La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La participation des habitants et la mobilisation des bénévoles dans les centres sociaux. Enjeux et analyse Formation fédérale 2013.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La participation des habitants et la mobilisation des bénévoles dans les centres sociaux. Enjeux et analyse Formation fédérale 2013."— Transcription de la présentation:

1 La participation des habitants et la mobilisation des bénévoles dans les centres sociaux. Enjeux et analyse Formation fédérale 2013

2 Tour de table : Présentation personnelle Pourquoi le choix de cette thématique ? Une attente particulière ?

3 1) Définition des objectifs associatifs et professionnels « se mettre au clair » 4) Définition des axes opérationnels contextualisés « mettre en œuvre » 2) Typologie du bénévole « cibler » 3) Freins et leviers « construire une stratégie» Le contenu de la journée : 5) Travail en ateliers sur 3 situations vécues 6) Bilan de la journée

4 Si lapproche est thématique, le sujet est conditionné par le contexte local. Valeurs, sens, militantisme et vie politique locale. Sens du projet, démocratie locale et contre pouvoir, engagement politique militant. Proposition de loisirs, culture et vie associative. Contexte social Précarité, communautés, fragilité, RSA, etc. Territoire Géographie, histoire, urbain, rural, etc. Réseau professionnel et institutionnel Contraintes, cahier des charges, évaluations, complémentarité… Contexte global

5 A) Participation des usagers -Faire participer une population à des propositions existantes. -Démultiplier une offre danimation de territoire > nouvelles activités, nouveaux services. -Développer la fréquentation du Centre Social. -Mieux répondre à des besoins de territoire identifiés. B) Participation des habitants -Faire participer des habitants à lémergence de nouveaux projets (consultation). -Faire évaluer laction par les habitants dans le cadre dune évaluation daction ou de projet (évaluation participative, diagnostic partagé). -Rendre les habitants acteurs de la menée des projets et des actions : encadrement dactivités, groupe de parole, bénévolat ponctuel sur évènementiel. C) Mobilisation des bénévoles -Engagement en tant quadministrateur, membre du bureau. -Engagement sur des commissions thématiques. -Référent dun public, ou dune thématique. -Portage de projets bénévoles. -Appui bénévole régulier sur actions. -Engagement fédéral Engagement progressif > Parcours dengagement 1) Définition des objectifs associatifs et professionnels « se mettre au clair »

6 A) Participation des usagers B) Participation des habitants C) Mobilisation des bénévoles 1) Définition des objectifs associatifs et professionnels « se mettre au clair » Définir les visées de lassociation : A) B) C) A+B A+C B+C A+B+C

7 A) Participation des usagers B) Participation des habitants C) Mobilisation des bénévoles Petit état des lieux

8 2) Typologie du bénévole « cibler » Deux typologies sont possibles : -La typologie par catégorie de public : les séniors, les étudiants, les actifs, les non- actifs, les parents, etc… -La typologie par type (plus transversale, plus opérationnelle). Lenjeu de cette typologie est didentifier les caractéristiques premières dun bénévole afin de pouvoir plus facilement construire une adéquation de propositions et dattitudes professionnelles propres à ses attentes et besoins. Besoins associatifs/besoins du bénévole

9 Le bénévole militant : Attaché au sens, à des valeurs, le militant vient défendre une cause. Il simplique pour défendre un service, un acquis, une cause politique ou sociale. Individuelle ou collective. Cest un « guerrier » qui na pas peur du conflit, voire qui le cherche parfois. Il est généralement fortement engagé, sapplique à lui-même un code de conduite. Du militant associatif à lécologiste radical, du syndicaliste au catholique pratiquant, de lactif libéral au populiste assumé, il y en a pour tous les goûts ! Points + : motivation, volonté de convaincre, temps, on peut travailler sur la radicalité et les référentiels. Volonté dêtre en collectif. Il vient souvent de lui-même. Points - : les causes défendues sont-elles en compatibles avec le projet associatif ? Capacité au débat et à lécoute? Capacité au compromis et au consensus ? C>B

10 Le bénévole consommateur/utilisateur : Il vient avant tout utiliser un service ou consommer un loisir. Cest un actif, son intérêt est avant tout lié à son activité, à sa pratique. Et cest dabord dans ce cadre que son engagement prend racine (couture, Halte-Garderie, théâtre, etc.). Sa connaissance associative est parfois faible. Il ne vient pas forcément chercher du lien social ou une écoute, il est dans laction. Ainsi, il a besoin de pédagogie et daccompagnement pour dépasser le stade de la « consommation ». Si son intérêt séveille il peut rapidement être dans le faire, même si son temps est souvent compté. Le bénévole utilisateur peut aussi mettre à profit lenvironnement socioprofessionnel dun CS dans le cadre dun projet professionnel personnel. Il peut utiliser les espaces daction dun CS pour renouveler un vécu familial en répétition dun schéma profondément intégré. Points + : utiliser son activité comme support de contact, aime partager son intérêt. Un public intéressant pour travailler sur les référentiels de valeurs. Points - : pas le temps, pas envie (donc pas besoin), individualisme, prend lassociation pour une structure de prestation de services. A>B

11 Le bénévole en réparation : En fragilité, celui-ci vient avant tout réparer, compenser, au sein de lassociation des problématiques personnelles. Il peut aussi être en rupture avec le monde professionnel (femme seule, RSA, problématique de santé, etc.). On le retrouve dans beaucoup despaces différents, il sinvestit parfois dans plusieurs associations en même temps. Il est très présent, parfois envahissant. Il cherche lécoute, la valorisation, la reconnaissance, il cherche à compenser des souffrances personnelles. La quête dun statut est souvent facilement identifiable. En fragilité émotionnelle, il a besoin de beaucoup daccompagnement, dun cadre clair, de règles précises notamment relationnelles. Parfois en recherche de lien social et/ou en précarité économique, il se saisit facilement des propositions qui peuvent lui être faites. Une personne isolée socialement peut utiliser son activité dans lassociation pour renouer des contacts avec dautres individus, avec le travail (cas des chômeurs notamment) et avoir ainsi le sentiment dexister. Il cherche à saider en aidant les autres. Points + : souvent disponible, en demande, bonne volonté, essaye dêtre agréable. Un public en besoin pour lequel le bénévolat peut être un outil de reconstruction. Points - : fragilité, limite de compétences, besoin daccompagnement, confusion des rôles. A/B/C

12 Le bénévole architecte : Celui-ci vient construire. Il se réalise dans les projets quils soient associatifs ou ponctuels et les activités. Souvent créatif et force de proposition, il marche à lexcitation en projection dans le futur. Il aime participer aux commissions, formations. Il entraîne souvent dautres personnes dans son sillage, il aime manager de petits groupes. Cest une ressource de qualité pour une association. Points + : souvent disponible, en demande, force de proposition et de changement. Un profil qui correspond bien à un mandat associatif. Points - : prévoir de la formation pour « alimenter » sa volonté daction, risque de confusion des rôles et/ou de prise de pouvoir. B/C

13 Le bénévole ouvrier : Celui-ci vient faire, produire. Il est dans lappui manuel : peindre, porter, distribuer de la communication, faire la cuisine, bricoler, etc. Loin des préoccupations conceptuelles, il a besoin de se sentir utile dans un acte concret, avec dautres si possible. Personne sur laquelle on peut compter pour la « soirée de lannée », il a besoin quon lui explique clairement les tâches à accomplir pour agir ensuite en autonomie. La valorisation de son action auprès des autres et la reconnaissance de celle-ci est très importante pour lui. Points + : souvent disponible, en demande, efficace. Points - : les tâches doivent être concrètes, simples et claires. Particulièrement sensible à linjustice, peine à sengager dans la régularité. B

14 Le bénévole festif : Celui-ci vient samuser, prendre du plaisir. Il est sur toutes les occasions de samuser, de faire la fête. Facilement prêt à donner un coup de main. Il apprécie particulièrement les ambiances collectives, les évènementiels, les projets culturels. Cest généralement quelquun de convivial. Souvent moteur il peut entraîner dautres personnes avec lui. Néanmoins, son engagement est sélectif. Le portage politique, les commissions de travail, les formations, ne lintéressent pas. Son engagement est directement lié à la notion de plaisir. Points + : moteur, convivial, efficace sous condition de motivation. Points - : pas toujours efficace (dérives), peut « papillonner », peut vite perdre de vue les finalités de laction et les modalités de son intervention. A/B

15 Le bénévole en développement personnel : Celui-ci vient senrichir, saccomplir personnellement. Il recherche lexpérience humaine, le lien social. Il est dans louverture envers autrui. Le partage dexpérience. Dans une volonté dapporter une contribution utile à la société, il sengage en faveur de projets, de valeurs, favorisant un plaisir collectif. Il na pas denjeux personnels ou dégo à défendre. Mais une vision appuyée et généralement lucide des enjeux humains et sociaux. Plutôt dans la recherche du consensus, peu à laise avec les conflits ou les rapports de force. Cest quelquun pour qui la convivialité est importante, lhonnêteté et la transparence également. Prêt à sinvestir durablement il recherche un espace offrant une alchimie avec ses aspirations humaines personnelles. Cest, de ce fait, un bon relais des valeurs des Centres Sociaux. Points + : engagement conscient, durable, solide, mais sous conditions. Aptitude à la communication, à lécoute, recherche de consensus, se concentre sur les solutions plutôt que sur les problèmes. Points - : Risque de frustration si lécart est trop grand entre lutopie et la réalité. Difficulté à affronter les réalités pénibles. La recherche de consensus et la volonté déviter les rapports de force peuvent être un frein à la prise de décision. B/C

16 Outil danalyse : Schéma des bénévoles dans ma structure (sur 25 ou 50 bénévoles). A croiser avec des données chiffrées : valorisation du bénévolat : volume horaire et nombre de bénévoles.

17 Le rapport de compensation : -Le moyen par lequel la personne prend contact avec le CS na aucune importance : on ne fait pas venir des bénévoles. On fait une proposition qui correspond à un besoin, on crée un espace de contact : -Activités -Service -Réseau de connaissance -Orientation -Présence contrainte -Projet -Evénementiel, -Etc. -Lobjectif est de mobiliser des personnes pour les rendre acteurs, donc bénévoles. Et même des personnes qui ne pensaient pas sengager dans du bénévolat. Cette bascule ne peut se produire que sil existe un rapport de compensation.

18 Lengagement nexistera que si la personne en retire un bénéfice direct, conditionné par ses besoins et son profil personnel : -Valorisation, -Sentiment dutilité, -Reconnaissance, -Plaisir, -Lien social, -Sentiment dappartenance, -Etc. Il sagit donc de construire une stratégie basée sur la mise en relation des besoins du CS avec les besoins des personnes. En sappuyant sur des leviers visant à désamorcer tous les freins et obstacles à lengagement.

19 Les Freins : - Difficultés relationnelles, psychologiques. - Autoritarisme, appropriation. - Déficit de reconnaissance. - Incompétence, mise en échec. - Labsence de cadre dexpression. - Manque de cadres, de règles, flou de fonctionnement. - Confusion des rôles. - Demandes non-exprimées. - Absence despace dexpression > « bénévoles caution ». - Une relation déshumanisée et trop technique. - Linstrumentalisation du bénévole par lassociation. - Manque de moyens (frustration). - La communication toxique. - Le clientélisme. - Le déni de réalité. - Les enjeux de pouvoirs et dégo. - Substitut à une carrière professionnelle difficile - Etc. De nombreux leviers existent pour lever ces freins… 3) Freins et leviers « construire une stratégie»

20 Gérer les relations interpersonnelles et limpact social La relation de confiance La clarté du cadre et des règles de fonctionnement Le bénévole « recruteur » Se protéger des personnes toxiques La convivialité Lengagement sur mesure Rituels de remerciements collectif et individuels La promotion et le renouvellement démocratique La connaissance du bénévole Des projets supports La formation et la qualification des bénévoles La dimension festive Le sentiment d appartenance Ladhésion de valeurs La valorisation du bénévole Clarté de la place du bénévole Ladéquation avec les besoins des personnes Le sentiment dutilité sociétale Le rôle des professionnels Les leviers à lappui dune stratégie de mobilisation

21 3) Freins et leviers « construire une stratégie» Pour agir efficacement dans la mobilisation, des leviers sont disponibles pour construire une stratégie de participation : -Ladhésion de valeur : En affichant, en communiquant, en diffusant fortement sur ses valeurs et objectifs on va renforcer le rapport de proximité avec des habitants porteurs de valeurs identiques. > un document synthétique, de la communication, du relationnel. -La dimension festive : démultiplier la facette festive dun CS a un double intérêt : - 1) cest attractif pour capter les habitants en quête de convivialité, - 2) cela permet de renforcer positivement les liens existants entre les bénévoles actifs. > Créer des occasions festives. -La clarté du cadre et des règles de fonctionnement : offrir un cadre clairement établi permet déviter nombre de conflits, frustrations, cela rassure lhabitant sur léquité des relations au sein du CS. Savoir ce que lon peut faire, et inversement, permet la mise en œuvre. > des professionnels bien formés, un règlement intérieur. -La formation et la qualification des bénévoles : le fait de former les bénévoles, cest accorder de limportance à leurs actions, cest les qualifier, donc leur permettre de mieux saffirmer, se positionner, mieux prendre leur place. > formation FD, Afipar, mandats fédéraux, observateur de rencontres.

22 -Ladéquation avec les besoins des personnes : cest arriver à identifier les motivations profondes de la personne, au-delà de la demande verbalisé, pour favoriser une proposition en concordance. > entretien individualisé, échanges informels, écoute, partage transversal entre professionnels. -Lengagement sur mesure : la prise en compte individuelle de la personne est primordiale pour définir les espaces et propositions les plus aptes à celle-ci. > écoute, entretiens individuels, concertation déquipe. -La valorisation du bénévole : faire sentir aux bénévoles lutilité de leur action, de leur présence, et par conséquent leur propre utilité et valeur: > que ce soit par des mots, des actes, des rituels collectifs et individuels, un repas. Utiliser un exemple concret pour continuer sur la perception identitaire. -La relation de confiance : Clef de la relation entre professionnels et bénévoles, une relation de proximité, lisible, transparente, comprise, doit sétablir entre léquipe et les bénévoles. Les bénévoles doivent être sécurisés en étant dans la certitude que les professionnels dont ils dépendent sont honnêtes, justes, qualifiés et porteurs dune équité de traitement.

23 -Le rôle des professionnels : Le fait de définir clairement dans les missions et attribution des équipes laction de repérage et daccompagnement des bénévoles est nécessaire. Le professionnel doit garder cette dimension vivace dans sa pratique quotidienne et être attentif à tous les signes et occasions « daccroche» ou de « consolidation» dun bénévole. > Inscrire la fonction de repérage et daccompagnement des bénévoles au sein des fiches de poste. Evaluer celle-ci. -Gérer les relations interpersonnelles et limpact social : les conflits, rapports de forces et enjeux de personnes sont destructeurs du tissu associatif. Il est donc important dorganiser, voire de former, les bénévoles à la communication, à la gestion relationnelle, aux processus psychologiques destructifs. De même le professionnel à un rôle majeur de « régulateur » des relations. Il arrive également que le discours des bénévoles à lextérieur soit destructeur et puisse générer dimportants dysfonctionnements. La gestion immédiate de ce type de dérive est absolument nécessaire. > gestion stricte de la communication entre bénévoles, formations, repose du cadre, médiation.

24 -La convivialité : Pour un bénévole, cest un point majeur du plaisir dêtre présent. Cette dimension est cruciale et va générer une atmosphère positive. Cela implique pour le professionnel lacceptation dêtre « connecté » humainement avec le bénévole. Le cadre, la lumière, la décoration, lécoute, la bonne humeur, être souriant, avoir à disposition un café, une gourmandise, ne pas faire ressentir que le bénévole « nous dérange », sont autant déléments importants. Prendre le temps. Il est nécessaire de casser un peu le formalisme, sans pour autant faire de concession sur le cadre de fonctionnement. > ambiance de laccueil, travail sur la posture professionnelle, favoriser lémergence de temps conviviaux formels et informels. -Des projets supports : de nombreux bénévoles ont besoin dun support pour sinvestir, pour créer de la motivation et du plaisir, avoir le sentiment dêtre créateur. Le parcours du projet est un outil pertinent pour susciter ladhésion. Que celui-ci soit à linitiative dhabitants ou de professionnels importe peu, cest le chemin parcouru ensemble, tout au long du projet qui compte et va sceller, ou pas, une relation durable. -> créer du projet, utiliser les réseaux relationnels, faire bouillonner les volontés, être créatif, sautoriser un peu de folie, faire rêver…

25 -Le sentiment dutilité sociétale : favoriser pour la personne la prise de conscience de limportance de son engagement, limpact de son action, lutilité de son aide, va renforcer la vision positive et valorisante de son rôle dans lassociation, le territoire, la société. Le ressenti davoir un rôle à jouer, dêtre utile pour les autres, donne du sens à lexistence, surtout en période de doutes. > remercier, signifier lutilité de laction, rappeler que sans cet engagement, cela aurait été différent. -Le sentiment dappartenance : le sentiment dappartenir à une communauté, à un groupe, est un moteur puissant du sentiment dappartenance à une organisation. En sappuyant sur les points communs entre individus et des finalités mobilisatrices on peut renforcer ce sentiment dappartenance qui est un facteur de lengagement durable. >projets collectifs, valeurs collectives, communication personnalisée, donner de la valeur à lengagement associatif. Créer les espaces, et les temps adéquates : Il est utile de créer des espaces, formels (dans le cadre des actions) et informels (repas, soirées) qui permettent aux bénévoles et aux professionnels de se rencontrer, de sorganiser et de se rapprocher. -La connaissance du bénévole : la connaissance de la situation personnelle du bénévole, de son état, de ses freins, de ce qui lui convient ou pas est utile à la gestion des aspirations de celui-ci au sein de lassociation. Cette connaissance peut permettre aussi, parfois, de déclencher certaines mesures dalertes ou de sauvegarde. > entretien personnalisé individuel

26 -La promotion et le renouvellement démocratique : Une démocratie vivante au sein de lassociation autorise linvestissement et la découverte des responsabilités associatives pour les nouveaux venus. Cela illustre aussi la pluralité de la gouvernance et la possibilité, pour tous, de participer à celle-ci. Linformation et la promotion du statut dadministrateur doivent être permanentes. > cumul, durée et renouvèlement des mandats, délégation de pouvoir, possibilité de découvrir les diverses instances, information. -Rituels de remerciements collectifs et individuels : Chaque occasion doit pouvoir être loccasion de remercier et mettre en valeur laction dun ou plusieurs bénévoles, de manière spécifique. Des moments peuvent être créés à cette attention par les professionnels, le bureau ou le CA (barbecue, soirée, restaurant offert, photos dans les outils de communication). -Clarté de la place du bénévole : La confusion des places est chose courante chez le bénévole : administrateur, membre du bureau, utilisateur dun service, bénévole sur une action, référent, ami, etc. Lexplication des enjeux de chacune de ses postures, de leurs limites, est salutaire pour anticiper les mauvaises perceptions. La parfaite compréhension par les bénévoles des processus hiérarchiques, des délégations de pouvoirs, des responsabilités de chacun est un facteur qui permet déviter de nombreux dysfonctionnements. > Formation des bénévoles, explications, clartés des processus dorganisation, supports écrits, affirmation des limites entre posture personnelle et professionnelle.

27 -Se protéger des individus toxiques : Il arrive que certains habitants mettent en place des jeux psychologiques pervers, soit destructifs dans leurs attitudes et propos. Et que malgré les tentatives daccompagnement ou de régulation, ces personnes ne puissent modifier leur comportement. Dans ce cas, il est nécessaire de protéger lorganisation et les autres bénévoles pour éviter des dommages relationnels importants et souvent irréparables. Dans cette configuration la mise à lécart, permanente ou définitive, de la personne concernée est nécessaire, car même si elle est conflictuelle, elle peut aussi permettre de rompre les jeux psychologiques en cours. Et dans le meilleur des cas contraindre la personne à sinterroger sur les évènements. -Le bénévole recruteur : Lutilisation des réseaux relationnels des bénévoles actifs est un des meilleurs outils de « captage » de lhabitant. Les amis, la famille, les relations, cest un réseau exponentiel quil ne faut pas hésiter à solliciter à chaque occasion. > Il faut aller au-devant des habitants, ne pas être passif et impliquer les bénévoles comme interface de contact avec un nouveau public.

28 4) Définition des axes opérationnels contextualisés « mettre en œuvre » Nous savons que la mobilisation et la participation dépendent principalement de ressorts humains liés à la concordance entre les besoins et attentes dun individu et les positionnements techniques et relationnels dune organisation.

29 A) Je définis les besoins de mon organisation B) Jévalue mon action participative C) Je repère mes faiblesses et détermine des axes de mobilisation : Je cible les leviers les plus appropriés D) Je mets en œuvre et jévalue

30 5) Travail en atelier sur 3 situations (20mn) : Mobilisation : 3 Facteurs de réussite 3 Facteurs déchec > 3 préconisations. Retransmission et débat 20mn x3 6) Bilan de la journée Support téléchargeable sur Rubrique : nos documents


Télécharger ppt "La participation des habitants et la mobilisation des bénévoles dans les centres sociaux. Enjeux et analyse Formation fédérale 2013."

Présentations similaires


Annonces Google