La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 1 TRAITEMENT DE LEPILEPSIE Marie Laure Duchène Pharmacien Pôle Pharmacie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 1 TRAITEMENT DE LEPILEPSIE Marie Laure Duchène Pharmacien Pôle Pharmacie."— Transcription de la présentation:

1 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 1 TRAITEMENT DE LEPILEPSIE Marie Laure Duchène Pharmacien Pôle Pharmacie – CHU Nice IFSI

2 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 2 I - Définition - Classification II - Objectif du traitement III - Information et éducation du patient IV - Principe de prescription V - Médicaments antiépileptiques VI - Explorations préchirurgicales Plan TRAITEMENT DE LEPILEPSIE

3 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 3 I - Définitions Epilepsie : Affection neurologique chronique caractérisée par des décharges excessives des neurones du cortex cérébral. Crise épileptique : Manifestation clinique paroxystique (motrice, sensitive, sensorielle ou psychologique) accompagnée ou non de perte de connaissance Classification des épilepsies : À partir de syndromes cliniques ou paracliniques : Antécédents, état neurologique et mental, age de début et type de crises, EEG et neuroimagerie Récurrence des crises

4 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 4 Premier niveau : Epilepsie liée à 1 localisation (partielle ou focale) par opposition à épilepsie généralisée Second niveau : Epilepsie idiopathique à opposer épilepsie symptomatique et épilepsie cryptogénique Epilepsie idiopathique : syndromes bien définis au niveau clinique, évolution, EEG génétique mais pas de lésions cérébrales et soupçonne trouble fonctionnel spécifique Epilepsie symptomatique : rattachée à 1 cause précise,avec possibilité dobserver lanomalie lésionnelle par imagerie médicale Epilepsie cryptogénique : « origine cachée » épilepsie symptomatique mais aucune cause identifiée. Scanner et IRM normaux I – Définitions - Classification

5 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 5 Distribution des épilepsies

6 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 6 État de mal épileptique : "un état caractérisé par une crise d'épilepsie qui persiste suffisamment longtemps ou qui se répète à des intervalles suffisamment brefs pour créer une condition fixe et durable". I - Définitions Def. OMS En pratique, dans le cadre d'une épilepsie convulsive généralisée : EME dès la constatation de trois crises successives sans reprise de conscience ou lorsqu'une activité convulsive continue se prolonge au delà de 5 à 10 minutes. Situation durgenc e

7 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 7 Diagnostic Démarche clinique rigoureuse Electroencéphalogramme (EEG) IRM cérébrale si recherche dune étiologie éventuelle Confirmation par une neurologue compétent en épileptologie Noter les éventuels facteurs favorisants (manque de sommeil, alcool, stress) 3 étapes : Rattacher le trouble clinique à 1 mécanisme épileptogène => Importance de linterrogatoire des témoins Préciser le caractère focal ou généralisé de la crise Etablir le diagnostic syndromique : épilepsie généralisée ou partielle (répétition des crises) Point de départ de la décharge sur 1 région circonscrite du cortex Mise en jeu symétrique et synchrone des 2 hémisphères cérébraux

8 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 8 Mise en route du traitement Être certain du diagnostic :ni trtt dépreuve, ni trtt préventif Limiter les facteurs déclenchants : manque de sommeil, alcool, stress Bien connaître les formes de nécessitant pas de médicament Expliquer la maladie évolution traitement possibilités ultérieures darrêt de traitement après un temps suffisant sans crise (mini 2 ou 3 ans) Choisir le médicament en fonction du types de(s) crise(s)

9 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 9 II - Objectifs du traitement Réduire la fréquence des crises avec un minimum deffets indésirables Prise ne charge du retentissement des crises sur la conduite automobile, le sport lactivité professionnelle, lécole la contraception, la grossesse… => Choix dun antiépileptique + soutien pédagogique, aide psychologique, accompagnement social

10 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 10 III - Information et éducation du patient Traitement nécessite 1 observance rigoureuse => accord éclairé du patient Mesures hygiéno-diététiques : Abstinence dalcool Durée de sommeil satisfaisante Activité physique autorisée mais éviter certains sports du aux risques induits en cas de crises (plongée, escalade, sport aérien, natation en solitaire…) Conduite automobile professionnelle interdite Conduite individuelle autorisée après passage devant la commission départementale du permis de conduire (patient fait les démarches) Eviter certaines professions :Contrôle de machines, travail en hauteur

11 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 11 III - Information et éducation du patient La vie quotidienne Aucun régime alimentaire Consommation modérée de vin Eviter dette de sommeil, régularité des horaires de sommeil Prévenir les risques domestiques : mobilier sans arêtes literie basse système de sécurité pour arrivée deau chaude protection des plaques de cuisson douches préférées aux bains Télévision et jeux vidéo sont supportés par la plupart des patients Protection en cas de photosensibilité : éclairage des pièces lunettes de soleil regarder TV à 1 distance suffisante

12 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 12 IV - Principe de prescription Épilepsie de ladulte Information et éducation du patient Traitement de tous les adultes avérés Monothérapie de 1ere intention Épilepsie généralisée Épilepsie partielle Effets indésirables, échec… Bithérapie Débuter par doses faibles et augmenter progressivement par palier de 7 à 15 jours jusquà dose minimale efficace et tolérée

13 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 13 Épilepsie généralisée Acide vaproïque ou Lamotrigine Effets indésirables En cas déchec, Vérifier lobservance Efficacité Poursuite du traitement Si bonne observance Monothérapie de substitution après une période transitoire de chevauchement des 2 En cas déchec, avis spécialisé ± complément dinvestigation : vidéo EEG, EEG de sommeil Bithérapie En cas échec (pharmacorésistance), réévaluation en centre spécialisé Asso valproate – lamotrigine mais modalités de prescription spécifiques

14 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 14 Épilepsie partielle Acide vaproïque ou Lamotrigine ou carbamazépine ou oxcarbamazépine ou gabapentine Effets indésirables En cas déchec, Vérifier lobservance Efficacité Poursuite du traitement Si bonne observance Monothérapie de substitution après une période transitoire de chevauchement des 2 En cas déchec, avis spécialisé ± complément dinvestigation : vidéo EEG, EEG de sommeil Bithérapie + topiramate, tiagabine, vigabatrin, lévéracitam Si foyer épileptogène supposé unique En cas échec (pharmacorésistance), exploration chirurgicale à discuter

15 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 15 Cas particulier : Contraception et grossesse Antiépileptiques inducteurs enzymatiques => efficacité contraception orale => Pilule dosée 50 µg doestrogènes + moyen de contraception mécanique (préservatif, crème spermicide) Contraception Femmes enceintes Crises tonico-cloniques délétères pour mère et fœtus => poursuivre trtt pendant la grossesse Surveillance échographique spécialisée Prescription acide folique 5 mg /j 1 mois avant + 1er trimestre Lamotrigine, la moins teratogène Risques de malformation + élevée / population générale Recherchée dose efficace la plus basse en monothérapie, avant la conception Accouchement doit être médicalisé

16 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 16 V - Médicaments antiépileptiques Mécanismes daction : mal connus 3 impacts possibles : renforcer la neurotransmission inhibitrice (gabaergique) connaissance du mécanisme daction a 1 intérêt limité pour le choix antiépileptiques classiques : large spectre, bonne diffusion classés en fonction leurs indications. Les antiépileptiques + récents : essentiellement actifs sur les crises partielles (certains sur les crises généralisées tonico-clonique) Avantage : les effets secondaires à court et long terme. Mais certains indications limitées car effets secondaires graves. + de 30 ans - de 10 ans stabiliser les membranes cellulaires (blocages des canaux Na+ ou Ca++ voltages-dépendant). diminuer la neurotransmission excitatrice (glutamatergique) Description :

17 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 17 V - Médicaments antiépileptiques AE classiques Phénobarbital Phénytoïne Ethosuximide Diazepam Carbamazepine Valproate AE récents Vigabratine Felbamate Tiagabine Oxcarbazepine Lamotrigine Topiramate Gabapentine Levetiracetam

18 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 18 V – Médicaments antiépileptiques Acide valproïque et valproate de sodium Dépakine ® cp 200 et 500 mg Valproatesol. buv. 200 mg/ml; Dépakine ® sirop 57,64 mg/ml Dépakine Chrono ® 500 mg LP Actif sur tous types de crises dont absences et myoclonies Actif dans les états de mal classique Avec seringue graduée prescription en mg Sirop : Conservation après ouverture : 1 mois Dépakine IV 400 mg Surveillance hépatique pendant les 6 premiers mois, fibrinogène, hémogramme, enzymes pancréatiques chez les patients qui conduisent ou utilisent des machines : Risque de somnolence

19 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 19 Micropakine ® LP 100; 250; 500; 750 et 1000 mg sachet micro granules Acide valproïque et valproate de sodium Micropakine forme adaptée à lenfant : A mélanger à 1 aliment mou ou liquide (mais pas chaud) Pas dans un biberon car les granulés peuvent boucher la tétine Avec des liquides, rincer le verre avec un peu d'eau et la boire Le mélange doit être avalé immédiatement. Ne pas mâcher les granules classique V – Médicaments antiépileptiques en 1 ou 2 prises de préférence au cours du repas Surveillance hépatique pendant les 6 premiers mois, fibrinogène, hémogramme, enzymes pancréatiques

20 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 20 Lamotrigine Lamictal ® cp oro dispersible ou à mâcher 2 mg, 5 mg, 25 mg, 50 mg, 100 mg et 200 mg Lamicstart 25 et 50 mg Augmentation progressive jusquà atteindre la posologie dentretien Dose atteinte en 8 semaines + Récent Actif sur tous types de crise dont absences et myoclonies Bonne tolérance générale Absence dinduction enzymatique Le moins tératogène Poso moyenne : 200 à 400 mg/j en 2 prises V – Médicaments antiépileptiques Toxicité cutanée Pour les AE nouveaux, aucun contrôle biologiques nécessaires

21 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 21 L'utilisation de contraceptifs hormonaux (éthinylestradiol/lévonorgestrel 30 µg/150 µg) multiplie environ par 2 la clairance de la lamotrigine => taux de lamotrigine Après titration, de la posologie d'entretien de la lamotrigine (jusqu'à 2 fois la dose initiale) réponse thérapeutique maximale Utiliser contraceptifs hormonaux continus (Pas de semaine sans prise) Effets des contraceptifs hormonaux sur l'efficacité de la lamotrigine Lamotrigine Lamictal® V – Médicaments antiépileptiques « 1 semaine sans prise de pilule » => taux de lamotrigine éventuellement associée à des effets indésirables dose-dépendants

22 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 22 Carbamazépine Tégrétol ® 200 mg cp sec. susp. buv. 1 ml = 20 mg Tegretol LP 200 et 400 mg + génériques Poso 10 à 15 mg/kg/j classique Actif sur tous types de crise sauf absences et myoclonies Très actif sur crise partielle et CGTC V – Médicaments antiépileptiques Possibilité de réaliser un dosage en routine Permet de vérifier lobservance Interaction carbamazépine / dextropropoxyphène => Surdosage en carbamazépine Toxicité cutanée Dans pop. thaïlandaise et chinoise => recherche de lallèle HLA B1502 avant instauration du traitement Hémogramme et surv. hépatique en début trtt

23 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 23 Phénytoïne Dihydan ® cp sec. 100 mg V – Médicaments antiépileptiques Primidone Mysoline ® cp sec. 250 mg Actif sur tous types de crise sauf absences et myoclonies Très actif sur crise partielle et CGTC classique chez les patients qui conduisent ou utilisent des machines : Risque de vertiges, troubles visuels, ataxie, confusion mentale, syndrome cérébellovestibulaire EI : hypertrophie gingivale (fréquente), nerveux, hématologiques, cutanés… EI : Somnolence, vertiges, ataxie, anémie mégaloblastique par carence d'acide folique, réactions allergiques dermatologiques, catabolisme de la vitamine D augmenté … => Supplémentation en acide folique, vitamine D

24 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 24 Ethosuximide Zarontin ® sirop 250 mg/c. à café Traitement, en monothérapie ou en association à un autre antiépileptique, des épilepsies généralisées : absences, crises myocloniques et atoniques Indication : Mode d'administration : 2 prises : aux repas matin et soir quand le contrôle des crises est obtenu : une seule prise / jour est possible car longue demi-vie de l'éthosuximide antiépileptique spécifique des absences Souvent associer à un autre AE actif sur les autres types de crise V – Médicaments antiépileptiques classique

25 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 25 Zarontin contient 3 g de saccharose par cuillère à café => en tenir compte dans la ration journalière précautions d'emploi : Carbamazépine : diminution des concentrations plasmatiques d'éthosuximide. Surveillance clinique et dosage plasmatique d'éthosuximide et adaptation éventuelle de sa posologie. Mais nombreux effets secondaires : Digestifs,Neuro-psychiques, Leucopénie, Eosinophilie, Anémie aplastique, Réactions cutanés Surveiller hémogramme, fonction rénale et hépatique Surdosage => somnolence, nausées, vomissement, vertige, irritabilité, confusion mentale => Lavage gastrique et réanimation symptomatique Ethosuximide Zarontin ® sirop 250 mg/c. à café V – Médicaments antiépileptiques

26 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 26 Oxacarbazépine Trileptal ® cp sec. 150; 300 et 600 mg susp. buv. 1 ml = 60 mg CI : IMAO non sélectifs, grossesse + Récent V – Médicaments antiépileptiques actif sur crise partielle avec ou sans généralisation Suspension buvable : Après ouverture : conservation pendant un maximum de 7 semaines EI fréquents : somnolence, céphalées, vertiges, diplopie, nausées, vomissements et fatigue Précautions demploi : réactions d'hypersensibilité, risque suicidaire, réactions dermatologiques, hyponatrémie(chez pers. âgée) … Traitement de 1ère intention Dose initiale immédiatement efficace

27 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 27 V – Médicaments antiépileptiques Lorsqu'on substitue l'oxcarbazépine à un autre antiépileptique, la dose de ce dernier doit être réduite progressivement lors de l'instauration du traitement. Lors d'associations, la charge médicamenteuse antiépileptique globale du patient étant accrue, il peut être nécessaire de réduire la dose de l'antiépileptique associé et/ou d'augmenter plus lentement la dose de l'oxcarbazépine Principe de substitution / association

28 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 28 Gabapentine Neurontin ® gél. 100; 300 et 400 mg cp 600 et 800 mg + Génériques Gélules peuvent être ouvertes et mélanger à 1 aliment car goût très amer Cp très gros donc réservé à ladulte + Récent Les gabaergiques Actif en monothérapie ou en association dans le traitement des épilepsies partielles avec ou sans généralisation secondaire Posologie : Suit un schéma de titration Poso de 900 à 3600 mg / jour en 3 prises Traitement de 1ère intention Bonne tolérance générale Absence dinduction enzymatique Absence dinteractions significatives V – Médicaments antiépileptiques

29 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 29 Précaution emploi : si idées et comportements suicidaires apparaissent => Surveillance / Avis médical chez les patients ayant des crises mixtes, y compris des absences => aggravation des crise généralisées primaires agit sur SNC peut => somnolence, étourdissements… chez les patients qui conduisent ou utilisent des machines. Principalement en début de traitement et après chaque augmentation de la dose. Gabapentine V – Médicaments antiépileptiques Neurontin ®

30 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 30 Tiagabine Gabitril ® cp sécable 5 mg, 10 mg, 15 mg + Récent Les gabaergiques Actif sur les épilepsies partielles avec ou sans crises secondairement généralisées en addition aux autres antiépileptiques lorsque ceux-ci sont insuffisamment efficaces. En 3 prises, pendant les repas V – Médicaments antiépileptiques Absence dinteractions significatives (avec autres AE, contraceptifs hormonaux…) Mais médicaments inducteurs enzymatiques stimulent le métabolisme de la tiagabine

31 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 31 V – Médicaments antiépileptiques Tiagabine Gabitril ® cp sécable 5 mg, 10 mg, 15 mg Effets secondaires fréquents : vertiges, tremblements, somnolence chez les patients qui conduisent ou utilisent des machines. E.I. légers à modérés, surtout en phase dajustement posologiques, transitoires Autres EI fréquents : ecchymoses spontanées => vérifier NFS Surdosage : vertiges, tremblements, somnolence, incoordination Et dans les cas les + graves : Mutisme et renfermement du patient, convulsions (rétablissement sans séquelles)

32 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie Récent Les gabaergiques Vigabatrine Sabril ® cp sec. 500 mg sachet 500 mg sol. buv. Médicament à prescription restreinte : Prescription initiale réservée aux neurologues Traitement des épilepsies partielles résistantes (Toujours en association) Lorsque toutes les autres associations thérapeutiques appropriées se sont révélées insuffisantes ou mal tolérées Toxicité oculaire irréversible : rétrécissement concentrique bilatéral du champ visuel + parfois baisse acuité visuelle Mise en garde Surveillance ophtalmologique tous les 3 à 6 mois + examen ophtalmo au moindre signe => Arrêt du traitement V – Médicaments antiépileptiques

33 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 33 Topiramate Epitomax ® 15 mg, 25 mg, 50 mg gélule 50 mg, 100 mg, 200 mg cp pelliculé Traitement des épilepsies généralisées et partielles en monothérapie, après échec d'un traitement antérieur ou en association aux autres traitements antiépileptiques quand ceux-ci sont insuffisamment efficaces Pour patients qui ont des difficultés à avaler : gélule peut être ouverte et mélangée dans de la nourriture semi solide. Le mélange alimentation/médicament doit être immédiatement avalé sans être mâché. Ne pas le conserver pour une utilisation ultérieure Poso moyenne de 200 à 400 mg/jour en 2 prises V – Médicaments antiépileptiques + Récent

34 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 34 E.I. : Problème de tolérance cognitives et comportementales Topiramate Epitomax ® 15 mg, 25 mg, 50 mg gélule 50 mg, 100 mg, 200 mg cp pelliculé + Récent Précaution demploi : Nephrolithiase (inhibiteur de lanhydrase carbonique) Myopie, Glaucome V – Médicaments antiépileptiques

35 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 35 Lévéracitam Keppra ® 250 mg et 500 mg cp pellic. sol. buv. 100mg/ml 100 mg/ml sol à diluer pour perf (Réservé hôpital) 500 mg / flacon Sol. Buv. : conservation 4 mois après ouverture Actif sur épilepsies partielles avec ou sans généralisation secondaire En 2 prises / jour V – Médicaments antiépileptiques + Récent Bonne tolérance Efficacité immédiate : Dose thérapeutique initiale 500 mg x 2 /j Absence dinteractions médicamenteuses (AE, contraceptifs oraux…) E.I. : Asthme, Somnolence, troubles du comportement…

36 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 36 Benzodiazépines antiépileptiques Diazepam Valium ® injectable 2 ml = 10 mg IV (ou IM) ou intrarectale avec canule Clonazepam Rivotril ® cp quadrisécable 2 mg goutte buvables 0.25% (0.1 mg/ goutte) injectable 1 ml = 1 mg IV ou IM Clobazam Urbanyl ® gél. 5 mg, cp sec. 10 mg, cp 20 mg Actif sur tous types de crise dont absences et myoclonies En 1 ere intention dans crise dépilepsie et état de mal épileptique classique Seule linjectable à lAMM 1- ANXIOLYTIQUE 2- HYPNOTIQUE 3- ANTICONVULSIVANTE 4- MYORELAXANTE E.I. BZD : Sédation, excitation paradoxale, effets orexigènes…

37 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 37 État de mal épileptique AE d'action prolongée : phénytoïne ou phénobarbital Surveillance cardio-respiratoire Intubation si sécurité du malade est en jeu AE d'action rapide : Diazépam ou Clonazepam en injectable Premières mesures à prendre: -Prévention des lésions traumatiques - Liberté des voies aériennes - Oxygénothérapie - Contrôle de la glycémie - Lutte contre lhyperthermie Urgence vitale débuté simultanément en IV

38 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 38 Ne pas mélanger avec dautres produits dans la même seringue Diazépam Valium ® injectable 2 ml = 10 mg IV (ou IM) ou intrarectale avec canule Voie IV Pas dinj° IV rapide risque dAPNEE l'injection intraveineuse doit être: - LENTE 2-5 mg/min - faite dans une grosse veine. Préférer voie rectale notamment chez nourrisson et enfant (moins douloureux) Injection IV de BZD => disposer matériel de réa respiratoire Délai daction très rapide État de mal épileptique

39 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 39 Modalités de manipulation Diluer dans solution de glucose à 5 % ou NaCl 0.9% Après dilution : concentration comprise entre 1,5 et 25 mg d'EP/ml Utiliser immédiatement Adm en IV ou IM. IM envisagée si pas un besoin urgent de contrôler les crises Surveillance continue pendant toute la durée de la perfusion + 30 minutes après la fin de la perfusion (concentration max) électrocardiogramme, pression artérielle fonctions respiratoires Le matériel nécessaire pour une réanimation cardiaque doit être disponible Fosphénytoïne Prodilantin ® 75 mg / ml sol. inj. soit 50 mg /ml phénytoïne sodique État de mal épileptique classique

40 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 40 phénobarbital GARDENAL ® fl 40mg / 2ml et 200 mg / 4mlpoudre + solvant (eau ppi) Traitement de l'état de mal épileptique après échec des benzodiazépines et/ou de la phénytoïne Par voie IV, diluer le flacon dosé à 200 mg dans 10 ml dEPPI classique Phénobarbital : Médicament le plus ancien (1911) le moins cher le plus prescrit dans le monde mais nombreux effets indésirables État de mal épileptique

41 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 41 phénobarbital GARDENAL ® Hors de lEME fl 40mg / 2ml et 200 mg / 4mlpoudre + solvant (eau ppi) Voie injectable : Cp 10 mg, 50 mg, 100 mg Actif sur épilepsies généralisées (crises cloniques, toniques, tonicocloniques) et sur épilepsies partielles avec ou sans généralisation secondaire en monothérapie ou en association Voie orale : comprimé écrasable et mélangeable aux aliments L'efficacité du médicament ne peut être jugée qu'après 15 jours de traitement Lorsque la voie orale est inutilisable Voie IM Par voie IM, dissoudre le flacon dosé à 200 mg dans 4 ml dEPPI Barbiturique : propriétés anticonvulsivantes, sédatives et hypnotiques

42 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 42 Manifestations d'hypersensibilité, d'atteinte cutanée ou hépatique => Arrêt du phénobarbital Précaution demploi Conducteurs de véhicules et utilisateurs de machines => risques de somnolence et de vertiges V – Médicaments antiépileptiques phénobarbital GARDENAL ® Prise prolongée de phénobarbital => syndrome de dépendance réduire progressivement la posologie E. I. : Somnolence, Acné, Arthralgie… Surdosage : nausées, vomissements, céphalées, obnubilation, confusion mentale, voire coma accompagné d'un syndrome neurovégétatif Traitement : diurèse forcée, alcalinisation, assistance respiratoire, antibiothérapie, apport potassique

43 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 43 Phenobarbital Kaneuron ® 5,4% sol buv 1 mg / goutte Actif sur tous types de crise sauf absences et myoclonies Tenir compte de la teneur en alcool Contient 9,3 mg d'alcool par goutte Utiliser avec précaution chez les patients souffrant de maladies du foie, d'alcoolisme, de même que chez les femmes enceintes et les enfants de moins de 12 ans V – Médicaments antiépileptiques 2 à 3 mg/kg, en 1 prise unique

44 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 44 Alepsal ® cp 15mg/3.6mg, 50mg/12.5mg, 100mg/25mg,150mg/87.5 mg Phenobarbital + caféine 2 à 3 mg/kg, 1 prise par jour au coucher Caféine : atténue la somnolence des débuts de traitement Précaution demploi : idem gardenal V – Médicaments antiépileptiques

45 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 45 Felbamate Taloxa ® cp 400 mg, 600 mg 600 mg/5 ml susp. buv. + Récent V – Médicaments antiépileptiques Réservé au syndrome de Lennox Gastaut Surveillance hématologique rigoureuse Risque daplasie médullaire et hépatotoxicité sévère Pas en 1 ere intention Evaluation au bout de mois, si pas damélioration clinique majeure =>arrêt traitement Mortelle

46 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 46 Suivi du traitement : CAT Les crises disparaissent et le traitement est bien supporté traitement maintenu sans changement contrôle annuel de lEEG, en vue dun futur arrêt du traitement Arrêt du médicament en cas DEI aigus (erythème…) vérifier si possible les taux sanguins du médicament Recherche surdosage, interaction médicamenteuse et autres effets secondaires biologiques Si larrêt est décidé, choisir un autre antiépileptique Le traitement est mal toléré Dosages sanguins : Vérifie que le taux sanguin nest pas inférieur aux taux thérapeutiques. (impossibles avec les MAE nouveaux) En cas déchec, substitution par un deuxième, voire un troisième médicament avant de passer à une bithérapie La résistance à un traitement médical bien conduit définit dans les deux premières années une épilepsie pharmacorésistante. Le traitement est bien supporté mais les crises persistent Dosage sanguins des AE utiles

47 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 47 Le déplacer pendant la crise si ce n'est pas indispensable Entraver ses mouvements Conduite à tenir en présence d'une crise généralisée tonico-clonique. Ce qu'il faut faire : Dégagez l'espace autour du patient Protégez la tête (coussin ou vêtement replié sous la tête) Desserrez ses vêtements (col, ceinture) Éventuellement, enlevez les lunettes Dès que possible, l'allonger sur le côté Attendre son retour à la conscience Ce qu'il ne faut pas faire : Ne rien mettre dans la bouche Ne rien donner à boire

48 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 48 Épilepsie partielle : Exploration pré-chirurgicales Épilepsie partielle Acide vaproïque ou Lamotrigine ou carbamazépine ou oxcarbamazépine ou gabapentine Effets indésirables En cas déchec, Vérifier lobservance Efficacité Poursuite du traitement Si bonne observance Monothérapie de substitution après une période transitoire de chevauchement des 2 En cas déchec, avis spécialisé ± complément dinvestigation : vidéo EEG, EEG de sommeil Bithérapie + topiramate, tiagabine, vigabatrin, lévéracitam Si foyer épileptogène supposé unique En cas échec (pharmacorésistance), exploration chirurgicale à discuter

49 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 49 Les explorations pré-chirurgicales Phase I Localisation Vidéo-EEG Crise, activations spécifiques EEG inter crise (veille/sommeil) Imagerie fonctionnelle TEMP… Tests neuropsychologiques Inter et post crises IRM Clinique Crise

50 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 50 Explorations fonctionnelles Examens réalisés en médecine nucléaire: –SPECT –TEP Imagerie fonctionnelle obtenue par ladministration dun médicament radiopharmaceutique (radiotraceur) Traceur: médicament + radioélément artificiel = double législation –Préparation par la radiopharmacie –Respect des règles de radioprotection et dhygiène

51 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 51 Explorations fonctionnelles Imagerie SPECT Traceur de la perfusion cérébrale: 99m Tc-NEUROLITE® (bisicate marqué au 99mTc: période 6 heures) Examen réalisé en phase critique (déclenchement de la crise) et intercritique Administration IV, passage BHE, fixation en fonction du débit sanguin cérébral Épilepsies partielles rebelles aux traitements Résultats: -En percritique: hyperfixation -En intercritique: hypofixation => Image instantanée de létat de perfusion

52 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 52 Explorations fonctionnelles Imagerie TEP Traceur de lactivité métabolique: 18 FDG (analogue du glucose marqué au fluor 18, période 110 min) Examen réalisé en intercritique Administration IV Recherche de foyers épileptogènes lors de lévaluation pré-chirurgicale dune épilepsie partielle Résultats: hypométabolisme des foyers épileptogènes, hypofixation

53 Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 53 Merci de votre attention


Télécharger ppt "Pôle PHARMACIE ML Duchène IFSI – Traitement de l épilepsie - 1 TRAITEMENT DE LEPILEPSIE Marie Laure Duchène Pharmacien Pôle Pharmacie."

Présentations similaires


Annonces Google