La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

3-1 L’art du Moyen âge L’art préroman L’art roman L’art gothique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "3-1 L’art du Moyen âge L’art préroman L’art roman L’art gothique."— Transcription de la présentation:

1 3-1 L’art du Moyen âge L’art préroman L’art roman L’art gothique

2 Rappelons-nous: Contexte historique En 323 L’Empereur Constantin le Grand (règne ) déplace la capitale de l’Empire Romain dans la ville grecque de Byzance, devenue Constantinople. Ce déplacement provoque la scission de l’Empire: en 395 l’Empire Romain se divise en Empire Romain de l’Ouest et l’Empire Romain de l’Est. Après le déplacement de la capitale impériale à Constantinople, la partie occidentale de l’empire romain est proie aux invasions de tribus germaniques: les Francs en Gaule, Ostrogoths et Lombards en Italie, les Visigoths en Espagne. L’empire romain de l’est, à partir du VIIème siècle lui-même aux prises avec la montée de l’Islam, ne peut plus défendre les provinces occidentales: l’Empire romain de l’ouest succombe à la montée des peuples germaniques, qui peu à peu prennent le pouvoir, d’abord militaire, puis aussi royal (476).

3 L’art chrétien primitif/l’art byzantin/l’art préroman du Moyen Age Le schisme religieux suit la scission de l’Empire: la Chrétienté se divise en Église occidentale ou catholique et Église orientale ou orthodoxe. L’art chrétien dorénavant évolue de façons différentes dans l’Empire Romain de l’Est et à l’ouest. S’il n’y a pas de séparation nette entre l’art chrétien primitif et l’art byzantin (nous avons parlé d’art byzantin à partir du VIème siècle (empereur Justinien)) en Occident, la scission politique et religieuse devient aussi une scission artistique, sous l’influence des peuples germaniques et celtiques qui envahissent l’Empire Romain de l’Occident: nous voyons apparaitre l’art du Moyen Age.

4 3-1-1 L’art préroman du Moyen âge L’art de « l’âge des ténèbres » L’art carolingien L’art ottonien

5 « L’âge des ténèbres » À l’ouest, la période allant de la mort de Justinien jusqu`à l’avènement de Charlemagne (de la fin du VIème à la fin du VIIIème siècle) fut considéré « l’âge des ténèbres », une période d’obscurité entre l’art de l’Antiquité classique et de son renouveau avec la « renaissance carolingienne ». Mais c’est négliger que les tribus celtes et germaniques: Francs en Gaule, Ostrogoths et Lombards en Italie, les Visigoths en Espagne, ont apporté leur propres traditions artistiques. Une foi installés, ces peuples subissent l’influence culturelle et spirituelle de l’Empire romain/byzantin, notamment en adoptant la religion chrétienne. Cette période donne des réalisations importantes qui, reliant l’art nomade de ces tribus « barbares » avec l’héritage antique et chrétien, vont forger l’identité de l’art du Moyen âge, considéré aujourd’hui, non plus comme « l’âge des ténèbres », mais comme « l’âge de la foi ».

6 Sources de l’art du Moyen âge: l’apport des tribus celto- germaniques : l’ancienne tradition du style animalier des peuples nomades C’est une ancienne tradition des peuples nomades, nous l’avons vu dès 5000 ans av. J.C., comme dans l’exemple de ce gobelet perse. Ce style combine les formes figuratives et abstraites, et devient un élément important de l’art celto-germanique de « l’âge des ténèbres ». Art perse: gobelet, Suse, style animalier, vers av. J.C.

7 L’orfèvrerie est le support principal du style animalier, d’où la rapide propagation du style. L’ancien motif d’animaux luttant s’enrichi d’une invention de cette période: leur queues et pattes s’étirent en bandes entrelacées, formant des motifs ornementaux appelés entrelacs. Bourse en or et en émail, barque funéraire de Sutton Hoo, VIIème siècle

8 Entrelacs: Le motif d’entrelacs, ornements évoquant les cordes entrelacées est originaire de l’art romain et paléochrétien du rivage sud de la Méditerranée, nous le retrouvons dans l’art arabe sous le nom d’arabesque. Arabesque, boiserie sculpte, Grande Mosquée de Kairouan Nœud de base, entrelacs celtique Croix celtique

9 La combinaison d’entrelacs et du style animalier est un apport spécifique de l’art celto- germanique. Nous le trouvons dans l’orfèvrerie, dans le travail du bois, mais aussi dans l’enluminure des manuscrits... Tête animale, barque funéraire d’Oseberg, Norvège, IXème

10 L’enluminure: la beauté de la Parole divine L’enluminure est un apport des moines irlandais qui, adoptant le christianisme, préfèrent la vie ascétique à la vie urbaine de l’Église romaine. De nombreux monastères sont crées entre 600 et 800 après J.C., centres culturels de grande influence. Saint Benoît de Nursie rédige la règle qui régit aujourd’hui encore la vie de la plupart des monastères: y figurent la prière commune, Opus Dei, lecture priante de la Bible et travail manuel car les monastères doivent être auto- suffisants. Book of Kells, vers 700 aD, Chi-Rho page (l’Évangile de saint Mathieu)

11 Pour diffuser l’Évangile, ces monastères font exécuter de nombreuses copies richement décorés de la Bible, car leur beauté visuelle doit refléter « la beauté de la parole divine ». Une tradition indépendante d’embellissement décoratif s’y développe, les illustrations figuratives de scènes d’événements bibliques des manuscrits paléochrétiens (s’inspirant de l’art antique) n’intéressent pas les artistes de cette période.

12 La figure humaine reste hors de porté, et si elle doit apparaitre, l’anatomie est rattachée aux éléments ornementaux (la Crucifixion, VIIIème siècle, Irlande). Les figures des évangélistes sont représentés par leur symboles, rejoignant ainsi la tradition du style animalier.

13 Charlemagne, roi des Francs et des Lombards devient empereur L’empire romain de l’est, aux prises avec la montée de l’Islam, ne peut plus assurer la défense des provinces occidentales. L’Europe occidentale est forcée de développer ses propres ressources. L’Église de Rome brise ses derniers liens avec l’Est et se tourne vers le nord germanique, où le royaume franc s’élève au rang de l’empire sous Charlemagne, roi des Francs et des Lombards, octroyé en 800 Empereur par le pape. Charlemagne bâtit sa capitale au centre de son pouvoir effectif, à Aix-la-Chapelle (Aachen), à laquelle il tente de donner la splendeur d’une nouvelle Rome.

14 L’art carolingien Les beaux-arts jouent un rôle important dans le règne de Charlemagne ( ), qui tente de restaurer, avec le titre de l’empereur, aussi la civilisation romaine antique: cette « renaissance carolingienne » est la première phase de fusion entre l’art antique et l’art des tribus celto-germaniques. La chapelle palatine de Charlemagne à Aix-la- Chapelle (Aachen), « la nouvelle Rome », ap. J.C.

15 Charlemagne s’inspire des monuments de Rome de Constantin, et de Ravenne de Justinien pour bâtir sa capitale, à Aachen (Aix-la-Chapelle). La célèbre chapelle du Palais (vers 800) s’inspire de Saint-Vital par son plan central. Mais la chapelle palatine de Charlemagne n’est pas une copie de Saint Vital, mais une réinterprétation: c’est l’espace central qui est octogonal, entouré d’un déambulatoire, les voûtes et piliers massifs en pierre, remplacent les voûtes romaines de brique légère, l’entré, désaxée à San Vital retrouve l’axe de l’autel… San Vitale, Ravenna, La chapelle palatine de Charlemagne à Aix-la- Chapelle (Aachen), ap.J.C.

16 Nous y trouvons en germe une autre nouveauté: l’entrée monumentale dont la forme va se développer en façade ouest à deux tours que nous trouverons dans tant de cathédrales médiévales.

17 Les monastères et la règle de Saint Benoît Les entrées sont latérales, l’église a de nombreux autels. Le transept, à l’est, forme la croix latine. À l’époque carolingienne les monastères se multiplient. Ils appliquent la règle bénédictine (de Benoît de Nursie), qui préconise la pauvreté, le travail et l’autarcie des monastères. La plupart des églises bâties pendant cette période sont des églises abbatiales (c’est-à-dire les églises de monastères), riches de dons et de revenus de leur possessions. Ces églises sont bâties sur le plan basilical de Constantin, mais avec deux absides, ouest et est. Deux tourelles d’escalier entourent l’abside à l’ouest.

18 Plan-type d’un monastère: maquette du monastère et de son économie (autosuffisance selon la règle de St. Benoît). L’église est une basilique, avec deux absides, est et ouest, et avec deux tourelles à l’ouest, le transept forme la croix latine.

19 Plan type de monastère: autosuffisance selon la règle de Saint Benoît

20 En enluminure de manuscrits, l’art carolingien s’inspire de l’art paléochrétien de source antique. De nouveau les scènes bibliques sont représentées, mais les saints ne sont plus des philosophes posés et réfléchis, mais des inspirés... Saint Marc, Évangéliaire d’Ebbon de Reims

21 L’art ottonien Le dernier monarque carolingien mort en 911, le pouvoir en Allemagne est repris par les rois Saxons ( ), et Otton Ier, le plus grand d’entre eux, reprend les ambitions impériales de Charlemagne. Il est couronné par le pape, en 962, empereur du Saint-Empire romain germanique… L’art ottonien reprends l’héritage carolingien (le plan basilical, deux absides, est et ouest, la façade monumentale ouest (porche profond entouré de tourelles à escalier). Dans le principal monument de l’art ottonien, nous voyons l’église avoir deux transepts, est et ouest, et deux tours de croisé de transept. Les entrées sont latérales.

22 Le principal monument de l’époque ottonienne est l’abbaye bénédictine de Saint Michel de Hildesheim ( ): plan basilical avec deux chœurs et deux transepts, est et ouest, et les entrées latérales. Deux tours, une au-dessus de chaque croisée de transept, et les tourelles d’escalier.

23 L’art ottonien reprends la façade ouest carolingienne : porche profond entouré de deux tours. L’abbaye bénédictine de Saint Pantaléon à Cologne L’art carolingien et l’art ottonien sont aussi appelés art protoroman.

24 En sculpture et peinture, l’influence byzantine du second âge d’or est visible (Otton II a épousé une princesse byzantine…): nous y voyons le pathos byzantin dans la représentation du Christ, mais transposé en réalisme expressif …

25 Dégager l’essentiel: art du Moyen âge À l’issue de la migration des peuples nomades vers l’Europe, un nouvel art se forme: il s’agit d’un mélange celto- germanique du style animalier (une anciennes tradition des peuples nomades) et d’une tradition plus récente d’entrelacs (art romain et paléochrétien, bassin méditerranéen), qui se propage rapidement (supports transportables: orfèvrerie, boiserie, enluminure de manuscrits)

26 Art carolingien Charlemagne, avec le titre de l’empereur, tente de restaurer aussi la civilisation romaine antique: c’est la première phase de fusion entre l’art antique et l’art des tribus celto-germaniques. Nous parlons de « renaissance carolingienne ». Nous appelons l’art de l’époque de Charlemagne et de ses descendants art carolingien. Dans la construction des églises des monastères qui se multiplient, une nouvelle forme apparait: au plan basilical de Constantin, une façade monumentale ouest est ajoutée (porche profond entouré de tours), que nous verrons par la suite dans la plupart des églises médiévales. L’église a deux absides, est et ouest, et de nombreux autels. L’entrée est latérale. Un transept à est forme avec la nef la forme de la croix latine.

27 Forme basilicale, deux absides, un transept à l’est forme avec la nef la forme de la croix latine.

28 L’entrée monumentale dont la forme va se développer en façade ouest à deux tours:

29 Art ottonien L’art ottonien: l’art de l’époque du roi saxon Otton Ier, et de ses descendants, reprends l’héritage carolingien. Saint Michel de Hildesheim ( ) L’art carolingien et ottonien est aussi qualifié de protoroman.

30 À l’issue de la migration des peuples nomades vers l’Europe, un nouvel art se forme: il s’agit d’un mélange des anciennes tradition des peuples nomades (style animalier), d’une tradition plus récente d’entrelacs (bassin méditerranéen) et du christianisme. Charlemagne, avec le titre de l’empereur, tente de restaurer aussi la civilisation romaine antique: c’est la première phase de fusion entre l’art antique et l’art des tribus celto-germaniques. Nous appelons l’art de l’époque de Charlemagne et de ses descendants art carolingien, et parlons de « renaissance carolingienne ». Dans la construction des églises de monastères qui se multiplient, une nouvelle forme apparait: au plan basilical de Constantin, une monumentale façade ouest est ajoutée (porche profond entouré de deux tours), l’église a deux absides, est et ouest, et de nombreux autels. L’entrée est latérale. Un transept à l’est forme avec la nef la forme de croix latine. Nous appelons art ottonien l’art de l’époque du roi saxon Otton Ier et de ses descendants. L’art carolingien et ottonien est aussi qualifié de protoroman.


Télécharger ppt "3-1 L’art du Moyen âge L’art préroman L’art roman L’art gothique."

Présentations similaires


Annonces Google