La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA NOSEMOSE.  1/ définition  2/ généralités  3/ signes cliniques  4/ agent causal  5/ diagnostic  6/ facteurs favorisants  7/ prévention  8/ traitement.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA NOSEMOSE.  1/ définition  2/ généralités  3/ signes cliniques  4/ agent causal  5/ diagnostic  6/ facteurs favorisants  7/ prévention  8/ traitement."— Transcription de la présentation:

1 LA NOSEMOSE

2  1/ définition  2/ généralités  3/ signes cliniques  4/ agent causal  5/ diagnostic  6/ facteurs favorisants  7/ prévention  8/ traitement  9/ épidémiologie  10/ nosema ceranae  11/ conclusion

3  Historique: Nosema bombycis  Nosémose des vers à soie (pébrine) qui provoqua la ruine de l’industrie de la soie

4 1/ définition  Maladie parasitaire des abeilles adultes: les 3 castes sont concernées  Développement dans le tube digestif (ventricule)  Dans le monde entier  Grave et contagieuse,  conséquence d’un état fragilisé: opportuniste  MLRC: ► déclaration DDPP et arrêté préfectoral ► périmètre de quarantaine ► destruction (ou traitement)

5 2/ généralités  Dans le monde entier  Fréquente dans les zones aux hivers froids et humides: zone de montagne, nord-est de la France  2 formes: ► forme de résistance et de dissémination: spore ► maladie avec signes cliniques

6 3/ Nosema ceranae  Apparition de Nosema ceranae:  Même origine que varroa destructor  Juillet 2005 en Espagne  Désormais espèce la plus fréquemment retrouvée  Trouvé en France depuis 2006 mais sur des échantillons anciens  Cycle de reproduction: ≤ 3jours  Signes cliniques:  dépeuplement hivers comme été  Peu ou pas de présence de diarrhée  Affaiblissement de la colonie voir effondrement

7  Spores + petites que N.a.  Nombres de tours de spires du tube + faible ( 20 à 23 N.c. 30 pour N.a.)

8 3/ signes cliniques hors de la ruche  Maladie qui apparaît souvent en sortie d’hivernage  Devant la ruche: activité réduite dépopulation abeilles traînantes: difficulté de vol, abdomen gonflé souillures et déjections abeilles avec abdomen grossi

9 Signes cliniques dans la ruche ► réduction de la grappe et du couvain ► abeilles trainantes ► abeilles gonflées (constipation) ► souillures et déjections sur les cadres ► dépopulation progressive: possibilité de trouver des colonies avec provision de miel et de pollen

10 4/ agent causal  Noséma apis (champignon) identifié par E. Zander en 1909: attention Nosema ceranae  Infestation par voie buccale  Développement dans le tube digestif  L’abeille âgée est plus sensible que la jeune (capable de renouveler ses cellules intestinales)  Cycle de développement:  phase passive et de résistance : spores, stade infectieux  phase végétative: divisions cellulaires: stade maladive Cellule du proventricule bourrées de spores

11 La spore: agent contaminant  On estime qu’il suffit de 20 à 90 spores pour que la maladie apparaisse

12 La spore: sa résistance La spore: sa résistance 2 à 4 mois dans le miel ≥ 1 an dans les souillures ≥ 1 an dans les souillures 5 à 6 semaines dans les cadavres d’abeilles 5 à 6 semaines dans les cadavres d’abeilles 10’ à 60° voir + 10’ à 60° voir + 20 à 30h au soleil 20 à 30h au soleil

13 Diagnostic:  Par l’apiculteur:  Sectionner la tête de l’abeille  Extraire le tube digestif  Intestin sain: brun rouge  Intestin infesté: blanc laiteux à transparent Attention pas sûr à 100%

14 5/ diagnostic  Envoi d’un échantillon d’abeilles au laboratoire: recherche des spores dans les intestins  Diagnostique microscopique pour présence de Nosemasp  Diagnostic moléculaire pour faire la différence entre les nosema

15 Conséquence sur l’abeilles  Désordre dans la digestion entrainant un déséquilibre dans le métabolisme  Carences en protéines et énergie (stress énergétique)  Durée de vie fortement diminuée ( + de 50% des cas)  Consommation de plus de nourriture

16 Organes affectés  Glandes hypopharyngiennes regressent et infectées  Infection de la GR

17 Vieillissement comportemental  Deviennent + rapidement butineuses  Thermorégulation (echange + fréquent)  Stress énergétique (mort des butineuses)

18 6/ Facteurs favorisants - hivernage sur miellat ( sapins) - humidité hivernale - humidité hivernale - absence de « vol de propreté » ou confinement - surconsommation hivernale - souche d’abeilles ( pas de différence fortes sur les races) - âge des abeilles (âgées) - pratiques apicoles ( réutilisation de vieux cadres) et matériel souillé

19 Associationavec d’autres facteurs favorisants  virus: virus Y, BQCV, BQCV, virus filamenteux virus filamenteux  Amibiase des tubes de Malplghi

20 7/ prévention  Ne pas hiverner sur du miellat  Éviter les zones d’hivernage humides

21 7/ prévention (suite)  Éviter un nourrissement liquide tardif:  si nourrissement, acidification du sirop avec du vinaigre de cidre (potassium)  Jeunes abeilles avec un corps adipeux développé à l’automne  Reine jeune

22 7/ prévention (suite)  Renouvellement de la cire  Éviter les mauvaises pratiques apicoles:  Visites trop longues  Réalisation d‘essaims faibles…  Désinfection des cadres à l’acide acétiques: 2 ml AA / m3 de volume à traiter (pile de hausses). Bien aérer le matériel avant réutilisation  Miel: chauffage à 60°

23 8/ traitement  Actuellement aucun mais: §/ FUMIDIL B (bicyclohexyl-ammonium fumagilline) interdit en France pour le moment car pas de LMR interdit en France pour le moment car pas de LMR n’agit pas sur la forme végétative (spores) n’agit pas sur la forme végétative (spores) 0,5 g pour 5 colonies dans sirop 50/50 0,5 g pour 5 colonies dans sirop 50/50 1l/ ruche x 4 à 1 semaine/intervalle 1l/ ruche x 4 à 1 semaine/intervalle §/ Api Herb: extraits de végétaux non toxique pour l’homme, sans résidu chimique dans les produits et compatibles avec l’environnement

24 9/ épidémiologie  Très contagieuse  Par contact entre abeilles saines et malades  Trophallaxie  Pillage  Dérive  Guêpiers  Achat d’essaims

25 attention  Les reines peuvent être atteintes de nosémose  Désordres métaboliques pouvant entraîner :  la dégénérescence des ovaires  l’interruption de ponte  la stérilité  supercédure

26 Interactions Nosema-pesticides  Synergie: mecanisme par lequel plusieurs facteurs agissant ensemble creent un effet supérieur ànla somme de chaque 1+1≥ 2  Si nosema plus sensible aux pesticides  Si pesticides plus sensible à nosema

27 Nosema + pesticides  Doses sublétales de fipronil et de thiaclopride ( tx inférieur à la DL50)  Nosema: 25% de mortalité  Thiaclopride: 70% de mortalité  Fipronil: 80% de mortalité

28  Synergie forte Nosema/insecticide

29 11/ conclusion  Maladie excessivement contagieuse  Importance de la prophylaxie préventive


Télécharger ppt "LA NOSEMOSE.  1/ définition  2/ généralités  3/ signes cliniques  4/ agent causal  5/ diagnostic  6/ facteurs favorisants  7/ prévention  8/ traitement."

Présentations similaires


Annonces Google