La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lunité des sciences du langage en arabe entre création terminologique et déformation lexicale Zina SIBACHIR Université dAlger La Néologie,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lunité des sciences du langage en arabe entre création terminologique et déformation lexicale Zina SIBACHIR Université dAlger La Néologie,"— Transcription de la présentation:

1 Lunité des sciences du langage en arabe entre création terminologique et déformation lexicale Zina SIBACHIR Université dAlger La Néologie, les corpus informatisés et les processus délaboration des langues de moindre diffusion Colloque annuel CNPLET/Laboratoire Paragraphe (Université Paris 8 et Université Cergy-Pontoise)

2 Plan Introduction 1.Néologie traductive et qualité en terminologie : éléments définitoires 2.Problématique 3.Cadre théorique 4.Analyse lexicographique des unités cibles Conclusion

3 Introduction Cette étude sinscrit dans le cadre de la terminologie traductive. Les unités terminologiques en arabe des sciences du langage, traduites à partir du français: les unités en français formées par préfixation dont les équivalents en arabe ont fait lobjet de néologie traductive. Critères de choix: néologie traductive et les fluctuations des signifiants terminologiques en langue arabe: Par exemple, lunité source interlangue, est traduite en langue arabe par trois néologismes, soit بينلسان bajnliѕa ː n بيلغة bajlu ɤ a ، et لغة بينية lu ɤ atun bajnijja. Situation de variation terminologique dans laquelle une unité du français a plus dun équivalent en arabe. Cette variation soulève la question de la qualité ou de ladéquation des unités terminologiques équivalentes. Il convient de préciser que dans notre communication, nous focaliserons sur la néologie terminologique comme moyen de traduction.

4 1. Néologie traductive et qualité en terminologie : éléments définitoires Les terminologues (Dubuc 1985 :111 ; Rey 1995 :64 ; Rondeau 1984 :122 ; Sager 1990 :79), saccordent sur un point selon lequel un néologisme est une unité lexicale qui a lair innovateur dans la langue. La divergence des points de vue réside dans la nature spécifique de lunité lexicale ou le genre particulier de la nouveauté: Rondeau (1984 :127) précise quil existe trois catégories de néologismes (néologismes de forme, néologismes de sens et emprunts), Rey (1995 :68-70) parle de trois différentes catégories, soit les néologismes formels (les emprunts), les néologismes sémantiques et les néologismes pragmatiques.

5 Deux types de néologie : 1.La néologie primaire est « celle où la formation dun nouveau terme, dans une langue précise, accompagne la formation dun nouveau concept…La situation typique dans laquelle se déroule…est la situation de travail (le laboratoire de recherche, la fabrication de nouveaux produits etc.…) » (Andien Hermans et Andrée Vansteelandt (1999 : 37). 2.La néologie traductive est « celle où le terme existe déjà dans une langue et où un nouveau terme est créé dans une autre langue…Le contexte classique de [celle-ci] est la traduction.. »

6 La néologie que nous abordons dans notre étude est la néologie dénominative. Selon notre approche, la notion de la néologie peut être décrite comme étant la création dun nouveau terme par un traducteur. Notion de la qualité en terminologie soulève, dune part, la problématique de ladéquation des unités terminologiques du français avec les unités équivalentes de larabe et dautre part, la question de la formation adéquate des unités cibles. 2. Problématique La question consiste à savoir si les principes de création terminologiques auxquels ont répondu les néologismes (équivalents) en arabe sont en faveur de ladéquation entre les unités équivalentes ? Et jusquà quel point la terminologie équivalente permet-elle la communication des idées et la transmission du savoir scientifique ? Rondeau (1984:64): le terme doit répondre à trois critères (biunivocité, monoréférentialité et lappartenance à un domaine). Kocourek (1991:41): la précision sémantique, léconomie formelle et sémantique, lunivocité et la neutralité émotive. Fonction dénominative= « sans ambigüité »

7 3. Cadre théorique Hypothèse: existence dune équivalence terminologique entre les unités des deux langues. Lécole de Lyon (Béjoint et Boisson 1996, Thoiron et Béjoint 1998) pose lhypothèse dune corrélation nécessaire entre la structure du signifiant terminologique et celle du concept. La relation de biunivocité qui unit ces deux éléments favorise lanalyse du concept à partir dune décomposition du signifiant. Le terme=une dénomination (signifiant terminologique) La structure morphologique du terme est constituée déléments de nomination. « Un concept peut être décrit comme étant constitué déléments plus petits (les traits conceptuels).

8 De même quun concept est divisible en traits conceptuels, on peut considérer quun terme est constitué déléments de nomination, eux-mêmes composés de un ou plusieurs morphèmes de sorte quil existe une hiérarchie : Terme-éléments de nomination-morphème… » (Thoiron, Béjoint et Boisson 1996:513). Motivation terminologique: en morphologie dérivationnelle (Corbin, 1987), la possibilité de dériver le sens attesté à partir du sens prédictible. Ecart entre les deux sens= opacité Lien unissant le sens prédictible (signifiant terminologique) et valeur référentielle. Petit (2003:236): « valeur référentielle est ce que les définitions de dictionnaires renseignent en décrivant le référent standard associé à lunité. »

9 3. Analyse lexicographique des unités cibles Stabilité du sens terminologique: approche lexicographique Le terme interlangue: « employée dans deux domaines très différents : la didactique des langues étrangères et lanalyse du discours » Dans le premier sens, elle renvoie à « la « langue » utilisée par des apprenants qui ne maitrisent pas encore une langue étrangère ; cest une réalité provisoire et instable, entre deux langues, mais dont on postule quelle a une relative cohérence » Dans le deuxième sens, elle est liée à la notion du code langagier. Par conséquent, cette dernière « résulte dune détermination de linterlangue, c'est-à-dire de linteraction des langues et des registres ou des variétés de langue accessibles…dans une conjoncture déterminée… » (Charaudeau et Maingueneau 2002)

10 Néologisme بينلسان bajnaliѕa ː n (Mhiri 2008): construction morphologique étrange à la langue arabe. A lorigine, lunité lexicale était un syntagme بين لسان bajna liѕa ː n (Litt. Entre langue). Elle est constituée de deux éléments de nomination, soit بين bajna (Litt. Entre) et le substantif لسان liѕa ː n (Litt. Langue). Le traducteur a formé, par agglutination, une seule unité lexicale à partir de ses deux éléments: une unité hybride qui garde le sens véhiculé de lunité dorigine sans répondre, aux procédés linguistiques classiques de la langue arabe. Cette unité relève de la néologie de forme.

11 Lattrait quà exercé le signifiant de la langue source dans la traduction de cette unité car بين لسان bajna liѕa ː n (Litt. Entre langue) est une forme de calque du signifiant terminologique de lunité interlangue. Le sens prédictible du signifiant terminologique de la forme بينلسان bajnliѕa ː n véhicule linformation entre langue. La structure morphosémantique nest pas opaque et garde le sens du syntagme de lorigine. En comparant ce néologisme au syntagme بين لسان bajna liѕa ː n (Litt. Entre langue), nous nous rendons compte que sa structure morphosémantique composée dun seul élément hybride peut lui permettre davoir un statut terminologique. Construction est productive et permet, selon le même modèle, la création dunités terminologiques brèves (construites dun seul élément de nomination) qui donnent à lire un caractère du sens référentiel: par exemple interdiscours : بينخطاب bajn ϰ i a ː b (Litt. Entre discours) et interpersonnel : بينشخصي bajn ʃ a ϰ si ː (Litt. Entre personnel) etc. (Mhiri 2008)

12 Le néologisme بيلغة bajlu ɤ a (Fehri 2009) est un néologisme construit selon le procédé appelé النحت alnaht (Litt. Le taillage). Al ϰ ali ː l lappèle التركيب altaгki ː b (Litt. La composition) et certains traditionnalistes lui donnaient le nom de الاختزال و التركيب altaгki ː b ωa ali ϰ tiza ː l (Litt. La composition et la réduction). Ibn fa ː гiѕ dit en parlant du alnaht « Prend deux mots (ou plus) et modèles en un nouveau à partir de ces derniers, il contiendra une part de chacun deux. » Aѕa ː lih ѕubhi (1997 :244). Par exemple, la phrase لا حول و لا قوة إلا بالله la ː aωla ωa la ː quωata ila ː bila ː h (Litt. Il nya ni force ni capacité qui ne vienne dAllah), est centaurisée et devient حوقلة aωqala. ce procédé qui « résulte de la formation dun syntagme sémantique correspondant au regroupement de certains morphèmes de mots composant une certaine phrase…nobéit à aucune règle paradigmatique, mais elle suit la stylistique de la langue arabe. » J. Baudouin (2006 :146).

13 Le traducteur a supprimé une lettre du nom circonstant بين bajna (Litt. Entre) et il a regroupé le syntagme pour former une unité à un seul élément. Le néologisme est valable sur le plan morphologique car il est formé selon un procédé de création lexicale de la langue arabe. Linconvénient de ce regroupement réside dans le fait quil a donné lieu à une unité lexicale opaque sur le plan sémantique. Lopacité de la structure sémantique de ce néologisme peut rendre sa condition de terminologisation contraignante. Le signifiant terminologique de ce néologisme manque de motivation qui est, en principe, une condition importante dans la création des unités terminologiques et de leur ladoption.

14 Conclusion La conciliation entre la forme et le contenu dans le domaine de la néologie dénominative na pas été une tâche facile. La difficulté réside, dune part dans les contraintes et les restrictions que la langue arabe impose et dautre part, dans le domaine de la métalangue qui est un de ceux où les unités terminologiques sont les moins stabilisées. La caractéristique de restriction est propre à toute langue car « la linguistique a démontré que les langues nopèrent pas la même structuration de la réalité référentielle et cela se vérifie dans la langue commune. Les langues de spécialité sont, bien évidemment, assujetties à la même loi et lunivocité demeure un idéal. Ainsi, si la traduction était fondée sur une stricte analyse linguistique, il faudrait en conclure à limpossibilité de traduire car seul un hasard ferait coïncider les termes dune langue à une autre. » (Casas 2009:139)

15 La motivation est une condition importante. Le lien qui peut exister entre le sens prédictible et le sens référentiel dun signifiant terminologique donne à une unité une valeur cognitive et facilite laccès au sens terminologique. Le rôle dune terminologie est dassurer la communication scientifique: vérification de la légitimation. Le recours au procédé du naht ne doit pas être au détriment de la condition de motivation. Ne pas écarter totalement le procédé mais prendre en considération ses limites.


Télécharger ppt "Lunité des sciences du langage en arabe entre création terminologique et déformation lexicale Zina SIBACHIR Université dAlger La Néologie,"

Présentations similaires


Annonces Google