La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Chapitre 3 – Lexpansion dans la stabilité des prix (1953-1957)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Chapitre 3 – Lexpansion dans la stabilité des prix (1953-1957)"— Transcription de la présentation:

1 Chapitre 3 – Lexpansion dans la stabilité des prix ( )

2 En 1953, dégradation de la situation économique et financière : –déséquilibre des échanges extérieurs –première poussée du chômage. Période marquée par : –les débuts de la construction européenne : CECA, puis CEE –la mise en œuvre dune politique sociale ambitieuse –et la succession dune politique de relance (pol. dEdgar Faure) puis dune politique daustérité (plan Gaillard).

3 Section 1 – Une période dexpansion ( ) Situation éco. suffisamment alarmante (déflation) pour quEdgar Faure (ministre des Finances) dispose, de 1953 à 1954, des pouvoirs spéciaux afin de mener : –un « plan de redressement éco. et financier » –suivi du « plan de dix-huit mois ». Le plan de redressement éco. et financier : –plan de grandeur ampleur : 140 décrets en moins de 50 jours –ayant pour objectifs : une réduction du déficit public par une baisse des dépenses publiques mais surtout une action de relance de la demande par les investissements et laugmentation des salaires. Le plan de dix-huit mois vise à favoriser lexpansion par : –une baisse du taux descompte –et loctroi de facilités de crédit (logement, notamment)

4 A travers les 2 plans successifs, la relance opérée par Edgar Faure et Pierre Mendès France favorise lexpansion de 1953 à Cette relance vise à stimuler les différentes composantes de la demande privée. Elle repose sur 2 leviers : –Une pol. favorable à linvestissement des entreprises privées : TVA sur lachat de biens déquipement intégralement déductible –Une relance de la consommation (relèvement des bas salaires) et des exportations. Les objectifs sont atteints : – de + de 7 % par an des revenus des ménages entre 1952 et 1956 –La hausse du revenu disponible des ménages profite à la consommation (+ 5 % par an) quà lépargne – des exportations, notamment des produits agricoles et alimentaires –Le solde commercial redevient excédentaire.

5 Par ailleurs, un processus de modernisation de ladministration éco. est engagé sous limpulsion de Pierre Mendès France (président du conseil en 1954) : –formation des principes et de la méthode de la comptabilité nationale –réforme du budget –un impôt indirect unique la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) est substitué aux diverses taxes sur les biens et services. A partir de 1954, le CGP passe sous la tutelle du ministère des Finances. Le II e Plan ( ) : –est moins politique et moins bien doté (fin de laide Marshall) –et marque le début dune planification incitative, moins volontariste mais plus efficacement organisée.

6 Section 2 – Retournement conjoncturel et politique sociale ambitieuse ( ) 2.1 – Le retournement conjoncturel de Année 1956 marquée par un virage brutal : –Dégradation du déficit public, qui conduit le Trésor à recourir de nouveau aux avances de la Banque de France –Réapparition brutale du déficit commercial. Causes : –Fin de la guerre dIndochine et développement de la guerre dAlgérie : pèsent sur les finances publiques et réduisent la main-dœuvre de jeunes dès 1956 –En janvier 1958, le gouvernement doit : demander un prêt du FMI et de lUEP négocier un rééchelonnement de sa dette avec les Etats-Unis et augmenter la fiscalité.

7 2.2 – Une politique sociale ambitieuse Cette politique sociale est mise en œuvre par Guy Mollet avec lobjectif daugmenter le pouvoir dachat des ménages : –généralisation de la 3 e semaine de congés payés –retraites complémentaires –politique des revenus généreuse, qui se traduit par une hausse des salaires : + 12 % en 1956 Hausse encore plus forte en Dans un contexte caractérisé par : –un fort mouvement poujadiste (Pierre Poujade) : mouvement populiste de défense du petit commerce et de lartisanat, à tendance xénophobe –lexistence de tensions sur le marché du travail (salaires et durée). Ces hausses de salaires vont relancer linflation à partir de 1957, et conduire à la mise en œuvre dune politique de désinflation.

8 Section 3 – La création de lEurope économique La CECA (Communauté européenne du charbon et de lacier) existe depuis 1953 : –regroupe 6 pays : All., Bel., Fra., Ita., Lux. et Pays.- Bas, –et consiste en une union douanière sectorielle, visant à développer les échanges et moderniser les industries du charbon et de lacier, –dont larchitecture institutionnelle préfigure celle de la CEE : Haute autorité Assemblée parlementaire Cour de justice.

9 Typologie des différents stades de lintégration économique régionale (Bela-Balassa) : 1.Zone de libre-échange tarifs et quotas entre pays membres afin de favoriser les échanges commerciaux 2.Union douanière = ZLE + pol. commerciale commune vis-à-vis du reste du monde (tarif extérieur commun) 3.Marché commun = UD + libre circulation des travailleurs et des capitaux + liberté détablissement des entreprises 4.Union économique = Marché commun + pol. éco. communes 5.Union économique et monétaire = UE + monnaie unique + coordination des pol. éco.

10 Construction européenne relancée par le rapport Spaak, à lissue de la conférence de Messine (juin 1956). Ce rapport se concrétise par la signature des 2 traités de Rome, le 15 mars 1957 : –celui qui crée la CEE (Communauté économique européenne) –et celui qui crée lEURATOM (Europe de lénergie atomique) Le traité de Rome qui crée la CEE instaure une union douanière (non sectorielle) entre les 6 pays membres de la CECA. Larchitecture institutionnelle de la CEE est très proche de celle de la CECA : –Commission –Parlement –Cour de justice.

11 Section 4 – Laustérité précède la crise politique En juin 1957, Félix Gaillard (aux Finances, puis à Matignon en 1958) met en œuvre une politique daustérité afin denrayer la surchauffe. Les mesures prises visent à : 1.Réduire le déficit budgétaire, en combinant : une baisse des dépenses publiques et une hausse de la pression fiscale 2.Restreindre loffre de crédit, par la hausse du taux descompte 3.Engager une opération « vérité des prix » : hausse du prix dun grand nombre de produits pour incorporer : la du prix des produits importés et la des subventions à la production (budget daustérité).

12 4.Instaurer une taxe de 20 % sur tout achat de devises pour financer des importations : Pour limiter le déficit commercial, malgré lentrée prochaine dans la CEE Mesure qui correspond en fait à une dévaluation masquée, et qui favorise linflation importée dans un contexte de tensions inflationnistes. Résultat : situation économique à peu près stabilisée, malgré une inflation persistante.

13 Crise politique qui précipite la fin de la IV e République : –12 mai 1958, nomination de Pierre Pflimlin, partisan dune politique libérale en Algérie, à la tête du gouvernement –qui contribue à déclencher linsurrection dAlger (le 13 mai) et linstauration du Comité de Salut public par le général Massu –Pflimlin doit démissionner le 28 mai –retour au pouvoir du général de Gaulle, qui apparaît alors comme le seul capable de rétablir lordre. Le général de Gaulle devient président du Conseil le 1 er juin : –il constitue un gouvernement dunion nationale –et obtient les pleins pouvoirs, pour : régler le problème algérien et élaborer une nouvelle constitution. Nouvelle constitution approuvée par référendum et promulguée le 4 octobre 1958 : début de la V e République.

14 Conclusion (Chap. 3) Cest bien lexpansion dans la stabilité des prix qui est recherchée dans la 2 ème moitié des années Mais les mesures prises pour juguler la déflation de 1953 conduisent à un nouveau pic dinflation en Cette surchauffe doit être enrayée par une politique restrictive. Cest donc le début de lenchaînement de politiques de « stop and go », caractéristiques : –dun lissage du cycle conjoncturel de type keynésien –et de la période des Trente Glorieuses.

15 Conclusion (1 ère partie) Causes de la chute de la IV e République : –la crise algérienne –indirectement, lensemble des problèmes dOutre- mer –linstabilité ministérielle chronique Acquis économiques de la période : –fixe les bases dun modèle de forte croissance accompagnée dinflation –modèle fondé sur une combinaison originale : dun État très présent dans léconomie et dun modèle salarial protecteur visant à la modernisation et lexpansion de léco. (régime ou modèle fordiste : École de la régulation) –qui a résolument engagé la France dans la voie de la construction européenne et de louverture internationale.


Télécharger ppt "Chapitre 3 – Lexpansion dans la stabilité des prix (1953-1957)"

Présentations similaires


Annonces Google