La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Chapitre 4.DU SERPENT AU SYSTEME MONETAIRE EUROPEEN.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Chapitre 4.DU SERPENT AU SYSTEME MONETAIRE EUROPEEN."— Transcription de la présentation:

1 Chapitre 4.DU SERPENT AU SYSTEME MONETAIRE EUROPEEN

2 I. LE CHOIX DUN REGIME DE CHANGE DEFINITION Les différentes devises se négocient sur le marché des changes à un taux appelé taux de change E Exple : si E est le taux de change nominal de leuro par rapport au dollar, lorsque E = 1, 10 il faut 1,10 dollar pour se procurer 1 euro (on parle de cotation au certain) Comment le taux de change (TDC) est-il déterminé ? - A court terme, le TDC varie en fonction de l offre et de la demande de devise - A long terme, le TDC comme toute variable nominale doit être neutre, et il doit refléter la parité des pouvoirs dachat

3 On appelle z, le taux de change réel Avec :E le TDC nominal (nombre de dollars pour un euro) P le niveau des prix domestiques (prix européens exprimés en euros) P* le niveau des prix étrangers (prix américains exprimés en dollar) (N. B. : E P représente les prix européens exprimés en dollar) Flexible : Le taux de change nominal s ajuste au différentiel de prix P et P*. A long terme z ne change pas. Pas d effet sur la compétitivité-prix Fixe : La banque centrale intervient pour que les TDC nominaux soient stables. Les écarts de prix affectent le taux de change réel et modifient alors la compétitivité-prix LA PARITE DE POUVOIR DACHAT DEUX REGIMES DE CHANGES

4 POURQUOI CHOISIR UN REGIME DE CHANGE FIXE ? Réduire les risques de change Modifier le rôle des politiques économiques

5 Le cas dune « petite économie ouverte » à court terme r y LM IS A A Point déquilibre initial LM HYPOTHESE : La banque centrale accroît de la masse monétaire B Dans un premier temps les taux d intérêt baissent (B), cet équilibre est transitoire (le marché des biens est en déséquilibre, les agents vont consommer plus puisque les taux sont faibles. L équilibre est obtenu au point (C) C Toutefois le point C est également un équilibre transitoire A ce stade r < r*, les capitaux sortent de léconomie

6 r y LM IS A LM B C En régime de change flexible : La monnaie domestique va se déprécier, car les capitaux sortant sont convertis en devises. Sur le marché cambiaire, lexcès doffre (de demande) de monnaie domestique (de monnaie étrangère) réduit le TDC nominal au certain E. L économie devient plus compétitive, et les exportations s accroissent, ce qui s interprète comme un choc positif de demande représenté par une translation de IS. Léquilibre de léconomie est représenté par D IS D En régime de change fixe La banque centrale va empêcher la dépréciation de la monnaie : elle va soutenir la de monnaie domestique et vendre des devises étrangères. Tout ce passe comme si le banque centrale supprimait lexpansion monétaire initiale. Léconomie retourne au point A LA POLITIQUE MONETAIRE N EST PLUS AUTONOME

7 La politique budgétaire dans une «petite économie ouverte» à court terme r y A r* A Point déquilibre initial HYPOTHESE : Le gouvernement augmente la dépense publique BDans un premier temps les taux d intérêt augmente (B) à cause de leffet d éviction En régime de change flexible r > r* entraîne un afflux de capitaux et une appréciation du TDC nominal. La baisse de la compétitivité prix entraîne une chute des exportations (choc négatif de demande), la courbe IS se déplace par la gauche, l économie retourne au point A En régime de change fixe La banque centrale va réagir pour empêcher l appréciation en offrant plus de monnaie domestique (choc positif de l offre de monnaie) LM se déplace vers la droite jusqu à ce que r = r* au point C LA POLITIQUE BUDGETAIRE ATTEINT SON MAXIMUM D EFFICACITE IS LM Baisse des exports en change flexible Lutte contre lappréciation en change fixe C

8 LE TRIANGLE DINCOMPATIBILITE DE MUNDELL « un pays ne peut bénéficier simultanément d une autonomie de sa politique monétaire, de parités fixe et de la libre circulation des capitaux sauf s il est leader d une zone monétaire AUTONOMIE DE LA POLITIQUE MONETAIRE PARITE FIXE LIBERTE DE CIRCULATION DES CAPITAUX

9 II. LE SERPENT MONETAIRE Le dispositif de laccord de Bâle, avril 1972 $ -2,25% +2,25% Fluctuations par rapport au dollar autorisées dans le SMI Les monnaies européennes peuvent fluctuer de 4,5% entre elles Le serpent monétaire vise à créer un corridor où les marges de fluctuations des devises européennes sont ramenées à +/-2,25% 2,25%

10 Léchec du serpent Défaillance du SMI (retour au change flottants en 1973) La politique de benign neglet (indifférence bienveillante) des autorités monétaires américaines Forte asymétrie du serpent Différence des choix politiques au lendemain du choc pétrolier

11

12 III. LE SYSTEME MONETAIRE EUROPEEN Le dispositif initial Principal défaut du Serpent : ancrage sur le dollar américain LECU : European Currency Unit monnaie panier des 11 monnaies des pays de lUnion pondération dans l ECU en fonction du TDC (révisable tous les 5 ans) Ancrage sur une monnaie européenne commune Mécanisme de change symétrique Le MCE : Mécanisme de change européen monnaies rattachées à lECU par un cours pivot marges de fluctuation entre pivots bilatéraux 2,25% ou 6% puis 15% en 1993 Interventions concertée de 2 banques centrales lorsque le cours s approche des marges Possibles dévaluations et réévaluations SOLUTIONS

13 DE LA STABILITE A LA CRISE CINQ PHASES caractérisent lévolution du SME : De 1979 au 12 janvier 1987 : un apprentissage progressif de la stabilité. Du 12 janvier 1987 au 13 septembre 1992 : un régime de croisière sans turbulences. Du 13 septembre 1992 au 2 août 1993 : Crise cambiaire fragilisant le SME, sorties de la lire italienne et de la livre sterling. Attaques spéculatives sur le franc français et la couronne danoise. Le 2 août 1993 : Marges de fluctuation du MCE élargies à 15% voire 30% pour enrayer les attaques. Depuis le 2 août 1993 : préparation du passage à la monnaie unique et convergence des taux de change.

14 LES LIMITES DU SME Grand vecteur de crédibilitéVulnérabilité du système face aux attaques PARADOXE DU SME PRINCIPALES EXPLICATIONS Le Deutschemark continue d exercer son leadership Monnaie internationale refuge, la Bundesbank restera rétive à intervenir pour le faire baisser Les contraintes du marché sont trop importantes : La libéralisation des capitaux a décuplé les moyens des spéculateurs pour défier le système


Télécharger ppt "Chapitre 4.DU SERPENT AU SYSTEME MONETAIRE EUROPEEN."

Présentations similaires


Annonces Google