La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA MACROECONOMIE DE KEYNES 1 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA MACROECONOMIE DE KEYNES 1 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes."— Transcription de la présentation:

1 LA MACROECONOMIE DE KEYNES 1 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes

2 2 John Meynard Keynes (1883 – 1946) Héritage familial et formation Milieu intellectuel Groupe de Bloomsbury Echec au concours du Trésor – administration coloniale (Inde) Diversité des expériences Enseignant (Circle) Journaliste – Chroniqueur Conseiller gouvernement administration Spéculateur

3 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 3 Formation progressive de la pensée Elève de Marshall « Conséquences Economiques de la Paix » Opposition au Trésor Traité sur la monnaie (1930) Théorie Générale (1936) Pensée difficile à synthétiser

4 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 4 Dimension critique de la pensée de Keynes Mais question de la portée de la critique 1- Remise en cause de la vision classique fondée sur léquilibre avec logique pragmatique : comment répondre à une récession majeure ? "ceux qui croient que [le système économique] a une tendance inhérente vers l'ajustement automatique, si on n'interfère pas avec lui, et si l'action du changement et de la chance n'est pas trop rapide et " ceux qui rejettent l'idée selon laquelle le système économique actuel s'ajuste automatiquement d'une manière significative. Ils croient que l'échec de la demande effective à rejoindre toutes les potentialités de l'offre, en dépit du fait que la demande psychologique humaine est très loin d'être satisfaite pour la vaste majorité des individus, est dû à des causes beaucoup plus fondamentales." 2- Critique beaucoup plus fondamentale du modèle classique et vision nouvelle de léconomie fondée sur le déséquilibre et lincertitude

5 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 5 1- La critique de la théorie classique Économistes classiques pour Keynes : ceux qui acceptent la loi de Say 1.1 – La critique de la conception classique du marché du travail Remise en cause de lanalyse classique du marché du travail (auteur de base : A. C. Pigou) Salaires et niveau de lemploi sont déterminés par confrontation de loffre et de la demande sur un marché concurrentiel avec fluctuation du prix

6 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 6 Critique de la détermination de loffre de travail Conception classique : offre de travail déterminée par une analyse coût avantage mettant en relation salaire réel et désutilité du travail Double critique : Critique secondaire : phénomène dillusion monétaire Critique essentielle : faille logique dans le raisonnement : salaire réel dépend du niveau des prix lors de la dépense donc après la production alors que loffre de travail est antérieure à la production Remise en cause du sens de la courbe doffre de travail

7 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 7 Attitude plus ambivalente face à la question de la demande de travail Acceptation implicite de la logique néo-classique dans la Théorie Générale Un accroissement de lemploi ne peut, en général, se produire sans être accompagné dune diminution des salaires réels. Nous ne contestons pas cette loi primordiale quà juste titre les économistes classiques ont déclaré inattaquable Remise en cause ultérieure

8 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 8 Implication de lanalyse de Keynes en termes de politique de lemploi Rejet des prescriptions de type déflationniste "Tout le monde demeure d'accord sur ce qu'en l'état de concurrence parfaite, une baisse du taux des salaires en monnaie par rapport aux autres prix en monnaie - ce qui implique une baisse des salaires réels - doit rendre pour les employeurs l'embauchage de main-d'œuvre avantageux, et vice-versa." Arthur Cecil Pigou - La théorie du chômage "Une baisse des salaires réels, due à la hausse des prix non accompagnée dune hausse des salaires nominaux, ne fait pas baisser, en règle générale, loffre de main-d'œuvre dont on dispose au salaire courant au-dessous de la quantité effectivement employée avant la hausse des prix. Supposer quune hausse des prix puisse avoir ce résultat, cest supposer que toutes les personnes actuellement dépourvues demploi, quoique désireuses de travailler au salaire courant cesseraient doffrir leurs services en cas dune hausse même limitée du coût de la vie. Cest sur cette étrange proposition que la Théorie du chômage du Professeur Pigou paraît reposer et cest elle quadmettent implicitement tous les membres de lécole orthodoxe." John Meynard Keynes - Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie

9 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 9 Question de la détermination du volume de lemploi si le marché du travail ne le permet pas Emploi lié à la demande, plus précisément aux anticipations de demande (voir suite du chapitre) Question de la détermination du salaire Niveau de salaire lié à des négociations Négociations ne sont pas continues mais se font à intervalles réguliers (donc relative rigidité des salaires)

10 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes – La critique de la loi de Say Analyse de Say "Lorsque le dernier producteur a terminé un produit, son plus grand désir est de le vendre, pour que la valeur de ce produit ne chôme pas entre ses mains. Mais il nest pas moins empressé de se défaire de largent que lui procure sa vente pour que la valeur de largent ne chôme pas non plus. Or, on ne peut se défaire de son argent quen demandant à acheter un produit quelconque. » Equilibre macroéconomique est réalisé pour tout niveau de production, lié à un niveau de lemploi déterminé sur le marché du travail "La totalité des coûts de production doit nécessairement être dépensée pour acheter, au niveau agrégé, directement ou indirectement, la totalité du produit. » J. M. Keynes

11 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 11 Loi de Say entraîne légalité de lépargne et de linvestissement « ne tout temps » : épargne est une consommation différée Rôle du marché des fonds prêtables pour réaliser lajustement épargne - investissement Critique fondamentale de Keynes : épargne est la renonciation à une consommation courante donc lépargne est dépressionniste " Un acte dépargne individuelle signifie, pour ainsi dire, une décision de ne pas dîner aujourdhui. Mais il nimplique pas nécessairement la décision de prendre ce dîner ou dacheter une paire de chaussure une semaine ou une année plus tard, ou de consommer un bien donné à une date donnée. Il déprime donc lactivité économique consistant à préparer le dîner daujourdhui sans stimuler lactivité pourvoyant à quelque acte futur de consommation. Il ninduit pas la substitution dune demande de consommation future à une demande de consommation présente, il induit une diminution nette de cette demande présente."

12 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 12 Chez Keynes, lépargne nest pas déterminée par le taux dintérêt mais représente une catégorie résiduelle Ajustement épargne – investissement nest pas automatique Expansion de linvestissement génère une épargne supplémentaire (impact de la hausse du revenu) Pour Keynes, le fonctionnement de léconomie ne débouche pas sur le plein emploi

13 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes Les points essentiels de lanalyse de Keynes Raisonnement keynésien est fondamentalement de court terme : Recherche de la détermination du niveau du revenu Ajustement se fait fondamentalement par les quantités, compte tenu de la rigidité des prix (constat fondé sur lexpérience empirique) Raisonnement directement macroéconomique

14 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes – Une économie de lincertitude Incertitude est une caractéristique fondamentale du fonctionnement de léconomie "J'accuse la théorie économique classique d'être elle-même l'une de ces techniques polies et délicates qui essaient de traiter avec le présent en faisant abstraction du fait que nous connaissons très peu de chose à propos du futur" Distinction de deux catégories dincertitude : Incertitude « probabilisable » et incertitude « vraie » (ou radicale)

15 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 15 Dans un contexte dincertitude, les décisions ne se fondent pas sur un calcul rationnel Incertitude peut se nourrir et sautoentretenir (spéculation sur les marchés financiers : concours de beauté) Deux grandes applications de la logique de lincertitude : Question de la monnaie Déterminants de linvestissement

16 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 16 Déterminants de linvestissement chez Keynes (réflexion complexe) I = I(r) + Io Référence à lEfficacité Marginale du Capital (EMC) : lefficacité marginale du capital est définie comme "le taux descompte qui sapplique à la série dannuités constituée par les rendements escomptés du capital pendant son existence entière et qui rend la valeur actuelle de ces annuités égale au prix doffre de ce capital. » Attention : ne pas confondre EMC (anticipée et exprimée sous forme monétaire) et productivité marginale du capital (constatée et exprimée en termes réels)

17 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 17 Composante autonome de linvestissement est liée aux anticipations des producteurs [les décisions des entrepreneurs] "ne peuvent pour la plupart être prises que sous la poussée d'un dynamisme naturel – d'un besoin spontané d'agir plutôt que de ne rien faire – et non en conséquence d'une moyenne pondérée de bénéfices quantitatifs multipliés par des probabilités qualitatives (…) Lorsqu'on évalue les perspectives de l'investissement, il faut donc tenir compte des nerfs et des humeurs, des digestions même et des réactions au climat des personnes dont l'activité spontanée les gouverne en grande partie. » Distinction entre des anticipations de court terme (relativement stables – chapitre 5) et des anticipations de plus long terme beaucoup plus incertaines (chapitre 12) Analyse de linvestissement apparaît composite et met laccent sur linstabilité de linvestissement

18 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes – Une économie monétaire Évolution de la pensée de Keynes dans le domaine monétaire : quantitativiste puis évolution (influence de Wicksell) Analyse des motifs de détention de la monnaie - Motif de transaction - Motif de précaution (introduction du principe dincertitude mais lien avec le niveau de revenu)

19 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 19 Motif de spéculation lié à la préférence pour la liquidité "La possession de monnaie apaise notre inquiétude ; et la prime que nous exigeons pour nous dessaisir de la monnaie est la mesure de notre inquiétude. » Taux dintérêt est alors un phénomène monétaire et non réel "Ainsi le taux dintérêt à tout moment, étant la récompense pour renoncer à la liquidité, mesure la répugnance des personnes qui possèdent la monnaie à renoncer à leur pouvoir inconditionnel den posséder. Le taux dintérêt nest pas le « prix » qui amène à séquilibrer la demande de ressources à investir et le consentement à sabstenir de consommations immédiates. » Demande de monnaie de spéculation varie en fonction inverse du taux dintérêt (importance du taux dintérêt conventionnel)

20 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 20 Md = f( Y, r, Am) Détermination du taux dintérêt O. de monnaie (exogène) D. de monnaie Q de monnaie Tx dintérêt Io I1I1 Interrogations sur le caractère circulaire du raisonnement

21 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 21 "Une économie monétaire est essentiellement une économie où la variation des vues sur l'avenir peut influer sur le niveau actuel de l'emploi."

22 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes – Une économie de la demande Demande de bien anticipée dans une période détermine le niveau de la production Renversement du lien classique entre offre et revenu avec impact sur la détermination de lemploi Emploi est fixé afin de réaliser lactivité prévue par les entrepreneurs sans garantie quil sagisse du niveau de plein emploi

23 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes Peut-on modéliser la pensée de Keynes ? 3.1 – Demande effective et emploi Principe de la demande effective pour Keynes (Ch. 3) : Le niveau de lemploi (N) se fixe au point où la courbe de Demande anticipée (Da) par les employeurs coupe la courbe dOffre Globale (Z) Demande effective correspond au point dintersection de Da et de Z Soit Z le prix de l'offre globale du volume de production qui correspond à l'emploi de N personnes ; la relation entre Z et N, que nous appellerons la Fonction ou Courbe de l'Offre Globale, étant représentée par. De même, soit D le « produit » que les entrepreneurs espèrent tirer de l'emploi de N personnes ; la relation entre D et N, que nous appellerons la Fonction ou Courbe de la Demande Globale, étant représentée par D = ƒ(N). Ceci étant, si pour un certain volume de l'emploi N le « produit » attendu est supérieur au prix de l'offre globale, c'est-à-dire si D est supérieur à Z, il y aura un mobile qui incitera les entrepreneurs à accroître l'emploi et, s'il le faut, à élever les coûts en se disputant les uns aux autres les facteurs de production, jusqu'à ce que l'emploi ait atteint le volume qui rétablit l'égalité entre Z et D. Ainsi le volume de l'emploi est déterminé par le point d'intersection de la courbe de la demande globale et de la courbe de l'offre globale ; car c'est à ce point que la prévision de profit des entre­preneurs est maximum. Nous appellerons demande effective le montant du «produit » attendu D au point de la courbe de la demande globale où elle est coupée par celle de l'offre globale.

24 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 24 N DaZDaZ Da Z N1N1 Z1Z1 Da 1 Da* N*

25 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes – Composantes de la demande et activité économique : le diagramme à 45° Demande globale correspond à la somme des deux composantes consommation et investissement Yd = C + I Fonction de consommation keynésienne C = cY + b (avec b > 0 et 0

26 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 26 Yd Ys Condition déquilibre Ys = c (Yd) + I Dépenses autonomes

27 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 27 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 27 Yd Ys Condition déquilibre : Ys = Yd Ys = c (Yd) + I ΔG ΔY

28 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes – Le schéma macroéconomique keynésien Revenu des ménages Propension à consommer Demande de monnaie Offre de monnaie Anticipations des investisseurs Demande de biens de consommation Taux dintérêt Efficacité marginale du capital Demande effective Production Emploi Demande de biens dinvestissement

29 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes 29 Pensée de Keynes : critique de lexistence dun ajustement économique automatique et nécessité dune intervention publique pour permettre à léconomie de se rapprocher du plein emploi Question de la portée exacte de la remise en cause du modèle classique Importance de la monnaie et de lincertitude dans le fonctionnement de léconomie Devenir de la pensée de Keynes ?


Télécharger ppt "LA MACROECONOMIE DE KEYNES 1 Macroéconomie - Ch. 2 - La macroéconomie de Keynes."

Présentations similaires


Annonces Google