La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

JOURNÉE PRATIQUE AUTONOME 2012 Mot douverture, Mme Gaétane PETIT, T.S., présidente du comité de la pratique autonome Conférencière : Mme Rolande HÉBERT,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "JOURNÉE PRATIQUE AUTONOME 2012 Mot douverture, Mme Gaétane PETIT, T.S., présidente du comité de la pratique autonome Conférencière : Mme Rolande HÉBERT,"— Transcription de la présentation:

1

2 JOURNÉE PRATIQUE AUTONOME 2012 Mot douverture, Mme Gaétane PETIT, T.S., présidente du comité de la pratique autonome Conférencière : Mme Rolande HÉBERT, T.S., T.C.F. Panel: Mmes Marie-Philippe BOURGET, T.S., Julie BROUSSEAU, T.C.F., Linda BÉRUBÉ, T.S. Mise en situation; enjeux éthiques, Alain HÉBERT, T.S. Quiz déontologie, Richard SILVER, T.S., conseiller juridique, OTSTCFQ Pl 21 et la pratique autonome, M. Claude LEBLOND, T.S., président, OTSTCFQ

3 OURNÉE RATIQUE UTONOME PRÉSENTÉ PAR LORDRE DES TRAVAILLEURS SOCIAUX ET DES THÉRAPEUTES CONJUGAUX ET FAMILIAUX DU QUÉBEC EN COLLABORATION AVEC LE COMITÉ DE PRATIQUE AUTONOME

4 MOT DE BIENVENUE : Mme Gaétane PETIT, T.S., présidente du Comité de pratique autonome MOT DE BIENVENUE : Mme Gaétane PETIT, T.S., présidente du Comité de pratique autonome

5

6 CONFÉRENCIÈRE INVITÉE : Mme Rolande HÉBERT, T.S., T.C.F. CONFÉRENCIÈRE INVITÉE : Mme Rolande HÉBERT, T.S., T.C.F.

7 Profitez-en pour découvrir les ouvrages de nos auteurs invités… (au fond de la salle)

8

9 EXERCICE DE LA PRATIQUE AUTONOME : TÉMOIGNAGES PANÉLISTES INVITÉES : Marie-Philippe BOURGET, T.S. Julie BROUSSEAU, T.C.F. Linda BÉRUBÉ, T.S.

10

11

12 Accompagne la Gestion, la Recherche et lEnseignement Pour mieux vivre ensemble!

13 PÉRIODE DÉCHANGE AVEC LES PANÉLISTES

14 PAUSE DINER BON APPÉTIT! PAUSE DINER BON APPÉTIT! Prenez quelques minutes pour aller discuter avec nos auteurs invités!

15

16 ENJEUX ÉTHIQUES… MISE EN SITUATION PRÉSENTATEUR : Alain HÉBERT, T.S. Chargé daffaires professionnelles, OTSTCFQ

17 PLAN 1.Propos dintroduction sur léthique 2.Mise en situation – étude de cas cliniques 3.Remontée, constats, modèle délibératif et conclusion

18 Mise en contexte Les défis de la pratique professionnelle dans le contexte contemporain Lexercice du jugement professionnel en situation dintervention courante Des situations dintervention qui appellent une réflexion dordre éthique pour soutenir le jugement professionnel Lorsque les repères normatifs deviennent insuffisants pour déterminer lagir professionnel Lorsque la complexité et lincertitude sont au rendez- vous Lorsquun conflit de valeurs surgit dans les actions possibles

19 Léthique…Léthique… Éthique, morale et déontologie Des registres différents et complémentaires Léthique comme démarche de réflexion raisonnée Créer un espace pour passer du raisonnement spontané à la prise de décision éthique Léthique lorsquil y a dilemme éthique…

20 Dilemme éthique… Cette notion renferme deux composantes: le dilemme et sa relation à léthique. Un dilemme renvoie à lidée dalternative et de contradiction. La formulation du dilemme que nous retenons est celle qui oppose deux énoncés touchant laction envisagée dans la situation. (…) Un choix daction pose un dilemme éthique lorsque laction envisagée entraîne des conséquences à la fois positives et négatives sur soi, sur autrui et son environnement. Legaut, 1999

21 Dans ces situations… QUE feriez-VOUS?

22 Remontée…Remontée… Le dilemme La décision spontanée Les référents normatifs Les valeurs et les intérêts en jeu Les valeurs de référence Les pistes daction possibles Les conséquences prévisibles de laction Choisir, agir, assumer et porter sa décision

23 Processus méthodologique… 1)Prendre conscience de la situation Faits marquants, dilemme, décision spontanée, actions, conséquences, normes explicites et implicites 2)Clarifier les valeurs conflictuelles Valeurs, émotions, lien avec les conséquences, normes, valeurs professionnelles, conflit résiduel 3)Prendre une décision raisonnable Préséance dune valeur et choix daction(s) cohérent fondé sur un argumentaire construit 4)Établir un dialogue avec les personnes impliquées

24 Délibérer…Délibérer… Créer intentionnellement un espace de réflexion Prendre de la distance, ouvrir des possibles Chercher la cohérence, viser le mieux Arriver à un choix daction au terme de la réflexion Agir, communiquer, rendre compte de sa décision Minimiser les conséquences négatives sur autrui Assumer et porter sa décision…

25 En conclusion… Lexigence éthique Lexigence éthique Des compétences à développer Des compétences à développer Une responsabilité professionnelle et sociale Une responsabilité professionnelle et sociale Pour aller plus loin… Pour aller plus loin…

26 Références : OPTSQ (2007). Léthique et les travailleurs sociaux: éléments de réflexion et guide de délibération, 74 p. OPTSQ (2002). «Responsabilités et dilemmes éthiques», dans Intervention, no 117, 119 p. Legault, G.A. (2001). Professionnalisme et délibération éthique. Manuel daide à la décision responsable, Presses de lUniversité du Québec, 290 p.

27

28 UNE PRÉSENTATION DE : Me Richard SILVER, T.S., Conseiller juridique, OTSTCFQ UNE PRÉSENTATION DE : Me Richard SILVER, T.S., Conseiller juridique, OTSTCFQ DÉONTOLOGIE DÉONTOLOGIE VOS OBLIGATIONS EN TANT QUE PROFESSIONNELS EN PRATIQUE AUTONOME VOS OBLIGATIONS EN TANT QUE PROFESSIONNELS EN PRATIQUE AUTONOME

29 Pour faire la promotion de votre pratique, vous décidez de publier des annonces dans le journal du quartier. En tant que membre de lOrdre, vous devez conserver une copie de votre publicité pendant : 1 1 A.30 jours B.1 an C.5 ans D.Je ne suis pas tenu de conserver une de mes publicités

30 Pour faire la promotion de votre pratique, vous décidez de publier des annonces dans le journal du quartier. En tant que membre de lOrdre, vous devez conserver une copie de votre publicité pendant : RÉPONSE : C Article 5.09 du Code de déontologie des membres de lOrdre: Le membre doit conserver une copie intégrale de toute publicité dans sa forme dorigine pendant une période de 5 ans suivant la date de la dernière diffusion ou publication. 1 1

31 Quelle information ne peut être utilisée dans une publicité concernant vos services professionnels? A. Un témoignage dun client satisfait B. Le montant de mes honoraires C. La description détaillée des services offerts D. Aucune de ces réponses 2 2

32 Quelle information ne peut être utilisée dans une publicité concernant vos services professionnels? RÉPONSE : A Selon larticle 5.04 du Code de déontologie, le membre ne peut, dans sa publicité, utiliser ou permettre que soit utilisé un témoignage dappui ou de reconnaissance qui le concerne. 2 2

33 Avez-vous lobligation dafficher vos diplômes détudes dans le lieu où vous exercez? 3 3 A.OUI : raison : protection du client B.OUI : dans le bureau de consultation C.NON : pas dobligation, mais je peux le faire D.OUI : obligation dafficher mes diplômes ainsi que la lettre qui confirme mon adhésion à lOrdre

34 Avez-vous lobligation dafficher vos diplômes détudes dans le lieu où vous exercez? RÉPONSE : C Aucune disposition noblige le membre à afficher ses diplômes dans son lieu de travail. Il a toutefois lobligation dafficher son permis, à la vue du public. 3 3

35 Dans le cadre de votre pratique, vous acceptez des mandats dun programme daide aux employés (PAE), qui acquitte directement vos honoraires professionnels. Toutefois, le taux horaire du PAE est inférieur à votre taux horaire habituel. Vous souhaitez recevoir le plein montant. Que faites-vous? A.Jexige la différence au client directement B.Je demande au client sil accepte de me donner la différence C.Je ne peux pas demander la différence D.Je demande lautorisation du tiers et du client pour réclamer la différence 4 4

36 Dans le cadre de votre pratique, vous acceptez des mandats dun programme daide aux employés (PAE), qui acquitte directement vos honoraires professionnels. Toutefois, le taux horaire du PAE est inférieur à votre taux horaire habituel. Vous souhaitez recevoir le plein montant. Que faites-vous? RÉPONSE : D Larticle (b) du Code de déontologie stipule quil est dérogatoire à lhonneur et la dignité de la profession de réclamer une somme dargent pour un service professionnel dont le coût est assumé par un tiers à moins dune entente formelle entre le membre, le client et le tiers. Voir également larticle : Pour un service donné, le cas échéant, le membre accepte des honoraires dune seule source, sauf entente entre toutes les parties intéressées. 4 4

37 Votre client déménage dans une autre province canadienne. Il souhaite continuer ses consultations avec vous par téléphone, par Skype ou par courriel. Que faites-vous? A.Jai le droit de dispenser mes services professionnels partout au Canada B.Je dois être membre de lorganisme règlementaire de la province où réside mon client C.Je peux offrir mes services uniquement si jinforme lorganisme règlementaire de lautre province D.Je vérifie auprès de lorganisme de règlementation de lautre province la légalité de cet acte 5 5

38 Votre client déménage dans une autre province canadienne. Il souhaite continuer ses consultations avec vous par téléphone, par Skype ou par courriel. Que faites-vous? RÉPONSE : D Lexercice à distance soulève des préoccupations juridiques (…) En tant que T.S., nous vous recommandons de communiquer avec lorganisme de règlementation de la province pour vérifier sil est possible dexercer en pleine légalité. La profession de T.C.F. nest pas réglementée ailleurs au Canada. Lexercice de la profession et lutilisation du titre de T.C.F. ne présentent pas les mêmes enjeux au plan professionnel. 5 5

39 Vous travaillez dans un établissement du réseau SSS ET à votre compte. Létablissement nest pas en mesure de dispenser les services dont le client a besoin, vous lui proposez donc une consultation dans le cadre de votre pratique privée. Un tel geste est acceptable : A.Si javise mon employeur par écrit B.Si je mets une note dans le dossier du client C.Ce geste nest pas acceptable D.Si jattends que la personne ne reçoive plus des services de létablissement 6 6

40 Vous travaillez dans un établissement du réseau SSS ET à votre compte. Létablissement nest pas en mesure de dispenser les services dont le client a besoin, vous lui proposez donc une consultation dans le cadre de votre pratique privée. Un tel geste est acceptable : RÉPONSE : C Code de déontologie, art (k). Inciter un client à qui un membre rend des services professionnels, dans le cadre de sa pratique dans un organisme, à devenir son client en pratique privée constitue un acte dérogatoire à lhonneur et à la dignité de la profession. Voir aussi lart (a) : Inciter quelquun de façon pressante et répétée à recourir à ses services professionnels représente également un acte dérogatoire à lhonneur et à la dignité de la profession. 6 6

41 Votre client vous indique quaujourdhui sera votre dernière rencontre. Il est très satisfait de vos services et vous offre un rabais sur lachat de votre prochaine voiture. Vous avez justement besoin dun nouveau véhicule. Que faites-vous? A.Jaccepte; la relation professionnelle est terminée : il ny a pas de conflit dintérêts B.Je refuse; je ne dois accepter aucun avantage de la part dun client ou ancien client C.Jaccepte et mets une note au dossier à cet effet D.Je lui demande de faire le rabais à un ami; je ne suis pas à laise daccepter directement le rabais 7 7

42 Votre client vous indique quaujourdhui sera votre dernière rencontre. Il est très satisfait de vos services et vous offre un rabais sur lachat de votre prochaine voiture. Vous avez justement besoin dun nouveau véhicule. Que faites-vous? RÉPONSE : B Un membre sabstient de recevoir en plus de la rémunération à laquelle il a droit, tout avantage, ristourne ou commission relatifs à lexercice de sa profession (art du Code de déontologie). Sauf en ce qui concerne les honoraires, le membre ne contracte aucun lien économique avec son client (art ). 7 7

43 Le membre demande et accepte des honoraires justes et raisonnables, justifiés par les circonstances et proportionnels aux services rendus. Le membre tient notamment compte de quels facteurs pour la fixation des honoraires ? : A.Le temps consacré à lexécution du service professionnel B.La difficulté et limportance du service C.La prestation de services inhabituels ou exigeant une compétence ou une célérité exceptionnelles D.Tous ces éléments 8 8

44 Le membre demande et accepte des honoraires justes et raisonnables, justifiés par les circonstances et proportionnés aux services rendus. Le membre tient notamment compte de quels facteurs pour la fixation des honoraires : RÉPONSE : D Voir le Code de déontologie, art

45 Pour souligner votre statut professionnel, vous souhaitez reproduire le symbole graphique de lOrdre sur votre carte professionnelle. A.Je nai pas le droit de reproduire le logo B.Je peux le reproduire sans le modifier C.Jai besoin de lautorisation de lOrdre avant de reproduire le logo pour les fins de ma publicité D.Je peux reproduire le logo et choisir la couleur qui me convient 9 9

46 Pour souligner votre statut professionnel, vous souhaitez reproduire le symbole graphique de lOrdre sur votre carte professionnelle. RÉPONSE : B Lorsque le membre reproduit le symbole graphique de lOrdre pour les fins de sa publicité, il doit sassurer que ce symbole est conforme à loriginal détenu par le secrétaire de lOrdre (Code de déontologie, art. 6.02). 9 9

47 Vous constatez que vous risquez de vous trouver dans une situation de conflits dintérêts. Que faites-vous? A.Je dirige mon client vers un autre professionnel B.Je dirige mon client vers un autre professionnel uniquement si je me trouve dans une véritable situation de conflits dintérêts C.Je dois en informer mon client et lui demander sil mautorise à continuer mon mandat D.Je dirige mon client vers un autre professionnel uniquement si le conflit dintérêts ou le risque présente un enjeu financier 10

48 Vous constatez que vous risquez de vous trouver dans une situation de conflits dintérêts. Que faites-vous? RÉPONSE : C En vertu de larticle du Code de déontologie, le membre sauvegarde en tout temps son indépendance professionnelle et évite toute situation où il serait en conflit dintérêts. Sans restreindre la généralité de ce qui précède, le membre : a) est en conflit dintérêts, lorsque les intérêts en présence sont tels quil peut être porté à préférer certains dentre eux à ceux de son client ou que son jugement et sa loyauté envers celui-ci sont défavorablement affectés; b) nest pas indépendant comme conseiller pour un service donné sil y trouve un avantage personnel, direct ou indirect, actuel ou éventuel. 10

49 Votre client ne paie pas vos honoraires… A.Je demande à mon beau-frère dintervenir B.Je communique avec mon client par courriel et par téléphone. Si je ne reçois toujours pas le paiement : mise en demeure et demande en justice C.Jenvoie une note dhonoraires au client et ajoute des intérêts sur le compte en souffrance D.Je demande à mon fils daborder la situation avec le fils de mon client à leur école 11

50 Votre client ne paie pas vos honoraires… RÉPONSE : B Avant de recourir à des procédures judiciaires, le membre épuise les moyens raisonnables dont il dispose lui-même pour obtenir le paiement de ses honoraires (Code de déontologie, art ). Le membre perçoit des intérêts sur les comptes en souffrance seulement après avoir dûment avisé son client ( ). Un membre ne peut faire une demande en justice pour le recouvrement dun compte pour services professionnels avant lexpiration des 45 jours qui suivent la date de la réception du compte par le client (Règlement sur la procédure de conciliation et darbitrage des comptes des membres de lOrdre, art. 3) (suite…) 11

51 Votre client ne paie pas vos honoraires… RÉPONSE : B Lorsquun membre confie à une autre personne la perception de ses honoraires, il sassure dans la mesure du possible, que celle-ci procède avec tact et mesure ( ). Le membre ne doit pas révéler quune personne a fait appel à ses services à moins que la nature de la situation ou du problème en cause ne rende cette révélation nécessaire ou inévitable, dans ce cas, il en informe le client dès que possible ( ). 11

52 Vous exercez en centre hospitalier et décidez de lancer votre pratique autonome à temps partiel. Pour linstant, vous navez que deux clients et consacrez à peine quatre heures par semaine à votre pratique. Vous navez pas encore adhéré au régime dassurance de la responsabilité professionnelle de lOrdre. A.Ladhésion nest pas nécessaire parce que jexerce moins que dix heures par semaine B.Ladhésion nest pas nécessaire parce que jexerce la plupart de la semaine dans un établissement du réseau de la santé et des services sociaux C.Ladhésion nest pas nécessaire parce que je dispense des services à moins de cinq clients D.Aucune de ces réponses 12

53 Vous exercez en centre hospitalier et décidez de lancer votre pratique autonome à temps partiel. Pour linstant, vous navez que deux clients et consacrez à peine quatre heures par semaine à votre pratique. Vous navez pas encore adhéré au régime dassurance de la responsabilité professionnelle de lOrdre. RÉPONSE : D En vertu du Règlement sur lassurance de la responsabilité professionnelle des membres de lOrdre, le membre est obligé dadhérer au régime de lOrdre. Vous nêtes pas visé par une des exceptions prévues à larticle 2 du Règlement. Larticle 2, 3º du Règlement vise la personne qui est au service exclusif dun établissement du réseau. 12

54 Votre client vous informe quil souhaite mettre fin à votre relation professionnelle et consulter un autre professionnel. Vous êtes davis que votre client bénéficie de vos services et quil lui serait nuisible de construire à nouveau une relation de confiance avec un autre professionnel. A.Je tente de convaincre mon client de terminer le processus thérapeutique avec moi B.Je reconnais son droit de consulter un autre professionnel C.Je propose que mon client revienne pour deux autres séances en vue de mettre fin à notre travail D.Je mets fin immédiatement au rapport client- professionnel sans terminer la consultation 13

55 Votre client vous informe quil souhaite mettre fin à votre relation professionnelle et consulter un autre professionnel. Vous êtes davis que votre client bénéficie de vos services et quil lui serait nuisible de construire à nouveau une relation de confiance avec un autre professionnel. RÉPONSE : B Code de déontologie, art : Le membre reconnaît en tout temps le droit du client de consulter un autre travailleur social ou thérapeute conjugal, un membre dun autre ordre professionnel ou une autre personne compétente. 13

56 En tant que membre de lOrdre, vous devez conserver vos dossiers au moins ___ an(s) à compter de la date du dernier service rendu : A. 1 an B. 2 ans C. 3 ans D. 5 ans 14

57 En tant que membre de lOrdre, vous devez conserver vos dossiers au moins ___ an(s) à compter de la date du dernier service rendu : RÉPONSE : D Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation des membres de lOTSTCFQ, art

58 Noubliez pas de visiter la table de nos auteurs invités! (au fond de la salle)

59

60 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME UNE PRÉSENTATION DE Claude LEBLOND, T.S., PRÉSIDENT, OTSTCFQ

61 Modifie le Code des professions: nouveau partage des champs dexercice professionnels (santé mentale et des relations humaines) pour, notamment, psychologues, travailleurs sociaux, thérapeutes conjugaux et familiaux, conseillers dorientation et psychoéducateur. Établit pour certains professionnels une réserve dexercice pour des activités à risque de préjudice. Définit et encadre la pratique de la psychothérapie. Adopté en juin 2009… entrée en vigueur le 20 septembre 2012 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME

62 Risque de préjudice lorsque des activités: Ont un caractère irrémédiable Sont complexes Requièrent un haut degré de technicité Peuvent parfois être contre-indiquées Peuvent causer ou entraîner des complications Peuvent entraîner ou accentuer latteinte à lintégrité physique ou morale Comportent un potentiel dabus physique, émotif ou sexuel Peuvent causer ou entraîner des perturbations Peuvent causer ou entraîner la perte dun droit La formation liée au degré de complexité que comportent les activités, critère qui sous-tend que seules les personnes ayant les compétences pour accomplir une activité sont habilitées à le faire. LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME

63 Le champ dexercice des travailleurs sociaux: « Évaluer le fonctionnement social, déterminer un plan dintervention et en assurer la mise en œuvre ainsi que soutenir et rétablir le fonctionnement social de la personne en réciprocité avec son milieu dans le but de favoriser le développement optimal de lêtre humain en interaction avec son environnement ».

64 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Une finalité particulière La finalité de la pratique du travailleur social est latteinte dun équilibre entre les besoins dune personne ou dune collectivité et la capacité de lenvironnement à répondre à ces besoins. Le résultat poursuivi est de favoriser et de renforcer le pouvoir dagir des personnes dans leurs relations interpersonnelles, laccomplissement de leurs rôles sociaux et lexercice de leurs droits individuels et sociaux.

65 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Le champ dexercice des thérapeutes conjugaux et familiaux : « Évaluer la dynamique des systèmes relationnels des couples et des familles, déterminer un plan de traitement et dintervention ainsi que restaurer et améliorer les modes de communication dans le but de favoriser de meilleures relations conjugales et familiales chez lêtre humain en interaction avec son environnement ».

66 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Une finalité particulière Le thérapeute conjugal et familial intervient dans le but de favoriser de meilleures relations conjugales et familiales chez lindividu en interaction avec son environnement. Ces interventions restaurent et améliorent les modes de communication au sein des couples et des familles.

67 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Fait également partie de nos champs dexercice : « Linformation, la promotion de la santé et la prévention du suicide, de la maladie, des accidents et des problèmes sociaux auprès des individus, des familles et des collectivités font également partie de lexercice de la profession du membre dun ordre dans la mesure où elles sont reliées à ses activités professionnelles ».

68 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Les activités réservées aux travailleurs sociaux : a) évaluer une personne atteinte dun trouble mental ou neuropsychologique attesté par un diagnostic ou par une évaluation effectuée par un professionnel habilité b) évaluer une personne dans le cadre dune décision du Directeur de la protection de la jeunesse ou du tribunal en application de la Loi sur la protection de la jeunesse c) évaluer un adolescent dans le cadre dune décision du tribunal en application de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents

69 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME d)évaluer une personne en matière de garde denfants et de droits daccès e)évaluer une personne qui veut adopter un enfant f)procéder à lévaluation psychosociale dune personne dans le cadre des régimes de protection du majeur ou du mandat donné en prévision de linaptitude du mandant g)déterminer le plan dintervention pour une personne atteinte dun trouble mental ou présentant un risque suicidaire qui est hébergée dans une installation dun établissement qui exploite un centre de réadaptation pour les jeunes en difficulté dadaptation Les activités réservées aux travailleurs sociaux : RÉSERVE EXCLUSIVE

70 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME h)évaluer un enfant qui nest pas encore admissible à léducation préscolaire et qui présente des indices de retard de développement dans le but de déterminer des services de réadaptation et dadaptation répondant à ses besoins i)décider de lutilisation des mesures de contention (et disolement, article j) dans le cadre de lapplication de la Loi sur les services de santé et les services sociaux et de la Loi sur les services de santé et les services sociaux pour les autochtones cris Les activités réservées aux travailleurs sociaux :

71 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Les activités réservées aux thérapeutes conjugaux et familiaux : a)Évaluer une personne atteinte dun trouble mental ou neuropsychologique attesté par un diagnostic ou par une évaluation effectuée par un professionnel habilité; b)Évaluer une personne en matière de garde denfants et de droits daccès; c)Évaluer une personne qui veut adopter un enfant.

72 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME La définition de la psychothérapie : traitement psychologique trouble mental souffrancedétresse psychologique La psychothérapie est un traitement psychologique pour un trouble mental, pour des perturbations comportementales ou pour tout autre problème entraînant une souffrance ou une détresse psychologique qui a pour but de favoriser chez le client des changements significatifs dans son fonctionnement cognitif, émotionnel ou comportemental, dans son système interpersonnel, dans sa personnalité ou dans son état de santé. Ce traitement va au-delà dune aide visant à faire face aux difficultés courantes ou dun rapport de conseils ou de soutien.

73 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Lencadrement de la psychothérapie À lexception du médecin et du psychologue, nul ne peut exercer la psychothérapie (…) sil nest membre de lOrdre professionnel des conseillers dorientation et des psychoéducateurs, de lOrdre professionnel des ergothérapeutes, de lOrdre professionnel des infirmières ou de lOrdre professionnel des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec et sil nest titulaire du permis de psychothérapeute.

74 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Lobtention dun permis de psychothérapeute Conformément aux exigences de la Loi, les demandeurs de permis de pratique de psychothérapie doivent sadresser à lOrdre des psychologues du Québec.

75 La rencontre daccompagnement Lintervention de soutien Lintervention conjugale et familiale Léducation psychologique La réadaptation Le suivi clinique Le coaching Lintervention de crise Outre la psychothérapie il existe plusieurs autres types dintervention non réservées, mais tout aussi pertinentes … DES CRÉNEAUX DE PLUS EN PLUS EN DEMANDE ET QUI REPRÉSENTENT ÉNORMÉMENT DOPPORTUNITÉS DAFFAIRES

76 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Un avenir prometteur pour la thérapie conjugale et familiale la thérapie conjugale et familiale constitue de la psychothérapie liée aux couples et aux familles. formation universitaire en thérapie conjugale et familiale Les dispositions entourant la pratique de la psychothérapie ont permis détablir que la thérapie conjugale et familiale constitue de la psychothérapie liée aux couples et aux familles. Cette reconnaissance attendue et méritée, jumelée à la mise en œuvre prochaine dune formation universitaire en thérapie conjugale et familiale assureront la pérennité et lépanouissement de cette profession que nous avons accueilli au sein de notre ordre en 2001.

77 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME T.C.F. et médiation familiale Décision du ministère de la Justice en réponse à des demandes répétées de la part de lOTSTCFQ : Dès lentrée en vigueur du règlement, les T.C.F. pourront entreprendre les démarches nécessaires pour devenir médiateurs familiaux accrédités; Une opportunité supplémentaire qui contribuera à mieux faire connaître la profession; Les T.C.F. médiateurs familiaux accrédités apporteront au processus de médiation une contribution significative étant donné que les dimensions psychosociales ont beaucoup dimportance dès le début dune démarche de médiation familiale.

78 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Les services dispensés par des travailleurs sociaux dorénavant admissibles au crédit d'impôt pour frais médicaux Les personnes qui obtiennent des services cliniques de travailleurs sociaux peuvent désormais réclamer le coût de ces services par le biais du Crédit d'impôt pour frais médicaux (CIFM); Les T.S. reconnus comme professionnels de la santé; Le fédéral accorde un crédit d'impôt non remboursable; Les provinces accordent également des crédits; Cette mesure sajoute à lexemption de la TPS et de la TVQ.

79 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Perspectives davenir: défis, opportunités… La modernisation des pratiques professionnelles en santé mentale et en relations humaines; la mise à jour de nos champs dexercice; les activités réservées à nos deux professions et qui nous sont exclusives dans nos champs de compétences; lencadrement de la psychothérapie… On débute un nouveau chapitre pour nos deux professions… Nouveaux défis, nouvelles opportunités.

80 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Perspectives davenir: défis, opportunités… De tels changements nécessitent une période dadaptation; beaucoup de questions sont encore sans réponses; FIERTÉ Nous devons retrouver cette FIERTÉ dêtre ce que nous sommes: des travailleurs sociaux des thérapeutes conjugaux et familiaux. Dans le réseau comme en pratique autonome nous avons des rôles essentiels à jouer auprès de nos clientèles présentes et à venir; Il faut les saisir! Ce nouveau contexte vous offre à vous, en pratique autonome, une foule de nouvelles opportunités. Il faut les saisir!

81 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Perspectives davenir: défis, opportunités… En tant que travailleurs sociaux, nous devons être conscients que lévaluation du fonctionnement social revêt une grande complexité; marque distinctive Que lintervention sociale constitue la marque distinctive de notre profession et que nous devons en être fiers; moinsplus Ce nest pas moins, ce nest pas plus que de la psychothérapie, cest autre chose et cest ce qui fait de nous des travailleurs sociaux.

82 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Perspectives davenir: défis, opportunités… En tant que travailleurs sociaux; En tant que thérapeutes conjugaux et familiaux, Vous pouvez compter sur votre ordre professionnel pour vous accompagner afin de transformer ces défis en opportunités. Merci.

83 LE PL 21 ET LA PRATIQUE AUTONOME Période de questions…

84

85

86 Merci de votre participation… Bon retour à la maison!

87 Merci à nos commanditaires : La Capitale Assurances générales Dale Parizeau Morris MacKenzie


Télécharger ppt "JOURNÉE PRATIQUE AUTONOME 2012 Mot douverture, Mme Gaétane PETIT, T.S., présidente du comité de la pratique autonome Conférencière : Mme Rolande HÉBERT,"

Présentations similaires


Annonces Google