La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Correction du devoir A partir des documents vous devrez réaliser une synthèse Vous savez, depuis le dernier corrigé, quune synthèse doit être organisée.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Correction du devoir A partir des documents vous devrez réaliser une synthèse Vous savez, depuis le dernier corrigé, quune synthèse doit être organisée."— Transcription de la présentation:

1 Correction du devoir A partir des documents vous devrez réaliser une synthèse Vous savez, depuis le dernier corrigé, quune synthèse doit être organisée (voir le dernier corrigé en ligne).

2 CONTROLE DHISTOIRE : LA REVOLUTION INDUSTRIELLE Document 1: Les Schneider au Creusot « En 1836, Le Creusot fut acheté par Adolphe et Eugène Schneider, le maître de forges Boigues et le banquier Seillière. Eugène avait acquis une expérience sidérurgique en suivant les cours du Conservatoire des Arts et Métiers et en dirigeant des forges appartenant à Neuflise dont il épousa la petite-fille. Quant à Adolphe, il épousa la belle-fille de Boigues. Ses appuis familiaux et professionnels leur donnaient une solide assise financière lorsquils reprirent Le Creusot […]. Lentreprise allait profiter de la conjoncture heureuse pour la sidérurgie que devait provoquer la construction des chemins de fer, des bateaux de fer, des charpentes métalliques […]. Sous le Second Empire (1852 – 1870), Eugène Schneider fit du Creusot une usine gigantesque, tout en étendant son pouvoir au monde des affaires, de la finance et de la politique. Vice-Président du Corps Législatif (Assemblée parlementaire du Second Empire) à partir de 1852, il accéda à la Présidence en Il était très lié avec Paulin Talbot, le maître de P.L.M. (Compagnie ferroviaire Paris-Lyon-Méditerranée) […]. Il était au Conseil dadministration du P.L.M. et de la Société Générale ; il était régent de la Banque de France. Sa prééminence était incontestée chez les maîtres de forges quil regroupa en 1864 en un organisme de défense des intérêts de la profession, le Comité des Forges car le poids économique du Creusot était considérable. A la fin de lEmpire, il produisait plus de tonnes de fonte, presque autant de fer, plus de 100 locomotives par an. Après la guerre de 1870, sur les instances du gouvernement, Schneider se tourna vers la fabrication de canons en acier à linstar de Krupp […] Après sa mort en 1875, la dynastie familiale se perpétua avec son fils Henri (1841 – 1898), son petit-fils Eugène (1868 – 1942) et son arrière-petit-fils Charles (1898 – 1960), dernier du nom. » Patrick Verley, La Révolution Industrielle, Paris, 1985

3 Document 2 : Le Creusot vu par Guy de Maupassant « Le ciel est bleu, tout bleu, plein de soleil. Le train vient de passer Montchanin. Là-bas, devant nous, un nuage sélève, tout noir, opaque, qui semble monter de la terre, qui obscurcit lazur clair du jour, un nuage lourd, immobile. Cest la fumée du Creusot. On approche, on distingue. Cent cheminées géantes vomissent dans lair des serpents de fumée, dautres moins hautes et haletantes crachent des haleines de vapeur ; tout cela se mêle, sétende, plane, couvre la ville, emplit les rues, cache le ciel, éteint le soleil. Il fait presque sombre maintenant. Une poussière de charbon voltige, pique les yeux, tache la peau, macule le linge. Les maisons sont noires, comme frottées de suie, les pavés sont noirs, les vitres poudrées de charbon. Une odeur de cheminée, de goudron, de houille flotte, contracte la gorge, oppresse la poitrine, et parfois une âcre saveur de fer, de forge, de métal brûlant, denfer ardent, coupe la respiration, vous fait lever les yeux pour cherche lair pur, lair libre, lair sain du grand ciel ; mais on voit planer là-haut le nuage épais et sombre, et miroiter près de soi les facettes menues du charbon qui voltige. Cest Le Creusot. Un bruit sourd et continu fait trembler la terre, un bruit fait de mille bruits, que coupe dinstant e instant un coup formidable, un choc ébranlant la ville entière. Entrons dans lusine de Messieurs Schneider. Quelle féerie ! Cest le royaume du fer, où règne Sa Majesté le Feu ! » Guy de Maupassant, Au soleil, Paris, 1884

4 Document 3 : La contestation du système Schneider « Dans cette ville où les rues, les places, les monuments, tous les édifices publics sont la propriété de M. Schneider, dans cette ville où lon voit les petits gamins qui se rendent à lécole, porter le ceinturon aux armes de M. Schneider, dans cette ville où tout rappelle la domination du grand maître des forges, dans cette ville où sélève le château de la Verrerie, symbole de la domination la plus odieuse qui soit […] M. Schneider, révolté de voir que ses milliers douvriers, dans la liberté du scrutin, lavaient battu (lors des élections municipales de 1931, 2 opposants sont entrés au conseil municipal), a alors chassé un certain nombre dentre eux, pour obliger les autres à se soumettre ; il a décimé son personnel désormais plus souple et plus bienveillant pour la politique quil voulait faire. » Discours de Léon Lagrange, député socialiste, 7 avril 1933

5 Document 4 : Chanson éditée à loccasion du centenaire dEugène Ier Schneider en 1905 « La grande cité ouvrièreO Creusot, tu dois cette gloire Peut enfin bénir et chanterA ton illustre fondateur, Celui quen ce jour elle est fière Aujourdhui chante sa mémoire, De sentir par tous exalter.Remercie-le avec ardeur. Frappez mon marteau Sur le fer bien chaud ! De louvrier il fut le père, Que dans tous les yeux la joie brille, Et fit jaillir pour son bonheur Nos cœurs battent à lunisson Des richesses de cette terreDe la chère et grande famille Récompenses dun dur labeur ! Que tous ici nous bénissons !

6 Réalisez une synthèse à partir des documents selon cette problématique : Quest-ce que le système Schneider ? Thèmes : une grande entreprise, une domination sociale et politique; une domination contestée ou glorifiée

7 Méthode: sorganiser pour repérer les informations essentielles Recherchons dans les documents les informations qui accréditent : Réalisez une synthèse à partir des documents selon cette problématique : Quest-ce que le système Schneider ? Thèmes : une grande entreprise, une domination sociale et politique; une domination contestée ou glorifiée Nous soulignerons en rouge les éléments accréditant lexpression de « grande entreprise »

8 Document 1: Les Schneider au Creusot « En 1836, Le Creusot fut acheté par Adolphe et Eugène Schneider, le maître de forges Boigues et le banquier Seillière. Eugène avait acquis une expérience sidérurgique en suivant les cours du Conservatoire des Arts et Métiers et en dirigeant des forges appartenant à Neuflise dont il épousa la petite-fille. Quant à Adolphe, il épousa la belle-fille de Boigues. Ses appuis familiaux et professionnels leur donnaient une solide assise financière lorsquils reprirent Le Creusot […]. Lentreprise allait profiter de la conjoncture heureuse pour la sidérurgie que devait provoquer la construction des chemins de fer, des bateaux de fer, des charpentes métalliques […]. Sous le Second Empire (1852 – 1870), Eugène Schneider fit du Creusot une usine gigantesque, tout en étendant son pouvoir au monde des affaires, de la finance et de la politique. Vice-président du Corps Législatif (Assemblée parlementaire du Second Empire) à partir de 1852, il accéda à la Présidence en Il était très lié avec Paulin Talbot, le maître de P.L.M. (Compagnie ferroviaire Paris-Lyon-Méditerranée) […]. Il était au Conseil dadministration du P.L.M. et de la Société Générale ; il était régent de la Banque de France. Sa prééminence était incontestée chez les maîtres de forges quil regroupa en 1864 en un organisme de défense des intérêts de la profession, le Comité des Forges car le poids économique du Creusot était considérable. A la fin de lEmpire, il produisait plus de tonnes de fonte, presque autant de fer, plus de 100 locomotives par an. Après la guerre de 1870, sur les instances du gouvernement, Schneider se tourna vers la fabrication de canons en acier à linstar de Krupp […] Après sa mort en 1875, la dynastie familiale se perpétua avec son fils Henri (1841 – 1898), son petit-fils Eugène (1868 – 1942) et son arrière-petit-fils Charles (1898 – 1960), dernier du nom. » Patrick Verley, La Révolution Industrielle, Paris, 1985 Bilan : Appuis familiaux lors du rachat Entreprise dynastique familiale « tonnes de fonte et fer » Usine gigantesque de métallurgie et sidérurgie, Convertisseur Bessemer pour transformer fonte en acier (1856) Chemins de fer… 100 locomotives / an Importance de la révolution des transports comme marché et pour améliorer approvisionnement Canons en acier de 75 comme Krupp Industrie darmement pour le gouvernement Appuis familiaux lors du rachat Entreprise dynastique familiale « tonnes de fonte et fer » Usine gigantesque de métallurgie et sidérurgie, Convertisseur Bessemer pour transformer fonte en acier (1856) Chemins de fer… 100 locomotives / an Importance de la révolution des transports comme marché et pour améliorer approvisionnement Canons en acier de 75 comme Krupp Industrie darmement pour le gouvernement

9 Document 2 : Le Creusot vu par Guy de Maupassant « Le ciel est bleu, tout bleu, plein de soleil. Le train vient de passer Montchanin. Là-bas, devant nous, un nuage sélève, tout noir, opaque, qui semble monter de la terre, qui obscurcit lazur clair du jour, un nuage lourd, immobile. Cest la fumée du Creusot. On approche, on distingue. Cent cheminées géantes vomissent dans lair des serpents de fumée, dautres moins hautes et haletantes crachent des haleines de vapeur ; tout cela se mêle, sétende, plane, couvre la ville, emplit les rues, cache le ciel, éteint le soleil. Il fait presque sombre maintenant. Une poussière de charbon voltige, pique les yeux, tache la peau, macule le linge. Les maisons sont noires, comme frottées de suie, les pavés sont noirs, les vitres poudrées de charbon. Une odeur de cheminée, de goudron, de houille flotte, contracte la gorge, oppresse la poitrine, et parfois une âcre saveur de fer, de forge, de métal brûlant, denfer ardent, coupe la respiration, vous fait lever les yeux pour cherche lair pur, lair libre, lair sain du grand ciel ; mais on voit planer là-haut le nuage épais et sombre, et miroiter près de soi les facettes menues du charbon qui voltige. Cest Le Creusot. Un bruit sourd et continu fait trembler la terre, un bruit fait de mille bruits, que coupe dinstant e instant un coup formidable, un choc ébranlant la ville entière. Entrons dans lusine de Messieurs Schneider. Quelle féerie ! Cest le royaume du fer, où règne Sa Majesté le Feu ! » Guy de Maupassant, Au soleil, Paris, 1884 Bilan : Houille Importance du charbon, NRJ-clé cheminées fours industriels (hauts fourneaux) ville-usine Houille Importance du charbon, NRJ-clé cheminées fours industriels (hauts fourneaux) ville-usine

10 Document 3 : La contestation du système Schneider « Dans cette ville où les rues, les places, les monuments, tous les édifices publics sont la propriété de M. Schneider, dans cette ville où lon voit les petits gamins qui se rendent à lécole, porter le ceinturon aux armes de M. Schneider, dans cette ville où tout rappelle la domination du grand maître des forges, dans cette ville où sélève le château de la Verrerie, symbole de la domination la plus odieuse qui soit […] M. Schneider, révolté de voir que ses milliers douvriers, dans la liberté du scrutin, lavaient battu (lors des élections municipales de 1931, 2 opposants sont entrés au conseil municipal), a alors chassé un certain nombre dentre eux, pour obliger les autres à se soumettre ; il a décimé son personnel désormais plus souple et plus bienveillant pour la politique quil voulait faire. » Discours de Léon Lagrange, député socialiste, 7 avril 1933 Document 4 : Chanson éditée à loccasion du centenaire dEugène Ier Schneider en 1905 « La grande cité ouvrièreO Creusot, tu dois cette gloire Peut enfin bénir et chanterA ton illustre fondateur, Celui quen ce jour elle est fièreAujourdhui chante sa mémoire, De sentir par tous exalter.Remercie-le avec ardeur. Frappez mon marteau Sur le fer bien chaud ! De louvrier il fut le père, Que dans tous les yeux la joie brille, Et fit jaillir pour son bonheur Nos cœurs battent à lunisson Des richesses de cette terreDe la chère et grande famille Récompenses dun dur labeur ! Que tous ici nous bénissons ! Bilan : Milliers douvriers Grande entreprise industrielle « Marteau Fer bien chaud » Production métallurgique et sidérurgique grâce aux marteaux (marteaux-pilons) Milliers douvriers Grande entreprise industrielle « Marteau Fer bien chaud » Production métallurgique et sidérurgique grâce aux marteaux (marteaux-pilons)

11 Suite Recherchons dans les documents les informations qui accréditent : Réalisez une synthèse à partir des documents selon cette problématique : Quest-ce que le système Schneider ? Thèmes : une grande entreprise, une domination sociale et politique; une domination contestée ou glorifiée Nous soulignerons en vert les éléments accréditant lexpression « une domination sociale et politique»

12 Document 1: Les Schneider au Creusot « En 1836, Le Creusot fut acheté par Adolphe et Eugène Schneider, le maître de forges Boigues et le banquier Seillière. Eugène avait acquis une expérience sidérurgique en suivant les cours du Conservatoire des Arts et Métiers et en dirigeant des forges appartenant à Neuflise dont il épousa la petite-fille. Quant à Adolphe, il épousa la belle-fille de Boigues. Ses appuis familiaux et professionnels leur donnaient une solide assise financière lorsquils reprirent Le Creusot […]. Lentreprise allait profiter de la conjoncture heureuse pour la sidérurgie que devait provoquer la construction des chemins de fer, des bateaux de fer, des charpentes métalliques […]. Sous le Second Empire (1852 – 1870), Eugène Schneider fit du Creusot une usine gigantesque, tout en étendant son pouvoir au monde des affaires, de la finance et de la politique. Vice-président du Corps Législatif (Assemblée parlementaire du Second Empire) à partir de 1852, il accéda à la Présidence en Il était très lié avec Paulin Talbot, le maître de P.L.M. (Compagnie ferroviaire Paris-Lyon-Méditerranée) […]. Il était au Conseil dadministration du P.L.M. et de la Société Générale ; il était régent de la Banque de France. Sa prééminence était incontestée chez les maîtres de forges quil regroupa en 1864 en un organisme de défense des intérêts de la profession, le Comité des Forges car le poids économique du Creusot était considérable. A la fin de lEmpire, il produisait plus de tonnes de fonte, presque autant de fer, plus de 100 locomotives par an. Après la guerre de 1870, sur les instances du gouvernement, Schneider se tourna vers la fabrication de canons en acier à linstar de Krupp […] Après sa mort en 1875, la dynastie familiale se perpétua avec son fils Henri (1841 – 1898), son petit-fils Eugène (1868 – 1942) et son arrière-petit-fils Charles (1898 – 1960), dernier du nom. » Patrick Verley, La Révolution Industrielle, Paris, 1985 Bilan domination sociale et politique: sociale et affaires : « ami avec Paulin Talbot, patron du PLM, Conseil dadmi PLM » Maîtrise de la politique des transports « Conseil dadmi Soc générale » Maîtrise des banques (SG, 2° banquier fondée en 1864) et du crédit nécessaire pour prêts et investissements 1864 : Comité des forges Patron = élite sociale, réussite bourgeoise Contrôle de secteurs vitaux de léconomie et de la société sociale et affaires : « ami avec Paulin Talbot, patron du PLM, Conseil dadmi PLM » Maîtrise de la politique des transports « Conseil dadmi Soc générale » Maîtrise des banques (SG, 2° banquier fondée en 1864) et du crédit nécessaire pour prêts et investissements 1864 : Comité des forges Patron = élite sociale, réussite bourgeoise Contrôle de secteurs vitaux de léconomie et de la société politique Corps Législatif : Vice Président, Président (1867) réussite économique, sociale et politique grâce aux liens amicaux et familiaux politique Corps Législatif : Vice Président, Président (1867) réussite économique, sociale et politique grâce aux liens amicaux et familiaux

13 Document 2 : Le Creusot vu par Guy de Maupassant « Le ciel est bleu, tout bleu, plein de soleil. Le train vient de passer Montchanin. Là-bas, devant nous, un nuage sélève, tout noir, opaque, qui semble monter de la terre, qui obscurcit lazur clair du jour, un nuage lourd, immobile. Cest la fumée du Creusot. On approche, on distingue. Cent cheminées géantes vomissent dans lair des serpents de fumée, dautres moins hautes et haletantes crachent des haleines de vapeur ; tout cela se mêle, sétende, plane, couvre la ville, emplit les rues, cache le ciel, éteint le soleil. Il fait presque sombre maintenant. Une poussière de charbon voltige, pique les yeux, tache la peau, macule le linge. Les maisons sont noires, comme frottées de suie, les pavés sont noirs, les vitres poudrées de charbon. Une odeur de cheminée, de goudron, de houille flotte, contracte la gorge, oppresse la poitrine, et parfois une âcre saveur de fer, de forge, de métal brûlant, denfer ardent, coupe la respiration, vous fait lever les yeux pour cherche lair pur, lair libre, lair sain du grand ciel ; mais on voit planer là-haut le nuage épais et sombre, et miroiter près de soi les facettes menues du charbon qui voltige. Cest Le Creusot. Un bruit sourd et continu fait trembler la terre, un bruit fait de mille bruits, que coupe dinstant en instant un coup formidable, un choc ébranlant la ville entière. Entrons dans lusine de Messieurs Schneider. Quelle féerie ! Cest le royaume du fer, où règne Sa Majesté le Feu ! » Guy de Maupassant, Au soleil, Paris, 1884 Bilan domination sociale et politique: Royaume du fer, Sa Majesté Schneider est le maître de lusine et de la ville, comparé à un Roi Royaume du fer, Sa Majesté Schneider est le maître de lusine et de la ville, comparé à un Roi

14 Document 3 : La contestation du système Schneider « Dans cette ville où les rues, les places, les monuments, tous les édifices publics sont la propriété de M. Schneider, dans cette ville où lon voit les petits gamins qui se rendent à lécole, porter le ceinturon aux armes de M. Schneider, dans cette ville où tout rappelle la domination du grand maître des forges, dans cette ville où sélève le château de la Verrerie, symbole de la domination la plus odieuse qui soit […] M. Schneider, révolté de voir que ses milliers douvriers, dans la liberté du scrutin, lavaient battu (lors des élections municipales de 1931, 2 opposants sont entrés au conseil municipal), a alors chassé un certain nombre dentre eux, pour obliger les autres à se soumettre ; il a décimé son personnel désormais plus souple et plus bienveillant pour la politique quil voulait faire. » Discours de Léon Lagrange, député socialiste, 7 avril 1933 Document 4 : Chanson éditée à loccasion du centenaire dEugène Ier Schneider en 1905 « La grande cité ouvrièreO Creusot, tu dois cette gloire Peut enfin bénir et chanterA ton illustre fondateur, Celui quen ce jour elle est fièreAujourdhui chante sa mémoire, De sentir par tous exalter.Remercie-le avec ardeur. Frappez mon marteau Sur le fer bien chaud ! De louvrier il fut le père, Que dans tous les yeux la joie brille, Et fit jaillir pour son bonheur Nos cœurs battent à lunisson Des richesses de cette terreDe la chère et grande famille Récompenses dun dur labeur ! Que tous ici nous bénissons ! Bilan domination sociale et politique: Chanson danniversaire montre domination Vie du peuple « De louvrier il fut le père Chère et grande famille » Paternalisme social Chanson danniversaire montre domination Vie du peuple « De louvrier il fut le père Chère et grande famille » Paternalisme social

15 Suite Recherchons dans les documents les informations qui accréditent : Réalisez une synthèse à partir des documents selon cette problématique : Quest-ce que le système Schneider ? Thèmes : une grande entreprise, une domination sociale et politique; une domination contestée ou glorifiée Nous soulignerons en bleu les éléments accréditant lexpression « une domination contestée ou glorifiée »

16 Document 2 : Le Creusot vu par Guy de Maupassant « Le ciel est bleu, tout bleu, plein de soleil. Le train vient de passer Montchanin. Là-bas, devant nous, un nuage sélève, tout noir, opaque, qui semble monter de la terre, qui obscurcit lazur clair du jour, un nuage lourd, immobile. Cest la fumée du Creusot. On approche, on distingue. Cent cheminées géantes vomissent dans lair des serpents de fumée, dautres moins hautes et haletantes crachent des haleines de vapeur ; tout cela se mêle, sétende, plane, couvre la ville, emplit les rues, cache le ciel, éteint le soleil. Il fait presque sombre maintenant. Une poussière de charbon voltige, pique les yeux, tache la peau, macule le linge. Les maisons sont noires, comme frottées de suie, les pavés sont noirs, les vitres poudrées de charbon. Une odeur de cheminée, de goudron, de houille flotte, contracte la gorge, oppresse la poitrine, et parfois une âcre saveur de fer, de forge, de métal brûlant, denfer ardent, coupe la respiration, vous fait lever les yeux pour cherche lair pur, lair libre, lair sain du grand ciel ; mais on voit planer là-haut le nuage épais et sombre, et miroiter près de soi les facettes menues du charbon qui voltige. Cest Le Creusot. Un bruit sourd et continu fait trembler la terre, un bruit fait de mille bruits, que coupe dinstant en instant un coup formidable, un choc ébranlant la ville entière. Entrons dans lusine de Messieurs Schneider. Quelle féerie ! Cest le royaume du fer, où règne Sa Majesté le Feu ! » Guy de Maupassant, Au soleil, Paris, 1884 Bilan une domination contestée ou glorifiée : Critique de la pollution de Maupassant Royaume du fer = Enfer Sa Majesté le feu Critique Schneider = diable Critique de la pollution de Maupassant Royaume du fer = Enfer Sa Majesté le feu Critique Schneider = diable

17 Document 3 : La contestation du système Schneider « Dans cette ville où les rues, les places, les monuments, tous les édifices publics sont la propriété de M. Schneider, dans cette ville où lon voit les petits gamins qui se rendent à lécole, porter le ceinturon aux armes de M. Schneider, dans cette ville où tout rappelle la domination du grand maître des forges, dans cette ville où sélève le château de la Verrerie, symbole de la domination la plus odieuse qui soit […] M. Schneider, révolté de voir que ses milliers douvriers, dans la liberté du scrutin, lavaient battu (lors des élections municipales de 1931, 2 opposants sont entrés au conseil municipal), a alors chassé un certain nombre dentre eux, pour obliger les autres à se soumettre ; il a décimé son personnel désormais plus souple et plus bienveillant pour la politique quil voulait faire. » Discours de Léon Lagrange, député socialiste, 7 avril 1933 Document 4 : Chanson éditée à loccasion du centenaire dEugène Ier Schneider en 1905 « La grande cité ouvrièreO Creusot, tu dois cette gloire Peut enfin bénir et chanterA ton illustre fondateur, Celui quen ce jour elle est fièreAujourdhui chante sa mémoire, De sentir par tous exalter.Remercie-le avec ardeur. Frappez mon marteau Sur le fer bien chaud ! De louvrier il fut le père, Que dans tous les yeux la joie brille, Et fit jaillir pour son bonheur Nos cœurs battent à lunisson Des richesses de cette terreDe la chère et grande famille Récompenses dun dur labeur ! Que tous ici nous bénissons ! Bilan une domination contestée ou glorifiée : Domination la + odieuse qui soit Critique politique dun socialiste Elections de 1931 et politique Répressive de Schneider Contestation du système par ouvriers Domination la + odieuse qui soit Critique politique dun socialiste Elections de 1931 et politique Répressive de Schneider Contestation du système par ouvriers Schneider = fondateur et gloire du Creusot « Fit jaillir pour son bonheur les richesses de la terre » Schneider = Dieu Bénédiction réservé à la religion Schneider = fondateur et gloire du Creusot « Fit jaillir pour son bonheur les richesses de la terre » Schneider = Dieu Bénédiction réservé à la religion

18 Bilan Appuis familiaux lors du rachat Entreprise dynastique familiale « tonnes de fonte et fer » Usine gigantesque de métallurgie et sidérurgie, Convertisseur Bessemer pour transformer fonte en acier (1856) Chemins de fer… 100 locomotives / an Importance de la révolution des transports comme marché et pour améliorer approvisionnement Canons en acier de 75 comme Krupp Industrie darmement pour le gouvernement Appuis familiaux lors du rachat Entreprise dynastique familiale « tonnes de fonte et fer » Usine gigantesque de métallurgie et sidérurgie, Convertisseur Bessemer pour transformer fonte en acier (1856) Chemins de fer… 100 locomotives / an Importance de la révolution des transports comme marché et pour améliorer approvisionnement Canons en acier de 75 comme Krupp Industrie darmement pour le gouvernement Houille Importance du charbon, NRJ- clé cheminées fours industriels (hauts fourneaux) ville-usine Houille Importance du charbon, NRJ- clé cheminées fours industriels (hauts fourneaux) ville-usine sociale et affaires : « ami avec Paulin Talbot, patron du PLM, Conseil dadmi PLM » Maîtrise de la politique des transports « Conseil dadmi Soc générale » Maîtrise des banques (SG, 2° banquier fondée en 1864) et du crédit nécessaire pour prêts et investissements 1864 : Comité des forges Patron = élite sociale, réussite bourgeoise Contrôle de secteurs vitaux de léconomie et de la société sociale et affaires : « ami avec Paulin Talbot, patron du PLM, Conseil dadmi PLM » Maîtrise de la politique des transports « Conseil dadmi Soc générale » Maîtrise des banques (SG, 2° banquier fondée en 1864) et du crédit nécessaire pour prêts et investissements 1864 : Comité des forges Patron = élite sociale, réussite bourgeoise Contrôle de secteurs vitaux de léconomie et de la société politique Corps Législatif : Vice Président, Président (1867) réussite économique, sociale et politique grâce aux liens amicaux et familiaux politique Corps Législatif : Vice Président, Président (1867) réussite économique, sociale et politique grâce aux liens amicaux et familiaux Royaume du fer, Sa Majesté Schneider est le maître de lusine et de la ville, comparé à un Roi Royaume du fer, Sa Majesté Schneider est le maître de lusine et de la ville, comparé à un Roi Chanson danniversaire montre domination Vie du peuple « De louvrier il fut le père. Chère et grande famille » Paternalisme social Chanson danniversaire montre domination Vie du peuple « De louvrier il fut le père. Chère et grande famille » Paternalisme social Critique de la pollution de Maupassant Royaume du fer = Enfer Sa Majesté le feu Critique Schneider = diable Critique de la pollution de Maupassant Royaume du fer = Enfer Sa Majesté le feu Critique Schneider = diable Domination la + odieuse qui soit Critique politique dun socialiste Elections de 1931 et politique Répressive de Schneider Contestation du système par ouvriers Domination la + odieuse qui soit Critique politique dun socialiste Elections de 1931 et politique Répressive de Schneider Contestation du système par ouvriers Schneider = fondateur et gloire du Creusot « Fit jaillir pour son bonheur les richesses de la terre » Schneider = Dieu Bénédiction réservé à la religion Schneider = fondateur et gloire du Creusot « Fit jaillir pour son bonheur les richesses de la terre » Schneider = Dieu Bénédiction réservé à la religion 1/ Une grande entreprise 2/ Une domination sociale et politique; 3/ Une domination contestée ou glorifiée

19 Votre recherche fait apparaitre les trois parties qui constitueront votre synthèse. La rédaction en sera donc simple.


Télécharger ppt "Correction du devoir A partir des documents vous devrez réaliser une synthèse Vous savez, depuis le dernier corrigé, quune synthèse doit être organisée."

Présentations similaires


Annonces Google