La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L’art grec Introduction La sculpture grecque archaïque.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L’art grec Introduction La sculpture grecque archaïque."— Transcription de la présentation:

1 L’art grec Introduction La sculpture grecque archaïque

2 Les Grecs Les premier Grecs arrivés en Grèce étaient les Mycéniens, vers 2000 avant J.C.. Vers 1100, arrivent d’autres tribus de langue grecques et absorbent les Mycéniens. Deux principaux groupes, les Doriens (sur le continent) et les Ioniens (les îles égéennes et la côte vers l’Asie Mineure). Langue et croyances communes, mais organisation en des cités-états indépendants aux rivalités intenses. La période entre 1100 et 700 avant J.C. est la période de la formation de la civilisation grecque;

3 L’art grec La période entre 1100 et 700 avant J.C. est la période de la formation de la civilisation grecque; C’est à partir de 800 avant J.C. que nous pouvons retracer le développement de l’art grec, d’abord grâce à la poterie peinte, la seule conservée car l’architecture et la sculpture de cette période étaient en bois. Les Grecs commencent à bâtir leurs temples en pierre dans le VIIème siècle avant J.C.. Le plus ancien temple conservé est l’ancien temple d’Artémis à Corfou, érigé vers 600 avant J.C.. Avec l’architecture monumentale en pierre nait aussi la sculpture monumentale en pierre. Nous allons en suivre l’évolution à partir du VIIème siècle av. J.C.

4 La sculpture grecque archaïque Couros et Coré Sculpture architecturale

5 Les statues de Couros et de Coré Considérons deux des plus anciennes figures grecques, une féminine, que nous appelons Coré (jeune fille) et une masculine que nous appelons Couros (jeune homme); Il s’agit de types: nous en retrouvons de nombreux exemplaires similaires. Les plus anciennes, reproduites ici datent de 650 avant J.C (la Coré) et de 600 avant J.C (le Couros).

6 Le type Ces statues sont des types: la figure de la jeune fille, la Coré, est toujours vêtue, alors que le jeune homme, le Couros est toujours nu, les poings serrés sur les cuisses, avançant le pied gauche. Toutes ont un sourire caractéristique, figé, que nous appelons sourire archaïque. Ce sourire n’a pas une signification psychologique. Ces statues peuvent être des offrandes votives, mais nous ne savons pas ce qu’elles représentent: la divinité, le donateur ou un idéal de perfection physique, un athlète, un héros, un compromis entre dieux et hommes… Elles sont aussi placées dans les tombaux où elles représentent le disparu, mais cette représentation reste impersonnelle… Ce manque de différentiation est une caractéristique essentielle de ces figures: ni homme ni dieux, elles sont un idéal entre mortels et immortels…

7

8 L’influence égyptienne y est visible: si nous les comparons avec les statues égyptiennes, les similitudes sont évidentes: les statues sont massives et « cubiques », les hommes sont représentés avec les épaules larges, les poings serrés, un pied en avant alors que les figures féminines sont toutes les deux vêtues de robes étroites, la position du bras est aussi similaire… Mais dès ces premiers exemples trouvés nous voyons que ces influences égyptiennes ont déjà été assimilées et hellénisées:

9 Les statues grecques ont leur caractère propre: si elles semblent plus maladroites et primitives que les statues égyptiennes (le corps finement rendu sous la robe de la reine égyptienne, chez la Coré est une masse compacte, la musculature du torse souplement modelé chez Mykérinos, est rendue de façon schématique chez le Couros…), ces statues grecques ont aussi leurs qualités propres: ce sont des statues en ronde bosse, alors que les statues égyptiennes restent incorporées au bloc de pierre, étant au fait des cas extrêmes du haut-relief.

10 Alors que la sculpture égyptienne reste incorporés dan la dalle de pierre, le sculpteur grec sépare les bras du torse, et les jambes l’une de l’autre. Dans les limites du possible, il ne reste pas de matériau mort. Ce n’est pas une question technique, c’est une idée artistique nouvelle: la pierre doit être entièrement transformée, animée (=dotée d’âme), ne plus paraitre matière inerte qu’elle est…

11 L’évolution du type Nous avons dit que ces statues étaient des types: la figure de la jeune fille, la Coré, vêtue, le jeune homme, le Couros, toujours nue, les poings serrés sur les cuisses, avançant le pied gauche. Les deux ont un sourire caractéristique, figé (le sourire archaïque). Qu’elles soit des offrandes votives ou placées sur les tombes ces statues ne sont pas individualisées. Ce manque de différentiation est une caractéristique essentielle de ces figures: ni homme ni dieux, elles sont un idéal entre mortels et immortels… Ce type va évoluer, et nous allons voir que l’artiste grec, à la différence de l’artiste égyptien, n’obéit pas à une règle, mais est prêt à regarder de ses propres yeux, à essayer des solution nouvelles et à évoluer.

12 En comparant ces deux figures de Couros, la première de 600 avant J.C et celle de Kroisos, héros mort sur le champ de bataille, exécutée 75 ans plus tard, vers 525 avant J.C. : nous voyons comment le corps taillé en plans abstraits et au détail schématique acquiert des volumes souples, montrant l’observation des masses anatomiques. L’artiste grec, à la différence de l’artiste égyptien, n’obéit pas à une règle, mais regarde de ses propres yeux, essaie des solution nouvelles et évolue.

13 De l’archaïque au classique: l’évolution du type de Couros (600, 525 et 480 avant J.C.)

14 De l’archaïque au classique À quel point cette évolution va être rapide peut être constaté sur ces exemples que sépare 120 ans à peine (600, 525 et 480 avant J.C.). Cette dernière statue n’est déjà plus une statue archaïque, mais ce que nous allons appeler classique… Mais nous allons y revenir plus tard…

15 Il existe aussi d’autre types de statues archaïques qui suivent la même évolution: nous appelons le type représenté ici le moscophore, figure votive présentant l’animal du sacrifice. Il a la même pose que le type de Couros, présente le même idéal de beauté physique, a le même sourire archaïque au visage, et, de même que le Couros, ce n’est pas un portrait mais un type: la barbe indique qu’il s’agit d’un homme d’âge mur. Le Moscophore, vers 570 avant J.C. Autre types: Moscophore, porteur de boeuf

16 Statue équestre: figure d’un cavalier (Cavalier Rampin, 550 avant J.C.) Tête de cavalier Rampin: barbe et cheveux stylisés, sourire archaïque

17 L’évolution du type de la Coré La figure féminine, Coré, présente plus de variété de type: la figure de droite n’est pas une évolution du type de gauche, c’est un type différent. Sa forme « en colonne » indique ses ancêtres taillées en bois, tandis que la Coré de droite garde quelque chose de la dalle de pierre rectangulaire qu’elle était… Par ailleurs, les Corées étant habillées, ce type présente un autre problème: il s’agit de rendre le corps et l’habit, alors que la mode change… Héra, Samos, vers 570 av.J.C.Coré, vers 650 av.J.C.

18 Coré en peplum, 530 av J.C. Coré de Chio, vers 520 av.J.C.Coré 650 av.J.C.

19

20 Ici est reconstitué la polychromie de cette Coré, car la sculpture grecque était peinte…

21 La sculpture architecturale archaïque Nous avons mentionné que la sculpture monumentale en pierre est contemporaine à l’architecture monumentale en pierre: c’est que les Grecs veulent décorer leurs temples en pierre. Ainsi nous avons aussi pu retrouver des exemples de la sculpture archaïque architecturale, car elle était aussi en pierre. Le plus ancien temple conservé est l’ancien temple d’Artémis à Corfou, érigé vers 600 avant J.C.. La sculpture garnissait le fronton: le triangle entre le plafond horizontal et les pentes du toit.

22 Gorgone flanquée de deux lions, vers 600 avant J.C., fronton du temple d’Artémis, île de Corfou le fronton: le triangle entre le plafond horizontal et les pentes du toit

23 Antécédents En concevant la décoration de cette partie de l’édifice, les grecs ont pu puiser dans différentes traditions: La sculpture architecturale à laquelle se rattache cette Gorgone flanquée de deux lions est clairement celle de la Porte des lionnes à Mycènes; La pose hélicoïdale de la Gorgone apparait déjà sur le dessin du vase aux figures noires du VIIème siècle avant J.C.:

24 Gorgone du fronton du Temple d’Artémis, île de Corfou, vers 600 avant J.C. Sourire archaïque, corps en hélice (swastika), caractère héraldique. Ce corps en hélice, voulant rendre le mouvement, peut être retrouvé dans les Corées plus récentes…

25

26 Guerrier mourant Nous allons aussi suivre l’évolution de la sculpture architecturale : dans le Temple d’Athéna à Égine, érigé vers 490 avant J.C., nous voyons déjà que pour adapter les figures au cadre architectural, l’artiste change la hauteur des personnages du groupe par leur positions, et non plus par leur échelle comme était l cas avec les figures du fronton du Temple d’Artémis, vers 600 avant J.C.

27

28 Conclusion Nous avons ainsi retracé l’étonnante évolution du style archaïque grec en sculpture, de ses débuts au VIIème siècle avant J.C. jusqu’à son stade final, à la fin du VIème siècle avant J.C. À partir du Vème siècle avant J.C. nous ne parlons plus de sculpture archaïque, mais de sculpture classique…


Télécharger ppt "L’art grec Introduction La sculpture grecque archaïque."

Présentations similaires


Annonces Google