La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE EDUCATION DIRECTION DE LA PLANIFICATION ET DE LA REFORME DE LEDUCATION (DPRE) EDUCATION QUALIFIANTE DES JEUNES ET DES.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE EDUCATION DIRECTION DE LA PLANIFICATION ET DE LA REFORME DE LEDUCATION (DPRE) EDUCATION QUALIFIANTE DES JEUNES ET DES."— Transcription de la présentation:

1 1 REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE EDUCATION DIRECTION DE LA PLANIFICATION ET DE LA REFORME DE LEDUCATION (DPRE) EDUCATION QUALIFIANTE DES JEUNES ET DES ADULTES EQJA MILANO 4 avril 2006 El Hadji Meissa Diop

2 2 1. Diagnostic

3 BREVE PRESENTATION DU PAYS Situé à louest du continent Africain : Superficie de km2, Population, près de 10 millions d'habitants, inégalement répartie : plus dense à l'Ouest (le long du littoral atlantique et au centre) qu'à l'Est, Disparités croissantes entre villes et campagnes, 46% de taux durbanisation Taille de lagglomération dakaroise (près de 3 millions d'habitants) témoigne de ce déséquilibre et pose le problème plus global des migrations.

4 4 1.1 BREVE PRESENTATION DU PAYS (suite) Pays du Sahel aux ressources naturelles faibles et qui a longtemps souffert de la sécheresse avec une population qui devrait doubler tous les 25 ans. La jeunesse de la population constitue à la fois un atout et un défi : 56% de la population sénégalaise a moins de 20 ans (50% moins de 16 ans). Le sexe/ratio est favorable aux femmes (52%).

5 LA SITUATION SOCIOECONOMIQUE Une croissance sans effet sur la réduction de la pauvreté Une masse de chômeurs et/ou de sous employés surtout chez les jeunes malgré les efforts récents dans ce domaine Une pauvreté bien réelle qui se traduit par : la mendicité La prostitution La dégradation de la santé Le travail des enfants

6 6 A- lAgriculture A-1 Les Caractéristiques Depuis lIndépendance, malgré la diffusion de progrès techniques imposés par lencadrement dun modèle de vulgarisation de type top down, lagriculture sénégalaise est essentiellement restée : une petite agriculture paysanne dominée par larachide à faible productivité, pratiquée sous pluie.

7 7 A-2 Les problèmes Le secteur agricole sénégalais ne produit pas assez de denrées alimentaires pour alimenter la population ne contribue pas de manière significative à l'augmentation des ressources en devises dont l'État a besoin nassume plus de manière satisfaisante la mission de protection et d'amélioration des ressources naturelles

8 B - Léducation B -1 Présentation du système éducatif sénégalais S. E. S. E. N. F. E. F. AlphabétisationE. C. B. Préscolaire : 3 ans Élémentaire : 6 ans Moyen : 4 ans Secondaire général et technique: 3 ans Supérieur : université Formation Professionnelle

9 9 B – 2 Les Indicateurs: Taux Brut de Scolarisation de lordre de 75% Taux de transition de lélémentaire au moyen de lordre de 30% seulement Taux dabandon de lordre de 12%

10 B-3 Disparités entre sexe, régions et zones RégionsTaux bruts GarçonsFillesTotal Dakar 85,481,183,3 Ziguinchor 132,797,2113,7 Diourbel 47,141,544,2 Saint Louis 79,281,480,3 Tamba 93,172,882,9 Kaolack 50,644,547,5 Thies 79,372,375,8 Louga 6553,759,2 Fatick 61,960,161 Kolda 98,670,885,1 Sénégal 75,567,671,6

11 11 C- La pauvreté La pauvreté est un phénomène essentiellement rural 57,5 % des ménages ruraux sont pauvres 33 % dans la zone urbaine de Dakar et, 43,3 % dans les autres villes du pays

12 QUELQUES ATOUTS 1.Le Sénégal a toujours joui dune relative stabilité politique et dune forte assistance étrangère

13 Quelques atouts (suite) 2. Existence dun Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP) Le Sénégal, depuis 2002, sest engagé activement dans la mise en œuvre de son Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP) adopté en décembre 2001

14 14 QUELQUES ATOUTS (suite) 3. Le PDEF Depuis 2000, lEtat sénégalais a initié (en collaboration avec les partenaires techniques et financiers, la société civile, les institutions et les agences du secteur de léducation) un Programme Décennal de lEducation et de la Formation (PDEF) qui fixe les orientations et les stratégies du gouvernement en matière déducation et de formation jusquen 2010.

15 15 Les acquis tirés du PDEF La mise en œuvre de la première phase a permis : -lélargissement de laccès au niveau de tous les sous secteurs (construction et réhabilitation de salles de classe, recrutement denseignants) -Lamélioration de la qualité des enseignements apprentissages -Le renforcement de la gestion du système surtout au niveau déconcentré

16 16 Principaux défis en éducation Malgré les multiples avancées il demeure un certain nombre de défis : les différents publics défavorisés, exclus de lEducation de base, ne sont pratiquement pas pris en charge ; le secteur informel, qui offre pourtant le plus dopportunités demploi pour les jeunes, les adolescents et les adultes (urbains et ruraux), nest pas suffisamment pris en compte dans les politiques déducation et de formation ; lapprentissage traditionnel, malgré ses insuffisances pédagogiques, constitue le principal vecteur du développement de ce secteur; mais il nest pas encore considéré comme une composante endogène essentielle nationale des politiques de formation professionnelle et pour cette raison, il ne bénéficie pas de lEtat, du soutien quil mérite ; la problématique de lEducation qualifiante des jeunes et des adultes demeure insuffisamment approfondie.

17 17 Conclusion à tirer Les exclus de l'école de base (non scolarisés et abandons) constituent un public de jeunes et d'adultes, le plus souvent ruraux, particulièrement démuni et vulnérable sur le marché du travail.

18 18 2. Léducation qualifiante des jeunes et des adultes comme réponse

19 Quest-ce que lEducation Qualifiante des Jeunes et des Adultes (EQJA)? Son objectif, tel que défini dans le cadre d'action de Dakar consiste à : « répondre aux besoins éducatifs de tous les jeunes et de tous les adultes en leur assurant un accès équitable à des programmes adéquats ayant pour objet l'acquisition de connaissances ainsi que de compétences nécessaires dans la vie courante en vue de linsertion ».

20 Composantes de lEQJA Elles sont au nombre de quatre (4) : 1.La formation des femmes et des filles dans le domaine de lagro alimentaire 2.Le préapprentissage des jeunes dans le domaine de lartisanat 3.Léducation qualifiante des jeunes des daara 4.Léducation qualifiante des populations rurales

21 Présentation de léducation Qualifiante des Populations Rurales Objectif général Le projet doit permettre, sur la base de leurs préoccupations, de renforcer les capacités des populations rurales (jeunes, adolescents – garçons et filles - et adultes -hommes et femmes) pour améliorer leur insertion dans le tissu socio économique et accroître les performances de lagriculture dans les zones ciblées.

22 22 Objectifs spécifiques 1 – Concevoir et tester une approche pilote de prise en charge de léducation qualifiante des jeunes et des adultes en milieu rural Zones de KÉBÉMER, FATICK, NIORO ET MBACKE 2 - Améliorer les capacités dinsertion socioéconomiques des jeunes et adultes ruraux dans les Zones de KÉBÉMER, FATICK, NIORO ET MBACKE

23 23 Résultats attendus Objectif 1: 1.Des contenus ainsi que des outils de formation (dun curriculum) sont disponibles dans les domaines de léducation de base et de lacquisition de compétences productives 1.25 formateurs voient leurs compétences renforcées 2.Le modèle dintervention est formalisé et diffusé

24 24 Résultats attendus (suite) Objectif ruraux jeunes et adultes dont 50% de femmes et jeunes filles formés dans les domaines de léducation de base (langue, mathématique et compétences de vie courante) et des compétences productives; liées aux métiers ruraux 2. Les formés sont organisés en groupement dintérêt économique et ont accès au micro crédit disponible 4. Les acteurs ruraux (jeunes et adultes, hommes et femmes) produisent plus et mieux

25 Principes daction 1- Accompagnement de la nouvelle dynamique enclenchée par le Ministère de lAgriculture et de lHydraulique basée entre autres sur la LOASP, et la valorisation des acquis des diagnostics participatifs réalisés ; 2- Responsabilisation, forte implication et autonomie des communautés à la base (les représentants des Organisations Professionnelles Agricoles et les Collectivités Locales) à toutes les étapes du projet 3- le comité de pilotage du projet devra veiller à limiter au maximum les coûts récurrents engendrés par la mise en œuvre. 4- le pilotage, outre les Ministères de lEducation et de lAgriculture et de lHydraulique sera paritaire avec les représentants des bénéficiaires.

26 26 ACTIONS 1.Mise en place du comité de pilotage ainsi que des organes de gestion du projet au niveau national et local : CFA Négociation du projet dans les zones dintervention, avec les responsables locaux (Collectivités locales, organisations professionnelles de base, etc.), les partenaires et les intéressés ou leurs représentants : CFA Sélection et formation de formateurs : CFA

27 27 ACTIONS (suite) 4.Identification des besoins en éducation qualifiante des populations rurales des zones identifiées (approche par la demande) : CFA Elaboration et développement dun curriculum qui réponde aux préoccupations des ruraux : CFA Mise en œuvre des formations CFA

28 ACTIONS (suite) 7.Suivi/Evaluation avec la collaboration entre Ministères de lEducation, de lAgriculture, et des Partenaires en vue didentifier les forces, faiblesses et limites du dispositif et des outils élaborés pour leur trouver des solutions CFA Capitalisation des acquis (outils, démarches, stratégies) CFA Création de groupements dintérêt économiques dont les formés constituent les membres CFA Mise en connexion des formés avec les structures de micro crédit en vue du financement des actions de développement CFA 4580

29 29 Coût estimatif global CFA

30 30 Merci de votre attention


Télécharger ppt "1 REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE EDUCATION DIRECTION DE LA PLANIFICATION ET DE LA REFORME DE LEDUCATION (DPRE) EDUCATION QUALIFIANTE DES JEUNES ET DES."

Présentations similaires


Annonces Google