La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES VACCINATIONS Par Valérie LANDRE. LES VACCINS INTRODUCTION Limmunité spécifique contre une maladie infectieuse peut être acquise par différents moyens.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES VACCINATIONS Par Valérie LANDRE. LES VACCINS INTRODUCTION Limmunité spécifique contre une maladie infectieuse peut être acquise par différents moyens."— Transcription de la présentation:

1 LES VACCINATIONS Par Valérie LANDRE

2 LES VACCINS INTRODUCTION Limmunité spécifique contre une maladie infectieuse peut être acquise par différents moyens : Soit par une réaction active Soit par une réaction active Soit par une vaccination Soit par une vaccination Soit par une vaccination passive Soit par une vaccination passive Soit par sérothérapie Soit par sérothérapie

3 LES VACCINS DEFINITION La vaccination consiste à introduire, chez un individu, une préparation antigénique dérivée ou proche dun agent infectieux déterminé, de manière à créer une réponse immunitaire capable de le protéger contre la survenue dune maladie liée à cet agent infectieux.

4 LES VACCINS HISTORIQUE En 1796, Edward JENNER, médecin de campagne anglais, découvre comment vacciner contre la variole.

5 LES VACCINS HISTORIQUE En 1882, Robert KOCH, médecin- microbiologiste allemand, identifie le bacille responsable de la tuberculose : bacille de Koch ou Mycobacterium tuberculosis.

6 LES VACCINS HISTORIQUE En 1885, Louis PASTEUR, chimiste- biologiste français, met au point le vaccin contre la rage qui est le premier véritable vaccin.

7 LES VACCINS HISTORIQUE En 1890, Emile VON BEHRING, médecin-bactériologiste allemand, découvre le rôle des anticorps, fabriqués par les globules blancs, pour lutter contre les microbes.

8 LES VACCINS HISTORIQUE En 1921, Albert CALMETTE, médecin bactériologiste français, et Camille GUERIN, vétérinaire microbiologiste français, mettent au point le vaccin BCG (Bacille Calmette Guérin) qui protège de la tuberculose.

9 LES VACCINS HISTORIQUE En 1923, Gaston Ramon, vétérinaire et biologiste français ( ), met au point le vaccin contre la diphtérie.

10 LES VACCINS HISTORIQUE En 1927, Gaston RAMON découvre le vaccin contre le tétanos.

11 LES VACCINS HISTORIQUE En 1932, le vaccin contre la fièvre jaune est découvert par l'Institut Pasteur de Dakar. En 1937, un second vaccin moins fragile sera mis au point.

12 LES VACCINS HISTORIQUE En 1936, le premier vaccin contre la grippe fait son apparition. Il sera testé avec succès sur les soldats américains durant la Seconde Guerre Mondiale.

13 LES VACCINS HISTORIQUE En 1954, Jonas SALK met au point le premier vaccin contre la poliomyélite. En 1957, un vaccin buvable contre la poliomyélite, créé par Albert Sabin, médecin-virologiste américain ( ) est commercialisé.

14 LES VACCINS HISTORIQUE En 1963, la vaccination contre la rougeole débute.

15 LES VACCINS HISTORIQUE En 1967, la vaccination contre les oreillons débute, après la découverte d'un vaccin (virus vivant) par Michiaki TAKAHASHI. En 1973, apparaît la vaccination contre la varicelle, après la découverte d'un vaccin (virus vivant) par Michiaki TAKAHASHI.

16 LES VACCINS HISTORIQUE En 1975, le vaccin contre le méningocoque est administré pour la première fois. Il protégeait contre certains types de méningocoques (A et C).

17 LES VACCINS HISTORIQUE En 1980, l'organisation mondiale pour la santé (OMS) déclare que la variole a complètement disparu. Aucun cas n'a été signalé depuis 1977.

18 LES VACCINS HISTORIQUE En 1981, un vaccin est découvert contre l'hépatite B. En 1986, un nouveau vaccin dit « recombinant » sera proposé.

19 LES VACCINS HISTORIQUE En 1985, le premier vaccin contre l'Hæmophilus influenzæ de type b qui est à l'origine de méningites est mis au point.

20 LES VACCINS BASES IMMUNOLOGIQUES Rappel de quelques définitions IMMUNITE (éthymologie : munus = impôt, immun = dispensé de limpôt) Désigne lensemble des processus qui permettent à un individu de ne pas payer le tribu de linfection, dassurer son intégrité ; cest-à-dire de reconnaître le soi du non-soi et de réagir en conséquence.

21 LES VACCINS BASES IMMUNOLOGIQUES Rappel de quelques définitions ANTIGENE Toute structure chimique qui fait lobjet dune reconnaissance par le système immunitaire.

22 LES VACCINS BASES IMMUNOLOGIQUES Rappel de quelques définitions IMMUNOGENE (substance) Qui provoque une réaction immunitaire ; cest-à- dire la formation danticorps et/ou une activation des défenses cellulaires de lorganisme.

23 LES VACCINS BASES IMMUNOLOGIQUES Rappel de quelques définitions ANTICORPS Protéines du sérum ou des sécrétions qui ont la propriété de reconnaître et de se lier spécifiquement à un antigène ; il sagit dimmunoglobulines élaborées et sécrétées par des plasmocytes et/ou des lymphocytes B.

24 LES VACCINS BASES IMMUNOLOGIQUES Objectif La vaccination joue sur la mémoire immunitaire : elle permet la mise en place rapide de moyens de défense spécifiques qui prennent de vitesse le développement de linfection.

25 LES VACCINS BASES IMMUNOLOGIQUES Objectif Lefficacité dun vaccin dépend de la réceptivité de lhôte à limmunogène, de sa capacité à stimuler les moyens de défense de lorganisme, mais aussi de ladaptation de la réponse ainsi produite à neutraliser lagent infectieux.

26 LES VACCINS LES DIFFERENTS TYPES DE VACCIN Les vaccins bactériens Les vaccins bactériens Les vaccins vivants atténués (type BCG) Les vaccins antigènes tués (Ex : Coqueluche) Anatoxine qui sont destinés à produire des anticorps antitoxines

27 LES VACCINS LES DIFFERENTS TYPES DE VACCIN Les vaccins bactériens Les vaccins bactériens Les polysaccharides qui sont anti méningocoques et anti pneumocoques Les antigènes purifiés qui sont anti-haemophilus

28 LES VACCINS LES DIFFERENTS TYPES DE VACCIN Les vaccins Les vaccins viraux Les vaccins vivants atténués (Ex : Poliomyélite par voie buccale, oreillons, rubéole). Les vaccins vivant inactivés complet (grippe, polio injectable, rage). Les vaccins à fonction antigénique (Hépatite B).

29 LES VACCINS CONSERVATION DES VACCINS Conservation au froid entre 4° et 8°.

30 LES VACCINS CONTRE-INDICATIONS Hyperthermie Maladies infectieuses aiguës ou subaiguës Maladies chroniques évolutives

31 LES VACCINS CONTRE-INDICATIONS Contre indications aux vaccins à germes vivants atténués Déficit immunitaire congénital Déficit immunitaire acquis (chimio ou corticoïdes) Grossesse Inoculation récente de gammaglobulines

32 LA SEROTHERAPIE DEFINITION Cest une méthode immuno-prophylactique passive, qui consiste à injecter à une personne réceptive exposée à un agent infectieux, des anticorps « tout préparés » produits par un hôte.

33 LA SEROTHERAPIE DEFINITION La sérothérapie peut être utilisée : à titre préventif (tétanos) à titre curatif (diphtérie, botulisme)

34 LA SEROTHERAPIE ORIGINE DES SERUMS En France, ils sont dorigine animale : ce sont les antidiphtériques, antitétaniques, antigangréneux, anticharbonneux, antirabiques et antivenimeux.

35 LA SEROTHERAPIE LES GAMMA GLOBULINES Cest la partie active riche en anticorps du sérum. Il en existe 3 formes : Les gammaglobulines standards ou polyvalentes Les gammaglobulines humaines spécifiques Les veino-globulines standards ou spécifiques Les veino-globulines standards ou spécifiques

36 LA SEROTHERAPIE LES GAMMA GLOBULINES Avantages des gammaglobulines Pas de réactions anaphylactiques, ni de maladie sérique. Durée de protection plus longue (3-4 semaines).

37 LA SEROTHERAPIE LES GAMMA GLOBULINES Indications Infections virales (zona, rougeole, hépatite, rubéole si grossesse). Infections bactériennes (tétanos, diphtérie, coqueluche).

38 LA SEROTHERAPIE LES GAMMA GLOBULINES Indications Les Gammaglobulines anti D sont à injecter maximum 72h00 après comptage.

39 LA SEROTHERAPIE LES GAMMA GLOBULINES Conservation A labri de la lumière et à 4°.


Télécharger ppt "LES VACCINATIONS Par Valérie LANDRE. LES VACCINS INTRODUCTION Limmunité spécifique contre une maladie infectieuse peut être acquise par différents moyens."

Présentations similaires


Annonces Google