La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lexemple du Masculin-féminin : Une réalité socialement construite.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lexemple du Masculin-féminin : Une réalité socialement construite."— Transcription de la présentation:

1 Lexemple du Masculin-féminin : Une réalité socialement construite

2 Les objets sociaux sont des constructions Une réalité est socialement construite, elle ne relève pas de la nature, elle est une construction sociale (selon les anthropologues). Lexemple du Masculin-féminin : Une réalité socialement construite

3 1. Du sexe au genre : Itinéraire dune nouvelle approche du masculin et féminin Masculin-féminin = objets construits, objets sociaux, rapport nature culture. On peut réfléchir a cette question sous langle de la nature. Des le XIXème siècle (au XVIII ce nest pas du tout le sexe qui faisait foi) on renvoie la femme a une nature féminine.

4 Margaret Mead a travaille dans les iles pacifiques dans une perspective comparative. Elle fut la première a sintéresser a la sexualité : Quen est-il de la sexualité dans les autres sociétés, quels sont les rapports hommes-femmes compares a lEurope/aux USA ?

5 A cette époque, le puritanisme était très fort dans la société américaine. Margaret Mead est donc partie avec les croyances générales de sa société : il y a un tempérament masculin et un autre féminin. Il fallait sy conformer, sinon on était considéré comme déviant, anormal ; un homme ne pouvait avoir un tempérament de femme et inversement. Le sexe biologique faisait la différence psychologique.

6 Margaret Mead découvre par la comparaison anthropologique que léducation est déterminante, que cest celle qui assigne un tempérament aux hommes et aux femmes. Ainsi, il ny a pas un tempérament universel ; comme la parente, dune culture a lautre, ca change.

7 Exemple : En Papouasie(la Papouasie, une région docéanie où vivent les papous et qui correspond à la nouvelle guinée et aux iles toutes proches), les hommes ne peuvent garder un secret. Alors que chez nous, cest la femme qui est considérée comme bavarde. Les hommes aiment jouer avec les petits en Papouasie, alors que chez nous pas (ou seulement depuis 1968). Les femmes sont portées a dominer et les hommes sont plutôt sensibles chez les Papous, chez nous cest linverse.

8 Il y des sociétés qui manifestent de grandes différences entre le masculin et féminin, alors quen Papouasie ils se ressemblent plus. Margaret Mead montre que les différences entre les sexes nont pas de fondement naturel. Cela doit nous amener a dissocier le sexe biologique du sexe social.

9 Si certaines attitudes, que nous considérons comme traditionnellement associées au tempérament féminin peuvent être aisément typiques des hommes dune autre culture nous navons donc plus aucune raison de croire quelles soient irrévocablement déterminées par le sexe de lindividu M. Mead, Mœurs et sexualité en Océanie, Paris : Plon, 1963

10 Il nous est maintenant permis daffirmer que les traits de caractère que nous qualifions de masculin ou de féminin sont pour un grand nombre dentre eux, sinon en totalité, déterminés par le sexe dune façon aussi superficielle que le sont les vêtements, les manières, ou la coiffure quune époque assigne a lun ou lautre sexe. Quand nous opposons le comportement typique de lhomme ou de la femme arapesh a celui, non moins typique, de lhomme ou de la femme mundugumor, lun et lautre apparaissent de toute évidence, être le résultat dun conditionnement social. M. Mead, Mœurs et sexualité en Océanie, Paris : Plon, 1963 :252)

11 Les différences masculin/féminin se fondent sur des différences culturelles et non biologiques. On est dans lunivers d larbitraire culturel (= définit ses propres objets sociaux). Les rôles sociaux ne dépendent pas de la nature de chaque sexe mais changent dune société a lautre = arbitraire culturel. Cest le code culturel qui gère le comportement des sexes.

12 La sexuation sociale est une construction qui ne dépend pas de la sexuation biologique. Les objets sociaux sont naturalises dans la société occidentale. Le sexe renvoie a la biologie, ici on va donc parler de genre

13 Les anglais ont donne ce sens qui permet de passer du sexe biologique au genre social. Ou rapports sociaux de sexe souligne la construction du masculin et du féminin. Parler genre plutôt que sexe, cest souligne l différence entre biologique et construction sociale.

14 Dans son ouvrage Le deuxième sexe, ecrit apres la guerre, Simone de Beauvoir (philosophe francaise) souligne que le rapport h-f relève dune construction dun sexe domine. Et elle démontre en quoi la femme nest pas une femme éternelle. On ne nait pas femme, on le devient. Simone de Beauvoir. Lanthropologue ajoute la même phrase avec homme.

15 Cest à partir du XIXème siècle, que les sexes vont être penses en terme biologique au lieu de social. Ce type didentification relève dune construction sociale qui sera naturalisée, deviendra « naturelle ».

16 Les catégories de genre, les représentations de la personne sexuée, la répartition des taches, telles que nous les connaissons dans les sociétés occidentales ne sont pas des phénomènes a valeur universelle générées par une nature biologique commune, mais bien des constructions culturelle. Avec un même alphabet symbolique universel, ancre dans cette nature biologique commune, chaque société élaboré en fait des phrases culturelles singulières et qui lui sont propres. Francoise Heritier, Masculin/Féminin, Paris : Odile Jacob, 1996 :22

17 La femme est vue comme froide, faible, ne pouvant prendre des initiatives. Processus de naturalisation : Chaque société construit sa différence et la masque comme si elle avait toujours existé.

18 Exemples : Dieu a crée la femme ainsi, cest comme ca ! Produit contingent. La femme, biologiquement, elle est ce quelle est. On présente les différences comme un ordre transcendantale : Cest la nature qui nous a fait comme ca. Cest notre condition. Une façon de rendre les changements hors de notre portée. La femme est la pour enfanter et pour souffrir.

19 Il y a des révoltes pour changer ces idées ; Le pouvoir nexiste que par la domination masculine. La distinction f/m est universelle, mais dans beaucoup de sociétés, la situation des femmes est bien meilleure que dans la notre, même si cest lhomme qui es hiérarchiquement au-dessus.

20 Les stéréotypes culturels et idéologiques de la femme dans la culture occidentale. Profondeur historique de ces stéréotypes Stéréotype : Cliches, images préconçues et figées, sommaires et tranchées des choses et des etres que se fait lindividu sous linfluence de son milieu social (famille, entourage, études, profession, fréquentations, medias de masse, etc.) et qui déterminent a un plus ou moins grand degré nos manières de penser, de sentir et dagir. Morfaux L. M., Vocabulaire de la philosophie et des sciences humaines, Paris : Colin : 34

21 Les stéréotypes sont utiles, ils nous permettent dinteragir, de se structurer. Mais ils font penser a tort que certains éléments sont naturels, allant de soi

22 Le discours scientifique sest construit sur ce sens commun, en prétendant fonder ses principes sur la science. Le 19eme siècle voit naitre les sciences (médecine, etc.) mais elles montreront une image des femmes basée sur les stéréotypes, un statut de la femme impose par la nature (et non par la culture). Cette nature était présentée sous forme hiérarchique dominant – domine.

23 Nombreux sont les aspects qui apparentent la femme normale au sauvage, a lenfant, au criminel, en quelques sorte… Lombroso et Ferrero, La femme criminelle et la prostituée, 1893

24 Intellectuellement et physiquement, la femme est un homme arrêté dans son développement Lombroso, 1893

25 La femme est considérée au 19eme siècle comme intrinsèquement inferieure a lhomme. Elle constitue une altérité apparentée au sauvage, a lenfant, au criminel, etc. Et cette image est fondée sur la sélection naturelle.

26 Selon Lombroso (fondateur de la criminologie), la femme nest que le terrain adapte du caractère de génie, elle peut être la mère dun génie, elle est un simple véhicule de transmission du génie. La femme génie, quand on la rencontre, est une anomalie car le génie est le propre de lhomme.

27 La femme est adaptée à sa fonction, la reproduction, et il serait superflu quelle ait des caractéristiques propres a lhomme. Les caractéristiques de lhomme, produits dune sélection de la nature, sont lintelligence, la capacité a diriger, lautorité, etc

28 La femme est renvoyée du côté de la nature et lhomme du côté de la culture. La fonction de la femme est la reproduction, la propagation de lespèce et son infériorité est inscrite dans son anatomie. Son devoir biologique est dêtre mère et femme au foyer.

29 De luniversel (masc) et du particulier (fém) ou le fondement historique du rapport suivant le sexe

30 Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe, 1949 : En effet, lhomme représente aujourdhui le positif et le neutre, c'est-a-dire le male et lêtre humain, tandis que la femme est seulement le négatif, la femelle. Chaque fois quelle se conduit en être humain, on déclare donc quelle sidentifie au male ; ses activités sportives, politiques, intellectuelles, …sont interprétés comme une protestation virile ; on refuse de tenir compte des valeurs vers lesquelles elle se transcende, ce qui conduit évidemment a considérer quelle fait le choix inauthentique dune attitude subjective. Le grand malentendu sur lequel repose ce système dinterprétation, cest quon admet quil est naturel pour lêtre humain femelle de faire de soi une femme féminine. : la vraie femme est un produit artificiel que la civilisation fabrique comme naguère on fabriquait des castrats : ses prétendus instincts de coquetterie, de docilité lui sont insuffles comme a lhomme lorgueil : il naccepte pas toujours sa vocation virile : elle a de bonnes raisons pour accepter moins docilement encore celle qui lui est assignée.

31 Il ne suffit pas de dire que la femme est faite femme, que cest une construction : la masculinité aussi est une construction. La critique est venue des femmes, pour restituer la place de la femme dans la société. Mais en montrant que la femme est construite, car cest elle qui était dans une situation de domination, on a montre que le masculin aussi est une construction.

32 La notion de féminité et de masculinité est récente, elle date du 19eme siècle, de la naissance de la médecine, ou les sexes ont été ramènes au biologique Auparavant, la différence existait mais nétait pas fondée sur les appareils génitaux, on considérait les différences sur le plan du langage, des attitudes, des mouvements, des rêves, des destins : des comportements culturels.

33 Des le 17eme, la médecine et la science, qui ont commence a mettre en avant le corps, ont trace des frontières strictes et ont oppose les sexes a partir des parties génitales. Le sexe a été dabord associé uniquement à la femme, qui est dans la nature. Le sexe, dans lencyclopédie du 18eme, est exclusivement associe a la femme : le fait quelle ait un uterus permet de renvoyer la femme a la nature. Le lien de la masculinité avec le sexe a ete affaibli : cela a pose un problème : Quest-ce que le masculin et comment peut-il être construit ?


Télécharger ppt "Lexemple du Masculin-féminin : Une réalité socialement construite."

Présentations similaires


Annonces Google