La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Michèle Venet Université de Sherbrooke Génétique, environnement et développement.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Michèle Venet Université de Sherbrooke Génétique, environnement et développement."— Transcription de la présentation:

1 Michèle Venet Université de Sherbrooke Génétique, environnement et développement

2 Le développement Le développement résulte des multiples interactions qui ont lieu entre lenfant et son environnement (Bronfenbrenner, 2006; Sameroff, 2009). Enfant Environnement Développement

3 Facteurs de risque et de protection SourceFacteurRisqueProtection EnfantGèneDRD4 – Al 7-rép.DRD4 MilieuFamilial Scolaire ConflictuelChaleureux

4 Deux hypothèses concurrentes quant aux interactions entre les gènes et lenvironnement : 1) lhypothèse de la vulnérabilité 2) lhypothèse de la plasticité

5 Point commun Les difficultés dordre psychique et comportemental résultent dinteractions complexes entre lenfant et son environnement.

6 Lhypothèse de la vulnérabilité La conjoncture gènes-porteurs – environnement défavorable crée un risque accru de difficultés. Toutefois, un environnement favorable peut diminuer ce risque. Et réciproquement …

7 Lhypothèse de la vulnérabilité Gène (enfant)MilieuIssue DRD4ChaleureuxBonne adaptation DRD4ConflictuelAdaptation acceptable DRD4 – Al 7-rép.ChaleureuxAdaptation acceptable DRD4 – Al 7-rép.ConflictuelMauvaise adaptation

8 Si une image vaut mille mots … Gène Environnement Défavorable Favorable DRD4 DRD4 – Al 7-rép.

9 Pourquoi une deuxième hypothèse? 1)Théorie de lévolution : Pourquoi donc lallèle-7 répétition du gène DRD4 est-il encore présent dans le bagage génétique des êtres humains? 2)Aucun effet observable de ce gène sur lattachement désorganisé : Doù la pertinence de sintéresser aux interactions gène-environnement.

10 Lhypothèse de la plasticité Les mauvais gènes peuvent effectivement entraîner des dysfonctions dans des contextes défavorables. MAIS Ils permettraient aussi de réagir de façon plus adaptée dans des conditions favorables.

11 Lhypothèse de la plasticité Les mauvais gènes peuvent être une source : de difficultés (en contexte défavorable); ou de franche réussite (en contexte favorable). Pourquoi? Ils seraient une source de plasticité, qui permettrait aux personnes qui en sont porteuses de sadapter plus facilement à leur environnement.

12 Hypothèse de la plasticité GèneMilieuIssue DRD4ChaleureuxBonne adaptation DRD4ConflictuelAdaptation acceptable DRD4 – Al 7-rép.ChaleureuxBonne adaptation DRD4 – Al 7-rép.ConflictuelMauvaise adaptation

13 Une analogie La plupart des enfants seraient comparables à des pissenlits. Quelques uns, par contre, seraient comme les orchidées. (Dobbs, 2009)

14 Les pissenlits et les orchidées Gène Environnement Défavorable Favorable DRD4 DRD4 – Al 7-rép.

15 Lhypothèse de la plasticité Donc, même les gènes ont les qualités de leurs défauts …. Le gène à risque, très dangereux dans des conditions défavorables, devient protecteur dans des conditions favorables.

16 La différence entre les deux hypothèses En fait, les deux hypothèses ne diffèrent que sur un seul point: leffet dun environnement favorable sur les enfants porteurs du gène qui les rend vulnérables. Vulnérabilité : lenfant peut profiter des effets dun milieu favorable. Plasticité : lenfant peut profiter davantage que les autres dun milieu favorable.

17 Des résultats à lappui de lhypothèse de la plasticité Échantillon Groupe expérimental : 120 enfants agressifs ( 3 ans) et leur mère. Groupe témoin : environ le même nombre denfants. Intervention (1 an) Utilisation de vidéos visant à augmenter la sensibilité maternelle et les pratiques parentales positives. Mesures 1)Test dADN : présence ou non de lallèle 7- répétition du gène DRD4 2)CBCL (Achenbach, 1992) : comportements agressifs

18 Des résultats à lappui de lhypothèse de la plasticité Résultats 1)1/3 de léchantillon est porteur de lallèle-7 répétition DRD4 (test ADN). 2)Réduction de 16 % des scores dagressivité (CBCL) dans le groupe expérimental. 3) Réduction de 27 % des scores dagressivité (CBCL) chez les enfants porteurs du gène « sensible ». (Bakermans-Kranenburg et al., 2008)

19 En conclusion Contrairement à ce qui est souvent véhiculé dans le milieu scolaire, les gènes ne déterminent pas le sort des personnes. Lenvironnement influe de façon considérable sur le développement des enfants. Les interventions adéquates et bien ciblées auprès des populations vulnérables sont éminemment pertinentes et nécessaires. Les enfants les plus à risque ne sont pas condamnés, bien au contraire.

20 En conclusion Ces différents constats constituent dexcellentes nouvelles pour les parents et pour toutes les personnes qui oeuvrent auprès des enfants. Mais les interventions doivent être adéquates: il ne faut pas intervenir pour intervenir, mais bien pour obtenir des résultats positifs. Si la théorie de la plasticité est plus amplement appuyée dans les années à venir, elle devrait avoir une incidence sur la façon dont on considère les enfants qui présentent des comportements agressifs dans le milieu scolaire.

21 Références Bakermans-Kranenburg, M.J., Van IJzendoorn, M.H., Pijlman, F.T.A., Mesman, J., & Juffer, F. (2008). Differential susceptibility to intervention: Dopamine D4 Receptor Polymorphism (DRD4 VNTR) moderates effects on toddlers externalizing behavior in a randomized control trial. Developmental Psychology, 44, Dobbs, D. (2009). The science of success. The Atlantic, 12, Document téléaccessible à ladresse :


Télécharger ppt "Michèle Venet Université de Sherbrooke Génétique, environnement et développement."

Présentations similaires


Annonces Google