La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les antalgiques Module Pharmacologie. IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier 20072 Objectifs pédagogiques Citer les deux grandes classes dantalgiques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les antalgiques Module Pharmacologie. IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier 20072 Objectifs pédagogiques Citer les deux grandes classes dantalgiques."— Transcription de la présentation:

1 Les antalgiques Module Pharmacologie

2 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier Objectifs pédagogiques Citer les deux grandes classes dantalgiques et 2 exemples pour chacune delles ; Expliquer leur mode daction et leur mode dadministration ; Citer et expliquer les éléments sur lesquels se porte la surveillance infirmière en termes defficacité, de sécurité et dinnocuité (effets secondaires).

3 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier Plan (1) I. Introduction II. La douleur (Rappel) III. Antalgiques non opioïdes ou non opiacés a) Lacide acétylsalicylique ou Aspirine ® b) Le paracétamol c) LAcupan ® d) Particularité: le MEOPA ® e) Autres

4 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier Plan (2) IV. Antalgiques opioïdes ou opiacés a) Spécialités pharmacologiques b) Propriétés pharmacologiques c) Indications d) Effets indésirables e) Soins Infirmiers V. Mise en œuvre dun traitement opioïde VI. Conclusion

5 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier I. Introduction 1998: circulaire DGS/DH n°98/586 du 22 septembre (circulaire Kouchner) décret du 29 juillet 2004 du code de la santé publique, paragraphe relatif aux actes professionnels et à lexercice de la profession Article R Article R code de déontologie médicale charte du patient hospitalisé Loi du article L110-5

6 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier I. Introduction: Rappels de terminologie analgésie : abolition de la sensibilité à la douleur analgésique : antalgique antalgique : se dit de tout ce qui calme la douleur. Seuil de perception de la douleur : intensité la plus faible à laquelle un stimulus peut provoquer une sensation douloureuse chez le sujet auquel il est appliqué. Agoniste : qui concourt à produire leffet recherché, qui accroît celui-ci. Antagoniste : se dit dun phénomène dont laction soppose à celle dun autre.

7 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier II. La douleur: rappels (1) Selon lassociation Internationale de létude de la douleur, la douleur est « une sensation et une expérience émotionnelle désagréable consécutive à une altération tissulaire réelle ou potentielle ou décrite en termes évoquant un tel dommage. »

8 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier II. La douleur: rappels (2) Il existe plusieurs types de douleurs : par excès de nociception (excitation périphérique des nocicepteurs) : douleur traumatique, rhumatisme, cancer… neurogène ou de désafférentation (survient en labsence de stimulation nociceptive ou en présence dun stimulus qui normalement ne provoque aucune douleur) : douleur post amputation, post zona, post radiothérapie… psychogène (quand toutes les autres causes somatiques ont été éliminées) : certains troubles psychopathologiques sont à son origine, elle permet au patient de communiquer avec son entourage, dexprimer un affect

9 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier II. La douleur: Différents types de traitements pour différents types de douleurs douleur somatique: peut être efficacement traitée par des antalgiques ou des anti-inflammatoires, douleur neurogène : antalgiques le plus souvent inopérants recours possible à des médicaments psychotropes ou à des techniques de stimulations électriques cutanées, la douleur psychogène: traitée par des psychotropes ou par psychothérapie.

10 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier II. La douleur: 2 classifications pour les antalgiques (1) 1. Selon lOMS: choix de lantalgique déterminé en fonction de lintensité de la douleur à traiter analgésiques séparés en 3 niveaux de prescription: Niveau 1 douleur légère à modérée (non morphiniques) Niveau 2 douleur modérée à sévère (morphiniques faibles ) Niveau 3 douleur intense (morphiniques forts). Cette classification est la base des protocoles de traitement de la douleur dans les services.

11 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier II. La douleur: 2 classifications pour les antalgiques (2) 2. Classification historique: composée de 2 classes selon leur lieu daction : Antalgiques périphériques (non morphiniques) Antalgiques centraux (morphiniques).

12 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier III. ANTALGIQUES NON OPIOIDES a) Lacide acétylsalicylique ou Aspirine® formes galéniques Voie buccale (Aspégic®, Kardégic®, Aspirine® ) Voie parentérale (Aspégic® IV et IM ) propriétés pharmacologiques Analgésique Antipyrétique anti-inflammatoire (à fortes doses) anti- agrégant plaquettaire(à faibles doses)

13 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier III. ANTALGIQUES NON OPIOIDES (Lacide acétylsalicylique (2)) Indications affections rhumatismales aigues et chroniques ; douleurs légères à modérées : migraine, céphalée, névralgie, sciatique, lumbago, douleurs dentaires ; courbatures fébriles, état grippal. effets indésirables risque hémorragique ; accident allergique (œdème, urticaire, asthme) ; douleurs abdominales, ulcérations gastriques ; troubles de laudition par lésions réversibles de la VIII paire de nerfs crâniens, pour des posologies supérieure à 4g par jour.

14 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier III. ANTALGIQUES NON OPIOIDES (Lacide acétylsalicylique (3)) - Surveillance / intoxication : la température la fréquence respiratoire létat de conscience demander au malade sil présente un de ces signes / interactions médicamenteuses : glycémie capillaire ; surveillance dapparition dépistaxis, gingivorragie… précaution demploi : contre indication lors du 3ème trimestre de grossesse ; contre indication en préopératoire ; chez lenfant (risque de toxicité hépatique).

15 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier III. ANTALGIQUES NON OPIOIDES b) Le paracétamol formes galéniques voie buccale (dafalgan®, doliprane®, efferalgan® ) voie parentérale( perfalgan®) voie rectale (dafalgan®, doliprane®, efferalgan®) propriétés pharmacologiques antalgique antipyrétique

16 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier III. ANTALGIQUES NON OPIOIDES (Le paracétamol(2)) Indications traitement symptomatique des affections douloureuses et/ou fébriles en post-opératoire traitement de lhyperthermie chez lenfant antalgique de la grossesse. effets indésirables et éléments de surveillance rares réactions cutanées (érythème, urticaire) risque de nausées, vomissements, douleurs abdominales, nécrose hépatique irréversible, atteinte rénale si surdosage Antidote: le Fluimucil® (N-Acétylcystéine) (fluidifiant bronchique).

17 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier III. ANTALGIQUES NON OPIOIDES c) LAcupan ® (Néfopam chlorhydrate) Forme galénique: voie parentérale IV ou IM Propriété pharmacologique: action antalgique, mais aucune action antipyrétique ni anti-inflammatoire

18 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier III. ANTALGIQUES NON OPIOIDES (LAcupan ® (2)) Mécanisme daction non clairement élucidé; travaux expérimentaux en faveur dune action centrale prédominante, mais ne provoque ni accoutumance, ni dépendance, ni phénomène de sevrage ; nentraîne pas non plus de dépression respiratoire et ne ralentit pas le transit. effets indésirables et éléments de surveillance tachycardie, hallucinations, convulsions

19 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier III. ANTALGIQUES NON OPIOIDES d) Particularité: le MEOPA ® Définition Gaz utilisé comme analgésique 50% de protoxyde dazote médicale / 50% dO 2 médicale Patient en état de sédation consciente Objectif Prévenir la douleur iatrogène chez un patient en milieu hospitalier Courte sédation pour soin douloureux ou brève intervention

20 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier III. ANTALGIQUES NON OPIOIDES (Le MEOPA ® (2)) indications Procédure utilisée chez un malade conscient Pansements dulcères, descarres, de brûlures Ablation de matériel: mèches, drains… Ponctions (articulaires, dascite…) Biopsie cutanée Petite chirurgie superficielle Myélogramme Réduction de certaines luxations Analgésie lors de laide médicale durgence: traumatologie, brûlés…

21 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier III. ANTALGIQUES NON OPIOIDES (Le MEOPA ® (3)) Règles de sécurité Local correctement ventilé Local équipé dune source dO 2 et de matériel daspiration Chariot durgence à proximité Présence obligatoire de deux personnes Surveillance et effets indésirables (rares) Euphorie, rêves, paresthésies, sensations vertigineuses, nausées, vomissements, angoisse, agitation, approfondissement de la sédation Effets qui disparaissent dans les minutes qui suivent larrêt de linhalation

22 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier III. ANTALGIQUES NON OPIOIDES e) Autres les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) Profénid ®, kétoprofène ® (IV, gélule, suppositoire, comprimé, pommade) Advil ® Nurofen ® (ibuprofène) comprimé. Substances dites "co-analgésiques" (potentialisent l'action des analgésiques) : les AIS (anti-inflammatoires stéroïdiens): Solupred ® les antispasmodiques : spasfon ® les neuroleptiques : haldol ®, largactil ® les anti-épileptiques : valium ®, tégrétol ®, rivotril ® les anti dépresseurs : anafranil ®, laroxyl ®

23 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier IV. ANTALGIQUES CENTRAUX OPIOIDES Affectent le transfert de linflux nerveux aux différents niveaux du SNC. Action centrale Pharmacodépendance Augmentent le seuil de la douleur Utilisation de lopium et de ses alcaloïdes (morphine, codéine)

24 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier IV. ANTALGIQUES CENTRAUX OPIOIDES A. Spécialités pharmacologiques a. voie orale Analgésiques morphiniques faibles: Antalvic® (dextropropoxyphène) Souvent utilisé en association avec du paracétamol: Diantalvic®, Propofan® Analgésiques morphiniques pour douleur modérée à forte: Efféralgan codéïné®, Tramadol (Topalgic® contramal®) Analgésiques morphiniques forts: Moscontin LP® (Ne jamais les écraser, ni les casser) Skénan® (gélules pouvant être ouvertes, mais sans écraser les micro- granules)

25 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier IV. ANTALGIQUES CENTRAUX OPIOIDES A. Spécialités pharmacologiques (2) b. voie parentérale Chlorhydrate de morphine, par voie s/c ou IVL (PCA ou titration) Temgésic (buprénorphine), en sub- lingual, s/c, IM, IV, parfois médullaire Nubain (nalbuphine), en IV, s/c, IM

26 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier IV. ANTALGIQUES CENTRAUX OPIOIDES A. Spécialités pharmacologiques (3) NB: la Pompe dAnalgésie Contrôlée (PCA) Technique dadministration de morphiniques Le patient gère lui-même ses injections de morphine Participation et compréhension du malade essentielles Bolus prédéterminés par le prescripteur en volume et en concentration Période réfractaire (délai entre 2 bolus) imposée et programmée

27 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier IV. ANTALGIQUES CENTRAUX OPIOIDES A. Spécialités pharmacologiques (4) c. voie percutanée (transdermique) Durogésic ® Surtout indiqué dans les douleurs chroniques dorigine cancéreuse, intense Délai daction entre 24 et 72h (tout dabord associé à un analgésique daction rapide) d. analgésiques injectables réservés à lanesthésie Fentanyl ®, Rapifen ® (alfentanyl), Sufenta ® Action 100 fois plus puissante que celle de la morphine

28 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier IV. ANTALGIQUES CENTRAUX OPIOIDES B. Propriétés pharmacologiques Analgésique Psychodysleptique: stupéfiant toxicomanogène C. Indications Douleurs intenses, chroniques ne cédant pas aux autres antalgiques (douleurs néoplasiques, coliques néphrétiques ou biliaires, postopératoire lors de thoracotomie ex. pompe PCA). Anesthésie.

29 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier IV. ANTALGIQUES CENTRAUX OPIOIDES D. Effets indésirables Dépression respiratoire Constipation Somnolence Nausées, vomissements Rétention urinaire Dépendance psychique et parfois physique

30 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier IV. ANTALGIQUES CENTRAUX OPIOIDES (D. Effets indésirables (2)) Signes de surdosage: Dépression respiratoire Myosis Hypotension artérielle Hyperthermie Coma profond Antidote: Narcan ® (Naloxone)

31 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier IV. ANTALGIQUES CENTRAUX OPIOIDES (D. Effets indésirables (3)) Difficultés liées à lutilisation de la morphine: Accoutumance: effet pharmacologique dune substance diminuant au fur et à mesure de son utilisation Dépendance: état psychique et parfois physique résultant de linteraction entre un organisme vivant et un médicament. Elle se caractérise par des modifications du comportement entraînant une pulsion à prendre ce médicament de façon continue et répétée afin de retrouver les effets psychiques et déviter parfois le malaise de la privation.

32 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier IV. ANTALGIQUES CENTRAUX OPIOIDES E. Soins infirmiers Evaluer la douleur Respecter la prescription Respect strict des horaires afin de maintenir une analgésie efficace et continue: ne jamais laisser la douleur ressurgir Evaluer et signaler au médecin les réactions allergiques, les signes de toxicité.

33 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier IV. ANTALGIQUES CENTRAUX OPIOIDES (E. Soins infirmiers (2)) - Conseils au patient et à son entourage : Favoriser une alimentation riche en fibres Inciter le patient à uriner toutes les 3 heures Pour se lever, passer par la position assise Limiter lutilisation dun véhicule motorisé Prévenir le médecin en cas de traitement inefficace (ne pas faire dautomédication) ; Connaître les effets secondaires afin de les signaler au médecin Signaler leffet tératogène en cas de grossesse Déconseiller la consommation dalcool qui majore leffet sédatif Demander au patient de signaler au médecin tout traitement nouveau (antidépresseur, BZD, barbiturique…)

34 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier V. Mise en œuvre dun traitement opioïde La prescription à lhôpital est faite, soit : sur ordonnance nominative: doses et durée du traitement écrites en toutes lettres par un médecin thésé dont la signature est déposée à la pharmacie centrale de létablissement. à laide dun protocole de prise en charge de la douleur où la prescription est liée au score dune échelle dévaluation de la douleur.

35 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier V. Mise en œuvre dun traitement opioïde(2) Durées autorisées variables selon les spécialités : morphine injectable 7 jours chlorhydrate de morphine oral 14 jours Moscontin®, skénan®, durogésic® 28 jours temgésic® 30 jours A lhôpital, la durée de prescription est au maximum de 7 jours renouvelables, délai établi en regard de la durée moyenne de séjour.

36 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier V. Mise en œuvre dun traitement opioïde(3) Conduite à tenir : respect des doses prescrites et des horaires aller chercher le traitement dans larmoire à stupéfiants localisée dans la pharmacie et dont la clé est auprès du cadre du service ou dune infirmière. noter précisément la date et lheure de la dispensation, le nom du patient, la dose prescrite, le nom du soignant et sa signature.

37 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier V. Mise en œuvre dun traitement opioïde(4) Conduite à tenir (suite): si injection de morphine ou autre tel que fentanyl®, toujours garder lampoule vide dans larmoire des stupéfiants. contrôle à chaque changement déquipe par un membre de chaque équipe lors de la transmission des clés de larmoire, du nombre de stupéfiants restant en regard du listing de distribution: cela sappelle un inventaire contradictoire.

38 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier VI. CONCLUSION Douleur conséquences sur les capacités fonctionnelles de lindividu et retentissement psychique. Protocoles de prise en charge de la douleur élaborés dans les services hospitaliers afin dadapter les traitements plus finement. LIDE participe à cette prise en charge à tous les niveaux.

39 IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier VI. CONCLUSION (2) Evaluation de la douleur difficile car la douleur est subjective. Cette évaluation doit être celle du patient et non celle de linfirmière : il faut croire le malade. Si le patient ne peut sexprimer (nourrisson, coma…), lévaluation de la douleur repose essentiellement sur lobservation de son comportement qui sera faite avec laide de lentourage: on parle alors dhétéro évaluation.


Télécharger ppt "Les antalgiques Module Pharmacologie. IFSI Bichat - Annie Le Trionnaire - Janvier 20072 Objectifs pédagogiques Citer les deux grandes classes dantalgiques."

Présentations similaires


Annonces Google