La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES NOYADES DR ORCIVAL SAMU. LES NOYADES EPIDEMIOLOGIE Les résultats de la surveillance épidémiologique des noyades annuelles sont en 2004 pour la période.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES NOYADES DR ORCIVAL SAMU. LES NOYADES EPIDEMIOLOGIE Les résultats de la surveillance épidémiologique des noyades annuelles sont en 2004 pour la période."— Transcription de la présentation:

1 LES NOYADES DR ORCIVAL SAMU

2

3 LES NOYADES EPIDEMIOLOGIE Les résultats de la surveillance épidémiologique des noyades annuelles sont en 2004 pour la période estivale de juin à septembre en France et Dom-Tom de 1163 noyades dont 368 suivies de décès. Les résultats de la surveillance épidémiologique des noyades annuelles sont en 2004 pour la période estivale de juin à septembre en France et Dom-Tom de 1163 noyades dont 368 suivies de décès. Ages médians : Ages médians : Ensemble des noyades : 37 ans Ensemble des noyades : 37 ans Noyades avec décès : 48 ans Noyades avec décès : 48 ans Moins de 6 ans = 13% des noyades, alors quils ne représentent que 7 % de la population Moins de 6 ans = 13% des noyades, alors quils ne représentent que 7 % de la population Les plus de 45 ans contribuent à 55 % des décès, alors quils ne représentent que 37 % de la population. Les plus de 45 ans contribuent à 55 % des décès, alors quils ne représentent que 37 % de la population. Sex ratio : 2.5 = 7 hommes pour 3 femmes Sex ratio : 2.5 = 7 hommes pour 3 femmes

4 LES NOYADES EPIDEMIOLOGIE

5

6

7 Cest donc entre 1700 et 1800 décès /an Cest donc entre 1700 et 1800 décès /an 3éme cause de mortalité accidentelle de ladulte en France 3éme cause de mortalité accidentelle de ladulte en France 1ére cause de mortalité accidentelle de lenfant de moins de 4 ans 1ére cause de mortalité accidentelle de lenfant de moins de 4 ans

8 LES NOYADES PHYSIOPATHOLOGIE: les causes 1/Noyade primaire ou noyade vraie : submersion primitive 1/Noyade primaire ou noyade vraie : submersion primitive –Incapacité à maintenir la tête hors de leau Sujet ne sachant pas nager (chute accidentelle dans leau, pris par la marée montante..) Sujet ne sachant pas nager (chute accidentelle dans leau, pris par la marée montante..) Bébé dont la tête est plus lourde que le corps : fait le bouchon tête en bas Bébé dont la tête est plus lourde que le corps : fait le bouchon tête en bas Incapable de se maintenir hors de leau par épuisement (pris dans une baïne ) ou crampes musculaires Incapable de se maintenir hors de leau par épuisement (pris dans une baïne ) ou crampes musculaires

9 LES NOYADES PHYSIOPATHOLOGIE: les causes 2/Noyade secondaire 2/Noyade secondaire –Soit une syncope, un malaise (infarctus, hypoglycémie … ),crise comitiale, choc allergique (méduses, froid …),choc thermique (suite à la vasodilatation après une exposition au soleil prolongée) –Soit à un traumatisme Plongeon en eau peu profonde rachis cervical Plongeon en eau peu profonde rachis cervical Trauma crânien par choc avec un bateau, surf, jet-ski.. Trauma crânien par choc avec un bateau, surf, jet-ski.. 3/Accidents de plongée 3/Accidents de plongée –Barotraumatisme, narcose à lazote, accident de lapnéiste (hyper ventilation entraîne une hypocapnie, diminuant les stimulis respiratoires, majorant lhypoxie, et entraînant une perte de connaissance et linhalation), surpression…

10 LES NOYADES PHYSIOPATHOLOGIE: mécanismes La pénétration dun peu deau dans larbre trachéo-bronchique entraînant un laryngo-spasme pendant 1 à 2 minutes ; lhypoxie provoque lapparition dune déglutition réflexe, induisant un remplissage gastrique important par leau de mer ou de piscine. La pénétration dun peu deau dans larbre trachéo-bronchique entraînant un laryngo-spasme pendant 1 à 2 minutes ; lhypoxie provoque lapparition dune déglutition réflexe, induisant un remplissage gastrique important par leau de mer ou de piscine. Au bout de quelques minutes, levée du laryngo-spasme et envahissement des poumons par leau,majoré par les mouvements respiratoire agoniques.Dans 15 à 20 % des cas le laryngo-spasme persiste malgré lhypoxie nentraînant pas de remplissage pulmonaire : cest la noyade à poumons secs !! Au bout de quelques minutes, levée du laryngo-spasme et envahissement des poumons par leau,majoré par les mouvements respiratoire agoniques.Dans 15 à 20 % des cas le laryngo-spasme persiste malgré lhypoxie nentraînant pas de remplissage pulmonaire : cest la noyade à poumons secs !! LOedème pulmonaire est variable, allant de la petite hypoxie à la détresse respiratoire ; le mécanisme lésionnel prédomine quel que soit le type deau. Autrefois on portait beaucoup dimportance à la tonicité de leau inhalée ; le résultat est toujours le même : apparition dun œdème lésionnel pulmonaire. LOedème pulmonaire est variable, allant de la petite hypoxie à la détresse respiratoire ; le mécanisme lésionnel prédomine quel que soit le type deau. Autrefois on portait beaucoup dimportance à la tonicité de leau inhalée ; le résultat est toujours le même : apparition dun œdème lésionnel pulmonaire. Lhypoxie est le résultat du laryngo-spasme, de lenvahissement pulmonaire, de la dilatation gastrique et de lœdème pulmonaire. Puis on a larrêt respiratoire et enfin larrêt circulatoire. Lhypoxie est le résultat du laryngo-spasme, de lenvahissement pulmonaire, de la dilatation gastrique et de lœdème pulmonaire. Puis on a larrêt respiratoire et enfin larrêt circulatoire. Le driving reflex est une réaction à limmersion en eau froide entraînant une redistribution vasculaire coronarienne et cérébrale, une vasoconstriction périphérique intense, une apnée et une bradycardie ; ce réflexe permet dexpliquer la bonne récupération de noyés en eaux froides. Le driving reflex est une réaction à limmersion en eau froide entraînant une redistribution vasculaire coronarienne et cérébrale, une vasoconstriction périphérique intense, une apnée et une bradycardie ; ce réflexe permet dexpliquer la bonne récupération de noyés en eaux froides.

11 LES NOYADES PHYSIOPATHOLOGIE: les conséquences Lœdème pulmonaire est presque constant avec une hypoxie parfois majeure Lœdème pulmonaire est presque constant avec une hypoxie parfois majeure Hypotension avec hypovolémie Hypotension avec hypovolémie Troubles du rythme cardiaque allant de la bradycardie à la nécrose Troubles du rythme cardiaque allant de la bradycardie à la nécrose Acidose métabolique par hypoxie tissulaire Acidose métabolique par hypoxie tissulaire Hypertension intra crânienne retardée à 72H Hypertension intra crânienne retardée à 72H Hémostase perturbée : de la thrombopénie à la CIVD Hémostase perturbée : de la thrombopénie à la CIVD Lhypothermie par refroidissement externe et par linhalation deau froide Lhypothermie par refroidissement externe et par linhalation deau froide

12 LES NOYADES CLINIQUE Signes respiratoires La ventilation peut être efficace ou non. Il existe un encombrement intense avec souvent bronchospasme, possibilité de corps étrangers et de vomissements déglutis. L'œdème pulmonaire est toujours présent. La RP montre en général des opacités à prédominance péri hilaire ou un poumon blanc. Signes circulatoires Soit arrêt, soit collapsus avec hypotension, soit troubles du rythme. Signes neurologiques L'hypoxie génère un oedème cérébral on peut donc observer: obnubilation au coma profond en fonction de la durée de l'anoxie. On peut observer une agitation, une hypertonie, un trismus, des convulsions, un syndrome pyramidal, une hypotonie ou une aréflexie. Signes digestifs Vomissements précoces ou tardifs, distension gastrique (eau de la noyade, mouvements de déglutition sous l'effet de l'hypoxie, air du bouche à bouche). Hypothermie Elle a plutôt un effet protecteur, est habituelle et dépend de la température de l'eau et de la durée de l'immersion. Signes respiratoires La ventilation peut être efficace ou non. Il existe un encombrement intense avec souvent bronchospasme, possibilité de corps étrangers et de vomissements déglutis. L'œdème pulmonaire est toujours présent. La RP montre en général des opacités à prédominance péri hilaire ou un poumon blanc. Signes circulatoires Soit arrêt, soit collapsus avec hypotension, soit troubles du rythme. Signes neurologiques L'hypoxie génère un oedème cérébral on peut donc observer: obnubilation au coma profond en fonction de la durée de l'anoxie. On peut observer une agitation, une hypertonie, un trismus, des convulsions, un syndrome pyramidal, une hypotonie ou une aréflexie. Signes digestifs Vomissements précoces ou tardifs, distension gastrique (eau de la noyade, mouvements de déglutition sous l'effet de l'hypoxie, air du bouche à bouche). Hypothermie Elle a plutôt un effet protecteur, est habituelle et dépend de la température de l'eau et de la durée de l'immersion.

13 NOYADE CLINIQUE : les stades +++ Stade 1 ou aquastress Stade 1 ou aquastress Patient ayant été immergé sans inhalation deau.Cest souvent un patient en hypothermie car à lutter longtemps contre le courant de baïne, épuisé.son examen clinique est souvent normal ; se méfier des fausses saturation en oxygène basses. Cest un patient qui en théorie devrait bénéficier dune surveillance de 24 h afin de prévenir dhypothétiques complications secondaires respiratoires. En pratique le patient est réchauffé, resucré si besoin en fonction du dextro, et rentre chez lui si il est adulte en sachant les complications respiratoires et en lui demandant de consulter si il y a apparition dun hyperthermie ou dune toux.

14 NOYADE CLINIQUE : les stades Stade 2 ou petit hypoxique Stade 2 ou petit hypoxique de leau est rentrée dans larbre bronchique, mais sans grandes conséquences au départ. Le patient tousse, est tachypnéïque (Fr > 25), dyspneïque ; il décrit une gène respiratoire ; il est épuisé, hypotherme. A lauscultation, on trouve souvent des crépitants surtout des bases au début, avec parfois des râles. Il peut y avoir une cyanose mais modérée. Ce patient sera gardé 24h-48h en hospitalisation. Il peut y avoir une dégradation secondaire assez rapide de lœdème pulmonaire et apparition dune infection pulmonaire que lon traitera après prélèvements

15 NOYADE CLINIQUE : les stades Stade 3 ou grand hypoxique Stade 3 ou grand hypoxique signes neurologiques signes neurologiques lhypoxémie entraîne un œdème cérébrale entraînant une obnubilation, une agitation, voir un coma sans arrêt cardiaque. le patient présente une détresse respiratoire avec tachypnée, dyspnée, cyanose, désaturation en o2. Auscultation : râles diffus et crépitants diffus. Aggravation obligatoire, donc nécessité de lintuber après induction à séquence rapide. Aggravation obligatoire, donc nécessité de lintuber après induction à séquence rapide. Le patient ira en service de réanimation

16 NOYADE CLINIQUE : les stades Stade 4 ou lanoxique : arrêt cardio-respiratoire Stade 4 ou lanoxique : arrêt cardio-respiratoire –Tableau darrêt cardio-respiratoire hypoxique –On peut réaliser une défribrillation si besoin –Dans ce tableau darrêt hypoxique, on réalisera 15 massages cardiaques externes pour 2 insufflations ; contre 30/2 dans un arrêt cardiaque classique.

17 CLASSIFICATION DE SZPILMAN GRADE 1 : Sujet conscient, inhalation dune faible quantité deau avec irritation des voies aériennes supérieures entraînant une toux, mais auscultation pulmonaire normale. GRADE 1 : Sujet conscient, inhalation dune faible quantité deau avec irritation des voies aériennes supérieures entraînant une toux, mais auscultation pulmonaire normale. GRADE 2 : Sujet conscient, inhalation modérée pouvant altérer les échanges alvéolo-capillaires avec quelques râles à lauscultation. GRADE 2 : Sujet conscient, inhalation modérée pouvant altérer les échanges alvéolo-capillaires avec quelques râles à lauscultation. GRADE 3 : GRADE 3 :

18 NOYADES LA PRISE EN CHARGE PRE-HOSPITALIERE Dans leau : Dans leau : –Extraction de la victime avec maintient le plus possible de laxe tête-cou-tronc afin de ne pas aggraver une éventuelle lésion du rachis cervical. –Maintient et libération des voies aériennes lors du sauvetage –Si possible sortir le patient avec un plan dur de leau et mettre un collier cervical de principe –Ceci est réalisé par les MNS le plus souvent, avec lappui des jets-ski, des hélicoptères …

19 NOYADES LA PRISE EN CHARGE PRE-HOSPITALIERE Sur la plage : Sur la plage : –Prévenir le samu par le 15 ou le 112 –Faire un bilan initiale : –avec niveau de conscience, le patient parle ?, est-il cohérent ?, score de Glasgow, troubles neurologiques ? – état respiratoire, recherche dun soulèvement de la cage thoracique, avec fréquence respiratoire, recherche de signes de lutte, cyanose et à lauscultation recherche de crépitants et de râles. –Etat cardiaque, patient en arrêt ?, marbrures, fréquence cardiaque, pouls carotidien, pouls fémoral, hypotension –Rechercher des lésions associées en particulier du rachis cervical dou la pose dun collier cervical quasi en systématique et respect de laxe tête-cou-tronc et immobilisation sur un plan dur et coquillé. –On déshabille le patient de ses vêtements mouillés, on sèche le patient et on le réchauffe par une couverture de survie et en le protégeant du froid.

20

21

22

23 NOYADES LA PRISE EN CHARGE PRE-HOSPITALIERE Sur la plage pour tous les patients Sur la plage pour tous les patients –Toujours séloigner du bord, se mettre dans un endroit sec et penser que la marée est parfois montante –Respect de laxe tête-cou-tronc : Surtout pour le patient obnubilé ou inconscient qui ne peut expliquer sa noyade. Surtout pour le patient obnubilé ou inconscient qui ne peut expliquer sa noyade. –Oxygénothérapie au masque à haute concentration, 15 litres /M –Déshabillage du patient, le plus souvent le patient est en maillot de bain –Sécher le patient –Réchauffement par couverture de survie

24 NOYADES LA PRISE EN CHARGE PRE-HOSPITALIERE Stade 1 Stade 1 Surveillance au poste Surveillance au poste Au mieux hospitalisation 24 H : théorique Au mieux hospitalisation 24 H : théorique Conseil de surveillance pour les jours suivants : apparition dune toux, dune hyperthermie : consultation Conseil de surveillance pour les jours suivants : apparition dune toux, dune hyperthermie : consultation

25 NOYADES LA PRISE EN CHARGE PRE-HOSPITALIERE Stade 2 Stade 2 Maintient dune oxygénothérapie au masque à hte concentration jusquà lhôpital qui réajustera en fonction de lhypoxie de la gazométrie. Maintient dune oxygénothérapie au masque à hte concentration jusquà lhôpital qui réajustera en fonction de lhypoxie de la gazométrie. Pose dune voie veineuse pour le transport Pose dune voie veineuse pour le transport

26 NOYADES LA PRISE EN CHARGE PRE-HOSPITALIERE Stade 3 Stade 3 Cest le patient que lon va intuber par une induction à séquence rapide, donc nécessité davoir une bonne voie veineuse. Cest le patient que lon va intuber par une induction à séquence rapide, donc nécessité davoir une bonne voie veineuse. On posera dans le même temps une sonde gastrique pour vidanger lestomac dilaté On posera dans le même temps une sonde gastrique pour vidanger lestomac dilaté Débuté le traitement de lœdème pulmonaire par la furosémide et lapplication sur le respirateur dune PEEP de 4 à 5 mmHg Débuté le traitement de lœdème pulmonaire par la furosémide et lapplication sur le respirateur dune PEEP de 4 à 5 mmHg Patient devant aller dans un service de déchoquage pour le bilan radiologique pulmonaire et du rachis, en particulier. Patient devant aller dans un service de déchoquage pour le bilan radiologique pulmonaire et du rachis, en particulier. Puis en réanimation. Puis en réanimation.

27 NOYADES LA PRISE EN CHARGE PRE-HOSPITALIERE Stade 4 Stade 4 Cest la réanimation classique de lACR avec la différence que larrêt est hypoxique, on reste à 15 compressions cardiaques pour 2 insufflations Cest la réanimation classique de lACR avec la différence que larrêt est hypoxique, on reste à 15 compressions cardiaques pour 2 insufflations

28 NOYADES LA PRISE EN CHARGE PRE-HOSPITALIERE NOYADE ET ACR NOYADE ET ACR 1 / Les noyés doivent être extraits du milieu aquatique le plus rapidement possible afin de bénéficier dune réanimation cardio- circulatoire efficace. 1 / Les noyés doivent être extraits du milieu aquatique le plus rapidement possible afin de bénéficier dune réanimation cardio- circulatoire efficace. La ventilation peut être débutée dans leau par des sauveteurs entrainés. La ventilation peut être débutée dans leau par des sauveteurs entrainés. 2 / Compte tenu de la physiologie particulière de la noyade, la RCP doit débuter par 5 insufflations. 2 / Compte tenu de la physiologie particulière de la noyade, la RCP doit débuter par 5 insufflations. 3 / La stabilisation rachidienne ne doit pas être systématique. Elle est réservé à des circonstances évocatrices de traumatisme du rachis cervical ( plongeon, sports aquatiques, signes neurologiques ) et les patients alcoolisés. 3 / La stabilisation rachidienne ne doit pas être systématique. Elle est réservé à des circonstances évocatrices de traumatisme du rachis cervical ( plongeon, sports aquatiques, signes neurologiques ) et les patients alcoolisés. 4 / La compression abdominale nest pas recommandée en cas de noyade. 4 / La compression abdominale nest pas recommandée en cas de noyade. Recommandations formalisées dexperts sur la prise en charge de larrêt cardiaque ; septembre 2006 ; SFAR et SRLF Recommandations formalisées dexperts sur la prise en charge de larrêt cardiaque ; septembre 2006 ; SFAR et SRLF

29 Noyade pronostic Éléments pronostics favorables Éléments pronostics favorables –Age > 3ans –Femme –T° de leau < à 10°c –Submersion < à 2 minutes –Absence dinhalation –RCP débuté dans les 10 mm suivant la submersion –Récupération rapide de lactivité cardiaque efficace –Hypothermie à 35°c –Ph art > 7.10 –Glycémie inférieure à 11,2mmol/l –Score de glascow > 6 à ladmission –Réponse pupillaire présente

30


Télécharger ppt "LES NOYADES DR ORCIVAL SAMU. LES NOYADES EPIDEMIOLOGIE Les résultats de la surveillance épidémiologique des noyades annuelles sont en 2004 pour la période."

Présentations similaires


Annonces Google