La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ASTHME. DEFINITION Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes. Cette maladie entraîne une obstruction des bronches responsable principalement.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ASTHME. DEFINITION Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes. Cette maladie entraîne une obstruction des bronches responsable principalement."— Transcription de la présentation:

1 ASTHME

2 DEFINITION

3 Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes. Cette maladie entraîne une obstruction des bronches responsable principalement d une difficulté à respirer ( surtout à l expiration).Survenue d épisodes paroxystiques de dyspnée sifflante réversibles

4 MECANISME PHYSIOPATHOLOGIQUE DE L ASTHME

5 L inflammation bronchique. Le broncho-spasme. L hyper-réactivité du muscle lisse des bronches à un allergène.

6 SIGNES CLINIQUES DE LA CRISE D ASTHME SIMPLE

7 Dyspnée expiratoire sifflante Expiration prolongée Distension thoracique Malade assis au bord du lit ( ne supporte pas la position allongé ) Sibilants bilatéraux Pas de signe de gravité

8 SIGNES CLINIQUES DE LA CRISE D ASTHME AIGUE GRAVE

9 Difficulté à parler ou à tousser. F.R.> 30. Sueurs. Cyanose. Mise en jeu des muscles respiratoires accessoires Silence auscultatoire F.C.> 120. Pouls paradoxal> 20 mm Hg. Anxiété, agitation. D.E.P.< 150 l/mn ou

10 DIFFERENCE ENTRE LA CRISE D ASTHME SIMPLE ET LA CRISE D ASTHME AIGUE

11 La crise d asthme simple n a pas de critère de gravité, elle cède à la prise de broncho - dilatateurs ( ventoline ) dans les 15 à 30 minutes et le malade retrouve une respiration normale en fin de crise. La crise d asthme aiguë est une urgence vitale qui se caractérise par une succession de crises dont l intensité s accroît jusqu à l installation d un état d asphyxie pouvant entraîner la mort. La crise ne cède pas à la prise de ventoline.

12

13 INTERET DE L UTILISATION DES SPRAYS DOSEURS

14 La plupart des médicaments de lasthme sont très efficaces parce quil sont inhalés et pénètrent directement dans les bronches L inhalation à deux avantages majeurs : > la dose efficace est faible comparée aux médicaments en comprimés. > le produit agit très rapidement: il commence son action dès qu il est fixé sur la paroi interne de la bronche.C est le cas des broncho- dilatateurs qui soulagent la crise d asthme en quelques secondes.

15 MODE D UTILISATION DES SPRAYS DOSEURS

16 1 / agiter le flacon 2 / souffler à fond pour vider les poumons 3 / tenir l'aérosol dans la bouche, bien fermer les lèvres autour de l'embout 4 / appuyer sur la cartouche en inspirant à fond 5 / fermer la bouche et retenir la respiration 5 à 10 secondes

17 LES ERREURS DE MANIPULATION LES PLUS COURANTES

18 Une mauvaise synchronisation (la pression sur le flacon n'est pas faite au bon moment par rapport à l'inspiration). La respiration n'est pas suffisamment retenue après l'inhalation (5 à 10 secondes). Lorsque ces erreurs sont commises, une trop faible quantité de médicament atteint les poumons et le produit ne donne pas son maximum d'efficacité. Pour les asthmatiques qui ont des difficultés à utiliser les aérosols doseurs, les chambres d inhalation facilitent la prise du médicament

19 INTERET DE LUTILISATION DE LA CHAMBRE D INHALATION

20 Son utilisation est plus simple que celle des sprays pour les enfants et les personnes âgées.Elle permet de contourner la difficulté de synchronisation du geste et de l inspiration. Elle favorise l efficacité du traitement par une meilleur absorption du médicament

21 DEBIT EXPIRATOIRE DE POINTE ( D.E.P.) PEACK - FLOW

22 Le peak - flow ou débit expiratoire de pointe ( D.E.P.)est un appareil qui permet de mesurer l expiration rapide maximale que l on peut atteindre après une expiration profonde. Le test du peak flow est un des premiers examens à faire en cas de problème respiratoire (crise d asthme).

23 INTERET DU PEACK - FLOW

24 Il donne au médecin et au malade des indications précieuses sur l état des bronches, il évalue le degré d obstruction des voies aériennes. ( le bronchospasme) Il mesure un débit exprimé en litres / minute. Il contrôle l efficacité du traitement. Si le résultat du D.E.P.marque une dégression progressive de 500 l/ min à 300 l/mn en 24/h. C est le signe annonciateur d un crise d asthme. Un résultat égal ou inférieur à 200 l/mn annonce un crise grave, relevant de l urgence.

25 Dans le cas d asthme sévère et ou instable le D.E.P. doit être contrôler deux fois / jour. La personne doit noter sur son carnet de suivi : les résultats du D.E.P. les évènements et le contexte dans lesquels surviennent les crises d asthme. Il doit adapter son traitement en tenant compte du plan de traitement écrit et définit par le médecin en cas d exacerbation, et en fonction des risques présents dans son environnement.

26 MANIPULATION DU PEACK - FLOW

27 Vérifier que le repère mobile est à 0 Position idéale pour le test : debout ou assise thorax bien droit Faire le test après 10 à 15 min de repos sauf en cas d apparition de dyspnée tester immédiatement ( impossible en cas de crise) Inspirer profondément,placer l embout dans la bouche,souffler aussi fort et aussi vite que possible en fermant bien les lèvres autour de l embout pour éviter les fuites d air. Le repère se déplace, relever le chiffre et le retenir,recommencer le test 2 à 3 fois,noter le meilleur résultat sur la feuille de suivi.

28 les normes du DEP la moyenne chez l'homme 600 L / min (+ ou - 100) chez la femme 450 L / min ( +ou - 85) chez l'enfant de plus de 10 ans 250 L / min (+ou - 50)

29 HYGIENE DE VIE DU PATIENT ASTHMATIQUE

30 Contrôle de l environnement : Identifier la présence d allergène dans son environnement. Agir sur la présence de facteurs allergiques dans son environnement domestiques, sa vie sociale et professionnelle. Adapter ses activités quotidiennes en fonction de la pollution atmosphérique. Connaître les méfaits du tabac sur son état respiratoire ( tabagisme passif )

31 Maintenir la pratique de l exercice physique: Pas de contre -indication à condition d adapter son traitement en fonction de sa tolérance à l effort. Contre indication absolue pour la pratique de la plongée sous marine.

32

33 L EDUCATION DU PATIENT ASTHMATIQUE

34 Les buts de léducation: Permettre l autonomie du malade et éviter l aggravation de son asthme. L

35 La démarche éducative comporte quatre étapes: 1) Évaluer les capacités d apprentissage de la personne 2)Définir avec elle les connaissances qui lui sont utiles à acquérir pour sa sécurité et son autonomie. 3)Proposer au patient des activités thérapeutiques; informations orales et écrites;démonstrations pratiques. 4) Évaluer les réussites et les difficultés et réajuster si besoin L

36 Connaissances indispensables pour le patient: 1) Connaître les signes annonciateurs de la crise d asthme. 2) Identifier les facteurs déclenchant la crise. 3) Connaissance du traitement, l intérêt de chaque médicament et son mode de prise. 4)Utiliser son D.E.P.correctement et savoir interpréter les résultats. 5) Adapter son traitement à son activité.

37 Le traitement Expliquer l action de chaque médicament en s aidant éventuellement de schémas simples. Identifier le médicament spécifique à chaque symptôme. Les broncho-dilatateurs traitent le broncho - spasme. Les corticoïdes traitent l inflammation. Les anti-histaminiques traitent l allergie Différencier le traitement de fond du traitement de la crise.

38 Le traitement de fond : c est un traitement au long cours qui permet d éviter la survenue d une crise Ce sont: Les corticoïdes en sprays( le bécotide ) Les antihistaminiques pour lutter contre l inflammation.( zirtec,, la claritine)

39 Le traitement de la crise : A utiliser dès l apparition des signes annonciateurs ou dès le début de la crise. Les broncho- dilatateurs, la ventoline d action immédiate mais de courte durée d action( 30 minutes), le sérévent a effet retardé mais d une durée d action plus longue ( 4 heures )

40 Évaluation de l éducation: Le patient sera capable de citer les signes annonciateurs de la crise d asthme, et d en reconnaître les manifestations physiques ( dyspnée, oppression thoracique) Connaissance du traitement: le patient citera le non des médicaments et leur action. Le patient exécutera correctement ses aérosols- doseurs Le patient exécutera correctement son D.E.P.

41

42

43


Télécharger ppt "ASTHME. DEFINITION Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes. Cette maladie entraîne une obstruction des bronches responsable principalement."

Présentations similaires


Annonces Google