La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Plan du cours 1 (26 mars 2013 ) A. Akkari, Université de Genève Introduction 1. Du multiculturel à l’interculturel… 2. Apports.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Plan du cours 1 (26 mars 2013 ) A. Akkari, Université de Genève Introduction 1. Du multiculturel à l’interculturel… 2. Apports."— Transcription de la présentation:

1

2 Plan du cours 1 (26 mars 2013 ) A. Akkari, Université de Genève Introduction 1. Du multiculturel à l’interculturel… 2. Apports théoriques 3. Des recherches sur le terrain 4. Travail pratique sur l’échec scolaire (en petits groupes)

3 Culture 3 Culture n Culture 4 Culture 2 Culture 1 Culture 5 1. Du multiculturel à l’interculturel…

4 Le concept de culture « Nous pouvons considérer la culture comme le système de représentations qui, en le contextualisant, donne cohérence et dès lors signification au vécu collectif et individuel. Les cultures ne diffèrent pas, en effet, par leurs contenus, ou pas tellement, mais bien plutôt par la manière d'organiser ces contenus, de les associer et de les hiérarchiser. » DOUTRELOUX A., dans Immigrations et nouveaux pluralismes - une confrontation de sociétés, Collectif (sous la direction d'A. Bastenier et de F. Dassetto), éditions Universitaires et De Boeck Université, Bruxelles, 1990, pp

5 2. Apports théoriques Animées par des intérêts de connaissance, des objets et des outils ou des instruments de recherche variés, les approches interculturelles ont en commun d'accorder une valeur signifiante à l'expérience, à l'observation, au vécu et aux récits du sujet humain plongé dans un contexte multiculturel.

6 L’anthropologie culturelle Franz Boas ( ): L’environnement culturel est plus important que l’hérédité dans l’explication de la différenciation ethnique (raciale). Une culture doit être abordée comme un « tout » et un aspect ne peut être extrait et étudié en dehors du contexte. L’intégration des différentes composantes d’une culture dans un même tout n’exclut pas les contradictions internes à chaque culture. Boas, F. (1940). Race, language and culture. New York: Macmilan.

7 Complémentarité entre les approches anthropologiques et interculturelles Anthropologiques Rôle fondateur Profonde connaissance des cultures Apport de l’anthropologie culturelle américaine (Boas et Mead) Monographies concernant une culture et son rapport à l’éducation Multiculturalisme anglo- saxon Interculturelles Insistance sur l’interaction Définition « non essentialiste »de la culture Intérêt pour le bi-culturalisme Tournée vers l’action (pédagogie) Interculturalisme francophone

8 Exemples d’apports théoriques pertinents Anthropologie appliquée à différentes minorités culturelles (Ogbu). Acculturation des migrants (Berry). Rapport au savoir (Charlot). Tentative de synthèse (Dasen).

9 Anthropologie appliquée à différentes minorités culturelles (Ogbu) Cité par Bronfenbrenner (1979) dans la construction de son modèle écologique Ogbu, J. U. (1981). Origins of human competence: A cultural-ecological perspective. Child Development, 52, L’explication de Ogbu se compose de deux parties : Le système (the System) et les forces communautaires (Community Forces).

10 La théorie culturelle et écologique Ogbu : Cultural Ecological Theory Cultural : peuple, minorité culturelle, groupe ethnique Ecological : contexte, environnement Objectif de Ogbu : présenter une alternative aux explications traditionnelles (distance culturelle, infériorité génétique etc…) de l’échec scolaire des minorités culturelles

11 Le modèle Ogbu se compose de deux parties : Le système (the System) et les forces communautaires (Community Forces). C’est un modèle dynamique qui intègre le niveau macro et micro-. Face à l’oppression du système, chaque communauté culturelle répond à sa manière.

12 Les termes « initiaux » d’incorporation (Histoire) : Comment le groupe a acquis le statut de minorité culturelle (migrants)? Quelle est le traitement consécutif à l’acquisition de ce statut? Les termes initiaux d’incorporation  comment la majorité a dominé ou tenté de dominé la minorité. Les termes de minorité et de majorité ne traduisent pas forcément la rapport de force démographique mais le rapport de forces (pouvoir).

13 Concept de société de « colonisation » (settler society) : USA, Canada, Amérique Latine etc… Groupe dominant W.A.S.P : réussite individuelle Société américaine  deux groupes : ceux qui sont venus aux USA pour les mêmes raisons que les WASP (minorités volontaires) et ceux qui font partie de la société américaine contre leur « volonté » (groupes involontaires) suite à l’esclavagisme, conquête, colonisation.

14 Fordham (1996) Histoire de la communauté afro-américaine et histoire des relations intergénérationnelles. Deux émancipations (Guerre Civile et le mouvement des droits civiques). Le contentieux historique entres les noirs et les blancs est doublée d’un contentieux entre générations à l’intérieur de la communauté noire. Crises de modèles pour les jeunes noirs.

15 Minorités volontaires => conformité Minorités involontaires=> opposition/ rejet « Identités scolaires » = fonction (Statut) Davidson propose l’idée d’identités fluides basées sur des comportements flexibles Compétence biculturelle Transculuralisme Dépassement des frontières Assimilation, imitation et rébellion ne sont pas les seules options disponibles aux jeunes minoritaires (migrants)

16 Stratégies d’évitement du succès scolaire des jeunes afro-américains Refus de participer dans des discussions en classe Caractère rebelle / imprévisible / impulsif Ne pas respecter les consignes Faire semblant de ne pas comprendre les consignes Discussions de « diversion » Refus systématique des devoirs écrits Dépendance pour tout travail écrit d’une « motivation externe » (provoquée par l’enseignant) et d’une supervision étroite Détachement par rapport au curriculum scolaire Refus d’être publiquement identifié comme un « bon élève »

17 Le système Politiques et pratiques sociales et éducatives Bénéfices (rewards) sociaux escomptés par les performances scolaires Traitement des minorités culturelles (migrants) à l’école Les forces communautaires Comment les minorités (élèves et parents) répondent au traitement ? Trois plans Instrumental Relationnel Perception du curriculum et de la langue de l’enseignement

18 Stratégies d’évitement du succès scolaire des jeunes minoritaires aux États-unis (Afro- américains, hispaniques et…). Attitudes oppositionnelles par rapport à l’école Refusing to succeed in school to avoid becoming « white » La crise intergénérationnelle dans les familles noires aux États-unis.

19 L’application de la théorie de Ogbu sur les difficultés d’intégration des flux migratoires d’origine coloniale ou post-coloniale Fécondité de l’approche de Ogbu (article revue électronique Sociologie critique). Colonisations (politique, culturel). Rapport post-colonial. Hypocrisie institutionnelle concernant l’usage des catégories « ethnie », « race »

20 Quels sont les termes initiaux d’incorporation des « colonisés » ? Coloniser, c’est civiliser….les indigènes. Stratification selon la race (castes). L’immigration est la prolongation de la colonisation (Sayad). De l’indigène colonisé au migrant exclu.

21 Le système et les forces communautaires Comment l’école traite les cultures des immigrés et de leurs enfants ? Les bénéfices escomptés d’une bonne scolarisation. Les bénéfices escomptés des stratégies alternatives pour aller de l’avant. Le débat sur l’action affirmative.

22 L’école et le pouvoir La fécondité de l’approche Ogbu est liée à une question qui traverse tous ses travaux de recherche: Est-ce que l’école donne du pouvoir ou enlève du pouvoir aux jeunes minoritaires. Empowerment or disempowerment ?

23 Processus d’acculturation des jeunes migrants Substitution Syncrétisme Addition Déculturation Isolation (retour à la religion) Rejection

24 Une valeur est-elle attachée à la préservation de l’identité culturelle et des caractéristiques du groupe ? Une valeur est-elle attachée au développement des relations avec les autres groupes ? oui non ouinon INTEGRATION SEPARATION ASSIMILATION MARGINALISATION Source: Berry, J.W. (1991). Coûts et avantages sociopsychologiques du multiculturalisme. Documents de travail n0 24. Ottawa: Conseil économique du Canada. Les quatre modes d’acculturation des migrants Berry Question 1 Question 2

25 Comment l’école (ou d’autres institutions sociales (les services sociaux ou psychologiques) peut-elle gérer la diversité culturelle?) Trois positions: L’institution accepte le sujet s’il rejette sa différence (il maintient sa spécificité dans l’espace privé). ASSIMILATION L’institution tolère le sujet avec ses particularités culturelles (distance culturelle), mais il demeure durablement étranger et différent. SEPARATION, SÉGRÉGATION, MARGINALISATION L’institution continue à véhiculer certaines valeurs de base sans obliger le sujet à renoncer complètement aux siennes. INTÉGRATION (tensions, aucune garantie de réussite, doutes, tentation du retour vers l’assimilation)

26 séparation assimilation Assimilation  adopter (identité, rapport à l’identité et au savoir caractérisé par la distanciation) Intégration  s’adapter (stratégies identitaires, rapport à l’identité et au savoir caractérisé par la mobilisation) intégration

27 Rapport au savoir (Charlot) L'expérience scolaire est indissociablement un rapport à soi, rapport aux autres (à la famille, aux enseignants, aux copains…) et un rapport au savoir (Charlot, 1999). Chaque individu a une histoire singulière et n'est pas un objet, mais un sujet. En tant que tel, il construit du sens et met en œuvre des activités. Tout individu humain donne sens à ce qu'il est, à ce qui lui arrive, à la situation dans laquelle il se trouve, à la société et au monde dans lesquels il vit. Élèves migrants: Continuité dans l’hétérogénéité la triple autorisation nécessaire pour la réussite scolaire. 3 acteurs (famille, pairs, enseignants)

28 Une tentative de synthèse (Dasen) Représentations sociales des adultes (aussi appelées « ethnothéories ») sur ce qu'est l'individu et son éducation. Il s'agit de la combinaison des schémas théoriques de différents auteurs: Berry, Super et Harkness, Bronnfenbrenner, Ogbu. L'individu et la culture sont mutuellement co-construits. Cette co-construction est représentée par des interactions multiples plutôt qu'un schéma de causalité linéaire. Source : Pierre R. Dasen (2004). Éducation informelle et processus d’apprentissage. dans Akkari, A. & Dasen, P.R.. Pédagogies et pédagogues du Sud. Paris : L’Harmattan

29 Processus D’apprentissage Comportements observables Ethnothéories (parents, enseignants ) Contextes sociaux et physiques L’élève (le patient, l’usager) comme un individu en développement Contexte écologique Adaptation biologique Micro- système Macro- système Adaptation

30 Identités des jeunes migrants ou minoritaires Récuser les métaphores simplistes (entre deux chaises, chauve-souri …). Approche complexe: Identités multiples. Avantages du bi-culturalisme. Ruptures et continuités culturelles. Approche globale (éducation, emploi, santé, logement). Redéfinition du concept de culture.

31 3. Des recherches sur le terrain Méthodes qualitatives Holiste, le sens (interactionnisme symbolique) L’approche holistique consiste en l’examen de toute les composantes d’un problème donné et l’analyse des liens entre ces composantes. Creswell, J. (1998). Qualitative inquiry and research design. Thousand Oaks: Sage. Différents niveaux de l’enracinement culturel religion langue Ethnicité Complémentarité entre les approches psychologiques (facteurs individuels) et sociologiques (facteurs sociaux).

32 3.1 Recherche sur les identités des jeunes préadolescents dans un quartier multiculturel de Genève ( ) 120 élèves abordés à la fois dans les contextes scolaire, familial et urbain. Méthodologie de la « fleur culturelle ». Importance de la vie du quartier. « Culture jeune » ou « cultures ethniques »?

33

34

35 Appartenances culturelles ? Appartenances nationales et familiales Appartenances territoriales Appartenances à la culture jeune héritage vécu choix

36

37 Appartenances culturelles ? Culture jeune ? Langage Verlan. Musique (rap, reagge, techno). Habillement (look, marques). Activités sportives et artistiques. Frontières culturelles maintenues à domicile (espace privé).

38 3.2 Recherche qualitative auprès des jeunes latinos aux Etats-Unis Shared emotional connection Une connivence émotionnelle partagée (être latino): la rue la danse la musique et les amis. École: lieux de discrimination et de violence 2 poids-2 mesures. Altérité radicale de l’école: métaphore du « tipex »: white-out. Famille: lieu idéalisé mais en pleine décomposition, recomposition.

39 3.3 Ethnothéories Recherche longitudinale sur les ethnothéories des enseignants (États-unis, Suisse) Proximité conceptuelle entre habitus, ethnothéorie et représentation sociale L'Habitus est le concept central de la sociologie de Bourdieu Représentation sociale « [...] représenter ou se représenter correspond à un acte de pensée par lequel un sujet se rapporte à un objet » (Jodelet, D. (ed) (1989). Les représentations sociales. Paris : PUF) Influence des ethnothéories sur les trajectoires scolaires des enfants migrants ou appartenant à des minorités culturelles. Influences des ethnothéories sur les relations professionnel- patient.

40 Littérature anglophone: Ethnotheories, Teachers’ cultural models,Teachers’ perceptions, teachers’ beliefs, Les ethnothéories ou les représentations sociales ou les ne sont pas seulement des étiquettes mentales qui nous servent à décrypter notre environnement. On les utilise aussi pour communiquer avec autrui et pour planifier et orienter nos actions.

41 Catégorisation des énoncés constitutifs des ethnothéories des enseignants Éducation centrée sur l'enfant Enseignement différencié Éducabilité universelle Responsabilité de l'enseignant Valorisation de l'instruction Objectifs de socialisation

42 Educabilité universelle contre pédagogie différenciée? La catégorie éducabilité universelle est plus fortement représentée chez les Afro-américains. Elle est la plus faible chez les enseignants suisses francophones. Les Euro-américains occupent une position intermédiaire. Inversement, les catégories enseignement différencié et éducation centrée sur l'enfant sont prioritairement choisies par les enseignants suisses francophones et les moins choisies par les Afro-américains. Les Euro-américains ont un choix intermédiaire entre ces deux extrêmes.

43 3.4 Rapport au savoir Différents rapports au savoir et à la pédagogie des élèves selon leur appartenance culturelle. La relation pédagogique représentée par un triangle unissant élève, enseignant et objet de savoir doit aujourd'hui être complexifiée en tenant compte des caractéristiques de chacun des trois pôles. L'élève est sujet social et cognitif, fruit d'une histoire culturelle, individuelle et sociale. Il a sa propre représentation du savoir et se construit un rapport au savoir.

44

45 Espace culturel de l’enseignant (professionnel) Espace culturel de l’apprenant (élève) Appropriation et Transmission des Savoirs (sens)

46 3. Le rapport des enseignants à la diversité socioculturelle des élèves Description d’une situation d’échec scolaire à analyser dans le cadre d’une enquête avec des enseignants en formation et en activité. Manipulation de l’appartenance culturelle et sociale (prénom Naima ou Céline, origine des parents et profession du père) et entretiens approfondis avec les enseignants. Méthodologie du « focus group » Cette méthodologie permet de mixer l’approche individuelle et l’interrogation collective.

47 Les explications de l’échec scolaire reposent sur le prénom Appartenance sociale, statut social Médecin  chauffeur routier Appartenance ethnoculturelle (supposée) Un prénom de « chez nous »: Céline  un prénom « exotique »: Naïma. Limites de l’exercice: Peu d’informations sur le cas à analyser  imagination à l’œuvre. La configuration de l’exercice « fait sortir les stéréotypes ».

48 Stéréotypes, représentations sociales et appartenance cultuelle L’analyse de cas effectuée à distance s’inspire d’une série de travaux de recherche interculturelle. Castel, P. & Lacassagne, M.F. (1993). L’émergence du discours raciste : une rupture des routines. Revue internationale de Psychologie Sociale, 1993, N° 1. Chryssochoou, X., Picard, M., & Pronine, M. (1998). Explications de l'échec scolaire. Les théories implicites des enseignants selon l'origine sociale et culturelle de l'élève. Psychologie & Éducation, 32,

49 Trois types de discriminations La Saillance (apparence physique) La Perception sensorielle de la différence produit une moins grande efficacité de la communication (déroutinisation). La position sociale, le statut social. La profession. L’appartenance communautaire ou ethnoculturelle une catégorisation « eux/nous » et une collectivisation de l’Autre.

50 La saillance Étude de Castel et Lacassagne (1993) : On demande à des sujets d’écrire une lettre de refus de candidature à une personne ayant postulé à un emploi de musicien. A certains de ces sujets, on présente un curriculum vitae accompagné de la photographie d’une personne « blanche» et aux autres le même curriculum vitae accompagné de la photographie d’une personne « noire ». Les sujets sont des étudiants français en psychologie.

51 Les raisons de l’échec tiennent- elles au prénom ? Tout se passe comme si l’échec scolaire d’un enfant autochtone est improbable et celui d’un enfant étranger quasi-certain. Dans le cas de Naima, l’échec est lié à l’appartenance culturelle des parents. Situation de la femme Dans le cas de Céline, l’échec est lié aux troubles de l’adolescence.

52 Discours omniprésents pour les deux prénoms et les deux statuts Démission parentale. Absence du père. Présence physique (« absence ») de la mère. Pression parentale. Préférence pour le frère. Désagrégation familiale.

53 La responsabilité de l’école dans l’échec scolaire La responsabilité de l’école (enseignants, organisation scolaire) dans l’échec scolaire de l’élève est peu utilisée par les étudiants. Si elle est utilisée, c’est pratiquement toujours dans le sens de l’« inadaptation de l’élève à l’école ». Le recours à des aides externes (psychologues) est souvent suggéré.

54 Comparaison de l’argumentation développée dans l’analyse Céline Crise d’adolescence. Estime de soi. Tensions avec ses parents. Ne sait pas comment s’y prendre pour apprendre. Communication difficile entre parents et enseignants. Probabilité moyenne pour ne plus redoubler. Naïma Conflit de loyauté. Dualité culturelle (est entre 2 chaises). Français non parlé à domicile (langue d’origine parlée à domicile). Statut de la femme. Culture d’origine. Manque d’ouverture envers la culture du pays hôte. Probabilité faible pour ne plus redoubler.

55 Bilan de l’exercice Le cas qui déstabilise les participants est celui de Naïma dont le père est médecin: peu de texte produit. La saillance culturelle donne des problèmes d’identité culturelle et la saillance sociale produit des problèmes de crise d’adolescence. Il suffit d’un indice mineur pour orienter notre réflexion. On peut s’étonner qu’une population qui s’intéresse forcement aux difficultés scolaires ne jette pas un regard critique sur l’organisation scolaire. Les jugements scolaires sont peu discutés.

56 Travaux de recherche (séance du 19 avril L’état de la question dans le(s) champ(s) disciplinaire(s) de référence. 2. Des indications sur le(s) cadre(s)théorique(s) au(x) quel(s) la recherche se propose de contribuer. 3. La problématique spécifique en lien avec les travaux d’autres chercheurs du (des) champ(s) impliqué(s) ainsi qu’avec d’éventuelles recherches préalables du candidat. 4. Les questions et/ou les hypothèses de recherche avancées


Télécharger ppt "Plan du cours 1 (26 mars 2013 ) A. Akkari, Université de Genève Introduction 1. Du multiculturel à l’interculturel… 2. Apports."

Présentations similaires


Annonces Google