La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La fièvre des métaux et autres fièvres par inhalation Nathalie Audubert Claire Danner Virginie De Poli JDV Reims 9, 10 et 11 mai.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La fièvre des métaux et autres fièvres par inhalation Nathalie Audubert Claire Danner Virginie De Poli JDV Reims 9, 10 et 11 mai."— Transcription de la présentation:

1 La fièvre des métaux et autres fièvres par inhalation Nathalie Audubert Claire Danner Virginie De Poli JDV Reims 9, 10 et 11 mai

2 GENERALITES Fièvre des métaux = Metal fume fever, fièvre des soudeurs, des fondeurs, des zingueurs, maladie des braseurs. Syndrôme pseudo-grippal dû à linhalation des fumées de soudage et vapeurs doxydes métalliques (Antimoine, Cd, Cu, Et, Fe, Mg, Mn, Ni, Zn…) Le plus souvent : oxyde de zinc et fumées de cuivre. Fièvre des polymères : elle est rencontrée dans lindustrie des matières plastiques fluorées.

3 GENERALITES Hypothèse immunotoxique commune : La dénaturation des protéines alvéolaires par de fortes concentrations doxydes métalliques induirait une activation directe non spécifique des macrophages à lorigine dune libération de cytokines. Doù une réaction hyperpyrétique générale et une réponse inflammatoire locale.

4 GENERALITES Influence du type de soudage : selon le procédé utilisé (taille et composition du fil, de lélectrode et de lenrobage) le niveau dempoussiérement global peut être très élevé et atteindre plusieurs 10aines de mg/m3. Le soudage TIG est le procédé le moins polluant. Le soudage MIG et MAG sur acier inox produit les fumées les plus riches en Ni. Le soudage MMA sur acier inox produit les fumées les plus riches en Cr6.

5 GENERALITES VME des fumées de soudage et des fumées doxyde de fer = 5 mg/m3 VME poussières = 10 mg/m3

6 La fièvre des métaux Pathologie toxique aigue la + fréquente chez les soudeurs (chantiers navals). Volontiers méconnue chez les soudeurs occasionnels car caractère bref et non spécifique. Clinique : –Latence après exposition : 4 à 8 h., jusquà 24 h., le + souvent en fin de journée; –Dès la 1ère opération de soudage ou après plusieurs semaines ou mois de travail;

7 La fièvre des métaux Clinique : –Apparition brutale dune sensation de malaise général, avec asthénie, nausées, céphalées; –Puis hyperthermie °, soif, frissons, myalgies diffuses; –Irritation ORL et trachéale constante (toux, oppression thoracique) et goût métallique dans la bouche; –Auscultation pulmonaire normale le +souvent; Rarement, crépitants fins aux bases.

8 La fièvre des métaux Clinique : –Le tableau cède spontanément en quelques heures avec sueurs et polyurie. –Guérison dès le lendemain matin, avec asthénie résiduelle possible.

9 La fièvre des métaux Examens complémentaires : –NFS : HLPN modérée, hyperéosinophilie; –Rx thorax, EFR, GDS normaux; –Dosages sanguins et urinaires des métaux sans intérêt.

10 La fièvre des métaux Evolution : –La répétition des expositions induit une tolérance; « immunité acquise» fragile, disparaissant rapidement en cas déviction (Fièvre du lundi). –Pas deffet à long terme sur la fonction respiratoire. –Dans certains cas : manifestations + prolongées, plusieurs j. ou sem., évoquant une pneumopathie dhypersensibilité (images radio interstitielles, d obstructif, hypoxémie, baisse Dlco, lymphocytose ou éosinophilie dans le LBA). –Aucun cas de fibrose décrite.

11 La fièvre des métaux Diagnostic différentiel des accidents aigus : –SubOAP lésionnel retardé; –Pneumopathie chimique aigue; –d de Brooks; –Bronchospasme. Le traitement est symptomatique.

12 La fièvre des polymères : Fièvre du Téflon® Linhalation de tétrafluoroéthylène monomère et/ou de produits de dégradation du PTFE mis en œuvre à chaud peut provoquer un d pseudo-grippal, la « fièvre du Téflon® » (polymer fume fever). Clinique et pathogénie proches de la fièvre des métaux. Par contre, récidive constante en cas de réexposition. Pas de tolérance.

13 Fièvre du Téflon® En cas dexposition à des poussières de PTFE, fumer peut provoquer ces troubles par décomposition du polymère au contact de la cigarette incandescente. Par contre, linhalation de produits de pyrolyse au-delà de 450°C (ac. Fluorhydrique, fluorure de carbonyle, perfluoroisobutylène..) entraîne surtout des signes irritatifs ORL et respiratoires, voire un OAP lésionnel retardé en cas dexposition massive.

14 La fièvre des polymères : TMA flu Linhalation massive danhydride trimellitique entraîne un tableau pseudo - grippal retardé, +/- compliqué dun d hémolyse + hémorragie pulmonaire. Lapplication de résines époxy durcies à lanhydride trimellitique sur des surfaces chauffées provoque plusieurs h. ou j. après un malaise général fébrile avec myalgies, dyspnée toux et hémoptysie parfois sévères.

15 TMA flu Rx thorax : infiltrats uni- ou bilatéraux; EFR : d restrictif + hypoxémie + baisse de Dlco; NFS : anémie hémolytique régénérative; Test de Coombs négatif. Pronostic vital parfois mis en jeu par SDRA (ventilation assistée) et anémie sévère (transfusion sanguine).

16 Cas clinique Un homme de 55 ans se présente aux urgences vers 21 h. Sensation de malaise général depuis 5 h.,asthénie, myalgies, fièvre, nausées et dyspnée. Pas dATCD médical. Non fumeur. Il est plombier et il a soudé toute la journée au chalumeau pour déménager un réservoir.

17 Cas clinique A lexamen : dysarthrie, FR 24/min., sat O2 94%, Fc 100/min., t 39°C. Le reste est normal. GDS normaux. HLPN. Rx thorax normale. Son fils qui a travaillé avec lui se présente simultanément : Malaise, nausées, vomissements, myalgies. Pas dATCD. Examen clinique et examens complémentaires normaux.

18 Cas clinique Le diagnostic de fièvre des métaux est porté concernant le père. Il est gardé en observation avec une O2 ttt nasale. Le lendemain, disparition de tous les symptômes.

19 CONCLUSION Même avec une prévention efficace et des VME considérées comme sans danger peuvent survenir des cas sporadiques de Fièvre des métaux. Nécessité pour faire le diagnostic de bien connaître cette étiologie et davoir une anamnèse concordante. Un diagnostic précoce peut permettre une prise en charge rapide et éliminer un syndrôme dinhalation plus sérieux.


Télécharger ppt "La fièvre des métaux et autres fièvres par inhalation Nathalie Audubert Claire Danner Virginie De Poli JDV Reims 9, 10 et 11 mai."

Présentations similaires


Annonces Google