La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

« Posons-nous les bonnes questions ? Construire une perspective budgétaire a moyen » Module1: Les systèmes budgétaires et les pratiques de la budgétisation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "« Posons-nous les bonnes questions ? Construire une perspective budgétaire a moyen » Module1: Les systèmes budgétaires et les pratiques de la budgétisation."— Transcription de la présentation:

1 « Posons-nous les bonnes questions ? Construire une perspective budgétaire a moyen » Module1: Les systèmes budgétaires et les pratiques de la budgétisation pluriannuelle dans les pays francophones et anglophones

2 Plan de présentation Introduction Cadre juridique francophone Budgétisation pluriannuelle Points forts et faiblesses Réformes en cours Particularités du Burkina Faso Conclusion

3 Introduction Cadre juridique des pays francophones calqué sur le système français Gestion budgétaire a connu des évolutions ces dernières décennies Désormais le budget doit prendre en compte la gestion axée sur les résultats La cohérence des politiques économiques et sociales exige une budgétisation pluriannuelle Toutes les législations essaient de tenir compte et dintégrer ces réformes dans leur cadre juridique

4 I. Cadre juridique francophone (1/3) C'est l'ordonnance n° 59-2 du 2 janvier 1959 portant loi organique relative aux lois de finances qui définit la structure du cadre juridique budgétaire des pays francophones Chaque pays a adapté sa législation budgétaire en fonction de cette ordonnance

5 Cadre juridique francophone (2/3) Au Burkina Faso cest l'ordonnance du 18 septembre 1969 portant loi organique relative aux lois de finances qui pose les bases du droit budgétaire en consacrant, pour lessentiel, les principes du droit français. Depuis le 11 janvier 1994, le droit budgétaire des Etats membres est davantage tributaire des efforts dharmonisation des cadres juridiques budgétaire des pays de lUnion

6 Cadre juridique francophone (2/3) Ainsi l'ordonnance du 18 septembre 1969 a été remplacée par une loi du 24 janvier 2003 relative aux lois des fiances. Cette loi a permis de transposer dans le droit burkinabé les normes budgétaires communautaires instituées par la Directive n°5/97/CM/UEMOA du 16 décembre 1997 relative aux lois de finances et la Directive modificative du 21 décembre 1999.

7 II. Budgétisation pluriannuelle Les cadres juridiques des pays africains francophones ne sont pas toujours favorables à la budgétisation. Ils présentent des facilités et entraves à cette forme de budgétisation pluriannuelle.

8 A. Facilités à la budgétisation pluriannuelle(1/2) 1. Les autorisations de programmes Elles concernent le régime des dépenses dinvestissement dont les techniques atténuent la rigueur de lannualité budgétaire. Pour les programme dinvestissement sétalant sur plusieurs années, le gouvernement peut requérir du parlement, dans le cadre du budget, une autorisation densemble pour chaque dépense en capital avec fixation du plafond maximum des dépenses nécessaires pour son exécution globale.

9 Facilités à la budgétisation pluriannuelle(2/2) Facilités à la budgétisation pluriannuelle(2/2) 2. Les reports de crédits Les reports de crédits autorisent linscription au budget suivant des crédits qui nont pas été consommés au cours de lannée écoulée. Ils sont de droit pour les opérations dinvestissement et exceptionnels pour les opérations de fonctionnement. Au Burkina Faso par exemple, les lois de finances autorisent, des possibilités de report sans limite précise.

10 B. Entraves à la budgétisation pluriannuelle(1/2) Parmi les entraves à la budgétisation pluriannuelle, on a le principe de lannualité budgétaire, celui de lordonnateur unique et de la pluralité des circuits dexécution: 1. Principe de lannualité budgétaire Cest un principe général de durée qui précise la période de lautorisation budgétaire (une année) accordée par le parlement. Il fait obligation au gouvernement de se présenter chaque année devant le parlement afin dobtenir lautorisation budgétaire.

11 Entraves à la budgétisation pluriannuelle(2/2) 2. Principe de lordonnateur unique Dans les pays francophones, cest le principe de lordonnateur unique qui consacre au ministre de léconomie et des finances les droits et prérogatives de lordonnateur unique du budget de lEtat. En effet, au Burkina Faso, le Ministre chargé des Finances est lordonnateur unique du budget de lEtat, et le Directeur Général du Budget reçoit délégation pour ordonnancer les recettes et les dépenses ; ce qui lui confère le titre dordonnateur délégué du budget de lEtat.

12 III. Forces et faiblesses Système budgétaire francophone Le système budgétaire francophone présente des forces et faiblesses La budgétisation pluriannuelle est réalisée de façon peu satisfaisante par les ministères et institutions.

13 A. Points forts 1. La flexibilité du système qui se traduit par la possibilité de dérogation aux principes budgétaires généraux ; 2. La force du gouvernement devant le parlement en matière budgétaire ; 3. La pluralité des textes laissant libre cours à des pratiques budgétaires (non formelles) susceptibles daméliorer lefficacité de la dépense publique.

14 B. Points faibles(1/4) 1. Une limitation excessive des droits du parlement. En effet le parlement naucun pouvoir sur le budget de lEtat surtout lors du vote des autorisations budgétaires. Par exemple au Burkina, cest le gouvernement qui explique au parlement la façon dont il a élaboré son budget 2. Un manque de lisibilité dans les opérations financières de l'Etat. Par ailleurs, l'ordonnance a permis le développement de pratiques qui ne favorisent guère la lisibilité de l'action financière de l'Etat ;

15 Points faibles(2/4) 3. Un cadre de gestion trop rigide et pas assez responsabilisant. En effet, l'application du principe de spécialité - au demeurant rendu largement virtuel par les facilités de gestion offertes au Gouvernement par l'ordonnance - n'est guère favorable, voire fait obstacle, au développement d'une démarche de performance dans la gestion des services publics.principe de spécialité

16 Points faibles(3/4) Points faibles(3/4) 4. Une faible applicabilité des textes législatifs dans le domaine du budget. En effet,les textes portant cadre juridique des finances publiques du Burkina Faso offrent des opportunités de budgétisation pluriannuelle qui ne sont pas toujours exploitées par lexécutif. Cela est dû à une insuffisance de formation, dinformations et de non maîtrise des procédures budgétaires 5. Faible culture de la gestion axée sur les résultats

17 Points faibles(4/4) 6. lapproche « budget objet » Pratiquement, tous les budgets des pays francophones sont élaborés et exécutés selon lapproche « budget objet » ou « budget moyens ». Réaliser un taux dexécuter des dépenses de 100% est une efficacité sans lien avec les résultats

18 IV. Réformes en cours(1/3) 1.Amélioration du cadre juridique En France comme dans tous les pays africains francophones, on tend vers la réforme du cadre juridique des finances publiques à travers la loi organique française. En effet, la réforme des finances de l'État français, engagée par la loi organique n° du 1er août 2001 relative aux lois de finances (en abrégé LOLF) a entre autres pour objet d'accroître le rôle du Parlement dans la définition de ce budget et dapporter des améliorations dans lélaboration,lexécution et le contrôle budgétaire en rapport avec la gestion axée sur les résultatsloi organique n° du 1er août 2001 relative aux lois de finances

19 Réformes en cours(2/3) 2. Révision du cadre juridique dans lUEMOA Les multiples critiques des directives de lUEMOA et de la nomenclature sont finalement en train de conduire à une réforme du cadre juridique ouest africain afin de lier le budget à la gestion axée sur les résultats

20 Réformes en cours(3/3) 3. Nouvelles exigences du parlement Le processus budgétaire débute avec plus d'un an d'avance. Il est entièrement sous le contrôle et la responsabilité du gouvernement, le parlement n'ayant en fait qu'une influence moins que marginale (il ne déplacera que moins d'un dix millième des crédits, par rapport à la proposition gouvernementale)

21 V. Particularités du Burkina (1/5) 1. Réformes Communautaires Les Etats membres de lUEMOA sont soumis aux reformes en cours de la zone économique et monétaire à travers les Directives dites « Directives de lUEMOA »

22 Particularités du Burkina Faso(2/5) 2. Réformes intérieures Le gouvernement du Burkina Faso a entrepris de vastes réformes dans le domaine des finances publiques depuis plus dune décennie. Parmi ces réformes certaines visent la programmation et la planification budgétaire. Budget programme en 1998 CDMT en 2000 Stratégie et politiques sectorielles Plan dactions

23 A. Pourquoi les réformes Définir un cadre global et cohérent de réformes du système de gestion budgétaire Soutenir la croissance en vigueur dans le pays Assurer un cadre macroéconomique stable Combler les insuffisance du cadre juridique Nécessité de renforcer la discipline et la transparence dans lexécution budgétaire à travers un réaménagement approprié du dispositif législatif et réglementaire et une application effective des règles édictées

24 B. Démarche Adoption le 31 juillet 2002 dun Plan dactions pour le renforcement de la gestion budgétaire (PRGB) avec comme Objectif global: «Améliorer durablement la transparence, la fiabilité et lefficacité dans la gestion budgétaire». Adoption le 02 février 2006 dune stratégie de Renforcement des Finances Publiques (SRFP) Plan dActions Sectoriel Triennal comme outil dopérationnalisation de la stratégie

25 C. Quelques réformes (3/5) Budget programme Instrument de planification budgétaire pluriannuelle mettant en relation les objectifs et les programmes dun secteur et les ressources budgétaires disponibles CDMT Outil de programmation budgétaire et financière pluriannuelle permettant dallouer des ressources disponibles aux secteurs

26 Quelques réformes (4/5) Gestion prévisionnelle et rationnelle des ressources et des charges : les outils de cadrage macro-économique et de programmation budgétaire présentent des insuffisances ou sont peu opérationnels : TOFE UEMOA, modèle de prévision de recettes, CDMT global et sectoriel, budgets - programmes ;

27 Quelques réformes (5/5) Amélioration du pilotage au niveau sectoriel: Peu de départements ministériels disposent de véritables stratégies et politiques sectorielles dotées de plans dactions opérationnels. Il sagit de doter chaque ministère de stratégie sectorielle pour une meilleure visibilité des actions.

28 Conclusion(1/3) Les dispositifs tels quinstitués par les textes budgétaires sont très proches voire identiques à ceux qui figurent dans lordonnance du 2 janvier Les textes réglementaires font lobjet dapplications biaisées provoquées par des habitudes, carences en formation ou en informations, détournements des procédures ou autres expédients

29 Conclusion(2/3) Pour linstant lexercice du CDMT et du budget programmes dont lobjectif est de cadrer la programmation des dépenses publiques nest pas entièrement accepté par le parlement. Ces outils de programmation budgétaires nont pas de valeur juridique dans le cadre juridique burkinabé.

30 Conclusion(3/3) Les outils de programmation budgétaires permettent de nouer la relation entre le plan et le budget. Le plan daction prenant en compte les besoins à moyen terme dun secteur; et le budget qui prend en compte les besoins à court terme


Télécharger ppt "« Posons-nous les bonnes questions ? Construire une perspective budgétaire a moyen » Module1: Les systèmes budgétaires et les pratiques de la budgétisation."

Présentations similaires


Annonces Google