La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Intelligence économique: Intelligence économique: De la défense à lattaque, une démarche concrète pour innover CCIT de Lot et Garonne, club « Innovation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Intelligence économique: Intelligence économique: De la défense à lattaque, une démarche concrète pour innover CCIT de Lot et Garonne, club « Innovation."— Transcription de la présentation:

1 Intelligence économique: Intelligence économique: De la défense à lattaque, une démarche concrète pour innover CCIT de Lot et Garonne, club « Innovation » 7 juillet 2011 Intelligence économique: De la défense à lattaque, une démarche concrète pour innover

2 CCIT Lot et Garonne, club Innovation, 7/7/11 Plan Introduction: Laction de lEtat en matière dintelligence économique La Direccte LIntelligence économique territoriale Quest ce que l'intelligence économique? Les apports de lIE au processus dinnovation 1/ IE offensive et innovation, lapport de la veille 2/IE défensive et innovation

3 Laction de lEtat en matière dintelligence économique Dans les années 1990, l État devient le partenaire des entreprises françaises confrontées à : la fin dun monde bipolaire, et le « transfert de la conflictualité internationale du champ militaro-idéologique vers le champ économique. » (E.Denece) la mondialisation des échanges et louverture des marchés, engendrant un accroissement de lintensité concurrentielle. le développement des nouvelles technologies de linformation, lentrée dans lère de linformation. => linformation devient une matière première stratégique. Lenvironnement des entreprises devient plus complexes, plus riche en opportunités et menaces et les changements plus rapides. « Le nombre de facteurs extérieurs à lactivité des entreprises qui concernent leur devenir ne cesse croître. » Linformation fiable et pertinente devient « un puissant réducteur de risque et un moyen déclairer l avenir ».(E.Denece)

4 Laction de lEtat en matière dintelligence économique Conséquences : LEtat se dote dune politique dintelligence économique et de structures tant au niveau national quau niveau territorial. la politique dintelligence économique française participe à la politique économique de lEtat; sa finalité est de contribuer à la création et à la préservation demplois sur le territoire national, notamment en veillant à la compétitivité et la pérennité des entreprises françaises. « Lindépendance technologique est devenue une clé de la souveraineté. »

5 Rôles du CRIE LIE au service du développement et de la compétitivité du tissu productif régional: o Promouvoir la culture IE dans le tissu économique: chefs d entreprises, élus, étudiants… Informer le chef dentreprise de lexistence de certains dispositifs (accompagnement export, financement haut de bilan, protection intellectuelle…), mettre en contact avec les bons interlocuteurs, > Participer à la défense des intérêts stratégiques nationaux et à la gestion des crises affectant le tissu économique. Participation au dispositifs dIE territoriale

6 6 La Direccte : Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de lEmploi La Direccte: un interlocuteur unique au service des entreprises et des acteurs socio-économiques Elle résulte de la fusion de 8 directions ou services Inspection du travail de lagriculture Inspection du travail des transports DRCE Commerce extérieur DRCA Commerce Artisanat DRTEFP/DDTEFP Travail Emploi Formation professionnelle CRIE Intelligence économique DRIRE Développement économique Métrologie DRT Tourisme DIRECCTE Entreprises Concurrence Consommation Travail Emploi DRCCRF Concurrence Consommation répression des fraudes

7 LIntelligence économique territoriale Source: circulaire du 13 septembre 2005 « Linformation est une ressource stratégique. La capacité à lexploiter et à la protéger dans les secteurs sensibles de léconomie est déterminante pour la compétitivité des entreprises, les conditions dexercice de notre souveraineté et notre rayonnement international. » La circulaire donne une définition de lIET: « Lintelligence économique peut être définie comme la maitrise et la protection de linformation stratégique pour tout acteur économique. Elle vise à disposer dune information pertinente et fiable, a protéger les données confidentielles et, dans cet objectif, a renforcer larticulation entre les administrations de lEtat, les acteurs économiques et les autres partenaires publics. »

8 ARTICULATION CRIET Veille/ compétitivité Autres Institutionnels et organismes partenaires CRIET sécurité économique

9 Plan Introduction: Laction de lEtat en matière dintelligence économique La Direccte LIntelligence économique territoriale Quest ce que l'intelligence économique? Les apports de lIE au processus dinnovation 1/ IE offensive et innovation, lapport de la veille 2/IE défensive et innovation

10 Quest ce que lIE? => C'est trouver la bonne information, au bon moment, au meilleur coût, dans un cadre légal, afin de prendre la bonne décision => Une gestion optimale de la recherche et lexploitation de linformation stratégique. mais avant tout : un état desprit de curiosité, douverture, déquipe, dadaptabilité la concrétisation dune intelligence collective

11 Le champ de lIE L'intelligence économique offensive peut être définie comme un processus de collecte, de traitement et de diffusion de linformation qui a pour objet la réduction de la part dincertitude dans la prise de toute décision stratégique (Carlos Revelli, 1998) L'intelligence économique défensive c'est la protection des informations stratégiques pour l'entreprise, des actes de malveillance et de négligence externes/internes C'est également mener ou participer à des actions d'influence : le lobbying

12 Le champ de lIE lintelligence économique couvre linformation dite « ouverte » cest-à-dire 95 % de linformation Information blanche (80%) : Information aisément et licitement accessible Information grise (15%) : Information licitement accessible, mais caractérisée par des difficultés dans la connaissance de son existence ou de son accès Information noire (5%) : Information à diffusion restreinte et dont l'accès ou l'usage est explicitement protégé. Champ hors de lIE => En revanche, lintelligence économique permet de se protéger des actions illégales

13 Plan Introduction: Laction de lEtat en matière dintelligence économique La Direccte LIntelligence économique territoriale Quest ce que l'intelligence économique? Les apports de lIE au processus dinnovation 1/ IE offensive et innovation, lapport de la veille 2/IE défensive et innovation

14 Pourquoi faire de lintelligence économique ? LIE est un outil de compétitivité, vital pour lentreprise qui veut : sadapter aux marchés, à la concurrence (adaptabilité-réactivité) mieux vendre, se faire connaître obtenir un avantage compétitif protéger son personnel, son patrimoine matériel (moyens de production) et immatériel (savoir faire, informations, image) Apport au processus dinnovation…. =>anticiper les mutations et saisir les opportunités (signaux faibles) =>devenir plus performante (benchmarking) =>développer de nouveaux produits, de nouveaux métiers … par lorganisation dune veille structurée

15 Exemple Identifier grâce à la veille: Des problèmes non résolus Des besoins pas ou mal satisfait par les produits et services existants sur le marché Ce qui pourrait être fait en complément ou en concurrence ou en partenariat 15

16 LIE offensive et innovation, lapport de la veille Mettre en place une veille: Le cycle de linformation 1iere étape: 1iere étape: Définir ses besoins, Définir le périmètre de la veille, Identifier les sources 2ieme étape: 2ieme étape: Recueillir, valider, et synthétiser linformation 3ieme étape: 3ieme étape: Analyser, faire circuler et stocker linformation 4ieme étape: 4ieme étape: Répondre aux besoins La veille sur un salon

17 Le cycle de linformation

18 Mettre en place une veille Étape 1 : Organiser la recherche en information 1.1 Les dirigeants identifient les besoins en information à partir des problématiques majeures et des objectifs de développement => nécessité davoir une stratégie claire et précise. Que veut-on savoir ? Que doit-on savoir ? 1.2 Définir son type de veille et son périmètre e 1 : définir les besoins en information Que veut on savoir ?Que doit on savoir ?

19 Définir le périmètre de la veille Veille scientifique et technologique Veille produits Veille sociétale Veille géopolitique Veille concurrentielle Veille financière et boursière Veille marché Veille image Veille stratégique Veille juridique

20 Identifier les sources formelles, informelles voire fortuites Consultants et experts Universitaires, Experts Centres techniques Consultants Bureaux détudes Les sources fortuites Train, avion, «la rue» Stagiaires... Les groupes partenaires Sous-traitants, Fournisseurs Clients, Concurrents Groupements professionnels Financiers Les réseaux personnels Clubs, Collègues, Confrères Les fournisseurs dinformation Presse, Bibliothèques, Banques de données, Centres dinformation Les manifestations Colloques, Salons Voyages détudes Les institutions Administrations Organisations internationales Associations Réseaux consulaires Centres de recherche Instituts et fondations Universités Les réseaux immatériels Internet, Extranet, Intranet

21 Etape 2 : Recueillir, valider et synthétiser linformation Identifier les capteurs : internes : internes : choix des veilleurs (personnes curieuses, motivées qui savent écouter et avec un esprit douverture sans a priori) réseau : réseau : connaître et être connu des réseaux dinfluence, participer aux clubs, échanger des informations, avoir un carnet dadresses externes : recours à des consultants, des cabinets, des relais dinformation

22 Recueillir linformation REMARQUE: « La collecte, en continu, de renseignements épars est la plus difficile à définir d'abord, à organiser ensuite. Elle est vitale en intelligence économique. C'est là qu'interviennent les "autres observateurs", ceux qui viennent en appoint aux "institutionnels" des services d'information documentaire. Ce sont des cadres, techniciens, commerciaux ou agents de maîtrise qui, par leur fonction dans la société, sont amenés à avoir des contacts intéressants avec l'extérieur, soit parce qu'ils voyagent, soit parce qu'ils reçoivent. Ces autres observateurs doivent obligatoirement connaître et respecter une charte d éthique et de déontologie » ( F.Jakobiak)

23 Sélectionner et synthétiser Un bon veilleur-capteur doit faire : Attention à la surinformation : ne retenir que les informations utiles et pertinentes pour lentreprise et pour les besoins identifiés (signaux forts, signaux faibles) vérifiée, recoupée Attention à la désinformation : l'information doit être vérifiée, recoupée, fiable Attention à la perte ou à la fuite dinformation : déterminer un classement thématique, chronologique, statistique… Outils possibles : compte-rendus, feuilles dalerte, rapports détonnements, réunions inter-services, forme orale ou écrite

24 Réseau dobservateurs (Fiches, compte-rendus, rapports détonnement et dalerte) Réseau dexperts (Tri, classement, diffusion, demandes supplémentaires) Réseau de décideurs (Prise de décision, feed-back, réorientation des besoins) Utilisation Traitement et validation Recherche et collecte de linformation OBSERVATION ANALYSE DÉCISION OBSERVATION

25 Organiser la mémoire de lentreprise sauvegarder les informations, conserver la mémoire de l'entreprise, des informations anciennes peuvent à nouveau devenir stratégiques confrontées à de nouvelles données, de nouveaux objectifs dans un environnement changeant (des signaux faibles deviennent forts) stockage adéquat des archives selon les technologies disponibles les plus adaptées à l'entreprise de façon sûre et fiable

26 Les 4 étapes du cycle de linformation Étape 4 : Prendre les bonnes décisions et réorienter les besoins

27 Étape 4 : les réponses aux besoins prise de décisions, déclenchement des actions, consolidation des bons choix définition de nouveaux besoins en information réorientation de la veille assurer un retour vers les analystes et les veilleurs

28 Exploitation de linformation La fiche action: C'est un document essentiel, fondamental, de tout système DIE rationnel et Organisé Elle émane de groupes dexperts, cest un outil daide à la décision destiné aux décideurs

29 Exploitation de linformation: exemple de fiche daction Thème : Période couverte : COMMENTAIRES de SYNTHESE 1.Aspect TECHNIQUE 2.Aspect CONCURRENCE, Marché PROPOSITIONS dACTIONS Programmes de recherche : Projets de développement : Accords de coopération : Licences : Autres types d actions : Eléments du dossier Références groupe, destinataires, date…

30 Exemple: participation à un salon Un vaste champ dopportunités…. comportant des risques Sorganiser avant, pendant et après le salon Définir ses objectifs & identifier les « cibles » Gérer son temps Multiplier les rencontres Exploiter les éléments recueillis Exposant ou visiteur Savoir se protéger des curieux Savoir être à lécoute et susciter les confidences Détecter les partenaires potentiels, les Experts Savoir communiquer sur ses produits Les vulnérabilités Le comportement individuel (J.L Recordon, CCEF)

31 Plan Introduction: Laction de lEtat en matière dintelligence économique La Direccte LIntelligence économique territoriale Quest ce que l'intelligence économique? Les apports de lIE au processus dinnovation 1/ IE offensive et innovation, lapport de la veille 2/IE défensive et innovation

32 LIE défensive et innovation Protéger son patrimoine immatérielle et ses innovations => le droit de la protection intellectuelle: => brevet dinvention, marques, dessins et modèles, droit dauteur et droit voisin, certificat complémentaire de protection, appellation dorigine protégée, indication géographique protégée, protection des variétés végétales, dénominations géographiques pour boissons spiritueuses Pour les entreprises disposant dun droit de propriété intellectuel, un outil simple, gratuit et rapide pour lutter contre la contrefaçon, la « demande dintervention » proposée par les douanes.

33 La demande dintervention La lutte contre la contrefaçon : une priorité pour la douane A titre préventif : A titre préventif : la douane protège les entreprises ayant déposé une demande d'intervention A titre répressif : A titre répressif : la douane met en œuvre la procédure de saisie lorsque la contrefaçon est avérée

34 La procédure de retenue Demande d'intervention + soupçon de contrefaçon = retenue des marchandises pendant 10 jours Le titulaire du droit peut agir en justice. L'entreprise mobilise un expert qui apporte la preuve de la contrefaçon. La retenue permet alors l'échange d'informations entre la douane et l'entreprise. La retenue concerne tous les types de droits de propriété intellectuelle et toutes les situations de contrôle

35 Le partenariat douane/ entreprises La mise en retenue des marchandises dure 10 jours Cette période permet l'information de l'entreprise et la transmission de photographies, 2 cas possibles: Soit =>Soit l'entreprise prouve la contrefaçon, s'engage à poursuivre en justice et demande la levée partielle du secret professionnel => La douane communique alors les informations utiles permettant une action en justice de l'entreprise et la saisie douanière des articles contrefaits. Soit =>Soit lentreprise indique que ce sont des produits authentiques ou ne donne pas suite => Mainlevée de la retenue.

36 La demande dintervention Où faut-il s'adresser en vue de déposer une demande d'intervention ? Cellule Conseil aux Entreprises du Pôle Action Économique de la Direction régionale des douanes de Bordeaux Tél : cf fiche « contacts utiles » Où l'adresser ? Direction générale des douanes Bureau E1 11 rue des Deux-Communes Montreuil CEDEX

37 37 Merci de votre attention Chargée de mission régionale à lIE Pôle 3 E, Direccte Aquitaine


Télécharger ppt "Intelligence économique: Intelligence économique: De la défense à lattaque, une démarche concrète pour innover CCIT de Lot et Garonne, club « Innovation."

Présentations similaires


Annonces Google