La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L ASTHME. DEFINITION Clinique : accès de dyspnée sifflante survenant par crises, variables dans le temps, volontiers nocturnes, réversibles spontanément.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L ASTHME. DEFINITION Clinique : accès de dyspnée sifflante survenant par crises, variables dans le temps, volontiers nocturnes, réversibles spontanément."— Transcription de la présentation:

1 L ASTHME

2 DEFINITION Clinique : accès de dyspnée sifflante survenant par crises, variables dans le temps, volontiers nocturnes, réversibles spontanément ou sous traitement. Fonctionnelle : obstruction bronchique variable dans le temps et réversible d au moins 15% après inhalation de bronchodilatateurs (VEMS ). Physiologique : hyper-réactivité bronchique par inhalation de médiateurs chimiques, allérgénes, effort….

3 EPIDEMIOLOGIE Problème de santé publique : 5,8 % soit 3,5 millions. –Enfant : 7 % –Adulte : 5 % –Mortalité : 1000 cas / an / France –Coût économique : médicaments, hospitalisations, abstention…. –En progression +++ : plus 40 % entre deux générations.

4 EPIDEMIOLOGIE Age : premier pic à 5 ans en moyenne probable accalmie à la puberté second pic à 50 ans Sexe : prédominance masculine initiale Variations géographiques Facteurs socio-économiques : humidité, infections de l enfance, accès aux soins...

5 PHYSIOPATOLOGIE Trois mécanismes : spasme musculaire inflammation bronchique hypersécrétion muqueuse Conséquence : obstruction bronchique

6

7 Coupes de bronches Bronche saineBronche enflammée

8 PHYSIOPATOLOGIE Trois mécanismes : spasme musculaire inflammation bronchique hypersécrétion muqueuse Conséquence : obstruction bronchique

9 PRESENTATION CLINIQUE Prodromes Crise Examen physique Examens complémentaires : RX thorax, EFR, débit de pointe, GDS, SaO2, tests cutanés, IgE….

10 Explorations fonctionnelles respiratoires Actuellement, on utilise de plus en plus le pléthysmographe

11

12 DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL BPCO Bronchite infectieuse Sténose trachéale Corps étranger Cancer bronchique Asthme cardiaque Anxiété

13 FORMES CLINIQUES Crise d asthme Attaque d asthme Asthme aigu grave Asthme à dyspnée continue Asthme d effort Asthme hypersecrétant Toux chronique

14 COMPLICATIONS Insuffisance respiratoire aigue Pneumothorax Trouble de ventilation Retard de croissance Déformation thoracique Psychiques : anxiété, humeur dépressive

15 FACTEURS FAVORISANTS Il s agit d un syndrome multifactoriel avec conjonction de –facteurs congénitaux : prédisposition génétique, terrain atopique… –facteurs acquis : environnementaux

16 FACTEURS FAVORISANTS Immuno-allergiques : pneumallergenes, trophoallergenes, médicamenteux, allergénes professionnels Infectieux : virus, bactéries, sinusites… Pollution, climat Reflux gastro-oesophagien Influence hormonale Facteurs psychologiques

17 BILAN PRE- THERAPEUTIQUE Bilan indispensable : –Interrogatoire+++ –EFR –enquête allergologique, professionnelle –examen ORL –imagerie Bilan facultatif : –ECBC –gazométrie artérielle –NFS –scanner –endoscopie –PHmétrie –NO

18 OBJECTIFS DU TRAITEMENT Contrôle des symptomes Maintien d une activité normale Fonction pulmonaire normale Prévention des exacerbations

19 MOYENS THERAPEUTIQUES I) LES BRONCHODILATATEURS : traitement symptomatique –1) les B ²mimétiques : les plus puissants, ventoline, bricanyl, berotec, airomir, maxair… par voie inhalée, per-os, IV, effets secondaires, contrindications nouveautés : B² de longue durée d action, serevent, foradil –2) théophyllines –3) atropiniques de synthése: atrovent, combivent...

20 MOYENS THERAPEUTIQUES II) LES ANTI-INFLAMMATOIRES : traitement de fond asthme =maladie inflammatoire –1) les corticoides : inhalés : becotide, pulmicort, prolair, Qvar, flixotide per-os : cortancyl, solupred… IV : solumedrol, soludecadron…. Effets secondaires : multiples –2) nedocromil disodique

21 MOYENS THERAPEUTIQUES III) MESURES ANTI-ALLERGIQUES –éviction de l allérgéne –anti-histaminiques –désensibilisation IV) DIVERS –antibiotiques –kinésithérapie –sport –psychothérapie,éducation, sureillance –séjours en altitude,thermalisme, acupuncture, homéopathie...

22 DIVERS EDUCATION +++, observance Antibiotiques. Vaccins. Kinésithérapie. Sport. Psychothérapie. Éducation et surveillance. Altitude, thermalisme, acupuncture, homéopathie...

23 Traitement selon Stades Stade 1, Asthme intermittent : 50 %. Stade 2, asthme persistant léger : 29 %. Stade 3, asthme persistant modéré : 11%. Stade 4, asthme sévère : 10%. Changement de stade +++

24 Ou IgE

25 LE ROLE DE L INFIRMIERE Participer au diagnostic : interrogatoire, EFR, GDS, IgE … Participer au traitement : aérosol, injection, mode d emploi+++ éducation et conseils à domicile : expliquer la maladie, rechercher les facteurs favorisants, surveiller le PF, adapter les modalités du traitement


Télécharger ppt "L ASTHME. DEFINITION Clinique : accès de dyspnée sifflante survenant par crises, variables dans le temps, volontiers nocturnes, réversibles spontanément."

Présentations similaires


Annonces Google