La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE PLACE ET ROLE DE L’EVALUATION DANS LE PILOTAGE ET LA REFORME DES SYSTEMES EDUCATIFS :

Présentations similaires


Présentation au sujet: "MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE PLACE ET ROLE DE L’EVALUATION DANS LE PILOTAGE ET LA REFORME DES SYSTEMES EDUCATIFS :"— Transcription de la présentation:

1 MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE PLACE ET ROLE DE L’EVALUATION DANS LE PILOTAGE ET LA REFORME DES SYSTEMES EDUCATIFS : le cas de la Côte d’Ivoire. PRESENTATION IGEN KAUPHY Joseph François Désiré REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE Union-Discipline-Travail **********

2 Plan de la présentation I. Contexte et justification II. Place et rôle de l’évaluation dans le système éducatif ivoirien III. Utilisation des résultats pour orienter la politique éducative IV. Problème et défis à relever.

3 I. Contexte et justification  Rappel du processus de définition de la nouvelle stratégie éducative :  phase 1 : analyse diagnostique  phase 2 : elaboration des modèles de simulation  phase 3 : définition d’une nouvelle politique educative  phase 4 : élaboration d’un plan d’action à moyen terme  les principales orientations consignées dans le Plan d’Action à Moyen Terme (PAMT) mettent en évidence la volonté des autorités de renforcer le pilotage de la qualité par la systématisation de l’évaluation des acquis scolaires.

4 I. Contexte et justification  Sur la base de ce diagnostic, la lettre de politique éducative identifie une vision de moyen terme (horizon 2020) qui soit une réponse efficace d’une part aux difficultés identifiées dans le diagnostic et d’autre part aux enjeux et défis de la nouvelle stratégie éducative :  Répondre aux besoins éducatifs du plus grand nombre d’enfants ;  Rendre équitable l’accès à l’école ;  Améliorer l’achèvement au cycle primaire du grand plus nombre ;  Réduire les déperditions (redoublement et abandons) ;  Répondre à la pénurie d’enseignants qualifiés et rétablir la formation initiale aux niveaux requis,  Réduire les aléas dans la distribution des ressources ;  Améliorer les conditions d’apprentissage et le temps scolaire ;  Renforcer le contenu des enseignements et la qualité des apprentissages.  Promouvoir la santé et de la nutrition en milieu scolaire

5 I. Contexte et justification  Au niveau de la gouvernance pédagogique, la systématisation de l’évaluation des acquis scolaires constitue un des axes ciblés:  La systématisation de l’évaluation standardisée des acquis des élèves avec un renforcement des capacités de ceux qui en ont la charge ;  La pérennisation des activités d’évaluation des acquis scolaires à travers une prise en compte du financement de cette activité dans le budget de l’Etat ivoirien ;  L’amélioration de la communication des résultats des évaluations scolaires en direction des usagers, des acteurs et des partenaires de l’école à travers un plan de communication cohérent et pertinent.

6 II. Place et rôle de l’évaluation dans le système éducatif ivoirien  1 La fonction d’évaluation au sein du MENET est assurée par différentes structures.  L’évaluation quantitative est assurée par la Direction de la Planification, de l’Evaluation et de la Statistique(DPES), qui a en charge:  Le suivi-évaluation de toutes les activités inscrites dans le Projet d’Urgence et d’Appui à l’Education de Base de la Banque Mondiale (PUAEB)  Le suivi-évaluation des activités en faveur de l’amélioration de la scolarisation de la jeune fille sur toute l’étendue du territoire national dans le cadre du Millenium Challenge Corporation (MCC)…

7 II. Place et rôle de l’évaluation dans le système éducatif ivoirien  Le suivi et le contrôle de l’implantation des établissements à travers l’élaboration d’une carte scolaire unique pour tous les degrés d’enseignement du public et du privé;  L’évaluation quantitative des élèves, des personnels et patrimoine mobilier et immobilier à travers la publication annuelle d’un annuaire statistique;  Le suivi et l’évaluation de la réhabilitation des écoles dans le cadre du Programme de Réhabilitation des infrastructures en Côte d’Ivoire (PRICI).

8 II. Place et rôle de l’évaluation dans le système éducatif ivoirien  L’évaluation qualitative est assurée par les Structures suivantes:  L’Inspection Générale de l’Education qui assure le suivi, l’évaluation et le contrôle;  La Direction des Examens et Concours qui organise les examens et concours et délivre les diplômes;  Le Service de Veille et de Suivi des Programmes qui a en charge les évaluations nationales et effectue des analyses relatives aux apprentissages et aux inégalités en éducation;  L’Equipe Nationale PASEC qui effectue les évaluations internationales ou régionales. 

9 II. Place et rôle de l’évaluation dans le système éducatif ivoirien  2 L’évaluation des apprentissages  Trois types d’évaluations sont utilisés en CI pour apprécier les résultats des apprentissages, il s’agit:  Des contrôles continus et compositions de passage qui se situent au niveau de la Classe.  Des examens de fin de cycle et certificatifs qui relèvent de la Direction des Examens et Concours  Des évaluations des acquis scolaires pilotées par Le Service de Veille et de Suivi des Programmes pour les évaluations nationales et par l’Equipe Nationale PASEC pour les évaluations internationales.

10 II. Place et rôle de l’évaluation dans le système éducatif ivoirien  Parallèlement aux deux premiers types d’évaluation, la Côte d’Ivoire a introduit depuis 1995/96 l’évaluation des acquis scolaires:  L’Enseignement Primaire en Côte d’Ivoire, Investigations et diagnostics pour l’amélioration de la qualité du système éducatif, 1998, réalisé par la CONFEMEN en partenariat avec le MENFB  Entre , pour asseoir une capacité d’évaluation au sein du MENET, la Côte d’Ivoire, en accord avec la Banque mondiale et à travers le projet PASEF, entreprenait de former une équipe d’évaluateurs aux fins d’évaluer dans les écoles primaires et secondaires les acquis scolaires des élèves ivoiriens

11 II. Place et rôle de l’évaluation dans le système éducatif ivoirien  Quatre évaluations de ce type ont été menées : une évaluation thématique sur le suivi de cohorte en 95 et trois évaluations diagnostiques en 2002, 2009 et  En 2002 « L’Evaluation du Rendement Scolaire en Français et en Mathématiques au CP2 (2 e année), au CE2 (4 e année), au CM2 (6 e année);  En 2009 « Evaluation diagnostique de l’école primaire en Côte d’Ivoire et pistes d’actions pour une amélioration de la qualité »  En 2012 « Evaluation diagnostique des Compétences de Français et de Mathématiques a l’Ecole primaire en cote d’ivoire au CE1 »

12 II. Place et rôle de l’évaluation dans le système éducatif ivoirien La volonté de rendre la structure d’évaluation pérenne a amené les autorités à donner un encrage institutionnel à la capacité d’évaluation du MENET par le Décret n° 2O du 30 novembre 2011 portant organisation du Ministère de L'Éducation Nationale qui crée le Service de Veille et de Suivi des Programmes en abrégé SVSP.  Il est dirigé par un Chef de Service nommé par décret pris en conseil des ministres et comprend deux divisions:  La Division du Suivi/Evaluation des Acquis scolaires;  La Division de l’Observatoire des inégalités

13 II. Place et rôle de l’évaluation dans le système éducatif ivoirien  Activité menée en 2012:  L’évaluation diagnostique des compétences de français et de mathématiques a l’école primaire en Côte d’Ivoire au CE1,  Activités en cours de réalisation :  L’évaluation du quantum horaire  L’évaluation de l’apprentissage de la lecture au CP1.

14 II. Place et rôle de l’évaluation dans le système éducatif ivoirien  L’évaluation internationale est assurée par L’équipe PASEC-CI qui comprend 7 membres dont 5 appartiennent au Service de Veille et de Suivi des Programmes (SVSP) et 2 à la Direction de la Planification et des Etudes Statistiques (DPES).  En conclusion  L’évaluation standardisée des acquis scolaires est rendue régulière, grâce au renforcement des capacités des structures qui en sont chargées.  Une communication sera organisée autour des résultats, de façon à faire de ces évaluations un outil central de pilotage national et régional du système éducatif.

15 III. L’utilisation des résultats des évaluations pour orienter les discussions de politique éducative  Pour rappel:  Les recommandations issues de l’évaluation PASEC et de l’évaluation nationale au CE1:  Dans le cadre du relèvement de la qualité de l’enseignement primaire, la démocratisation de l’éducation préscolaire et sa redynamisation constituerait des éléments pertinents de politiques éducatives visant une mutation plus efficace de l’école primaire en Côte d’Ivoire.  dans le cadre d’une politique réelle d’équipement des écoles en manuels scolaires, il est important que les livres soient mis constamment à la disposition des élèves et qu’ils les utilisent en permanence.  Dans le même sens, les séances de lecture-écriture et de lecture-compréhension devraient pouvoir se renforcer et prendre le dessus, en termes de temps effectif, sur les autres activités dans les petites classes comme au CE1.

16 III. L’utilisation des résultats des évaluations pour orienter les discussions de politique éducative  Le redoublement ne constitue pas un facteur de qualité dans les écoles. Les rendements des élèves qui redoublent demeurent toujours faibles. Ce constat suggère la mise en place de politiques plus audacieuses qui limiteraient fortement la fréquence des redoublements dans le système (probablement, autour de 5%)  Les absences affectent négativement l’apprentissage des élèves au CE1. Le phénomène est plus prononcé en moyenne, en milieu rural. Les élèves qui s’absentent plus sont en retard sur les autres, toutes choses égales par ailleurs  Les écoles situées en milieu urbain sont de qualité relativement meilleure que celles implantées en milieu rural. Cela soulève une question importante liée à la distribution équitable de l’offre d’éducation dans les écoles primaires de Côte d’Ivoire;  Sur la base des estimations statistiques, le BAC général constitue un niveau de recrutement approprié des candidats aux centres de formation des maîtres, en Côte d’Ivoire. L’hypothèse de recruter les futurs élèves maîtres avec le BAC général, au lieu du BEPC, repose le problème du recrutement des enseignants du primaire;

17 III. L’utilisation des résultats des évaluations pour orienter les discussions de politique éducative Suite à la restitution des résultats PASEC lors de l’atelier du 12 avril 2012 qui a montré que 30 à 40% d’élèves étaient en échec scolaire, Madame la Ministre pour relever le défi de la qualité a pris un certain nombre de dispositions prenant en compte les problématiques des différents secteurs de l’éducation pour:  améliorer l’accès: il est prévu la construction de salles de classes d’ici 2015 pour réduire la taille des classes et le ratio maître/élèves.  réduire le taux de redoublements en instaurant le passage automatique entre cycle pour atteindre un taux de 10% à l’horizon Le taux moyen de redoublement dans l’enseignement primaire est de 20,9% actuellement.

18 III. L’utilisation des résultats des évaluations pour orienter les discussions de politique éducative  Le relèvement du niveau de recrutement des maîtres au CAFOP, on est passé du BEPC au BAC;  La construction d’écoles qui passent de 6 à 7 classes avec l’incorporation de la grande section (préscolaire);  La construction des collèges de proximité pour réduire la distance de l’école à la maison;  La politique de gratuité à travers la distribution des kits scolaires;  Le quantum horaire porté à 910 heures;

19 III. L’utilisation des résultats des évaluations pour orienter les discussions de politique éducative  Réviser à la hausse le régime pédagogique en français et en mathématiques afin de se rapprocher des standards internationaux.  Marquer l’engagement de la Côte d’Ivoire vis-à-vis des évaluation internationales en s’acquittant totalement de ses arriérés de cotisation. Cela dans le but de mesurer l’impact des reformes sur les acquis scolaires. Toutes ces mesures tiennent compte des résultats issus des différentes évaluations du PASEF et du PASEC

20 IV. Les problèmes et les défis à relever.  Améliorer le fonctionnement des structures d’évaluation en termes de locaux, de matériel et de ressources financières; Mettre en place un budget de fonctionnement permettant l’achat d’ordinateurs et de logiciels (les licences de ces logiciels étant renouvelables); Renforcer les capacités des équipes dans le domaine de l’analyse statistique et de l’interprétation des résultats; Améliorer la stratégie de communication des résultats des évaluations scolaires en direction des usagers, des acteurs et des partenaires de l’école à travers un plan de communication cohérent et pertinent; Doter les équipes de moyens de locomotion afin de faciliter les missions de terrain.

21 Je vous remercie pour votre aimable Attention


Télécharger ppt "MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE PLACE ET ROLE DE L’EVALUATION DANS LE PILOTAGE ET LA REFORME DES SYSTEMES EDUCATIFS :"

Présentations similaires


Annonces Google