La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Affirmation de soi : jeux de rôles thérapeute IFFORTHECC Lausanne 12 et 13 septembre 2008 Docteur Frédéric FANGET Tous droits de reproduction réservés.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Affirmation de soi : jeux de rôles thérapeute IFFORTHECC Lausanne 12 et 13 septembre 2008 Docteur Frédéric FANGET Tous droits de reproduction réservés."— Transcription de la présentation:

1 Affirmation de soi : jeux de rôles thérapeute IFFORTHECC Lausanne 12 et 13 septembre 2008 Docteur Frédéric FANGET Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

2 PLAN PARTIE 1 : Bases de laffirmation de soi PARTIE 2 : Analyse fonctionnelle et traitement : lexemple de Sylvie PARTIE 3 : Comment saffirmer situation par situation PARTIE 4 : Déroulement dun groupe, post cure, processus thérapeutique PARTIE 5 : Affirmation de soi PARTIE 6 : Annexes, évaluations et bibliographie Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

3 Partie 1 Les bases de laffirmation de soi Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

4 Les bases de laffirmation de soi Laffirmation de soi se définit comme un comportement relationnel. Ce comportement est appris à travers les désirs, les souhaits, les idées de celui qui sexprime et respecte lautre dans ses propres désirs, souhaits, idées, opinions etc. Ce comportement est appris à travers différents (éducation et expérience personnelle). Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

5 Comment apprendre à saffirmer Principe n° 1 : Priorité à laction. Oser agir sans blocage. Principe n°2 : Observer après avoir agit. Observer le comportement du patient, les réactions de linterlocuteur et la qualité de la relation. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

6 Comment apprendre à saffirmer Principe n°3 : Juger après avoir agit On saime plus lorsque lon saffirme. Principe n°4 : La façon de faire facilite laction. Apprendre des habiletés sociales à vos patients pour pouvoir saffirmer. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

7 Comment apprendre à saffirmer - Nécessiter de la répétition. - Sentraîner et sexposer dans la vie réelle de manière répétitive. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

8 Connaître les base de la communication et de laffirmation de soi Les trois types de comportement comportement passif comportement affirmé comportement agressif Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

9 Les trois types de comportement Le comportement passif : le sujet n'exprime pas ses besoins ses désirs et laisse toute la place à l'autre. C'est le « paillasson ». Le comportement agressif : le sujet impose ses besoins et ses désirs à l'autre sans le respecter. C'est le « hérisson ». Le comportement affirmé : le sujet exprime ses besoins et ses désirs en respectant les besoins et les désirs de l'autre.Cest « léquilibre relationnel ». Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

10 Vous nexprimez pas ou peu vos besoins ( 5% du temps laissant la place aux autres). Vous attendez quon devine vos besoins. Vous avez tendance à ne pas regarder lautre en face, vous baissez souvent les yeux et la tête, et votre voix est souvent faible et peu audible. En cas de conflit dintérêt, vous avez tendance à fuir les conflits. Vous êtes souvent mal, frustré regrettant de ne pas vous être exprimer. Les caractéristiques dun comportement passif Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

11 Les caractéristiques dun comportement affirmé Vous exprimez vos besoins et vos désirs. Vous respectez équitablement les besoins et les désirs de lautre. Vous parlez autant que vous écoutez lautre (50%50%) Vous êtes direct, clair et précis dans votre expression. Vous regardez lautre en face, votre posture est décontractée, votre voix est claire et suffisamment forte. En cas de conflit dintérêts, vous cherchez un compromis. Vous vous sentez bien, content de vous être exprimé et davoir respecté lautre. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

12 Les caractéristiques dun comportement agressif Vous imposez vos besoins et vos désirs. Vous ne respectez pas lautre. Vous parlez à la place de lautre. Vous regardez lautre fixement, votre posture est tendue, rigide, votre voix est forte, vous pouvez vous approchez très près de lautre pour lui parler. Vous avez tendance à généraliser. En cas de conflit, vous nhésitez pas à contre- attaquer. Vous pouvez être satisfait davoir obtenu immédiatement mais ultérieurement, vous regretterez la détérioration de la relation. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

13 Un autre type de comportement Le comportement manipulateur Cest un comportement masqué, trompeur, déguisé … qui pose des problèmes cliniques et thérapeutiques particuliers. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

14 Le comportement verbal Comportement passif Comportement agressif Comportement affirmé Langage verbal Vos droits et vos désirs Les droits et les désirs de lautre Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

15 Le comportement non verbal Comportement passif Comportement affirmé Comportement agressif Le contact visuel FuyantPrésent sans être intrusif Insistant La mimique faciale Figée, peu expressive Calme et détendue Tendue La posture générale Manque de tonicité Tonique et poséeCrispée et tendue La distance interpersonnelle LointaineRespectueuse (une longueur de bras) Trop proche, intrusive Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

16 Le comportement para verbal Comportement passif Comportement affirmé Comporteme nt agressif Le volume sonore FaibleAdapté au contexte Fort Le timbreSourd, nasonné, voilé Timbre clairÉraillé, forcé Le débit verbalSouvent rapide pour masquer lanxiété ou trop lente Régulier, posé respectant la ponctuation. Quantité de mots trop importante LarticulationMauvaise articulation Articulation compréhensible. Articulation trop rapide Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

17 Les 6 domaines de la communication 1 : Message émis positif : Faire un compliment (ou un cadeau). 2 : Message émis neutre : Faire une demande. 3 : Message émis négatif : Faire une critique à lautre. 4 : Message reçu positif : Répondre à un compliment. 5 : Message reçu neutre : Énoncer un refus, donner son accord, négocier. 6 : Message reçu négatif : Répondre à une critique. Émetteur Récepteur Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

18 Autres domaines de communication La conversation. Se parler à soi-même (restructuration cognitive). Se dévoiler. La colère. La résolution des conflits… Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

19 Les techniques utilisées en affirmation de soi Linformation La formation à lobservation Les jeux de rôles Le feedback Les tâches assignées Les expositions in vivo Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

20 PARTIE 2 Analyse fonctionnelle et traitement : lexemple de Sylvie Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

21 Analyse fonctionnelle en affirmation de soi (définitions) Lanalyse fonctionnelle est une étape préalable à toute intervention psychothérapeutique. Elle permet davoir une bonne compréhension du trouble, et de conceptualiser le cas. Lanalyse fonctionnelle est la première étape essentielle dune thérapie comportementale et cognitive. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

22 Analyse fonctionnelle synchronique de Sylvie Faire une demande : Anticipation. Je ne suis pas capable de demander quoi que ce soit. Je ne dois pas risquer de déplaire. Si je demande on va croire que je suis exigeante. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

23 Analyse fonctionnelle synchronique de Sylvie (suite) Situation : Demander mon salaire dans un entretien dembauche. Émotions : Anxiété et honte : intensité 8 sur 10 Signification personnelle : Je suis nulle. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

24 Analyse fonctionnelle synchronique de Sylvie (suite) Cognitions : Cela ne se fait pas. Je vais paraître intéressée par largent. Je ne dois pas me montrer exigeante. Je ne suis pas assez qualifiée pour demander quoi que ce soit. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

25 Analyse fonctionnelle synchronique de Sylvie (suite) Comportement : Ne demande pas pour le poste sur lequel elle postule. Attend passivement la réponse de lemployeur sur sa décision Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

26 Analyse fonctionnelle diachronique de Sylvie (suite) Données structurales possibles : Génétiques Les grands-mères maternelle et paternelle étaient issues dun milieu social très défavorisé et avaient des problèmes dalcool. Père : totalement passif, soumis et écrasé par son épouse. Mère: pas aimante. Ne fait confiance à personne. Ne donne pas le droit à la parole. Non protectrice, sans limite, laissant mettre sa fille en danger.En même temps très exigeante en affection avec sa fille, tendance à la culpabiliser. Sylvie est fille unique. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

27 Analyse fonctionnelle diachronique de Sylvie (suite) Éléments déclencheurs initiaux invoqués. Sa mère ne soccupait pas delle et la rabaissait systématiquement. Les phrases habituelles de sa mère étaient « tu es une bonne à rien », « tu ne feras jamais rien de ta vie », « tu es une charge pour moi ». Elle se souvient dun exemple quelle raconte en pleurant : sa mère lui faisait brûler ses cahiers pour que les éboueurs ne puissent pas regarder quelque chose daussi mauvais et sa pensée alors était « tout le monde sait que je suis nulle ». Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

28 Analyse fonctionnelle diachronique de Sylvie (suite) Évènements précipitant le trouble. Actuellement Sylvie sature de son travail, veut en changer car elle ne se sent pas respectée malgré ses efforts. Elle ne supporte plus les rapports avec ses parents et sa mère en particulier qui exige que sa fille lui téléphone toutes les semaines. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

29 Analyse fonctionnelle diachronique de Sylvie (suite) Facteurs historiques de maintien. Maintes fois, elle a cherché à prendre de la distance avec sa mère, mais ny arrive pas devant la colère, les pleurs, le désespoir affiché de sa mère. Elle se sent alors totalement coupable de faire le malheur de sa mère, et ne se sent pas capable de prendre cette décision. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

30 Evaluations Sylvie avant traitement Échelle de Beck à 13 items = 13 Questionnaire des peurs de Marks, sous score agoraphobie = 6 sous score phobie du sang et des blessures = 4 Sous score phobie sociale = 24. Échelle de phobie sociale de Liebowitz = 104 Sous score anxiété = 58 Sous score évitement = 46 Échelle de Rathus = 149 Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

31 Évaluations Sylvie avant traitement Liste des situations personnelles croissantes Jai honte, je me sens nulle lorsquil faut participer à un débat. Jai peur de dire une phrase en dehors du contexte. 30 Donner mon avis dans une discussion familiale. 30 Demander mon salaire dans un entretien dembauche. 40 Me défendre face à un groupe pour une erreur que je nai pas commise. 60 Accepter des compliments que me fait une personne dans un groupe. 60 Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

32 Évaluations Sylvie avant traitement Liste des situations personnelle croissantes (suite) Demander à un supérieur hiérarchique des explications sur une phrase mal comprise. 60 Je ne suis pas capable de me défendre lorsque lon maccuse à tort. 70 Je ne sais pas me défendre si mon supérieur hiérarchique me critique. 80 Aller demander des explications à une personne qui ma critiquée. 80 Rester calme et faire preuve dautorité lorsque lon magresse : je suis agressive et me venge. 90 Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

33 La fiche à 3 colonnes de Sylvie Situation ÉmotionsPensées automatiques Me présenter à ma future directrice et rencontrer les autres membres du personnel Peur. Cœur qui tape Rougissement 9/10 Il ne faudrait pas que je me sente mal. Je vais avoir lair ridicule. On ne pourra pas compter sur moi. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

34 La fiche à 5 colonnes de Sylvie SituationÉmotionPensées automatiques Pensées alternatives Émotion Me présenter à ma future directrice et rencontrer les autres du personnel Peur, cœur qui tape, rougisse ment 9/10 Il ne faudrait pas que je me sente mal, je vais avoir lair ridicule. Je ne connais pas ni ces lieux, ni ces personnes, il est normal que je sois tendue. Peur, cœur qui tape, 4/10 Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

35 La fiche à 5 colonnes de Sylvie (suite) Suite des Pensées alternatives Je suis attendue puisque je suis acceptée pour ce poste. Il me faut du temps pour faire connaissance. Je tiens vraiment à ce travail que je voulais faire depuis longtemps. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

36 Évaluations de Sylvie après la thérapie Échelle de Beck à 13 items = 4 Questionnaire des peurs Sous score agoraphobie = 2 Sous score phobie du sang et des blessures = 2 Sous score phobie sociale = 6 Échelle de phobie sociale de Liebowitz = 31 Sous score anxiété = 21 Sous score évitement = 10 Échelle de Rathus = 89 Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

37 Évaluations de Sylvie avant et après la thérapie ECHELLES DEVALUATIONSAVANTAPRES BECK à 13 items 13 4 QUESTIONNAIRE DES PEURS Sous score agoraphobie 6 2 Sous score sang et blessure 4 6 Sous score phobie sociale 24 2 Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

38 Évaluations de Sylvie avant et après la thérapie ECHELLES DEVALUATIONS AVANTAPRES LIEBOWITZ sous score anxiété sous sore évitement total de léchelle phobie sociale Liebowitz RATHUS Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

39 PARTIE 3 Comment saffirmer situation par situation Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

40 a)Pensées empêchant la demande ou la rendant agressive : - Si je demande, je dois obtenir. - Demander directement, précisément, cest mal élevé. - Si je demande, je mimpose à lautre. - Si on me refuse une première fois, ce serait mal poli dinsister. - Lautre doit deviner mes besoins. - Ma demande va déranger lautre. - Il est inutile de demander ce qui sera refusé. I – LA DEMANDE 1 – Les cognitions dans les demandes Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

41 b) Pensées facilitant la demande ou la rendant acceptable : - Je peux demander, mais je dois accepter que lautre refuse. - Une demande directe est claire pour lautre qui sait à quoi sen tenir. - Grâce à lempathie, je le laisse libre de choisir sa réponse. - Il est souvent nécessaire de persister dans une demande pour obtenir. - Faire dabord la demande et demander ensuite si elle dérange. - On ne peut être sûr que ce sera refusé. - De toute façon, même en cas de refus, je serai au moins content de moi davoir demandé. I - LA DEMANDE 1 – Les cognitions dans les demandes Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

42 Formulez votre demande en appliquant la méthode JEEPP :. J comme je. Commencez votre première phrase par je. (« Jaimerais, japprécierais, je souhaite... »). E comme empathie. Tenez compte de lautre. (« Je comprends bien... mais jaimerais »). E comme émotions, les vôtres (« Je suis gêné davoir à insister ») et celles de lautre (« Je comprends que vous soyez embarrassé par ma demande »). P comme précis. Demandez directement ce que vous voulez. (« Je viens vous voir pour vous demander de partir à 16 heures ce soir, sil vous plaît »).P comme persistance. Répétez votre première phrase précise comme un disque rayé, en alternant avec lempathie.(« Je comprends que cela vous pose des problèmes, mais jaimerais sortir du bureau à 16 heures ») 2 – la technique pour faire une demande : Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

43 : - Si je refuse, je vais agresser lautre. - Si je refuse, je vais entraîner un conflit. -Je nai pas le droit de dire non. -Lautre doit deviner que je nai pas envie de lui donner ce quil me demande. - Si je refuse, je serai désagréable. - Dire non, cest être hostile à lautre. - Dire non, cest se montrer égoïste. - Pour dire non, je dois me justifier. II – LES REFUS 1 – Les cognitions dans les refus a) Pensées empêchant les refus Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

44 b) Pensées facilitant les refus : - Je peux dire non en respectant lautre, en étant empathique. - Refuser quelque chose nest pas refuser la relation. On peut refuser quelque chose sans que l autre se fâche. - Il faut pouvoir dire non pour ne pas se laisser envahir par les demandes des autres. - Cest à moi de lexprimer. Il est préférable de dire clairement aux autres ce que jaccepte ou non de donner. II – LES REFUS 1 – Les cognitions dans les refus (suite) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

45 : b) Pensées facilitant les refus : - Effectivement, refuser nest pas agréable. Si jessaie de la faire délicatement, je serai fier de moi et je préserverai mon intégrité. - Pas nécessairement. Il y a des moments dans la vie où il faut savoir dire non pour se protéger. - Pas nécessairement. Dans la plupart des cas, on peut dire non gentiment sans donner les motifs de son refus. II – LES REFUS 1 – Les cognitions dans les refus (suite) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

46 a) Reconnaître ses droits et ses devoirs : 1.Se donner le droit de dire NON. 2. Ne pas se sentir obligé de se justifier. 3. Négocier ensuite et ensuite seulement (après avoir dit non). 2 – La technique pour savoir dire non Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

47 2 – La technique savoir dire non (suite) b) Les cinq étapes pour refuser : 1.DIRE NON, ce doit être votre premier mot (« non, je suis désolée» et pas «oui, mais»). 2.REPETER NON comme un disque rayé («je vous le redis, ma réponse est NON»). 3.FAIRE PREUVE DEMPATHIE pour montrer que vous avez bien compris (« je suis vraiment désolé dapprendre que tu as des difficultés financières, mais je ne souhaite pas te prêter dargent... »), puis répéter votre refus en boucle. 4. EXPRIMER SES EMOTIONS NEGATIVES si lautre insiste (« cela me gêne que vous insistiez »). 5. METTRE FIN A LA DISCUSSION (« ma réponse est définitive : cest non ») en ajoutant éventuellement un geste dopposition (tendre la main, fermer la porte, etc.). Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

48 1. EXPRIMER votre difficulté à refuser (« je suis vraiment désolé et embarrassé davoir à te dire non »). 2. FAIRE UN RECADRAGE, si la demande est manipulatrice (« mon amitié, tu peux compter dessus, mais, pour les 500 euros, ma réponse est non »). 3. DIRE NON APRÈS AVOIR DIT OUI (« je suis désolé, jai accepté trop vite. En fait, je dois refuser votre demande, je comprends que mon changement davis vous dérange, mais je dois vous dire non »). c) Selon le contexte : Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

49 Exposition in vivo dans les refus : un exemple 10 Je refuse les bonbons que me propose ma collègue de travail. I 15 Je refuse dacheter un objet dinutile à un colporteur 10 I 15 Je refuse de passer du temps à répondre à une enquête téléphonique sur mon lieu de travail. 10 II 25 Je refuse un verre supplémentaire dalcool chez un ami I 45 Refuser une proposition à déjeuner (dun(e) collègue que jaimerais mieux connaître, mais dont la proposition ne marrange pas ce jour-là, au risque quil ou quelle se vexe et ne réitère jamais sa proposition). 20 Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

50 Exposition in vivo dans les refus : un exemple I 55.Refuser de prendre la part supplémentaire dun plat dune excellente cuisinière sans quelle se vexe Je refuse de déposer un collègue, qui ma déjà rendu service, à la gare car le temps nécessaire au détour va entraîner un retard pour mon rendez-vous. 70 Je nachète pas le pantalon qui nest pas à ma taille, malgré linsistance du vendeur à me dire quaprès un lavage, il va peut-être rétrécir un peu. 70 Refuser un article proposé à la place de celui qui nest pas en stock. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

51 Exposition in vivo dans les refus : un exemple 80 Je refuse un accessoire dont on veut me faire don et qui ne me servira pas. 80 Au téléphone, à mon salon de coiffure, je refuse une heure de rendez-vous qui ne me convient pas et propose un rendez-vous la semaine suivante qui me convient mieux. 80 Je refuse laccessoire que me propose le vendeur du rayon téléphonie à la place de celui que je souhaitais acheté et quil na pas en stock. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

52 1- Les cognitions dans les compliments : a ) Pensées empêchant les compliments : - Je vais paraître flatteur. - Cela ne lintéressera pas. - Il va se moquer de moi. - Je ne vais pas trouver les bons mots. - Je vais devenir toute rouge. III - FAIRE DES COMPLIMENTS Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

53 b) Pensées facilitant les compliments : - Je dis ce que je pense - Je ne peux pas connaître la réaction de lautre à lavance. - Je ne peux pas préjuger de la réaction de lautre : il se peut aussi quil soit content. - Limportant est dexprimer ce que je pense. Peu importent les mots. - Peut-être, mais cest pour le plaisir de lautre que je le complimente : je devrais éviter de me concentrer sur mes réactions. III - FAIRE DES COMPLIMENTS (suite) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

54 1. Apprenez à voir les aspects positifs chez lautre. 2. Dîtes-lui directement et précisément ce que vous appréciez (en étant franc). 3. Dites JE. 2 – La technique pour faire un compliment : 4. Engagez vous personnellement en exprimant votre émotion positive. (« Japprécie beaucoup que tu aies rangé ton bureau aujourdhui »). Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

55 Voici quatre très bons moyens de ne pas recevoir de compliments et, surtout, de ne pas améliorer limage que vous avez de vous-même : 1. Ne pas répondre au compliment. Vous restez sans rien dire lorsquon vous félicite ou quon vous fait un cadeau. 2. Refuser le compliment. Vous dites : « Ce nest pas vrai, je ne trouve pas, moi, que mes yeux soient très jolis. » Lautre comprend : « Tiens, reprends ton cadeau, je nen veux pas, merci. » 3 – Comment décourager les meilleures volontés : Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

56 3. Considérer le compliment comme trop flatteur. Vous dites : « Cest trop beau pour moi ! » Lautre comprend : « Retourne au magasin et prends un autre cadeau moins cher. Et garde la différence ! » 4. Détourner le compliment. Tournez-vous la tête pour voir quelle femme il y a derrière vous lorsquun homme vous regarde en souriant ? 3 – Comment décourager les meilleures volontés : (suite) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

57 1. Dites merci - : Accusez réception du fait dêtre complimenté : « Je vous remercie pour votre compliment » 2. Exprimez franchement vos émotions : quelles quelles soient : « Cela me fait plaisir que tu me dises cela » ou bien « Cela me gêne que tu me fasses ce compliment » 3. Exprimez franchement votre opinion : « Moi aussi je pense que jai cette qualité » ou bien « Je ne pense pas avoir cette qualité » IV - REPONDRE A UN COMPLIMENT Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

58 Voici un résumé du DESC :.D : Décrire la situation précisément, brièvement et objectivement.(« Martin, je tai attendu quinze minutes à chacun de nos trois derniers rendez-vous. »).E : Exprimer ses émotions négatives directement en employant la première personne du singulier : JE ou CELA ME (« Cela magace dattendre.»).S : Suggérer une solution positive, précise, réalisable par lautre en employant la première personne du singulier.(« Japprécierais beaucoup que tu puisses être à lheure lors de nos prochains rendez-vous. »).C : Conclure par les conséquences positives pour vous si lautre accepte votre solution.(« Je serai content de ne pas attendre. ») V - FAIRE UNE CRITIQUE A LAUTRE Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

59 1 – La Cognition dans les réponses aux critiques VI – REPONDRE AUX CRITIQUES A ) Pensées négatives gênant votre réponse aux critiques : - Sil dit que mon travail ne va pas, cest que ça doit être vraiment catastrophique. - Il doit vouloir dire par là que je ne vaux rien. - De toute façon, je suis de son avis : mon travail est vraiment catastrophique. - Il ne me dit pas tout, il en pense bien plus. - Par sa critique, il cherche à me rabaisser - Sil trouve mon travail mal fait, cest quil est mal fait : il a raison. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

60 1 – La Cognition dans les réponses aux critiques VI – REPONDRE AUX CRITIQUES (suite) b) Pensées constructives facilitant votre réponse aux critiques : - Avant denvisager la catastrophe, je vais lui demander ce quil me reproche exactement. - Cest moi qui ai cette pensée sur moi-même mieux vaut chercher à savoir de quil veut dire exactement. - Cette pensée ne maide pas à progresser, je vais lui demander comment je pourrais progresser. - Avant dimaginer quil me cache des choses, essayons de le vérifier. - Cest possible, il existe parfois des gens qui cherchent à faire du mal mais je vais men rendre compte en le questionnant. -Les autres nont pas toujours raison ; il fait peut-être une erreur de jugement, je vais le vérifier. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

61 1)ENQUETEZ : Cherchez linformation, aidez- vous de lEnquête NEGATIVE en posant des questions ouvertes (commencez par quest-ce qui, quest-ce que, comment, pourquoi, quand...). lenquête négative sur les faits : « Quand as-tu remarqué que jétais en retard à nos rendez- vous ? » lenquête négative sur les émotions : « quas-tu ressenti en mattendant ? » Plus selon les cas vous avez deux possibilités. 2 – La technique pour faire face aux critiques : Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

62 2.a) SOUVRIR : Si la critique est justifiée, argumentée, aidant, quelle porte sur des faits précis, aidez-vous de la technique E.R.D : ENQUETEZ - RECONNAISSEZ - DECIDEZ. RECONNAISSEZ: votre erreur : « Oui, cest vrai que jétais en retard à nos derniers rendez- vous ». la gêne chez lautre : « Je comprends que tu aies été gêné par mon erreur.». DECIDEZ : Trois solutions : Changez votre comportement « Je ferai un effort pour être à lheure à nos prochains rendez-vous ». Ne pas changez : « Je suis désolé, mais il mest très difficile dêtre à lheure actuellement ». Chercher un compromis : « Si je narrive pas à lheure, pourrais-je te prévenir sur ton portable ? » 2 – La technique pour faire face aux critiques : (suite) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

63 2.b) SE FERMER : Si la critique est injustifiée, peu argumentée, blessante et quelle juge votre valeur personnelle, aidez-vous alors des techniques suivantes de la moins fermée à la plus fermée) : Émettre une critique avec le D.E.S.C sur la forme : « Je comprends que mes retards taient agacé, mais ce nest pas une raison pour me crier dessus aussi fort (D), cela mangoisse (E), jaimerais bien la prochaine fois que tu puisses me faire un reproche sans crier (S), dans le calme. Je me sentirais mieux (C) ». Éludez avec le BROUILLARD : « Cest possible, cest ton opinion peut-être ». Si lautre est agressif et que vous ne cherchez pas à maintenir la relation avec lui. Fermez la discussion et protégez vous avec le REFUS DE FORME : « Je refuse de poursuivre la discussion tant que vous minsultez ». Lorsque la critique est très violente et que votre personne peut-être atteinte. 2 – La technique pour faire face aux critiques : (suite) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

64 Partie 4 Critères dinclusion à un groupe Déroulement dun groupe Post cure Processus thérapeutique Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

65 Partie 4 Critères dinclusion dans un groupe Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

66 Cette phase individuelle effectuée avant le groupe a nous permettre de vérifier lindication et de préparer le patient à lentrée dans le groupe. Groupes : phase dinclusion individuelle (1) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

67 Lexpérience montre que cette phase individuelle permet daméliorer la qualité de lobservance et que lorsquelle est bien faite la majorité des patients termineront les groupes. Durant cette phase individuelle, vous devez : Groupes : phase dinclusion individuelle 2) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

68 - Critères de déficit assertif : les dix critères de déficit assertif ; Vous pouvez poser une série de dix questions clés, concernant la vie quotidienne des patients qui vous permettront de cerner les manques daffirmation de soi. Groupes : phase dinclusion individuelle (3) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

69 1 – La phase individuelle : Ces dix questions sont : 1) Prenez-vous la parole en groupe ? 2) Lorsque vous avez besoin de quelque chose, le demandez-vous ? Groupes : phase dinclusion individuelle (4) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

70 1 – La phase individuelle : Ces dix questions sont : 3) Lorsque vous nêtes pas daccord est-ce que vous le dîtes ? 4) Lorsque vous êtes content, est- ce que vous le manifestez ? Groupes : phase dinclusion individuelle (5) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

71 1 – La phase individuelle : 5) Lorsquon vous fait un compliment que ressentez-vous ? 6) Lorsque vous nêtes pas content, pouvez-vous lexprimer calmement ? Groupes : phase dinclusion individuelle (6) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

72 1 – La phase individuelle : 7) Comment réagissez-vous lorsque vous êtes critiqué ? 8) Que faites-vous lorsque vous vous trouvez dans un conflit ? 9) Que faites-vous lorsque vous êtes en colère ? Groupes : phase dinclusion individuelle (7) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

73 10 ) Que faites-vous lorsquune personne en face vous est en colère ?A chacune de ces questions, on peut explorer les comportements du patient (ce quil fait dans ces situations), ses émotions (ce quil ressent dans ces situations) ou ses cognitions (ce quil se dit). Groupes : phase dinclusion individuelle (8) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

74 10 ) - Scores aux évaluations, - Évaluation motivation, disponibilité, qualité de lindication de travail en groupe,- Jeux de rôle, tests, - Réactions à la lecture dun livre daffirmation de soi. Groupes : phase dinclusion individuelle (9) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

75 Faire un diagnostic de troubles associés (1) Pour cela, vous pouvez utiliser deux méthodes : - Premièrement, un interrogatoire à la recherche des différents troubles associés au manque daffirmation de soi : Groupes : phase dinclusion individuelle (10) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

76 Faire un diagnostic de troubles associés (2) les phobies sociales, les autres troubles anxieux, les états dépressifs, labus dalcool ou de benzodiazépines, les troubles du comportement alimentaire et bien sûr les troubles de la personnalité. Groupes : phase dinclusion individuelle (10) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

77 Faire un diagnostic de troubles associés (3) - Deuxièmement, cet interrogatoire clinique est complété par un bilan qui peut comprendre des tests-diagnostic comme le MINI ou les critères du DSM 4 et un bilan de questionnaire systématique qui comprend : Groupes : phase dinclusion individuelle (10) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

78 léchelle de Liebowitz (pour explorer lanxiété et le niveau dévitement qui peuvent éventuellement déboucher plutôt sur une thérapie comportementale dexposition), léchelle de Rathus (pour mesurer à nouveau le niveau du manque daffirmation de soi), Groupes : phase dinclusion individuelle (10) Faire un diagnostic de troubles associés (5) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

79 le questionnaire des peurs de Marks (pour rechercher les autres troubles phobiques associés), linventaire de la dépression de Beck à 13 items (pour évaluer lintensité dune éventuelle dépression au moment d examen). Groupes : phase dinclusion individuelle (10) Faire un diagnostic de troubles associés (5) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

80 précise et mettre à jour les principaux schémas cognitifs (indispensable pour le pronostic). Établir une ligne de base (évaluation au début et à la fin de cette phase individuelle). Faire une analyse fonctionnelle Groupes : phase dinclusion individuelle (11) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

81 - Une dépression aiguë associée (un score à léchelle de Beck 13 items supérieur à 16 doit faire réfléchir sur lindication). Lévaluation de cette dépression sera également faite cliniquement. Éliminez les contre-indications au groupe (1) Groupes : phase dinclusion individuelle(12) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

82 En effet, un patient trop dépressif aura des difficultés à profiter lui-même de son groupe à cause de ses troubles cognitifs et éventuellement ralentira le reste du groupe. Éliminez les contre- indications au groupe (2) Groupes : phase dinclusion individuelle(12) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

83 - Les troubles de personnalité trop graves : les personnalités schizoïdes sont à inclure avec prudence, les personnalités trop dépendantes (qui peuvent avoir de la peine à supporter la fin du groupe), les personnalités trop psycho-rigides (qui seront peu sensibles au feed-back lors des jeux de rôles). Éliminez les contre-indications au groupe (3) Groupes : phase dinclusion individuelle(12) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

84 - Enfin il vous faut chercher toute autre contre-indication qui vous paraîtrait utile (quil nest pas possible de détailler ici) en ayant en tête quun groupe doit être homogène sur le plan clinique et Éliminez les contre-indications au groupe (4) Groupes : phase dinclusion individuelle(12) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

85 prévoir des gens qui auront un effet synergique dit « effet mayonnaise », en limitant le nombre de cas difficiles dans chaque groupe. A moins alors de concevoir des groupes spécifiques (groupe de boulimiques, par exemple) ?. Éliminez les contre-indications au groupe (5) Groupes : phase dinclusion individuelle(12) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

86 - le patient restera-til dans votre ville pendant toute la durée du groupe ou sera-til muté professionnellement ? - la mère de famille a-telle bien prévue de faire garder ses enfants même lorsquils seront malades ? Chercher les critères dadhésion au traitement (1) Groupes : phase dinclusion individuelle(13) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

87 - le patient a-til bien en temps les moyens darriver tranquillement 5 à 10 minutes avant sa séance de groupe et de pouvoir rester 5 à 10 minutes après la fin du groupe pour discuter avec les autres patients sans être soumis à des contraintes temporelles excessives ? Chercher les critères dadhésion au traitement (3) Groupes : phase dinclusion individuelle(13) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

88 - le patient a-til lu un livre daffirmation de soi ? Est-til daccord avec la technique ? A- til envie de faire du jeux de rôles (quil faudra lui montrer en séance individuelle avant le groupe afin quil voit de quoi il sagit) ? Chercher les critères dadhésion au traitement (4) Groupes : phase dinclusion individuelle (13) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

89 - le patient accepte-til dappliquer au quotidien les tâches qui lui seront prescrites dans les séances de groupe ? Chercher les critères dadhésion au traitement (5) Groupes : phase dinclusion individuelle (13) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

90 Bref, ici on retrouve les critères dadhésion à un traitement comportemental mais qui sont particulièrement importants pour un groupe dans la mesure où vous ne serez pas derrière chaque patient pour vérifier quil le fera bien. Chercher les critères dadhésion au traitement (6) Groupes : phase dinclusion individuelle (13) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

91 - Le patient est-il un « bon candidat » à la technique du jeu de rôles ? Je vous conseille deffectuer des jeux de rôles tests dans la phase individuelle sur des exemples concrets du patient pour vérifier avec lui si la technique lui convient bien. Chercher les critères dadhésion au traitement (7) Groupes : phase dinclusion individuelle (13) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

92 Par exemple, jouer avec lui un refus à son supérieur quand celui-ci, la semaine dernière, lui a demandé de traiter en urgence un dossier. Faire le jeu de rôles, faire linversion de rôles, chercher la réaction au feed-back, lui proposer une amélioration avec des jeux de rôles répétitifs, lui demander ce quil en pense… Chercher les critères dadhésion au traitement (8) Groupes : phase dinclusion individuelle (13) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

93 - Bref, il importe de rester très clinicien en dehors du bilan psychométrique, sur plusieurs consultations individuelles, bien amener le patient à connaître la technique que nous allons utiliser dans le groupe, à adhérer à cette technique. Chercher les critères dadhésion au traitement (9) Groupes : phase dinclusion individuelle (13) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

94 - En final, le patient doit être demandeur pour sa participation au groupe daffirmation de soi afin daugmenter ladhésion au traitement, il ne doit pas se sentir « pousser par le thérapeute ». Chercher les critères dadhésion au traitement (10) Groupes : phase dinclusion individuelle (13) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

95 Jinsiste sur la nécessité de ne pas mettre les patients dans les groupes daffirmation de soi sans avoir pris le soin de faire une analyse fonctionnelle complète et « profilée » sur les problèmes daffirmation de soi. En conclusion (1) Groupes : phase dinclusion individuelle (14) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

96 Dans les exemples où le problème daffirmation de soi nest pas prioritaire, par exemple, sil y a des désordres cognitifs très importants liés à un état dépressif sévère ou à un gros manque destime de soi, En conclusion (2) Groupes : phase dinclusion individuelle (14) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

97 il serait souhaitable de traiter ces problèmes-là en individuel, de refaire ensuite un bilan dévaluation complet (cf. ci- dessus) et de proposer seulement à ce moment-là une thérapie de groupe. En conclusion (3) Groupes : phase dinclusion individuelle (14) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

98 En effet, le groupe daffirmation de soi nest quun moment de la thérapie dun patient, il nest en aucun cas un produit de « marketting » imposé à grande échelle sans discrimination et sans compréhension de la place que tient ce traitement dans un contexte plus globale des thérapies comportementales et cognitives. En conclusion (4) Groupes : phase dinclusion individuelle (14) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

99 Le bilan psychométrique ne permet pas, à mon sens, à lui seul, de poser lindication, qui reste avant tout clinique, même sil est un outil complémentaire intéressant pour cette démarche. En conclusion (5) Groupes : phase dinclusion individuelle (14) Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

100 Partie 4 : Déroulement dun groupe Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

101 Le déroulement dun groupe : - Séance 1 et 2 :. cohésion groupe,. notions comportements affirmés, passifs et agressifs. - Séance 3, 4 et 5 :. compliment (faire et recevoir). standard puis personnel. - Séance 6 : demande (standard). - Séance 7 : demande (personnelle). - Séance 8 : refus (standard). Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

102 Le déroulement dun groupe :(suite) - Séance 9 et 10 : refus (personnel). - Séance 11 : demande de changement (standard). - Séance 12 et 13 : demande de changement (personnelle). - Séance 14 : recevoir une critique (standard). - Séance 15, 16 et 17 : recevoir une critique (personnelle). - Séance 18 : résoudre un conflit. - Séance 19 et 20 : révisions sur situations personnelles. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

103 Le déroulement dune séance type : Évaluez le niveau danxiété début et fin de séance Revue des tâches Plan de séance Évaluation permanente de la difficulté des jeux de rôles Feed-back thérapeute positif Feed-back des patients ensuite et seulement si le thérapeute demande Ne pas laisser les discussions générales (évitement de lexposition) Évaluation de lanxiété en fin de séance. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

104 Nécessité de la post cure Vérification du maintien des acquis et si besoin affirmation de soi sur des situations personnelles encore difficiles apportées par le patient en séance individuelle. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

105 Les techniques utilisées en affirmation de soi : information formation à lobservation du comportement jeux de rôles progressifs : permet lexposition en séance exposition in-vivo entre les séances : guidée par les tâches prescrites par le thérapeute à la fin de chaque séance. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

106 Les processus thérapeutiques : 1- cognitifs : Enlever « le frein à mains des pensées négatives (« je ny arriverai pas, je ne serais pas à la hauteur »). 2- comportemental : lexposition entre les séances diminue lanxiété. 3- compétences sociales : lacquisition de techniques verbales et non-verbales daffirmation de soi permet daméliorer son savoir social. La psychothérapie doit agir sur ces 3 niveaux. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

107 PARTIE 5 : Affirmation de soi Points communs et différences avec la confiance en soi et lestime de soi Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

108 Comprendre si le manque daffirmation de soi est localisé ou généralisé. Manque daffirmation de soi généralisé : les 6 domaines sont touchés. Manque daffirmation de soi localisé un ou plusieurs domaines sont touchés Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

109 Intégrer le manque daffirmation de soi et les domaines de vie. Les 4 domaines de la vie relationnelle (Fanget 2000, 2002) Les quatre pieds dune chaise Pied 1 : la relation sociale de base. Pied 2 : la relation de copinage et/ou professionnelle. Pied 3 : la relation amicale. Pied 4: la relation intime. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

110 Comprendre lorigine du manque daffirmation de soi. Les 4 questions que doit se poser le thérapeute Mon patient a-t-il un problème de non droit personnel : soit absence complète de droit ou un sentiment de droits personnels inférieurs aux autres ? Mon patient a-t-il souffert dabsence chronique de renforcement ? Mon patient a-t-il manqué de savoir faire par manque de modèle daffirmation de soi ? Mon patient a-t-il présente un défaut dinterprétation des messages sociaux par des schémas cognitifs dysfonctionnels ?

111 . Le manque de compétences sociales Le manque daffirmation de soi est généralisé aux 6 domaines de laffirmation de soi et à tous les domaines de la vie (social, familial, personnel, et professionnel). Ces patients nont jamais appris laffirmation de soi. Vie sociale est réduite Ces patients disent souvent « je ne sais pas quoi dire, je ne sais pas quoi répondre, je ne sais pas comment lui dire cela etc. » Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

112 Le manque de compétences sociales Indication thérapeutique Thérapie daffirmation de soi : Idéalement un groupe dentraînements aux habiletés sociales pour apprendre les outils de base. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

113 Le manque de confiance en soi Manque daffirmation de soi localisé dans un domaine de la communication précis et dans un domaine de vie Lanalyse diachronique retrouve des éléments dordre cognitif : un problème de non droit personnel, un manque de renforcement dans lenvironnement. Les patients nosent pas. Ils disent : « je nen suis pas capable ou je ny arriverai pas, cela ne vaut pas le coup » Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

114 Le manque de confiance en soi Indication thérapeutique Thérapie cognitive individuelle dabord permettant de faciliter et de développer ensuite des compétences sociales. Programme daffirmation de soi limité aux compétences déficitaires. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

115 Le manque destime de soi Manque daffirmation de soi limité, localisé à la réponse aux critiques (partie émergée de liceberg). Ces patients disent : « je nen vaux pas la peine, je suis nul, je dois être irréprochable ».etc. Le trouble de la personnalité est au premier plan et conduit à des répétitions de scénario de vie. Limage de soi négative est associée à des schémas cognitifs perturbés, souvent inconditionnels : je suis nul, je ne vaux rien, je suis inférieur. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

116 Le manque destime de soi Lanalyse diachronique retrouve : des droits personnels inexistants, des schémas cognitifs perturbant la compréhension et lexpression des messages sociaux. Le patient a la conviction de navoir que des défauts et même si lentourage ne perçoit pas ces défauts, sa croyance est toujours plus forte. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

117 Le manque destime de soi Indication thérapeutique Programme individuel dabord consistant en plusieurs étapes préalables : se connaître, saccepter. Le programme thérapeutique en affirmation de soi est centré sur 4 axes de travail Oser agir: prendre le risque de léchec et de lerreur Acceptation de soi en faisant taire sa voix critique intérieure Le développement de relations empathiques La connaissance des bases techniques des compétences sociales. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

118 Le manque destime de soi Indication thérapeutique Lindication de thérapie de groupe sera posée après une phase individuelle durant laquelle le thérapeute aura aidé le patient à mieux se connaître, développé sa capacité à prendre du recul vis-vis de lui-même et accepté un minimum de sexposer au jugement des autres et à sa propre prise de risque. Les difficultés dautoévaluation privilégient la participation à un groupe daffirmation de soi. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

119 AFFIRMATION DE SOI (Estime de soi sociale) Relations aux autres CONFIANCE EN SOI (Sentiment de compétences) ESTIME DE SOI (Estime de soi personnelle) Opinion de moi-même LA PYRAMIDE DE LA CONFIANCE EN SOI Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

120 PARTIE 6 : annexes Évaluations Bibliographie Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

121 EVALUATIONS Voici les évaluations que nous pratiquons dans tous nos groupes. Léchelle daffirmation de soi de Rathus Léchelle de phobie sociales de Liebowitz Le questionnaire des peurs dIsaac Marks Linventaire de dépression de Beck à 13 items Léchelle destime de soi de Rosenberg Léchelle des standards personnels de Frost Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

122 ECHELLE daffirmation de soi de RATHUS Nom :Prénom : Sexe : Age : Date : I ndiquer à quel degré les affirmations suivantes sont caractéristiques ou descriptives de votre comportement. Veuillez utiliser la cotation ci-dessous et mettre une note à chaque affirmation : 1 : Très caractéristique4 : Un peu non caractéristique 2 : Plutôt caractéristique5 : Plutôt non caractéristique 3 : Un peu caractéristique6: Vraiment non caractéristique 1.* La plupart des gens me semblent être plus agressifs et défendre mieux leurs droits que moi. 2. * Il mest arrivé dhésiter par timidité au moment de donner ou daccepter des rendez-vous. 3. Quand la nourriture dans un restaurant ne me satisfait pas, je men plains au serveur ou à la serveuse. 4.* Je fais attention à ne pas heurter les sentiments des autres, même lorsque je sens que lon ma blessé(e). 5.* Si un vendeur sest donné beaucoup de mal à me montrer une marchandise qui ne me convient pas parfaitement, jai un moment difficile lorsque je dois dire non. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

123 ECHELLE RATHUS suite 6. Lorsquon me demande de faire quelque chose, jinsiste pour en savoir la raison. 7. Il y a des moments où je cherche une bonne et vigoureuse discussion. 8. Je me bats pour arriver aussi bien que les autres dans ma profession. 9.* A vrai dire, les gens tirent souvent profit de moi. 10. Jai du plaisir à entreprendre des conversations avec de nouvelles connaissances ou des étrangers. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

124 ECHELLE RATHUS suite 11.* Souvent, je ne sais rien dire à des personnes séduisantes du sexe opposé. 12.* Jhésiterais à téléphoner à un grand établissement de commerce ou à une administration. 13.* Je préférerais poser ma candidature pour un autre travail par lettre plutôt que par un entretien personnel. 14.* Je trouve embarrassant de renvoyer une marchandise. 15.* Si un parent proche et respecté est en train de mennuyer, jétoufferais mes sentiments plutôt que dexprimer cette gêne. 16.* Il mest arrivé déviter de poser des questions par peur de paraître stupide. 17.* Pendant une discussion serrée, jai souvent peur dêtre bouleversé(e) au point de trembler de tout mon corps. 18. Si un conférencier réputé et respecté dit quelque chose que je pense inexact, jaimerais que le public entende aussi mon point de vue. 19.* Jévite de discuter les prix avec les représentants et les vendeurs. 20. Lorsque jai fait quelque chose dimportant et de valable, je marrange pour le faire savoir aux autres. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

125 ECHELLE RATHUS 21. Je suis ouvert et franc au sujet de mes sentiments. 22. Si quelquun a répandu des histoires fausses et de mauvais goût à mon sujet, je le vois aussi vite que possible pour une explication. 23.* Jai souvent un moment difficile lorsque je dois dire non. 24.* Jai tendance à contenir des émotions plutôt que de faire une scène. 25. Je me plains lorsque le service est mal fait, dans un restaurant ou ailleurs. 26. * Souvent, je ne sais pas quoi dire lorsquon me fait un compliment. 27. Au cinéma, au théâtre, ou lors dune conférence, si un couple près de moi est en train de parler à voix haute, je lui demande de se taire ou daller autre part. 28. Quiconque cherche à passer devant moi dans une queue, risque une bonne explication. 29. Je suis rapide dans lexpression de mes opinions. 30.* Il y a des moments où je ne sais pas quoi dire. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

126 ECHELLE DE PHOBIE SOCIALE LIEBOWITZ Nom :Prénom : Age :Sexe : date : ANXIETE 0 = Aucune 1 = Légère 2 = Moyenne 3 = Sévère EVITEMENT 0 = Jamais 1 = Occasionnel ( 0-33 %) 2 = Fréquent ( %) 3 = Habituel ( %) 1.(P) Téléphoner en public. 2.(P) Participer au sein dun petit groupe. 3.(P) Manger dans un lieu public. 4.(P) Boire en compagnie dans un lieu public. 5.(S) Parler à des gens qui détiennent une autorité. 6.(P) Jouer, donner une représentation ou une conférence. 7.(S) Aller à une soirée. 8.(P) Travailler en étant observé. 9.(P) Ecrire en étant observé. 10.(S) Contacter par téléphone quelquun que vous ne connaissez pas très bien. 11.(S) Parler à des gens que vous ne connaissez pas très bien. 12.(S) Rencontrer des inconnus. 13.(P) Uriner dans les toilettes publiques. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

127 suite 14.(P) Entrer dans une pièce alors que tout le monde est déjà assis. 15.(S) Être le centre dattention. 16.(P) Prendre la parole à une réunion. 17.(P) Passer un examen. 18.(S) Exprimer son désaccord ou sa désapprobation à des gens que vous ne connaissez pas très bien. 19.(S) Regarder dans les yeux les gens que vous ne connaissez pas très bien. 20.(P) Faire un compte-rendu à un groupe. 21.(P) Essayer de « draguer » quelquun. 22.(S) Rapporter des marchandises dans un magasin. 23.(S) Donner une soirée. 24.(S) Résister aux pressions dun vendeur insistant. TOTAL : A = E = Deux scores : S = Interaction sociale A.S = E.S = P = Performance A.P = E.P = ECHELLE DE PHOBIE SOCIALE LIEBOWITZ Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

128 LE QUESTIONNAIRE DES PEURS DISAAC MARKS 1. Veuillez choisir un chiffre dans léchelle ci-dessous. Il permet de chiffrer à quel point vous évitez par peur (ou du fait de sensations ou de sentiments désagréables) chacune des situations énumérées ci-dessous. Ensuite, veuillez écrire le nombre choisi dans la case correspondant à chaque situation névite pas évite peu évite souvent évite très souvent évite toujours 1. Principale phobie que vous voulez traiter (écrivez-la à votre façon, cotez-la de 0 à 8) Injections et interventions chirurgicales minimes Manger et boire avec les autres Aller dans les hôpitaux Faire seul(e) des trajets en bus ou en car Se promener seul(e) dans des rues où il y a foule. 7. Être regardé(e) ou dévisagé(e) Aller dans des magasins remplis de monde Parler à des supérieurs hiérarchiques ou à toute personne exerçant une autorité 10. Voir du sang Être critiqué(e) Partir seul(e) loin de chez vous Penser que vous pouvez être blessé(e) ou malade Parler ou agir en public Les grands espaces vides Aller chez le dentiste Toute autre situation qui vous fait peur et que vous évitez (décrivez-la et cotez-la de 0 à 8) AG B S Total Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

129 LE QUESTIONNAIRE DES PEURS DISAAC MARKS (suite) 2. Maintenant veuillez choisir dans léchelle ci-dessous un chiffre qui montrera à quel degré vous souffrez de chacun des problèmes énumérés ci-dessous, puis inscrivez ce chiffre dans la ces correspondante : ne souffre souffre souffre souffre souffre pas un peu vraiment beaucoup extrêmement 18. Sentiment dêtre malheureux ou déprimé Sentiment dêtre irritable ou en colère Se sentir tendu ou paniqué Avoir lesprit tourmenté de pensées inquiétantes Sentir que vous ou votre environnement (choses, personnes) sont irréels ou étranges. 23. Autres sentiments pénibles (décrivez-les) TOTAL 3. A combien évaluez-vous actuellement la gêne que représente dans votre vie votre comportement phobique ? Veuillez entourer un chiffre dans léchelle ci-dessous et le reportez dans cette case : pas de légèrement nettement très extrêmement phobies gênant gênant gênant gênant Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

130 Linventaire de dépression de Beck à 13 items Nom : Prénom : Sexe :Age : Date : Ce questionnaire comporte plusieurs séries de quatre propositions. Pour chaque série, lisez les quatre propositions, puis choisissez celle qui décrit le mieux votre état actuel. Entourez le numéro qui correspond à la proposition choisie. A. Je ne me sens pas triste.0 Je me sens cafardeux ou triste.1 Je me sens tout le temps cafardeux ou triste, et je narrive pas à en sortir.2 Je suis si triste et si malheureux que je ne peux pas le supporter.3 B. Je ne suis pas particulièrement découragé ni pessimiste au sujet de lavenir.0 Jai un sentiment de découragement au sujet de lavenir.1 Pour mon avenir, je nai aucun motif despérer.2 Je sens quil ny a aucun espoir pour mon avenir, et que la situation ne peut saméliorer. 3 C. Je nai aucun sentiment déchec de ma vie.0 Jai limpression que jai échoué dans ma vie plus que la plupart des gens.1 Quand je regarde ma vie passée, tout ce que jy découvre nest quéchecs.2 Jai un sentiment déchec complet dans toute ma vie personnelle. (dans mes relations avec mes parents, mon mari, ma femme, mes enfants.)3 D. Je ne me sens pas particulièrement insatisfait.0 Je ne sais pas profiter agréablement des circonstances.1 Je ne tire plus aucune satisfaction de quoi que ce soit.2 Je suis mécontent de tout.3 Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

131 Linventaire de dépression de Beck à 13 items suite E. Je ne me sens pas coupable.0 Je me sens mauvais ou indigne une bonne partie du temps.1 Je me sens coupable.2 Je me juge très mauvais et jai limpression que je ne vaux rien.3 F. Je ne suis pas déçu par moi-même.0 Je suis déçu par moi-même.1 Je me dégoûte moi-même.2 Je me hais.3 G. Je ne pense pas à me faire du mal.0 Je pense que la mort me libérerait.1 Jai des plans précis pour me suicider.2 Si je le pouvais, je me tuerais.3 H.Je nai pas perdu lintérêt pour les autres gens.0 Maintenant, je mintéresse moins aux autres gens quautrefois.1 Jai perdu tout lintérêt que je portais aux autres gens et jai peu de sentiments pour eux.2 Jai perdu tout lintérêt pour les autres et ils mindiffèrent totalement. 3 Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

132 Linventaire de dépression de Beck à 13 items suite I. Je suis capable de me décider aussi facilement que de coutume.0 Jessaie de ne pas avoir à prendre de décisions.1 Jai de grandes difficultés à prendre des décisions.2 Je ne suis plus capable de prendre la moindre décision.3 J.Je nai pas le sentiment dêtre plus laid quavant.0 Jai peur de paraître vieux ou disgracieux.1 Jai limpression quil y a un changement permanent dans mon apparence physique, qui me fait paraître disgracieux.2 Jai limpression dêtre laid et repoussant.3 K. Je travaille aussi facilement quauparavant.0 Il me faut un effort supplémentaire pour commencer à faire quelque chose.1 Il faut que je fasse un très grand effort pour faire quoi que ce soit.2 Je suis incapable de faire le moindre travail.3 L. Je ne suis pas plus fatigué que dhabitude.0 Je suis fatigué plus facilement que dhabitude.1 Faire quoi que ce soit me fatigue.2 Je suis incapable de faire le moindre travail.3 M. Mon appétit est toujours aussi bon.0 Mon appétit nest pas aussi bon que dhabitude.1 Mon appétit est beaucoup moins bon maintenant.2 Je nai plus de tout dappétit.3 Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

133 Léchelle destime de soi de Rosenberg (Traduction de O. CHAMBON 1992) Date : Nom : Prénom : Indiquez la réponse qui vous semble correcte pour chacune des dix affirmations suivantes, selon que vous soyez : fortement en accord, en accord, en désaccord, ou fortement en désaccord. 1 : fortement en accord 2 : en accord 3 : en désaccord 4 : fortement en désaccord 1. * Dans lensemble, je suis satisfait de moi………………………………………. 2. Parfois, je pense que je vaux rien……………………………………………… 3. * Je pense que jai un certain nombre de bonnes qualités ………………………. 4. * Je suis capable de faire les choses aussi bien que la plupart des gens…………. 5. Je sens quil ny a pas grand chose en moi dont je puisse être fier…………….. 6. Parfois, je me sens réellement inutile………………………………………….. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

134 Léchelle destime de soi de Rosenberg suite 6. Parfois, je me sens réellement inutile………………………………………….. 7. * Je pense que je suis quelquun de valable, au moins autant que les autre gens…. 8. Jaimerais pouvoir avoir plus de respect pour moi- même………………………… 9. Tout bien considéré, jai tendance à penser que je suis un(e) raté(e)……………… 10. *Jai une opinion positive de moi- même………………………………………….. total : Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

135 Frost : LÉchelle DES STANDARDS PERSONNELS Veuillez encercler le chiffre qui correspond le mieux à votre degré daccord pour chaque énoncé suivant. Utilisez léchelle dévaluation : 1= Fortement en désaccord - 2 = Plutôt en désaccord - 3 = Neutre - 4 = Plutôt en accord - 5 = Fortement en accord Mes parents ont établi des standards très élevés pour moi Lorganisation est vraiment une chose importante pour moi Étant enfant, jétais puni(e) lorsque je faisais des choses qui nétaient pas parfaites Si je nétablis pas les plus hauts standards pour moi- même, je vais probablement finir par devenir une personne de seconde catégorie Mes parents nont jamais essayé de comprendre mes erreurs Cest important pour moi dêtre tout à fait compétent(e) dans tout ce que je fais Je suis une personne soignée Jessaie dêtre une personne organisée Si jéchoue au travail/à lécole, je considère que je ne vaux rien en tant que personne. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

136 Frost : LÉchelle DES STANDARDS PERSONNELS suite Je devrais être contrarié(e) si je fais une erreur Mes parents voulaient que je sois le(la) meilleur(e) dans tout Je me fixe des buts plus élevés que la plupart des gens Si quelquun réalise une tâche au travail/à lécole mieux que moi alors jai le sentiment davoir échoué la tâche totalement Si jéchoue partiellement, cest aussi grave que de se sentir en échec complet Seule une performance exceptionnelle est assez bonne dans ma famille. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

137 Frost : LÉchelle DES STANDARDS PERSONNELS suite Je suis très fort(e) pour concentrer tous mes efforts sur un but à atteindre Même lorsque je fais quelque chose très soigneusement, je sens souvent que ce nest pas tout à fait correcte Je déteste ne pas être le (la) meilleur(e) Jai des objectifs extrêmement élevés Mes parents sattendaient « à lexcellence » de ma part Les gens auront probablement une moins bonne opinion de moi si je fais une erreur Je ne me suis jamais senti(e) capable datteindre les attentes de mes parents Si je ne fais pas aussi bien que les autres personnes, cela veut dire que je suis un être humain inférieur Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

138 Frost : LÉchelle DES STANDARDS PERSONNELS suite Les autres personnes semblent accepter des standards plus bas pour eux-mêmes que je ne le fais Si je ne réussis pas bien tout le temps, les gens ne me respecteront pas Mes parents ont toujours eu des attentes plus élevées pour mon avenir que moi-même Jessaie dêtre une personne soignée Jai habituellement des doutes à propos des choses simples que je fais tous les jours Être soigné(e) est vraiment important pour moi Je mattends à une performance plus élevée dans mes tâches quotidiennes comparativement à la plupart des gens Je suis une personne organisée Jai tendance à prendre du retard dans mon travail parce que je répète les choses à maintes reprises. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

139 Frost : LÉchelle DES STANDARDS PERSONNELS suite Cela me prend beaucoup de temps pour faire quelque chose correctement ; Moins je fais derreurs, plus les gens vont maimer Je ne me suis jamais senti(e) capable datteindre les standards de mes parents. The Multidimensional Perfectionism Scale. Frost, Marten, Lahart & Rosenblate, Version française par J.Rhéaume, H.Letarte, M.H.Freeston, M.Dugas & R.Ladouceur. Université Laval, Québec, I.Boisin & A.Marchand, Université du Québec à Montréal. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

140 Frost : LÉchelle DES STANDARDS PERSONNELS suite Cela me prend beaucoup de temps pour faire quelque chose correctement ; Moins je fais derreurs, plus les gens vont maimer Je ne me suis jamais senti(e) capable datteindre les standards de mes parents. The Multidimensional Perfectionism Scale. Frost, Marten, Lahart & Rosenblate, Version française par J.Rhéaume, H.Letarte, M.H.Freeston, M.Dugas & R.Ladouceur. Université Laval, Québec, I.Boisin & A.Marchand, Université du Québec à Montréal. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

141 Frost : LÉchelle DES STANDARDS PERSONNELS suite Cela me prend beaucoup de temps pour faire quelque chose correctement ; Moins je fais derreurs, plus les gens vont maimer Je ne me suis jamais senti(e) capable datteindre les standards de mes parents. The Multidimensional Perfectionism Scale. Frost, Marten, Lahart & Rosenblate, Version française par J.Rhéaume, H.Letarte, M.H.Freeston, M.Dugas & R.Ladouceur. Université Laval, Québec, I.Boisin & A.Marchand, Université du Québec à Montréal. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

142 SCORES AUX ECHELLES DÉVALUATIONS : Rathus : sujet contrôle = 92, ,01 Phobiques sociaux = 125, ,93 Inventaire de dépression de Beck à 13 items = 0 à 3 : pas de dépression 4 à 7 : dépression légère 8 à 15 : dépression modérée 16 et + : dépression sévère - -

143 Frost : LÉchelle DES STANDARDS PERSONNELS suite Cela me prend beaucoup de temps pour faire quelque chose correctement ; Moins je fais derreurs, plus les gens vont maimer Je ne me suis jamais senti(e) capable datteindre les standards de mes parents. The Multidimensional Perfectionism Scale. Frost, Marten, Lahart & Rosenblate, Version française par J.Rhéaume, H.Letarte, M.H.Freeston, M.Dugas & R.Ladouceur. Université Laval, Québec, I.Boisin & A.Marchand, Université du Québec à Montréal. Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

144 SCORES AUX ECHELLES DÉVALUATIONS : Rathus : sujet contrôle = 92, ,01 Phobiques sociaux = 125, ,93 Inventaire de dépression de Beck à 13 items = 0 à 3 : pas de dépression 4 à 7 : dépression légère 8 à 15 : dépression modérée 16 et + : dépression sévère - -

145 SCORES AUX ECHELLES DÉVALUATIONS : Échelle de phobie sociale de Liebowitz = Sujets phobiques sociaux : moyenne = 67,2 Phobie sociale modérée : 56 à 65 Phobie sociale marquée : 65 à 80 Phobie sociale sévère : 80 à 95 Phobie sociale très élevée : supérieure à

146 Bibliographie affirmation de soi F.Fanget, B. Rouchouse, Laffirmation de soi, une méthode de thérapie, avril 2007, Editions Odile Jacob (pour professionnels) J.M. Boisvert et M. Beaudry, Saffirmer et communiquer, Editions de lHomme, 1979 R.E. Alberti et M. Emmons, Saffirmer, savoir prendre sa place, le Jour, 1992 C. Cungi, Savoir saffirmer, Retz, F.Fanget, Affirmez-vous, 2 ème édition, Odile Jacob, R.P Liberman, Entraînement aux habilités sociales pour les patients psychiatriques, Retz, Tous droits de reproduction réservés au Docteur Frédéric Fanget juin 2008

147 Affirmez-vous

148 laffirmation de soi


Télécharger ppt "Affirmation de soi : jeux de rôles thérapeute IFFORTHECC Lausanne 12 et 13 septembre 2008 Docteur Frédéric FANGET Tous droits de reproduction réservés."

Présentations similaires


Annonces Google