La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Nouvelles segmentations marketing exemples. Les retraités (27% de la population française) Ils ne consomment pas de produits issus de l’agriculture.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Nouvelles segmentations marketing exemples. Les retraités (27% de la population française) Ils ne consomment pas de produits issus de l’agriculture."— Transcription de la présentation:

1 Nouvelles segmentations marketing exemples

2

3

4 Les retraités (27% de la population française) Ils ne consomment pas de produits issus de l’agriculture biologique. Les retraités peu aisés vivant seuls ou en couple (13% de la population française) Ils achètent les produits par nécessité et non par plaisir. Ils n’achètent pas sur des coups de tête. Ils n’aiment pas qu’il y ait trop de références en magasin. Ils font très attention aux étiquettes et comparent les prix. Les retraités aisés vivant seuls ou en couple (10% de la population française) Ils recherchent des produits plaisir. Ils ne prêtent pas spécialement attention au prix. Ils dépensent pour leurs enfants ou petits enfants. Ils sont attachés aux marques de par la sécurité qu’elles apportent et aux produits d’origine française. Ils aiment l’innovation. Les retraités vivant dans un foyer de plus de 2 personnes (4% de la population française) Ils dépensent pour leurs enfants ou petits enfants. Le prix est un critère important : ils comparent les produits entre eux. Ils font aussi attention aux étiquettes. Ils achètent très peu par impulsion. Etude du CREDOC (2003)

5 Autre étude Les séniors duo (13.7% de la population française) Ce sont des familles de 2 personnes dont le chef de famille a plus de 65 ans. Ils vivent sans enfants. Le pouvoir d’achat est plus important que pour une personne seule et le plaisir de consommer est présent. Cette catégorie de personnes va donc facilement dépenser pour des produits alimentaires en se faisant des petits plaisirs. Ils veulent des produits adaptés à eux, qui respectent leur logique, mais qui ne soient pas étiquetés « séniors ». Les solos sénior (12% de la population française) Ce sont des personnes de plus de 65 ans qui vivent seules, sans enfants. Le pouvoir d’achat est plus bas que pour un couple et il y a moins de plaisir à cuisiner. Cette catégorie va donc dépenser moins pour les produits alimentaires et va privilégier des produits qui nécessitent peu de préparation. Les personnes de cette catégorie chercheront des produits hors consommation courante pour trouver du plaisir. Ils veulent des produits adaptés à eux, qui respectent leur logique, mais qui ne soient pas étiquetés « séniors ». Les jeunes solo (11.5% de la population française) Ce sont des personnes de moins de 50 ans qui vivent seules. Ces personnes ne dépensent pas énormément en produits alimentaires, elles compensent sur les sorties et loisirs. Elles recherchent donc des produits qui sont rapidement consommables. Leur pouvoir d’achat est inférieur à celui des séniors, ils recherchent donc des produits de consommation courante. Etude de ACNielsen et Carat (2005)

6

7

8

9

10

11 Sensibilité à l’innovation (1/8) Innovation : apporter, correspondre, répondre, différencier, surprendre, créer, révéler. Le rapport à l’innovation est le même pour tout les pays et dans tous les domaines. 98% * affirment qu’une entreprise est plus performante quand elle innove. Même s’il est de plus en plus difficile d’innover, c’est le moment de le faire !!! Ingrédients d’1 innovation réussite : veille innovation de la concurrence, expérience des Expérience non abouties, créativité avec les collaborateurs, intégration du design. Freins à l’innovation : investissement financier, ressources humaines, difficultés techniques, processus de diffusion interne, manque de vision des futurs marchés, délais de mise sur le marché… * Étude réalisée sur 171 personnes, sur toute la France.

12 Sensibilité à l’innovation (2/8) Types de consommateursTypes d’innovation Les rebels (13,30%) Jeunes voulant vivre des sensations fortes et magiques, pour eux la réussite matérielle est signe de respect et d’existence Simplicité, détournement, originalité, liberté, mobilité. « ne pas se prendre la tête avec ça » Les jongleurs (15,50%) Jeunes foyers modestes qui rêvent d’une amélioration miraculeuse de leur qualité de vie Peu demandeurs d’innovation, facilité, praticité, prix bas, valorisation, rapidité, prise en compte de dimension familiale Les méfiants (14,50%) Foyers modestes qui adoptent une attitude de repli face à la société moderne, ils veulent préserver leurs acquis, surtout ne rien changer et garder leurs repères. Très faible sensibilité à l’innovation, une association réussie entre respect des recettes d’antan et préservation de mon capital santé. Les tout-juste (13,50%) Couples de 50 ans et plus mais cette prospective de vie attire de plus en plus de jeunes couples avec des enfants Forte sensibilité à une innovation « maîtrisée et contrôlable », des recettes inratables, des guides, du coaching culinaire personnalisé, des produits garantis (bio, issus de l’agriculture raisonnée, provenant de la région…)

13 Les responsables (12,90%) Citoyens concernés et engagés dans la construction d’une société plus juste, plus sage) L’innovation doit s’inscrire dans une logique de préservation du patrimoine et une redécouverte de la qualité (conseils de chefs, adresses confidentielles pour les produits exceptionnels) Les utopistes (16,50%) Individus libres qui s’interrogent et se remettent en question pour trouver leur voie vers une vie harmonieuse en accord avec la nature et l’humain Ultra branchés bio ; se positionnent comme des précurseurs, des innovateurs qui donnent du sens à leur consommation. Ne sont sensibles à l’innovation que si elle s’inscrit dans cette dynamique Les performants (13,90%) Des jeunes loups aux dents longues, leurs priorités est de défricher, explorer, être le pionner d’un monde en mutation. Bobo urbain, « vélophile », le performer est essentiellement sensible à l’innovation de nature technologique et à l’exclusivité. Nouvelles textures, nouveaux modes de cuissons, nouvelles associations de goûts. Sensibilité à l’innovation (3/8)

14 Sensibilité à l’innovation (4/8)  répartition des familles de consommateurs Source : pôle Agria Lorrain

15 Arbre des tendances alimentaires

16 Sensibilité à l’innovation (6/8) La population est vieillissante => Les séniors deviennent donc un segment intéressant !!!!

17 Sensibilité à l’innovation (7/8) Certes, les seniors sont moins équipés que le reste de la population, mais ils tendent à rattraper leur retard pour de nombreux produits technologiques. Ils sont même particulièrement sensibles à l’innovation quand elle apporte une plus-value environnementale ou un bénéfice santé. L’informatique resterait un des rares domaines dans lesquels les seniors ne souhaitent pas s’investir davantage actuellement.

18 Sensibilité à l’innovation (8/8) = méfiance manifeste face aux progrès techniques dans le domaine alimentaire à tous les âges. La prudence des consommateurs porte notamment sur la composition des aliments. Elle est plus marquée chez les personnes plus âgées. L’écart entre les jeunes et les seniors est particulièrement fort pour l’inquiétude vis-à-vis des additifs. Les séniors préfèrent une alimentation « naturelle » alors que l’innovation est perçue comme apportant du « chimique »

19 Intérêt (potentiel, taille maturité, rentabilité potentielle) Qui ? Tout le monde avec un focus sur les séniors qui ne sont pas insensibles aux innovations Les séniors sont sensibles aux innovations à tendance environnementale et santé. Contraintes et condition d’accès Contraintes et condition d’accès Les innovations dans l’agroalimentaire ont tendance à effrayer la population. Prudence des consommateurs sur la composition de l’aliment => crainte des séniors vis-à-vis des additifs/peur du chimique. Défiance vis-à-vis des procédé technologiques car les séniors ont peur de l’effet sur la santé MAIS les séniors ont confiance aux moyens de conservation type congélation qui reposent pourtant sur des procédés technologiques sophistiqués. 51 % trouvent que ces procédés sont « plutôt une bonne chose ». Le bénéfice fonctionnel et le service apporté sont ici valorisés et ne leur paraissent pas « artificiels ». Criticité et importance stratégique Les principales tendances et évolutions en France sont : -La praticité (47 %) -La naturalité (15,7%) -La santé (11,8 %) -Le plaisir (4,6 %) -Le développement durable (2,2 %) Pour les séniors, il y une recherche de CONFIANCE.

20 Les nouvelles segmentations/typologies La segmentation transnationale Des segments transnationaux émergent malgré les différences et disparités culturelles. Les consommateurs se regroupent en segments homogènes grâce à l’âge, l’occupation, le niveau de vie plutôt que par l’appartenance culturelle. Emergent ainsi des groupes qui partagent les mêmes valeurs, ce qui mène à une segmentation transnationale.  On applique le marketing sur le même produit à tous les consommateurs européens en se basant sur ces segments. Sans pour autant nier l’existence de disparités profondes au niveau européen, on observe aussi de nombreuses convergences entre les consommateurs européens: segments transnationaux : - Segments en fonction de leurs motivations et de leurs principes. - Segments en fonction des comportements d’achat : convergence des modes de vie européenne pour les dépenses suivantes : augmentation frais de logement, de santé, de transports et de loisirs mais baisse des dépenses d’alimentation et d’habillement.

21 les nouvelles segmentations/typologies  Etude du CCA : Euro-styles qui identifient six segments de consommateurs:  « Les retirés »: consommateurs passives et disciplines très traditionnels. Ils consomment moins que le moyenne européenne  « Les rêveurs »: jeunes couples avec enfants qui consomment dans le but d’améliorer leur niveau de vie  « Les ambitieux » : jeunes urbains à a recherche de succès et de reconnaissance sociale. Ils dépensent principalement pour les loisirs, les vêtements, les cosmétiques et les produits innovants en général Ils veulent du choix et de la diversité.  « Les militants » : éduqués et influents, ces consommateurs sont très impliqués dans la vie de la communauté et se décrivent comme des activistes dynamiques  « Les notables » : ultraconservateurs, ils défendent des valeurs traditionnelles et une morale éthique. Agés de 35 à 64 ans, ils ont une bonne éducation et sont propriétaires. Ils dépensent pour des produits de qualité sophistiqués et luxueux. « Les contestataires » : ces dirigeants ont entre 30 et 40 ans et on tune bonne éducation. A travers leurs achats, ils cherchent à atteindre un certain développement personnel. Intéressés par l’écologie, ils achètent aussi des produits innovants et des loisirs.

22 La composition des familles a changé dans la société d’aujourd’hui. En effet, avec l’augmentation de la durée des études, on trouve aujourd’hui de jeunes adultes vivant seuls. De même, la durée de vie augmente, les retraités restent donc actifs plus longtemps. Par ailleurs, avec l’arrivée des baby-boomers à la retraite, le nombre de séniors actifs augmente considérablement. Ainsi, en 2003, le CREDOC a réalisé une étude portant sur les stades de vie et a proposé 15 segments différents. En 2005, ACNielsen et Carat ont aussi identifié 12 stades de vie, soit 12 segments. Ces segments varient en fonction du nombre de personnes vivant dans le foyer, le nombre d’enfants ainsi que l’âge des personnes vivant dans le foyer.

23 Les nouvelles segmentations/typologies Nouveau mode de segmentation, basé sur les stades de vie(Nielsen) : Segmenter la population par CSP n’est plus suffisant pour définir réellement sa cible. En effet, de nouveaux codes familiaux se substituent aux codes traditionnels de la famille (de la famille recomposée à la famille monoparentale, en passant par les célibataires ou encore les enfants qui restent de plus en plus longtemps chez papa et maman Nielsen se base donc sur 4 stades de vies majeurs impliquant des modifications de comportement: - l’installation à deux, - la présence d’un enfant ou la recomposition d’une famille, - le changement de statut familial après une séparation, - un divorce ou un veuvage et le changement de statut professionnel (retraite, chômage). ACNielsen et Carat ont ensuite poussé plus loin la segmentation, en identifiant douze stades de vie distincts regroupant à la fois le nombre de personnes au foyer (suivant que l’on forme une famille, que l’on vit en couple ou seul), la présence d’enfants et leur âge, ainsi que l’âge du chef de famille. Il en ressort trois catégories principales.  Les Seniors Duo, composés de deux personnes sans enfant dont le chef de famille est âgé de 65 ans et plus, représentent 13,7 % de la population française. Ils sont suivis par  Les Solos Seniors, des personnes vivant seules, sans enfant, de 65 ans et plus, qui représentent 12 % de la population française.  Les Jeunes Solos les talonnent de près avec 11,5 % de la population. Ce sont des personnes vivant seules, sans enfant et de moins de 50 ans. Avantage: offre un pouvoir de segmentation plus explicatif que les critères socio démographiques simples. Un plus indéniable pour les marques qui pourront, grâce aux stades de vie, en connaître davantage sur leurs consommateurs et leur comportement d’achat.

24 Les jeunes sans enfants (16% de la population française) Recherche de plaisir dans la consommation, produits individuels, recherche de produits innovants et attirance pour les produits de marque. Leur consommation a un caractère impulsif. ils profitent souvent des promotions car ils accordent une grande importance au prix. Cependant, ils font très peu attention aux étiquettes. Ils aiment avoir une grande diversité de références. Les jeunes inactifs, célibataires, vivant chez leur parents (6% de la population française) Leurs achats sont vraiment orientés vers le plaisir, le loisir. Les prix doivent cependant rester compétitifs. En alimentaire, leur préoccupation principale est la boisson. Ils sont sensibles au « marketing éthique ». Les jeunes indépendants, peu aisés (6% de la population française) Ils recherchent des produits « plaisir » mais qui soient nécessaires. Leur niveau de vie modeste les freine dans leurs achats Les jeunes indépendants aisés (4% de la population française) Ils cherchent le plaisir et sont très exigeants dans leurs achats. Leur consommation est guidée par les marques et la nouveauté. Ils craquent moins pour les produits en promotion. Ils n’achètent pas de produits issus de l’agriculture biologique. Etude du CREDOC (2003)

25 Les familles (1/2) (43% de la population française) Recherche de sécurité et du bien être des enfants. Ces consommateurs font attention au prix : ils comparent les produits entre eux et profitent des promotions. Ils sont attirés par les marques. Les familles d’âge moyen, avec plusieurs enfants, peu aisées (10% de la population française) Recherche avant tout de sécurité, de garanties. Les prix sont très importants pour ces familles : elles profitent des promotions et comparent les prix entre eux. Elles recherchent des produits nécessaires et non pas des produits qui apportent du plaisir. Les familles aisées avec 1 ou 2 enfants (10% de la population française) Malgré leur aisance, elles font attention au prix : elles comparent les produits entre eux et profitent des promotions. Elles recherchent des produits plaisir et nécessaires à la fois. Elles consomment des produits issus de l’agriculture biologique. Les familles d’âge moyen avec 1 enfant, peu aisées (9% de la population française) Elles consomment les produits à la fois par plaisir et par nécessité. Elles font attention au prix des produits. Elles cherchent des garanties dans les produits qu’elles achètent. Elles aiment les nouveaux produits. Etude du CREDOC (2003)

26 Les familles nombreuses, aisées (6% de la population française) Elles recherchent des produits plaisir mais qui sont tout de même nécessaire. Elles recherchent des prix compétitifs. Elles aiment les nouveaux produits. Les familles d’âge mûr ayant au moins 2 enfants, peu aisées (5% de la population française) Elles recherchent des produits nécessaires et non pas des produits qui apportent du plaisir. Elles n’achètent pas de produits issus de l’agriculture biologique de par le prix. Les jeunes familles avec 1 ou 2 enfants, plutôt aisées (3% de la population française) Elles cherchent le plaisir dans les produits qu’elles consomment mais qui restent tout de même nécessaires. Elles achètent des produits sur des coups de têtes et aiment la nouveauté. Elles ne lisent pas les étiquettes des produits. Elles n’achètent pas de produits issus de l’agriculture biologique. Etude du CREDOC (2003) Les familles (2/2) (43% de la population française)

27 Les adultes sans enfants (11% de la population française) Ils recherchent des produits qui offrent des garanties. Ils veulent connaître l’origine des produits et ont une préférence pour les produits du terroir ou d’origine française. Les célibataires (5% de la population française) Ils lisent les étiquettes avant d’acheter un produit. Ils sont très sensibles au prix : ils comparent les prix et profitent des promotions. Ils ne consomment pas de produits issus de l’agriculture biologique. Les couples, aisés (4% de la population française) Ils consomment des produits plaisir. Ils ne cherchent pas forcément à profiter des promotions. Ils achètent peu sur des coups de tête et n’aiment pas spécialement la variété proposée en magasin. Ils ne sont pas très attirés par les produits de marque. Les couples, peu aisées (2% de la population française) Ils consomment des produits uniquement par nécessité et sont très sensibles au prix : ils comparent les produits avant de les acheter et ne sont pas sensibles aux promotions. Ils recherchent des produits de marque car ils sont gage de qualité et de sécurité. Etude du CREDOC (2003)

28 Les jeunes parents (1/2) (27% de la population française) Les mamans inquiètes (7% des jeunes parents) Elles veulent réussir l’éducation de leurs enfants et passer du temps avec leurs enfants. Elles culpabilisent de ne pas en passer assez avec eux. Elles prennent un congé maternité à l’arrivée de l’enfant et veulent travailler à temps partiel. Par contre, elles ne voudront pas prendre d’année sabbatique ou que leur conjoint prennent un congé. En général, ces mères gardent elles-même leurs enfants. Elles cherchent des conseils sur internet, en particulier ceux concernant les produits alimentaires. Elles utilisent les bons de réduction pour les produits pour bébé et font régulièrement le tour du rayon bébé des magasins. Elles visitent aussi les salons consacrés aux bébés ou jeunes enfants. Elles n’achètent pas de plats préparés ni de produits bio mais vont acheter des bonbons, des petits pots sucrés, jouets. Elles sont très sensibles au prix et hésitent souvent entre les produits premiers prix et les marques. Les parents idéalistes (34% des jeunes parents) Les conjoints prennent des congés paternités et les deux parents sont prêts à prendre une année sabbatique pour rester avec leurs enfants ou à travailler à temps partiel. Ils cherchent avant tout que leurs enfants respectent les règles et ensuite ils leurs font plaisir. Les enfants sont surtout gardés par leur mère mais parfois en crèche ou chez une nounou. Ils cherchent des conseils auprès de leurs proches et d’internet, en particulier ceux concernant les produits alimentaires. Ils utilisent les bons de réduction et achètent presque exclusivement les produits en réduction à condition qu’ils soient de bonne qualité. Ils font régulièrement le tour du rayon bébé des magasins. Ils visitent aussi les salons consacrés aux bébés ou jeunes enfants. Ils achètent des plats préparés, des compotes. Cependant, ils n’achètent pas de viande, ni de légumes frais, de sucreries. Ils achètent aussi du lait en poudre. Etude du CRIOC (2008)

29 Les jeunes parents (2/2) (27% de la population française) Les parents décontractés (14% des jeunes parents) Les mères prennent un congé maternité mais pas d’année sabbatique et refusent de travailler à temps partiel. Ils cherchent avant tout à faire plaisir à l’enfant mais font respecter certaines règles. Ils sont satisfaits du temps qu’ils accordent à leurs enfants. Presque une fois sur deux, la mère garde l’enfant. Le reste du temps, elle fait appel à un proche voire à une nounou ou elle dépose l’enfant en crèche. Ils ne cherchent pas d’information pour éduquer leurs enfants : lorsqu’ils ont besoin de conseil, ils font appel à un proche. Ils n’utilisent pas les échantillons et bons de réduction car ils font souvent manger des produits bien connus de l’enfant. Cependant, ils pensent que c’est important de faire découvrir de nouveaux produits aux enfants. Ils ne visitent ni les salons ni les rayons destinées à bébé. Ils n’achètent pas de produits bio. Ils achètent des produits pour bébé mais en faible quantité : biscuits, céréales, légumes frais mais pas de lait croissance. Ils achètent les marques présentées à la maternité. Ils sont sensibles au prix et privilégient donc la marque du magasin. Les parents hédonistes (45% des jeunes parents) Ils sont heureux d’être parents et de l’éducation qu’ils donnent à leurs enfants mais aimeraient passer plus de temps avec eux. La mère prend un congé maternité voire un congé sabbatique et travaille à temps partiel. L’éducation se fait par les deux parents même si ils estiment qu’un seul pourrait s’en occuper. Les parents apprennent aussi bien les règles à leurs enfants qu’ils leurs font plaisir. Ils cherchent des informations auprès de leurs proches, médecins, dans les magasines ou sur internet mais pas sur les sites alimentaires et encore moins ceux des marques. Ils fréquentent les rayons bébé des magasins et testent les produits quand ils ont des échantillons ou des bons de réduction. Ils ne vont pas dans les salons destinés au bébé. Ils achètent des bonbons, des plats préparés, des biscuits, des légumes frais, de la viande, des produits bio mais pas de petits pots aux fruits. Ils préfèrent acheter des marques reconnues en magasin ou pharmacie. Ils font goûter de nouveaux produits à leur enfants qui sont équilibrés et non allergènes. Etude du CRIOC (2008)

30 LE GENDER MARKETING : ROSE POUR LES FILLES, BLEU POUR LES GARÇONS PAR ELAEE Assez d’androgynes, assez de métrosexuels, « Le marketing par genre », comprenez la segmentation par sexe, fait fureur. Pour preuve, les résultats après 8 mois de Coca Cola avec son Zero fait pour les hommes qui s’octroie 17% de parts de marchés des boissons light. Sur le marché des mobiles, Samsung vient de s’associer à Sephora pour lancer un téléphone fuschia, le L600, packagé avec un sac doré, un gloss et un vernis à ongles. Le tout pour 289€. Il propose des fonctions multimédias, incluant un lecteur audio (AAC, AAC+, WMA et MP3), un tuner FM et un appareil photo de 3 mégapixels avec autofocus. Doté de la technologie EDGE, il propose un port de carte microSD. Le truc de fifille (en plus de sa couleur) : une fonction podomètre, qui permet le calcul d’une distance parcourue et du nombre de calories éliminé. Plus quelques bonus, tel le menu nommé « vie féminine » où on trouve un test pour connaître son type de parfum, un biorythme ou encore une liste de shopping.

31 Les départs en vacances (1/6) Les fidèles des départs en vacances : (43% de la population) ceux qui déclarent à la fois être partis en vacances au cours des douze derniers mois et qui envisagent de repartir dans les six prochains mois. Les occasionnels des départs en vacances : regroupent un Français sur quatre (24%). Ils rassemblent tous les individus qui affirment être partis en vacances depuis un an mais n’ont pas l’intention de repartir d’ici six mois, mais aussi ceux qui disent ne pas avoir pris de vacances l’an dernier et qui envisagent d’en prendre prochainement. Les habitués du non-départ en vacances : (33% de la population) tous ceux qui ne sont pas partis en vacances l’an dernier et n’ont pas non plus le projet de partir le prochain semestre.

32 Les départs en vacances (2/6)

33 Les départs en vacances (3/6) Le pourcentage des fidèles des départs en vacances varie significativement en fonction de l’âge, du niveau de formation, du montant des revenus et de la taille d’agglomération :  Chez les 70 ans et plus, seul un individu sur quatre fait partie de ce groupe (24% contre 43% en moyenne) ;  Deux diplômés du supérieur sur trois (67%), mais à peine un non-diplômé sur quatre (23%), sont des fidèles des départs en vacances ;  C’est aussi le cas de trois hauts revenus sur quatre (74%) mais de seulement 22% des bas revenus;  Enfin, une majorité de Franciliens (56%) et des habitants des grandes villes de province (51%) appartiennent à la catégorie des fidèles des départs en vacances.

34 Les départs en vacances (4/6)

35 Les départs en vacances (5/6) Bien entendu, les tendances s’inversent pour ce qui est du profil socio-démographique des habitués du non-départ en vacances:  Une nette majorité de seniors (70 ans et plus) en fait partie (58%) ;  C’est aussi le cas de 56% des non-diplômés, mais de seulement un diplômé du supérieur sur dix (11%) ;  56% des bas revenus appartiennent à la catégorie des habitués du non-départ en vacances, contre 6% des hauts revenus ;  Le pourcentage de non-partants passe du simple au double entre les Franciliens (20%) et les habitants de petites villes (42%).

36 Les départs en vacances (6/6)

37 Les touristes (1/2) Les typologies de clientèles en Provence – Alpes Cote d'Azur Source: Observatoire régional de tourisme PACA- Etude sur la clientèle touristique- Février 2005

38 Les touristes (2/2) Les traditionnels (31%) : ce sont des touristes venant majoritairement l'été en camping ou en meublés. Ils ont assez peu d'activités hormis profiter du soleil, du climat et de la mer... Ils ont la plus longue durée de séjour soit près de 10 nuits. Ils viennent souvent en famille avec des enfants (soit une taille moyenne de groupe de près de 4 personnes). Les affinitaires (22%) : leurs séjours sont courts (moins de 3 nuits) et ils dépensent assez peu voire pas du tout. Ce sont essentiellement des jeunes (moins de 24 ans) séjournant en résidence secondaire de parents ou amis. Ils sont venus en région PACA pour la famille mais participent également aux manifestations culturelles. Plus du tiers de leur budget est alloué à la restauration. Les explorateurs urbains (21%): ces touristes sont souvent étrangers, ils ne restent qu'une ou deux nuits en région PACA. Ils sont très actifs (de la randonnée pédestre aux manifestations culturelles en passant par la découverte de la ville). Ils séjournent en hébergement marchand (hôtel ou résidence de tourisme). Leur budget est très supérieur à la moyenne (84 euros par jour et par personne contre 46 euros en moyenne) avec 35% pour l'hébergement. Les Montagnards (13%): leur principale occupation est la montagne mais aussi la randonnée pédestre et les autres activités sportives. 9 sur 10 sont français et 6 sur 10 viennent en famille avec des enfants. Leurs séjours se font souvent en meublés ou location et durent environ une semaine. Les résidentiels (13%): ils viennent pour profiter de leur résidence secondaire personnelle, en été et pour la mer. Ils sont plutôt retraités et sont âgés de 52 ans en moyenne. Malgré leur longue durée de séjour, ils dépensent assez peu (25 euros par jour et par personne contre 46 euros en moyenne).

39 Les voyageurs en ligne Selon une étude récente :  80% des internautes préparent leur voyage en ligne  37% des ventes totales de l’industrie du voyage sont réalisées en ligne  Internet constitue la première source d’information pour la planification d’un voyage (72%)  Les critiques et évaluations des voyageurs agiraient comme un facteur déterminant d’achat pour 87% des voyageurs

40 Les voyageurs en ligne La chercheuse d’information Son objectif est de s’informer, découvrir et explorer. Elle veut trouver une destination et pour cela, elle recherche de l’information sur la destination : sa situation géographique, son histoire, ses attraits… Elle collecte et organise l’information qu’elle trouve. Elle cherche essentiellement à s’imprégner de la destination en consultant les images, les vidéos, les visites virtuelles et les témoignages/récits sur la destination. Le voyageur planificateur Son objectif est de consulter, planifier, comparer et réserver. Il consulte, collecte de l’information et l’organise. Il aime ensuite comparer les différentes offres et les prix. Il lit les commentaires et évaluations des utilisateurs. Il souhaite trouver des idées de circuits afin de créer son itinéraire de voyage personnalisé et le partager. Il réserve en ligne. Le voyageur à destination Son objectif est de se guider et trouver de l’information pratique à destination. Il se guide à l’aide d’une carte touristique en ligne puis trouve des attraits et services touristiques à proximité. Il veut trouver des informations pratiques et consulte des guides de voyage en ligne. Le voyageur de retour (AKA le voyageur en pantoufles) Son objectif est de partager son expérience de voyage. Il télécharge et partage ses photos, vidéos et récits de voyage facilement sur le site. Il interagit avec les autres voyageurs, apporte ses commentaires et évaluations des différents attraits qu’il a visités lors de son voyage. Il suggère également des itinéraires touristiques aux utilisateurs basés sur son expérience personnelle.

41 Les loisirs culturels (6-14 ans) (1/5) Source : Les loisirs culturels des 6-14 ans (Dep, Ministère de la culture, 2004)

42 Les loisirs culturels (6-14 ans) (2/5)

43 Les loisirs culturels (6-14 ans) (3/5)

44 Les loisirs culturels (6-14 ans) (4/5)

45 Les loisirs culturels (6-14 ans) (5/5)

46 Achat impulsif Absence de Comportement citoyen Comportement citoyen Achat raisonné L'environ- nementaliste 27 % L’impulsif 7 % Le consumériste 44 % Le citoyen 22 % La situation d’achat Étude 1

47 L’impulsif 7% Le consumériste 44% Le citoyen 22% L’environnementaliste 27% Attitude et comportement peu attentifs aux caractéristiques intrinsèques des produits (prix, fraîcheur, aspect, odeur, goût, qualité) et à la perception des fabricants ou des distributeurs (commerce éthique, bien être des animaux, labellisation, respect de l’environnement). ne recherchent pas d’information particulière. très attentifs aux caractéristiques intrinsèques des produits (prix, fraîcheur, information sur l’emballage, aspect, odeur, qualité, variété), au mode de distribution (disponibilité, conseils des vendeurs). Prix, informations sur l’emballage et les logos constituent les principales sources d’information. très attentifs aux caractéristiques intrinsèques des produits et très sensibles aux produits citoyens. cherchent à s’informer à travers les emballages et les logos ou les conseils des vendeurs. peu attentifs aux caractéristiques intrinsèques des produits mais sont très sensibles à l’absence d’OGM ou d’additifs. manifestent un certain intérêt pour des éléments éthiques comme le respect de l’environnement, le commerce équitable, le bien être des animaux. très intéressés par la « recyclabilité » du produit Profil majoritairement des hommes, De formation supérieure célibataires ou vivant en couple. le ménage dépasse rarement deux personnes femmes et des hommes De formation supérieure Le ménage varie de 1 à 4 ou+ majoritairement des femmes De formation inférieure Le ménage atteint souvent 3 à 4 personnes majoritairement des femmes D’age mur De formation secondaire Le ménage dépasse rarement deux personnes. Pourcentage exprimés sur la population belge La situation d’achat Étude 2

48 Les donateurs (1/2) La population est composé de personnes qui ont un comportement différents face aux dons aux associations et fondations. On retrouve les segments suivants : La proportion « Donateur/Non Donateur » est environ 70% - 30 %

49 Les donateurs (2/2) Profils de différents donateurs : Les éprouvés Ce sont des donateurs jeunes, ils ont entre 30 et 40 ans, de catégorie socio-professionnelle modeste, qui ont déjà eu à vivre de la générosité d'autrui et qui côtoient encore la pauvreté dans leur vie quotidienne. Leurs dons sont modestes, le plus souvent de la main à la main, ou en nature. Le geste de don est très peu rationalisé, il répond à une sollicitation de nature émotionnelle. Ces donateurs sont méfiants à l'égard des associations qu'ils apparentent à des institutions souvent opaques. Les militants Ce sont de jeunes adultes qualifiés qui ont des convictions politiques progressistes, écologistes, et/ou des préoccupations spirituelles. Leurs dons sont réfléchis, programmés, souvent réguliers. Ils vont de préférence à des associations qui se positionnent comme des " contre-pouvoirs " par rapport aux institutions et à l'Etat (ex : Greenpeace, restos du cœur) Les épargnés Ce sont des " baby-boomers " de 40 à 60 ans, aisés socialement et économiquement, qui se sentent privilégiés et épargnés par le sort et en conçoivent une dette (et une culpabilité) à l'égard des moins favorisés. Leur don est motivé par le souci de préserver un équilibre perçu comme instable entre les pauvres et les riches, le Nord et le Sud….Leurs dons sont le plus souvent réguliers et vont en général à plusieurs associations, perçues à la fois comme relais et palliatif aux insuffisances de l'Etat. Les généreux Ce sont le plus souvent des seniors de catégorie socio-professionnelle supérieure, parfois retraités, qui conçoivent le don comme une forme de générosité, de responsabilité et de libéralité qui découle de leur statut social. Leurs dons peuvent être très importants (allant jusqu'à plusieurs ou dizaines de milliers d’euros). Ici aussi les causes et associations aidées sont souvent multiples, ou regroupées sous l'égide de la Fondation de France dont la vocation " multicauses " est perçue favorablement par ce profil de donateurs. L'acte de don est rationnel, planifié, il s'inscrit dans une tradition familiale étant un facteur déterminant dans le comportement de ce type de donateurs.

50 Les consommateurs en ligne (1/2) = comportement des acheteurs de vin en ligne Etude réalisée en 2008 sur 2813 consommateurs de 7 pays différents  Typologie basée sur la qualité des sites de vente

51 Les novices (21 %) : Ils s’attachent avant tout à l’esthétisme du site et cherchent le contact. La carte de l´interactivité via des mails ou des chats est pour eux indispensable. Les opportunistes (20 %) : Ils sont constamment à la recherche de la bonne affaire d’où la nécessité d’actualiser l’offre et de jouer sur les différents niveaux de prix. Les secure seekers (16 %) : Ils sont à la recherche de sécurité et ne demandent qu’à être rassurés. Pour les séduire, la fiabilité du site en termes de suivi de commandes, de respect des délais sont indispensables. Les navigateurs rationnels (15 %) : Ils sont à la recherche d’offre particulière et privilégient une esthétique de site sobre. Les navigateurs (14 %) : Ils seront sensibles à la description minutieuse des vins, des indications sur les millésimes, sur les accords mets-vins. Les sensibles au service (14 %) : Ils sont d’abord sensibles au confort de navigation sur le site. Le fait de leur proposer différents critères de sélection des vins et même un moteur de recherche interne les agréera. Les consommateurs en ligne (2/2)

52 Convivialité (50%) : Femmes âgées de 30 à 49 ans, appartenant aux groupes sociaux moyens et faisant partie d’un ménage de 4 ou 5 personnes avec enfants de 12 à 17 ans. Ces consommateurs ne cherchent pas forcément de produits sophistiqués. Ils vont s’attacher à confectionner un repas qu’ils savent d’expérience qu’il ravira ses convives. Ils considèrent la nourriture comme un outil de cohésion sociale, un moyen de se faire plaisir et surtout de faire plaisir aux autres. Qu’elles travaillent ou non, ils feront tout pour satisfaire les convives. Energie (21%) : Hommes âgées de 30 à 49 ans, appartenant aux groupes sociaux supérieurs et faisant partie d’un ménage de 4 personnes avec des enfants de moins de 12 ans. Ils se servent surtout des aliments de bases, pouvant leur transférer de l’énergie saine. Ils ne se laissent pas facilement séduire par les nouveautés alimentaires du marché. Ils ne recherchent pas les produits complexes, ni les adjuvants alimentaires. Ces consommateurs considèrent la nourriture comme une source d’énergie, un outil leur permettant d’accomplir leurs activités de façon efficace. Ils ne veulent pas perdre de temps. Valoriser (11%) : Hommes de plus de 50 ans habitant en milieu rural en couple (ou seul) et venant d’un milieu social inférieur. Il achètent des produits alimentaire de marque ou de qualité supérieure, en espérant pouvoir proposer des plats d’une qualité reconnue par les autres. Ces consommateurs considèrent la nourriture comme un moyen de montrer qui ils sont aux autres, de se valoriser aux yeux des autres et d’être reconnus. La consommation alimentaire (1/2) *Etude du CRIOC réalisée sur 600 habitants de la Belgique

53 Surveiller (10%) Femmes âgées de 30 à 39 ans ou de 50 à 64 ans habitant en famille de 3 ou 6 personnes (avec des enfants en bas âge) et appartenant à des niveaux sociaux inférieurs. Ces consommateurs recherchent en priorité à se prémunir des dangers que l’alimentation pourrait leur faire courir que ce soit au niveau de leur santé ou de leur sécurité. Ce type de personne suit un régime strict. Ils peuvent être attentifs à tous les paramètres d’un produit alimentaire davantage que les autres consommateur et se soucier davantage du prix et de la provenance d’un produit. Ces consommateurs considèrent l’alimentation comme une obligation potentiellement risquée. Facilité (6%) Hommes entre 18 et 29 ans ou de plus de 65 ans habitant seuls ou en famille de 4 personnes et appartenant aux groupes sociaux moyens. Ces consommateurs recherchent le plaisir immédiat dans la facilité. Ils apprécient manger à plusieurs. Le repas peut s’avérer être une fête mais ils rechignent à la préparation et préfèreront les plats préparés ou le restaurant. Leur goût se porteront vers des aliments qui satisferont leur goût, qui se cuisinent de préférence rapidement. Ils sont adeptes du « ready to eat » Equilibre (2%) Hommes ou femmes appartenant aux groupes sociaux moyens. Ils recherchent le bien-être par le biais de l’alimentation. Ils ne poursuivent pas de régimes spécifiques mais utilisent des produits variés pour assurer un équilibre alimentaire et protéger la santé de toute la famille.« Manger est une construction de soi » !!! La consommation alimentaire (2/2)

54 Les consommateurs bio (1/2)  1 français sur 4 achète régulièrement des produits biologiques (27 % selon le cabinet d’étude TMO)  85 % affirment consommer des produits bio pour « préserver l’environnement »  Les produits phares sont les fruits et légumes, les œufs et le pain, suivis des produits laitiers et volailles  Parmi les consommateurs bio, plus de 1/3 des consommateurs sont fidèles à une famille de produits  84 % des Français ont une image positive des produits biologiques.  La consommation est plus importante dans l’Est et le Sud Ouest de la France.

55 Les consommateurs bio (2/2) Typologie datant de 2004 suite à une étude de l’INRA => 3 profils Les nouveaux consommateurs (50 %) : Personnes essentiellement préoccupées par des valeurs de santé. Les militants (30 %) : Ils ont adhéré à l’agriculture biologique dans les années 70. Ils sont opposés à l’agriculture intensive et ont le souci de l’environnement. Composés d’enseignants, de professions intermédiaires de santé et d’artistes, ils ont entre 45 et 55 ans. Les nostalgiques (20 %) : Population d’origine populaire et paysanne, essentiellement des retraités, elle est très attachée aux circuits commerciaux traditionnels, comme les marchés, et aux valeurs passées en matière culinaire et gastronomique.

56 Nutrition (1/3) Une typologie des consommateurs face à la nutrition a fait ressortir 9 profils : (Source : Credoc) Les adeptes de la nutrition (21%) = sur compétents et concernés par la santé. Les seniors traditionnels (17%) = adeptes plus suivistes, population plus âgée et féminine. Les solitaires désimpliqués (9%) = femmes retraitées. Les bons vivants (9%) = hommes provinciaux. Les familiaux classiques (11%) = jeunes adultes modestes et familles avec enfants (fraicheur et variété). Limitation budgétaire.

57 Les inquiets pressés (11%) = actifs avec repas rapide. Les décontractés (10%) = jeunes ménages aisés et urbains-sociabilité et versatilité liée à l’ennui et au ludique. Les obsédés de la balance (5%) = femmes plutôt minces, urbaines, sensibles au risque alimentaire et très informés. Les innovants (7%) = moins de 45 ans, urbains, sensibilité à l’emballage, l’exotisme, la livraison à domicile avec des goûts sophistiqués. Nutrition (2/3)

58 Nutrition (3/3) Source : Credoc  répartition des familles de consommateurs

59 Les mangeurs (1/2) Types de consommateursConsommation habituelle Les gastronomes traditionnels (5%)Fromages, alcool, jus de fruits, apéritifs, pain, fruits secs, légumes, poissons Les hédonistes (8,3%) Homme Alcool, apéritifs, charcuteries, glaces, pâtisseries, fromages, pommes de terre, pain, fruits de mer, légumes secs Les gastronomes et pratiques (9,5%) ans Snacks, jus de fruits, chocolat, charcuteries, pain, biscuits, boissons lactées, boissons sucrées, pâtisseries, plats tout prêts, œufs, céréales, viennoiseries, confitures, pâtes, yaourts, alcool, fruits, confiseries, jambon blanc, légumes, fromages Les pratiques (6,3%) ans, homme, rural Pâtes, viandes, biscuits, boissons sucrées, charcuteries, plats tout prêts, snacks, chocolat, boissons lactées, apéritifs, mayonnaise, ketchup, viennoiseries, jus de fruits, pâtisseries, fromages Les pratiques en situation de précarité (8,8%) ans, homme, agglo > hab. Snacks, boissons sucrées, jambon blanc, plats tout prêts, charcuteries, desserts lactés

60 Les mangeurs (2/2) Types de consommateursConsommation habituelle Les petits consommateurs en situation de précarité (14%) ans Légumes, viandes, pommes de terre, viennoiseries, boissons sucrées, pain, desserts lactés Mangent pour vivre (9,3%) ans Viandes, pommes de terre, yaourts, légumes, légumes secs, pain, fruits, boisons lactées Les diétesthètes (5,5%) Femme Céréales, fruits secs, poissons, apéritifs, légumes, pâtes, riz, fruits, fruits de mer, autres féculents, produits bio, glaces Les néovégétariens (11%) 65 ans et +, femme Poissons, confiture, pâtes, riz, fruits de mer, fruits, légumes, jus de fruits, pain, alcool, produits bio, pâtisseries Régime santé (15,3%) 55 ans et +, femme, rural Autres féculents, jambon blanc, légumes, viandes, œufs, fromages, fruits, yaourts, boissons lactées Régime méditerranéen (9%) 55 ans et + Légumes, pain, autres féculents, confiseries, chocolat, confiture, fruits, légumes secs, fruits secs, viandes, produits bio, alcool, fromages, yaourts

61 Profilage des individus dans l’achat d’occasion (1/2) Le profil économique tend à envisager l’occasion comme une solution rationnelle et pertinente d’approvisionnement. La sensibilité au prix se caractérise par « le désir de payer le moins cher possible », «celui de ne pas se ruiner » ou encore « celui d’en avoir plus sur le même budget ». Ces profils n’interprète pas un prix bas comme un signe de qualité inférieur. Du fait de leur sensibilité au prix, ils s’appuient moins sur le prix que sur d’autres éléments d’information pour juger une offre. Les profils sensibles au risque s’exprime sur la nécessité de posséder un bon niveau d’expertise pour diagnostiquer la valeur des offres, sans lequel l’occasion est souvent rejetée. L’expertise ressort comme une variable discriminante de choix des catégories de produits achetés ou non d’occasion, et en s ’accroissant, tend à modérer le risque perçu. - Certains mettent en œuvre les caractéristiques fines du produit en s’affranchissant de jugements catégoriels (« j’ai tout bien regardé, on voit bien si la produit à l’air en bon état ») - Les novices tendent à rejeter dans des catégories à risque certains produits sans les évaluer («dans l’informatique, je ne crois pas possible de trouver des produits performants et sans risques »). Plus les consommateurs sont experts, moins ils s’appuient sur le prix comme signal de qualité.

62 Profilage des individus dans l’achat d’occasion (2/2) Les profils expérientiels associent l’achat d’occasion à la fréquentation des brocantes envers lesquelles ils manifestent des réactions récréationnelles. Ces profils majoritairement féminins, attirés par l’offre et le mode d’achat, manifestent des tendances impulsives. Cependant, les discours montrent que l’achat n’est réalisé que sous un contrôle strict de la dépense. Les profils étudiés semblent partager une même insensibilité aux effets de mode, aux marques. Ils manifestent un rejet de la consommation ostentatoire et une tendance à valoriser ce que d’autres déprécient ou à récupérer ce que d’autres jettent ou revendent. Cette tendance se traduit chez les acheteurs en brocante par un désir d’anti-conformisme ou de singularité qu’ils peuvent satisfaire à travers une consommation originale Source : Une contribution à l’étude du rôle du prix dans l’achat par l’exploration qualitative des discours des consommateurs d’occasion. Dominique ROUX


Télécharger ppt "Nouvelles segmentations marketing exemples. Les retraités (27% de la population française) Ils ne consomment pas de produits issus de l’agriculture."

Présentations similaires


Annonces Google