La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Connaissance de lentreprise Partie 1 Création dentreprise : de lidée au projet Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Connaissance de lentreprise Partie 1 Création dentreprise : de lidée au projet Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble."— Transcription de la présentation:

1 Connaissance de lentreprise Partie 1 Création dentreprise : de lidée au projet Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

2 La création dentreprise Une aventure excitante mais risquée si elle nest pas bien préparée Taux moyen d échec des entreprises qui se créent : - 20% dès la première année - 30% pour la période des deux premières années - 40% pour les trois premières années - 50% pour les cinq premières années 5 ans après la création, une entreprise sur deux a survécu... Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

3 Les facteurs de succès pour la création dentreprise Quels sont les facteurs de succès pour la création dentreprise ? Le créateur : homme ou femme, motivations, qualités Son idée : existence d un marché, possibilité dexploiter ce marché avec succès La conception et la mise en œuvre de son projet La chance ou la bonne étoile Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

4 Le créateur Bien quil ny ait pas de profil type du créateur, les quatre qualités suivantes sont indispensables au candidat créateur : être animé dune volonté farouche de se dépasser et daller toujours plus loin savoir faire face aux difficultés et ne jamais savouer vaincu être capable de changer de cap à temps si lidée nest pas rentable et savoir retomber sur ses pieds faire leffort de bien se connaître Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

5 Le prix à payer pour créer Créer son entreprise, cest sexposer à différentes difficultés à surmonter : la solitude : le créateur est un être seul, souvent incompris. Son caractère novateur éveille le scepticisme de ses futurs clients, fournisseurs, financiers, son entourage. Il est seul à décider. linsécurité : perte de contrat, problème bancaire, concurrence nouvelle, accident de santé la méfiance : patience et modestie sont des valeurs à cultiver par les futurs patrons en attendant la notoriété pour être considérés et respectés le sacrifice familial : un équilibre important à gérer le sacrifice financier : savoir commencer avec un salaire réduit Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

6 Quelques conseils pratiques aux futurs créateurs Apprendre à vendre ses idées Présenter ses idées de façon concise Ne pas négliger les conseils Accepter de démarrer petit Pour convaincre, être convaincu soi-même Réfléchir avant de sassocier Ne jamais oublier les concurrents Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

7 Le projet Quelques questions auxquelles il vous faut répondre : Quels seront vos produits ou services principaux ? Allez vous produire, vendre, réparer, livrer ? Qui seront vos clients ? Où sont-ils localisés ? Qui seront vos concurrents ? Qu allez vous apporter de nouveau au marché ? Quelle est l évolution du secteur d activité ? Avez-vous une idée de votre lieu d implantation ? Quel rapport votre projet a avec vos compétences professionnelles ? De quels moyens financiers disposez-vous pour investir dans votre entreprise ? Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

8 Identification des facteurs clés de réussite Marketing : qualité des vendeurs, réseau de distribution, prix de vente, service après- vente Recherche Développement Introduction nouveaux produits Production : gestion approvisionnements, compétence acheteurs, gestion stocks, gestion fabrication Gestion financière et comptable Recherche capitaux, gestion trésorerie, relations banque, gestion comptable Choix et gestion des hommes Qualité du personnel, climat entreprise, aptitudes dirigeant Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

9 Létude de marché Quelques conseils pour réaliser une étude de marché constituer un échantillon représentatif en nombre et qualité par rapport à lactivité envisagée rédiger le questionnaire : besoins de la clientèle, caractéristiques idéales du produit, prix du produit, autres facteurs pouvant influencer lachat du produit savoir poser les bonnes questions claires et précises ne pas anticiper les réponses qui feront plaisir recueillir les informations (poste, téléphone, enquêteur) dépouiller et analyser les informations Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

10 L exemple de linnovation technologique Créer une entreprise sur linnovation technologique, cest accepter de prendre un double risque : celui propre à la création et celui de la nouveauté. Quelques questions à se poser : Quelle est la nature exacte de mon innovation ? Le procédé fonctionne-t-il ? Le marché est-il réceptif à mon idée ? Quel est le coût de la mise en œuvre initial de l idée (investissements de départ) ? Quelle est lévaluation des besoins nécessaires à la croissance et au développement de lentreprise ? Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

11 Elaboration du business plan L élaboration du business plan est une des étapes essentielles dans la démarche de création d entreprise. Son contenu et sa qualité sont essentielles pour la suite des opérations, et en particulier la recherche de financement. Il doit comprendre : les caractéristiques du marché exploité les caractéristiques des services et des produits commercialisés le marché potentiel du produit ou du service la politique de prix, de vente, de distribution, de publicité, de promotion la politique des stocks (matières premières, composants, semi-finis, finis) la politique de fabrication, de sous-traitance la politique du personnel (recrutement, salaire, formation) la politique d investissement et de financement, le budget prévisionnel, le plan de trésorerie, les crédits la structure juridique choisie les sources de conseil les formalités à exécuter pour lancer l entreprise Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

12 Connaissance de l entreprise Partie 2 Création d entreprise : du projet à la mise en oeuvre Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

13 Notions de gestion comptable Posséder les qualités de créateur et trouver la bonne idée ne suffit pas. Les principaux échecs des petites et moyennes entreprises résident dans le non-respect (ou la méconnaissance !) de quelques principes très simples de gestion comptable et financière. Tout banquier contacté par un créateur va lui réclamer : un bilan un compte de résultat un plan de financement un budget prévisionnel de trésorerie Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

14 Le bilan Le bilan est une « photographie » de la situation patrimoniale de l entreprise à un instant donné (par exemple la fin de l année). Il se présente sous la forme d un tableau qui comprend deux parties : l actif : détaille la valeur des différents biens dont l entreprise dispose (Emplois) le passif : précise comment ces biens ont été financés ou encore détaille comment l entreprise utilise ces biens pour exercer son activité (Ressources) Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

15 Présentation simplifiée du bilan ACTIF IMMOBILISE (net) ACTIF CIRCULANT ACTIF CAPITAUX PROPRES DETTES PASSIF Utilisation des capitaux (Emplois) Origine des capitaux (Ressources) Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

16 L Actif Actif immobilisé Immobilisations incorporelles Immobilisations corporelles Actif circulant Stocks Créances Disponibilités Frais d établissement Fonds de commerce, brevets, logiciels,... Terrains Constructions Matériels et outillages - de marchandises - de matières premières - de produits semi-finis - de produits finis Crédits accordés aux clients Autres créances - en banque - en caisse CE QUE POSSEDE L ENTREPRISE Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

17 Le Passif Capitaux propres ou permanents Dettes Capital personnel (entreprise individuelle) ou capital social (sociétés) Réserves (bénéfices non distribués) Résultat Subventions d investissement et provisions réglementées A moins d un an Fournisseurs Dettes fiscales et sociales Dettes bancaires (crédit, escompte, découvert) Autres dettes A plus d un an Dettes financières Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

18 La présentation officielle du bilan Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

19 Le compte de résultat est un tableau qui regroupe l ensemble des produits et des charges de l entreprise. C est un « film » de l activité de l entreprise. Il se décompose en trois niveaux : opérations d exploitation opérations financières opérations exceptionnelles La différence entre les produits et les charges constitue le résultat (bénéfice ou perte) Le compte de résultat Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

20 Présentation simplifiée du compte de résultat CHARGES EXPLOITATION CHARGES FINANCIERES CHARGES EXCEPTIONNELLES PARTICIPATION IMPOT SUR BENEFICES RESULTAT PRODUITS EXPLOITATION PRODUITS FINANCIERS PRODUITS EXCEPTIONNELS Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

21 Les opérations d exploitation CHARGES EXPLOITATION IMPOTS, TAXES, VERSEMENTS ASSIMILES AUTRES CHARGES EXTERNES SALAIRES ET CHARGES SOCIALES ACHATS CONSOMMES AUTRES CHARGES GESTION COURANTE DOTATIONS AMORTISSEMENT PROVISIONS EXPLOITATION PRODUITS EXPLOITATION CHIFFRE D AFFAIRE PRODUCTION STOCKEE PRODUCTION IMMOBILISEE AUTRES PRODUITS GESTION COURANTE REPRISE SUR AMORTISSEMENT PROVISIONS EXPLOITATIONS Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

22 Les charges d exploitation CHARGES EXPLOITATION IMPOTS, TAXES, VERSEMENTS ASSIMILES AUTRES CHARGES EXTERNES SALAIRES ET CHARGES SOCIALES ACHATS CONSOMMES AUTRES CHARGES GESTION COURANTE DOTATIONS AMORTISSEMENT PROVISIONS EXPLOITATION Marchandise, variation stock (SI - SF) Matières premières, variation stock Eau, électricité, téléphone, fournitures... Crédit-bail, loyer, entretien Assurance, interim, honoraires, publicité Transports, déplacements Taxes sur salaire, taxe foncière, taxe professionnelle... Charges sociales : URSSAF, ASSEDIC, retraite, maladie... Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

23 Les produits d exploitation PRODUITS EXPLOITATION CHIFFRE D AFFAIRE PRODUCTION STOCKEE PRODUCTION IMMOBILISEE AUTRES PRODUITS GESTION COURANTE REPRISE SUR AMORTISSEMENT PROVISIONS EXPLOITATIONS Ventes marchandises Production vendue (biens et services) Stock final - Stock initial Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

24 Les opérations financières CHARGES FINANCIERES CHARGES FINANCIERES DOTATIONS AMORTISSEMENT PROVISIONS EXPLOITATION PRODUITS FINANCIERS PRODUITS FINANCIERS REPRISES SUR PROVISIONS FINANCIERES Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

25 Les opérations exceptionnelles CHARGES EXCEPTIONNELLES CHARGES EXCEPTIONNELLES SUR OPERATIONS GESTION CHARGES EXCEPTIONNELLES SUR OPERATIONS CAPITAL DOTATIONS AMORTISSEMENT PROVISIONS EXCEPTIONNELLES PARTICIPATION IMPOT SUR BENEFICES BENEFICES PRODUITS EXCEPTIONNELS PRODUITS EXCEPTIONNELS SUR OPERATIONS GESTION PRODUITS EXCEPTIONNELS SUR OPERATIONS CAPITAL REPRISES SUR PROVISIONS EXCEPTIONNELLES PERTES Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

26 Calcul du résultat PRODUITS EXPLOITATION CHARGES EXPLOITATION CHARGES FINANCIERES CHARGES EXCEPTIONNELLES PRODUITS FINANCIERS PRODUITS EXCEPTIONNELS RESULTAT EXPLOITATION RESULTAT FINANCIER RESULTAT EXCEPTIONNEL RESULTAT COURANT RESULTAT AVANT IMPOT ET PARTICIPATION IS ET PARTICIPATION RESULTAT NET === = Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

27 Présentation du compte de résultat Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

28 Le financement Le financement des emplois et ressources se décompose en quatre parties : cycle d investissement et de financement cycle d exploitation hors cycle trésorerie Une estimation des besoins de financement est à réaliser pour les immobilisations et le BFR (besoin en fond de roulement) Différents capitaux (fonds propres, dettes à court terme, moyen terme et long terme) sont à trouver pour démarrer l activité Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

29 Le BFR (Besoin en Fond de Roulement) Le financement des stocks et créances clients est un poste particulièrement à surveiller lors de la création d une entreprise. La notion de BFR (Besoin en Fond de Roulement) permet de bien préciser ce type de financement. En première approximation, le BFR est égal à : BFR = STOCKS + CLIENTS - FOURNISSEURS Le BFR augmente avec le chiffre d affaires La négociation des délais de paiement permet d influer sur le BFR Le Fond de Roulement FR correspond à la différence entre les capitaux permanents (capitaux propres, dettes LT et MT) avec les immobilisations. La trésorerie est la différence entre FR et BFR Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

30 Exemple de tableau de financement Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

31 La recherche de fonds propres Capitaux propres Fonds apportés par créateur Dons Primes et subventions Fonds apportés par associés Quasi Fonds propres Comptes courants d associés Prêts participatifs Capitaux personnels Emprunts à titre personnel : prêt parents, prêt d honneur, prêt bancaire Aide de l état, concours, ANCE... Prime régionale à la création d entreprise Partenaires financiers : particuliers, sociétés financement, banques, entreprises Associés « actifs » Sociétés de participation, banques, entreprises Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

32 La structure juridique de l entreprise Le choix de la structure juridique de l entreprise est une décision importante qui conditionne différents aspects : responsabilité du créateur régime fiscal de l entreprise couverture sociale du créateur mode d imposition Sur le plan juridique, le créateur doit aussi : protéger le nom de son affaire déposer les marques ou brevets d invention Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

33 I – LE DECOUPAGE DU SYSTEME PRODUCTIF Quels sont les 3 critères qui permettent de classer les entreprises ? Les entreprises se différencient : par leur taille, leur forme juridique, ou lactivité quelles exercent.

34 A/ SELON LA TAILLE Quels critères retient-on pour mesurer la taille dune entreprise ? Effectif, chiffre daffaires, valeur ajoutée, bénéfices, capitaux propres, part de production exportée.

35 Quels sont les 2 critères les plus utilisés ? Effectif, chiffre daffaires

36 Comment classe-t-on les entreprises selon leffectif ? Micro-entreprise : 0 salarié Très petite entreprise (TPE) : 1 à 9 salariés Petite entreprise (PE) : 10 à 49 Entreprise moyenne (PME) : 50 à 499 Grande entreprise (GE) : 500 à 999 Très grande entreprise (TGE) : + de 1 000

37 B/ SELON LACTIVITE EXERCEE 1/ LE SECTEUR DACTIVITE

38 Quels sont les 3 secteurs économiques selon J. FOURASTIE ? Secteur primaire : agriculture, pêche, activités extractives (mines…) Secteur secondaire : activités de transformation des matières premières en biens de production (machines…) ou en biens de consommation (automobile…) Secteur tertiaire : activités produisant des services

39 Nouveau secteur dactivité : Secteur quaternaire : TIC

40 2/ LE SECTEUR DENTREPRISE, LA BRANCHE DACTIVITE ET LA FILIERE SELON LINSEE Comment définir la notion de secteur selon lINSEE ? Un secteur regroupe des entreprises qui ont la même activité principale ex. Carrefour, Intermarché, Cora secteur « commerce-distribution »

41 Comment définir la notion de branche dactivité ? Une branche regroupe des entreprises fabricant les mêmes produits : ex Vivendi et orange pour les télécommunicationsVivendi une entreprise qui produit plusieurs produits est donc classée dans plusieurs branches

42 Quest-ce quune filière ? Représente une chaîne dactivités qui se complètent, liées entre elles par des opérations dachat et de vente. Elle regroupe toutes les branches qui participent à lélaboration dun produit final

43 Cest donc lensemble des entreprises qui mettent un produit à la disposition du consommateur final grâce à une succession dopérations réalisées par des entreprises différentes qui se complètent. Ex : la filière livre imprimerie, imprimeurs

44 C/ SELON LE STATUT JURIDIQUE Quest-ce que le secteur privé ? Entreprises individuelles et entreprises sociétaires (société de personnes, de capitaux…) Quels critères retenir ? Présentation 1 exemple de bilan dentreprise

45 EI : Entreprise individuelle EIRL : Entreprise individuelle à responsabilité limitée Présentation EURL : Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (SARL unipersonnelle) SARL : Société à responsabilité limitée SA : Société anonyme SAS : Société par actions simplifiée SASU : Société par actions simplifiée unipersonnelle SNC : Société en nom collectif

46 Entreprise Individuelle Elle se compose uniquement de l'entrepreneur individuel (Celui-ci peut, bien évidemment, embaucher des salariés). EURL 1 seul associé SARL 2 associés minimum maximum Quel est le nombre dassociés requis ?

47 SA (forme classique) 7 associés minimum - pas de maximum SAS / SASU 1 associé minimum - pas de maximum SNC 2 associés minimum - pas de maximum

48 Entreprise individuelle Il n'y a pas de notion de capital social, l'entreprise et l'entrepreneur ne formant juridiquement q'une seule et même personne. EURL Pas de minimum obligatoire. SARL Pas de minimum obligatoire. Quel est le montant minimal du capital social ?

49 Entreprise individuelle L'entrepreneur individuel est le seul "maître à bord ". EURL L'EURL est dirigée par un gérant (obligatoirement personne physique) qui peut être soit l'associé unique, soit un tiers. SARL La SARL est dirigée par un ou plusieurs gérant(s), obligatoirement personne(s) physique(s). Qui dirige lentreprise ?

50 SA (forme classique) La SA est dirigée par un Conseil d'administration, comprenant 3 à 18 membres, obligatoirement actionnaires. SAS / SASU Les associés déterminent librement dans les statuts les règles d'organisation de la société SNC La SNC est dirigée par un ou plusieurs gérant(s), personne physique ou morale.

51 Entreprises publiques (sociétés nationalisées) ex. RATP Entreprises semi-publiques (sociétés déconomie mixte) ex. SNCF Quest-ce que le secteur public et semi-public ?

52 L entreprise individuelle Cession de parts Nombre d associés Capital social Régime social Responsabilité Organe de direction Formalités constitution Taxation seul (commerçant ou artisan) le créateur est personnellement et indéfiniment responsable sur ses biens propres des dettes de l entreprise ll entrepreneur peut librement céder son affaire l entrepreneur est seul patron travailleur indépendant (non salarié) les taux d imposition sont ceux de l impôt sur le revenu pas de capital imposé très simples - Immatriculation au registre du commerce Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

53 La Société Anonyme à Responsabilité Limitée : SARL Cession de parts Nombre d associés Capital social Régime social Responsabilité Organe de direction Formalités constitution Taxation 2 au moins, 50 au plus - SARL familiale Responsabilité limitée au montant des apports. Responsabilité dirigeant ou gérant engagée si faute commise A prévoir dans les statuts Gérant (associé ou non, majoritaire ou minoritaire). AG associés Dépôt compte annuel (bilan, compte résultat, rapport AG) Travailleur indépendant ou salarié 1 seulement - Apports en nature possibles Plus lourdes et coûteuses - Moins pesantes que pour SA Publication Impôt société(25% sur les premiers 250 KF de bénéfice, puis 33,33%) Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

54 La Société Anonyme SA Cession de parts Nombre d associés Capital social Régime social Responsabilité Organe de direction Formalités constitution Taxation au moins 7- pas de maximum Responsabilité limitée au montant des apports. Responsabilité dirigeant ou gérant engagée si faute commise Libre, sauf clause prévue dans les statuts L AG dactionnaires élit un CA qui désigne un PDG Dépôt compte annuel (bilan, compte résultat, rapport AG) Salarié au moins - Apports en nature possibles Longues et coûteuses Publication Impôt société( 33,33%) Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

55 Les formalités juridiques (SARL,SA) Au moins un mois avant le début des activités, différentes formalités sont à accomplir : Elaborer les statuts de la société Trouver un siège social Rechercher un commissaire aux comptes (SA, SARL si bilan 10MF, CA 20MF ou salariés 50) S assurer auprès de l INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) que le nom envisagé pour la société est libre Convoquer les associés à l assemblée constitutive (SA) Réclamer le versement des apports en espèces et déposer les fonds sur un compte bloqué Se procurer un registre pour l enregistrement des procès verbaux des AG et CA (SA) Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

56 Après la signature des statuts, les formalités suivantes sont à effectuer : Publier un avis de constitution dans un journal d annonces légales (150 à 500 euros selon longueur du texte) Faire enregistrer les statuts auprès de la Recette Principale des Impôts (environ 100 euros) Demander l immatriculation au registre du commerce (200 à 300 euros) Pour tout renseignement et obtention de dossier, s adresser au Centre de Formalité des Entreprises de la Chambre de Commerce et d Industrie Les formalités juridiques (SARL,SA) Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

57 La protection du nom commercial W.T.C./EUROPOLE 5, place R.Schuman - BP Grenoble Cedex 01 TEL : FAX : Mél.: Accédez aux dessins et modèles français du dernier Bulletin Officiel de la Propriété Industrielle (BOPI) publié Accédez aux deux dernières années de demandes de brevets françaises, européennes et internationales IcimarquesIcimarques, accédez directement aux marques en vigueur en France : marques françaises, européennes et internationales EuridileEuridile : accédez directement aux entreprises immatriculées au Registre National du Commerce et des Sociétés Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

58 Les formalités administratives, sociales et fiscales Formalités à effectuer au centre de formalités des entreprises qui se chargent de transmettre un exemplaire à : centre des impôts (déclaration d existence) INSEE (attribution numéro SIREN) URSSAF et caisse de sécurité sociale (affiliation allocations familiales) caisse régionale d assurance maladie caisse professionnelle de retraite (assurance vieillesse) Si le créateur emploie des salariés : l inspection du travail l ASSEDIC (assurance chômage) la caisse d assurance maladie des salariés (immatriculation du salarié) Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

59 La fiscalité Les différentes impositions à la charge des entreprises : l impôt sur les sociétés (IS) la taxe professionnelle (déclaration des salaires) la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) la taxe sur les salaires (4,25% des salaires) la taxe d apprentissage (0,5% des rénumérations) la participation à la formation professionnelle (1,5% des salaires) l investissement obligatoire dans la construction (0,45% des salaires) la taxe sur les voitures particulières des sociétés Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble

60 Les autres entreprises Les ménages Les institutions financières Les administrations Les économies étrangères Toute entreprise établit des relations avec…

61 MénagesEntreprises Banques Economies étrangères Administrations Flux réels Flux monétaires (1) (2) (3) (4) (5) (6)

62 Des fonctions économiques : ACHAT PRODUCTION-TRANSFORMATION VENTE Des responsabilités économiques : Etre compétitive – créer de la valeur (voir VA)– créer de la richesse (voir PIB)… Des fonctions sociales : Offrir des emplois, source de revenu Des responsabilités sociales : Recruter, former, protéger ses salariés… Des responsabilités sociétales : Préserver lenvironnement Loyauté / consommateurs…

63 Partie 1- CH 1 : Lentreprise Définition, organisation et modes de direction = Consommations intermédiaires Achat Production Transformation Vente Produits finis Biens ou services

64 Achats Transformation CI Production Vente Chiffre dAffaires (CA) - Achats et Consommations intermédiaires (CI) = Valeur Ajoutée (VA)

65 - charges de personnel = Excédent Brut dExploitation (EBE) Valeur Ajoutée (VA) SalariésEtat et administration - autres charges = Résultat net ou Bénéfice autofinancement actionnaires (dividendes) - impôts et taxes Perte

66 Une autre manière dillustrer la répartition de la VA CI (cons interm) VA CA cad Production vendue Mat 1ère Produits-services Salaires Charges sociales Impôts, taxes Rbt charges emprunts Dividendes Autofinancement Ménages Administrations Institut.financières Actionnaires Mon entreprise


Télécharger ppt "Connaissance de lentreprise Partie 1 Création dentreprise : de lidée au projet Pierre LE PARLOUËR - Université Joseph Fourier - Grenoble."

Présentations similaires


Annonces Google