La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Formation Niveau 1 Vienne Plongée 2009. LES LOIS PHYSIQUES QUI SAPPLIQUENT EN PLONGÉE Le plongeur au cours de son évolution dans le milieu aquatique est.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Formation Niveau 1 Vienne Plongée 2009. LES LOIS PHYSIQUES QUI SAPPLIQUENT EN PLONGÉE Le plongeur au cours de son évolution dans le milieu aquatique est."— Transcription de la présentation:

1 Formation Niveau 1 Vienne Plongée 2009

2 LES LOIS PHYSIQUES QUI SAPPLIQUENT EN PLONGÉE Le plongeur au cours de son évolution dans le milieu aquatique est soumis à des variations de pression bien plus importantes quen milieu terrestre. Il est important de bien connaitre les notions physiques qui sappliquent à la plongée pour comprendre et éviter les accidents quelles peuvent générer. accidents mécaniques ou barotraumatismes accidents de décompression accidents toxiques ou biochimiques

3 LES PRESSIONS Une pression est le résultat d'une force appliquée sur une surface. En plongée lunité utilisée est le bar 1 bar = 1kg/cm2 = 1000 hecto Pascal La pression atmosphérique La pression hydrostatique La pression absolue

4 LES PRESSIONS La pression atmosphérique Elle est due au poids de lair qui sexerce à la surface de la Terre. Elle est de 1 bar au niveau de la mer Remarque tous les 1000 mètres daltitudes enlever 0,1 bar

5 LES PRESSIONS La pression hydrostatique (ou relative) Elle est due au poids de leau qui sexerce sur toute surface immergée 1 bar tous les 10 mètres soit la profondeur/10

6 LES PRESSIONS La pression absolue P Absolue = P Atmosphérique + P Hydrostatique Le plongeur va subir ces variations de pression absolue A la descente la pression absolue va augmenter A la remontée la pression absolue va diminuer Ces variations vont avoir des conséquences sur l'homme (accident), sur le matériel.

7 LES PRESSIONS Pour un même écart de profondeur, la pression ne varie pas de la même manière en pourcentage. Proportionnellement, les plus grandes variations de pression se situent entre 10 mètres et la surface. Cest la zone des paliers Ces variations de pression auront des conséquences sur l'organisme d'où la nécessité d'être plus particulièrement vigilant entre 10 mètres et la surface, notamment pour prévenir les accidents barotraumatiques.

8 LA LOI DE MARIOTTE Cest la variation de volume avec la pression Le volume d'un gaz varie à linverse de la pression absolue à laquelle il est soumis. Pression x Volume = Constante Cest la cause des accidents mécaniques ou barotraumatismes

9 LA LOI DE MARIOTTE

10 LES ACCIDENTS MÉCANIQUES En cause les cavités gazeuses du plongeur qui seront soumises à la loi de Mariotte, si elles restent fermées ! À la descente Placage du masque Accident des sinus Accident des oreilles A la remontée Accident des sinus Accident des oreilles Problème de dents Surpression intestinale et stomacale Surpression pulmonaire

11 LES ACCIDENTS MÉCANIQUES Le placage du masque Au cours de la descente, la pression augmente et comprime le volume interne du masque jusqu'à sa limite d'élasticité. Au-delà, si le plongeur n'équilibre pas la pression régnant dans son masque avec la pression ambiante, il y a risque de placage de masque. S'il poursuit sa descente, le volume interne de son masque est mis en dépression, provoquant un effet de ventouse dû à l'élasticité des parois du masque. les symptômes La dépression crée une douleur aux yeux et s'accompagne de troubles visuels. Si elle augmente, les yeux sont injectés de sang, les paupières gonflent et deviennent violacées. Prévention Souffler de l'air par le nez.

12 LES ACCIDENTS MÉCANIQUES les accidents des sinus Les sinus sont des cavités osseuses en contact avec les voies respiratoires au niveau des fosses nasales Si les voies de communication entre le sinus et les fosses nasales sont fermées l'équilibre des pressions ne peut se faire. En effet, l'air contenu dans les fosses nasales est comprimé au cours de la descente, mais celui contenu dans les sinus est alors en dépression et agit comme une ventouse. Cette dépression a pour effet de provoquer une hypersécrétion de la muqueuse du sinus, un afflux sanguin provocant un œdème, un décollement de cette muqueuse. L'obturation d'un sinus peut être due à une sinusite, un kyste ou, un simple rhume. Certaines malformations sont des contre-indications à la plongée. A la remontée, si les voies de communication se ferment, les sinus sont alors en surpression car le volume dair est en augmentation, provoquant les mêmes symptômes. Symptômes Violente douleur faciale, en générale au front ou à la mâchoire supérieure. Il a l'impression d'avoir les dents arrachées. La douleur est localisée au niveau du front ou sous les yeux. A la sortie de l'eau, le masque est rempli de mucosités. Il peut parfois y avoir un saignement de nez. Prévention Ne jamais forcer, plonger en bonne santé. Si problèmes, à la descente, remonter de quelques mètres et à la remontée redescendre de quelques mètres.

13 LES ACCIDENTS MÉCANIQUES les accidents des oreilles Quand le plongeur descend, la pression augmente et agit sur le tympan : membrane souple qui se déforme vers lintérieur et peu provoquer une déchirure du tympan. Quand le plongeur remonte, si la trompe dEustache est obstruée, lair ne peut pas sévacuer naturellement et déforme le tympan vers lextérieur. symptômes Petite douleur légère jusqu'à une douleur plus violente. Sensation de froid, vertige, syncope. prévention Bien équilibrer à la descente, ne jamais forcer. Effectuer la manœuvre de Vasalva, Frenzel (Nez pincé, la base de langue est contractée au maximum vers le haut et en arrière contre le voile du palais), BTV (Béance Tubulaire Volontaire : elle consiste à reproduire les mouvement provoqué par le bâillement). Descendre et remonter doucement

14 LES ACCIDENTS MÉCANIQUES les accidents des oreilles.. à la descente

15 LES ACCIDENTS MÉCANIQUES les accidents des oreilles.. à la descente

16 LES ACCIDENTS MÉCANIQUES les accidents des oreilles.. à la descente

17 LES ACCIDENTS MÉCANIQUES les accidents des oreilles.. à la remontée

18 LES ACCIDENTS MÉCANIQUES les accidents des dents De l'air peut s'infiltrer par les fissures d'un plombage défectueux ou dans une dent cariée. L'air est en pression ambiante, lors de la remontée, le volume d'air est en augmentation. symptômes Le plongeur ressent une violente douleur dentaire. prévention visite régulière chez le dentiste où lon signale la pratique de la plongée

19 LES ACCIDENTS MÉCANIQUES La surpression pulmonaire La surpression pulmonaire survient lorsque le plongeur bloque son expiration lors de la remontée. l'air inspiré sous pression dans les poumons va se dilater jusqu'à la limite d'élasticité des alvéoles pulmonaires. Quand la limite d'élasticité est dépassée, des alvéoles se déchirent. symptômes Ils varient selon la gravité de l'accident : - douleur thoracique, vomissement, cou proéminent, gonflé, air insufflé sous la peau - difficulté à respirer, sensation de suffoquer, toux, bave ou crachats sanglants - angoisse, visage livide, bleuissement et refroidissement des extrémités - troubles sensitifs, troubles visuels, difficultés à parler, paralysies, maux de tête - etc.. Les symptômes apparaissent très rapidement, dans l'eau ou à la sortie de l'eau prévention - Ne jamais bloquer sa respiration à la remontée - laisser un libre jeu à la respiration et surtout à l'expiration lors de la remontée

20 LES ACCIDENTS MÉCANIQUES La surpression pulmonaire

21 LES ACCIDENTS MÉCANIQUES La surpression stomacale ou intestinale En respirant, le plongeur avale à chaque inspiration une quantité d'air plus ou moins importante qui est augmentée à chaque déglutition. Les gaz comprimés lors de la plongée ne peuvent s'évacuer et se dilatent lors de la remontée. symptômes La surpression due à la baisse de la pression ambiante provoque de violente douleurs abdominales pouvant entraîner une syncope. prévention Evitez les déglutitions répétitives lors de la plongée. Ayez une alimentation saine, évitez les féculents et les boissons gazeuses.

22 LA PRESSION PARTIELLE DUN GAZ lair est un mélange de gaz La pression partielle dun gaz de ce mélange est la pression quaurait ce gaz si il occupait à lui seul tout le volume soit : = Pression du mélange x % de ce gaz Exemple Si ce volume dair est à 100 bar, la pression partielle dO2 = 20 bar de N2 = 80 bar de CO2 = 0.03 bar La pression partielle explique certains accidents

23 LES ACCIDENTS TOXIQUES OU BIOCHIMIQUES La toxicité du CO2 Si lon ventile mal, le CO2 produit par lorganisme sélimine mal, sa pression partielle augmente provoquant lessoufflement Prévention : - bien expirer - apnée de contrôle - peu deffort en cours de plongée La toxicité de O2 À partir dune certaine pression partielle (1.6 bar) lO2 est toxique pour lorganisme, sachant que le plongeur respire un mélange dair à la pression ambiante correspondant à sa profondeur dévolution, calculer jusquà quelle profondeur il peut plonger.

24 LA LOI DE HENRY ET LES ACCIDENTS DE DÉCOMPRESSION La loi de Henry « La quantité de gaz dissous dans un liquide est proportionnelle à la pression du gaz au-dessus de ce liquide » Le gaz concerné cest lazote (N2) car : il est en grande quantité (80 %) dans lair respiré il nest pas consommé par lorganisme, cest un simple diluant. À la surface (pression atmosphérique) les liquides de lorganismes (les tissus) sont saturés en azote À la descente, la pression absolue augmente et donc la pression partielle dazote doù dissolution dazote dans les liquides de lorganismes qui sont en état de sous-saturation. Plus on reste, et plus profond on est, plus les tissus se chargent en azote. À la remontée, la pression partielle dazote diminue, les tissus qui se sont chargés en azote deviennent sursaturés et lazote reprend sa forme gazeuse pour être éliminé au niveau des poumons.

25 LES ACCIDENTS DE DÉCOMPRESSION Si le plongeur remonte suffisamment lentement, cet azote dissout peut être éliminé à chaque expiration. Par contre, s'il remonte trop vite, l'azote ne peut s'échapper totalement par les poumons. Des bulles d'azote se forment dans le sang et dans les tissus. Et comme la pression diminue, le volume de ces bulles augmente, provoquant ainsi des accidents graves, pouvant être mortels.

26 LES ACCIDENTS DE DÉCOMPRESSION symptômes A la remontée lazote dissous reprend sa forme gazeuse. Si cette remontée est trop rapide des bulles dazote se forment dans les tissus du corps. La gravité dépend de la localisation et de la grosseur des bulles Accidents cutanés : démangeaisons, boursouflures Accidents de loreille interne : vertiges, nausées Accidents articulaires : douleurs aux articulations Accidents neurologiques : troubles de la vision de la parole, paralysie des membres. La surpression due à la baisse de la pression ambiante provoque de violente douleurs abdominales pouvant entraîner une syncope. prévention Bien respecter ses prérogatives Bien respecter vitesse de remontée et palier

27 LA POUSSÉE DARCHIMÈDE Elle permet de bien comprendre la notion de flottabilité et déquilibre dans leau nécessaire pour évoluer en toute sécurité pour nous et pour le milieu. La notion de poids réel Cest le poids réel, par exemple du plongeur tout équipé (rajouter 20 kg déquipement) La notion de poids apparent Un objet dans leau est moins lourd, cest son poids apparent qui est le poids réel diminué dune poussée inverse = la poussée dArchimède La poussée dArchimède Tout corps plongé dans un fluide reçoit de la part de celui-ci une poussée verticale, dirigée de bas en haut, égale au poids du volume de fluide déplacé Poids apparent = poids réel – poussée dArchimède

28 LA POUSSÉE DARCHIMÈDE Quand la poussée dArchimède = poids réel : le poids apparent est nul, cest la situation recherchée Le plongeur va souvent augmenter son poids réel avec un lestage de plomb pour compenser la poussée dArchimède et avoir une flottabilité nulle Réussie si poumon ballast correct : Inspiration = remontée Expiration = descente

29 LA POUSSÉE DARCHIMÈDE Conséquences différentes situations de flottabilité - positive - négative - neutre

30 LE PROFIL DUNE PLONGÉE La durée de la plongée = temps entre limmersion et début de la remontée La profondeur de la plongée = profondeur maximale atteinte

31 LE PROFIL DUNE PLONGÉE Certains profils à éviter

32 LAUTONOMIE EN PLONGÉE Le scaphandre délivre de lair à la demande et à la pression ambiante qui dépend de la profondeur dévolution. La bouteille à généralement une capacité de 12, 13,5 ou 15 litres, gonflée à 200 bars ou plus Le détendeur à 2 étages détend lair de la haute pression à la pression ambiante

33 LAUTONOMIE EN PLONGÉE Suivant la profondeur le temps possible dimmersion est plus ou moins important Exemple de calcul dautonomie pour un plongeur qui consomme 15 L dair par minute et qui utilise une bouteille de 12 L gonflée à 200 bars

34 LAUTONOMIE EN PLONGÉE Suivant la profondeur le temps possible dimmersion est plus ou moins important Exemple de calcul dautonomie pour un plongeur qui consomme 15 L dair par minute et qui utilise une bouteille de 12 L gonflée à 200 bars On contrôle souvent son manomètre, on avertit à mi pression et à la réserve

35 LE MATÉRIEL Présentation au local technique du club Détendeur Bouteille Gilet Compresseur Instruments (compas, ordinateur …) Parachute Combinaison


Télécharger ppt "Formation Niveau 1 Vienne Plongée 2009. LES LOIS PHYSIQUES QUI SAPPLIQUENT EN PLONGÉE Le plongeur au cours de son évolution dans le milieu aquatique est."

Présentations similaires


Annonces Google