La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

E. Menif Service dImagerie Médicale Hôpital la Rabta Mastère de Neuroradiologie Sousse 2008.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "E. Menif Service dImagerie Médicale Hôpital la Rabta Mastère de Neuroradiologie Sousse 2008."— Transcription de la présentation:

1 E. Menif Service dImagerie Médicale Hôpital la Rabta Mastère de Neuroradiologie Sousse 2008

2 Introduction Plusieurs dénominations : Syndrome de Costen Dysfonctionnement ATM DCRS: douleur, craquement, ressaut, subluxation SADAM: syndrome algodysfonctionnel de lA.M ADAM: algies et dysfonctionnements de lA.M

3 20% à 50% de la population Sujets jeunes, ans Prédominance féminine : sex-ratio 1/10 Motif fréquent de consultation

4 Le diagnostic est clinique : triade Douleurs ATM et/ou des muscles (faciales, cervicales et crânienne) Bruits articulaires Altération de la mobilité mandibulaire

5 LATM : une articulation comme les autres ? Elle présente: des surfaces articulaires Une synoviale Une capsule Des ligaments Elle peut être le siège de toutes les affections rhumatologiques, comme nimporte quelle articulation

6 LATM : une articulation particulière? ATMs : articulations les plus sollicitées mvts /24h Divisée en 2 par une structure fibrocartilagineuse le disque Fonctionne en synergie obligée avec larticulation controlatérale toute anomalie de lune retentit à terme sur lautre Fonctionne aussi en relation avec une troisième articulation : larticulation dentodentaire

7 Anatomie et radio-anatomie

8 ORTHOPANTOMOGRAPHIE

9 TDM haute résolution : létude fine des corticales osseuses Éminence temporale articulaire Condyle mandibulaire MAE Cavité glénoïde ANATOMIE TDM

10 POURQUOI LIRM ? Qualité de limagerie articulaire Limagerie discale sans produit de contraste Une imagerie tridimensionnelle en rapport avec une pathologie tridimensionnelle

11 ANATOMIE IRM

12 Antennes de surface + cérébrale : –Exploration en haute résolution des ATM –Exploration des muscles de la mastication (muscles ptérygoïdiens) Étude bilatérale et comparative Plans sagittal, coronal (cavité articulaire et disque) et axial (muscles) Séquences SE T1 et T2 TECHNIQUES IRM

13 Repérage : Plans sagittal et coronal vrais Etude dynamique : bouche fermée / bouche ouverte

14 Hypersignal T1 de léminence temporale et du processus condylien tissu de recouvrement articulaire constitué dun tissu fibreux qui recouvre une couche de cellules cartilagineuses. Hyposignal T1 des corticales : tissu de recouvrement articulaire constitué dun tissu fibreux qui recouvre une couche de cellules cartilagineuses.

15 C : processus condylien ; D : disque ; FM : fosse mandibulaire ; TP : tubercule temporal (tubercule articulaire). Axe du condyle : ° vers lavant / plan frontal antéro- postérieure moyenne 10mm. Asymétrie condylienne modérée : habituelle

16 Le disque intra-articulaire de lATM : sintègre dans « lappareil discal » Le condyle et lappareil discal : complexe anatomique et physiologique indissociable « complexe discocondylien » étroitement lié au muscle ptérygoïdien latéral Complexe discocondylien : ne peut pas être analysé en TDM

17 Lappareil discal divise larticulation en 2 compartiments : Supérieur : discotemporal de translation Inférieur : discocondylien de rotation 1 : tubercule temporal 2 : Le condyle mandibulaire 3 : Le disque 4 : La lame tendineuse prédiscale 5 : La zone bilaminaire rétrodiscale 5a : La lame rétrodiscale supérieure 5b : La lame rétrodiscale inférieure 6 : Le compartiment discocondylien 7 : Le compartiment temporodiscal.

18 M.A.E 7 6

19 lIRM ne distingue pas les fibres du faisceau supérieur PL, des fibres du temporal superficiel ou du masséter les 2 chefs du PL + fascia supérieur du chef inférieur du PL LAME TENDINEUSE PRÉDISCALE

20 2A 2B

21 DISQUE ARTICULAIRE Lentille biconcave (nœud de papillon) Courbure frontale identique à celle du condyle

22 Zone bilaminaire Bourrelet antérieur, Zone intermédiaire, Bourrelet postérieur hypersignal central du bourrelet postérieur,

23 Le bourrelet antérieur Structure homogène en hyposignal Epaisseur 2 à 3 mm Bord antérieur à laplomb ou légèrement en arrière de la partie la plus interne de léminence temporale, en général en position horaire 4 à 5H

24 Le bourrelet postérieur Plus épais : 3 à 4mm Partie centrale hypersignal, démarquée des surfaces fines et en hyposignal du bourrelet postérieur Mieux détaillé après ouverture buccale

25 La zone intermédiaire Elle est plus mince 1 mm dépaisseur Elle occupe la plus grande partie de lespace intercondylien (entre les condyles temporal et mandibulaire)

26 Position discale La position du bourrelet postérieur du disque dans lespace en intercuspidation définit sa normalité la position du disque : mesure de langle formé par la jonction bourrelet postérieur - zone bilaminaire avec la position 12 heures au milieu de la tête condylienne Position normale : angle de +/- 10° Helms, Radiol Clin North Am 1986 Rao, Radiology 1990

27 Drace & Enzmann, Radiology 1990 Le bord postérieur du bourrelet postérieur est situé à la position du zénith (12 heures) La zone intermédiaire est situé à 10 heures Angle normal : ± 10°

28 La position normale du disque dépend de la position de la coupe dans le plan frontal sur les coupes les plus internes : +15º sur les coupes les plus externes : +30º Mesure angulaire : utilise la au plan de Francfort passant par le milieu de la tête du condyle

29 PLAN CORONAL Mieux apprécier le centrage discal Il est mieux visualisé sur les coupes passant par le bourrelet postérieur. Il diminue progressivement dépaisseur de dehors en dedans

30 COUPE PASSANT PAR LEMINENCE TEMPORALE EN AVANT DU PROCESSUS CONDYLIEN 1 : Grande aile du sphénoïde ; 2 : Siphon carotidien ; 3 : Trompe dEustache ; 4 : Epine sphénoïdale ; 5 : Disque (partie interne) ; 6 : muscle ptérygoïdien latéral ; 7 : plans adipeux parapharyngés et interpharyngés ; 8 : Mandibule ; 9 : Disque (partie externe) ; 10 : Tubercule articulaire ; 11 : os temporal.

31 ZONE BILAMINAIRE Inconstante en IRM. Une ou deux fines bandes horizontales, hypointenses, au- dessus et en arrière du processus condylien Elle contient de nombreux plexus veineux : coussin vasculaire de Zenker Amortisseur hydraulique lors des mouvements mandibulaires

32 MUSCLES MANDUCATEURS PM PL M T PM PL M T

33 En position bouche fermée La tête du condyle est logée au centre de la fosse mandibulaire Le BP du disque coiffe le vertex condylien à 12 heures par rapport au condyle. La ZI et le BA sont situés en avant par rapport au condyle. FM TA C Bouche fermée D ANATOMIE FONCTIONNELLE

34 FM TA C Bouche ouverte TA FM C TA C Bouche fermée D Lors de louverture buccale Le condyle se projette sous le tubercule articulaire La tête condylienne entre en relation avec le BA Les BA et BP sont bien détaillés et se placent de part et dautre du condyle La ZI est située sur le sommet du condyle.

35 Diagnostic radiologique des DI

36 QUE FAUT-IL ANALYSER ? Muscles masticateurs Articulation temporomandibulaire : Disque Dynamique discocondylienne Cavité articulaire Signes datteinte dégénérative

37 Muscles de la mastication

38 Articulation temporomandibulaire

39 Disque : position, morphologie, structure

40

41 a : biconcave ; b : BP épaissie ; c : linéaire ; d : biconvexe ; e : plicaturé ; f : arrondi

42 Disque linéaire Disque biconvexe

43 Disque plicaturé Disque arrondi

44 Dynamique discocondylienne Bouche ferméeBouche ouverte

45 Limitation de la course condylienne Immobilité condylienne hyperlaxité condylienne

46 Disque fixé

47 Subluxation discale antérieure réductible Déplacement discal antérieur léger Disque reprend sa place à louverture buccale

48 Luxation antéro-interne réductible Déplacement discal antérieur et interne Disque en place à louverture buccal Bouche fermée Bouche ouverte

49 Luxation antérieure irréductible Déplacement antérieur du disque plicaturé Propulsion condylienne limitée, le disque reste en avant du condyle

50 Luxation antéro-externe réductible Déplacement antérieur et externe du disque applati Propulsion condylienne normale, le disque est en position normale

51 Luxation antéro-externe irréductible Disque plicaturé La course condylienne est normale

52 Détermination de la hauteur de recaptation discale : semi ouverture buccale sur cale Déplacement antérieur du disque Le disque se replace à laplomb du condyle. En fin douverture, la position discocondylienne est normale. La hauteur de recaptation correspond à la hauteur douverture permettant le repositionnement discal. Semi ouverture

53 Cavité articulaire Corrélation : importance du volume de lépanchement / gravité des lésions / douleur Marqueur dune atteinte dégénérative Importance de sa détection en labsence dune thérapeutique adéquate : Adhérences discales Dégénérescence discale progressive OCD ou ONA Arthrose déséquilibre occlusif + perte de la valeur fonctionnelle

54

55 Signes de dégénérescence articulaire Remodelage articulaire Pincement interligne articulaire

56 Sclérose chondrale Ostéophytose

57 Œdème spongieux Ostéochondrite disséquante Otéonécrose aseptique G D T1 D G T2 D T1 Gado G

58 LIRM, sans nécessiter dinjection intra- articulaire de PDC, offre dans le même temps une image directe et reproductible du disque, de la médullaire osseuse et des tissus mous. Doit être réalisée après levée du spasme musculaire qui accompagne la phase aiguë de dysfonctionnement de lappareil discal, sous peine de mettre en évidence une lésion qui serait purement fonctionnelle CONCLUSION

59 Étude : Bilatérale En position bouche fermée et bouche ouverte Plans sagittal / coronal vrais et axial Couvrant les ATM et les muscles manducateurs TSE T1 et T2 : les plus informatives. Explorer toute les parties impliquées dans la mobilité mandibulaire

60 Apprécier les rapports disco-condyliens, en déduire les luxations discales dans les différents plans de lespace et en déterminer le caractère réductible ou non, totalement ou partiellement Apprécier la morphologie discale et les anomalies de signal du disque Détecter les signes datteinte dégénérative et en évaluer la sévérité Faire le bilan des lésions associées, notamment lépanchement articulaire.

61 LIRM ne doit pas être indiquée dès lexamen initial : le diagnostic est plus fonctionnel que morphologique La phase initiale de traitement fonctionnel na pas apporté lamélioration voulue Diagnostic précis des lésions anatomiques de larticulation. Le schéma thérapeutique dépend du degré datteinte anatomique qui conditionne aussi bien le pronostic que la durée du traitement


Télécharger ppt "E. Menif Service dImagerie Médicale Hôpital la Rabta Mastère de Neuroradiologie Sousse 2008."

Présentations similaires


Annonces Google