiquettes de lASRA pour le régime bouvillon –Plus de 7000 livres de viande (plus de 538 livres) = éligible à lASRA –Possibilité dobtenir des données sur les carcasses de vos animaux

30 Lévaluation des taureaux n E.P.D. carcasse n Permet de négocier le prix de vente de vos veaux

31 Comment diminuer vos coûts de production ? n Augmenter le volume de production –Plus de vaches –Veaux plus gros (viser 850 livres) n Optimaliser les coûts de production n Diminuer les coûts de production –Travaux à forfait

32 Conclusion n Effet positif sur les prix payés aux producteurs n Diminution du prix de la viande pour les consommateurs n Les changements seront graduels mais importants dans la commercialisation des bovins à tous les niveaux

33 Ne soyez pas victimes du syndrome de la grenouille dans leau bouillante


Télécharger ppt "Lindustrie bovine de demain Par Christine Dion, agr. Guy Lapointe, agr. Ministère de lAgriculture, des Pêcheries et de lAlimentation du Québec."

Présentations similaires


Annonces Google