La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Risques liés à la profondeur Accidents biochimiques gestion du froid Françoise et Jacques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Risques liés à la profondeur Accidents biochimiques gestion du froid Françoise et Jacques."— Transcription de la présentation:

1 Risques liés à la profondeur Accidents biochimiques gestion du froid Françoise et Jacques

2 Risques liés à la profondeur Les limites physiologiques de la plongée à lair Le froid Lessoufflement La toxicité neurologique des gaz inertes La saturation Les effets potentialisateurs Lhypoxie hyperoxie Les limites techniques Le matériel Lautonomie dune plongée

3 Les accidents biochimiques sont liés à la composition de lair inspiré sexpliquent par la loi de DALTON Composition de lair: Azote (N2) % Oxygène (O2) % Argon (Ar) % Gaz carbonique (CO2) % Gaz rares 0.003%

4 Loi de DALTON La pression partielle dun gaz dans un mélange est la pression quaurait ce gaz sil occupait seul le volume totale La somme des pressions partielles constituant un mélange gazeux est égale a ̀ la pression totale du mélange P abs = PP La pression partielle dun gaz dans un mélange est égale au produit de la pression totale du mélange par la concentration ( pourcentage) de ce gaz dans le mélange PPdun gaz = Pabs x % du gaz

5 Conséquences de la loi de DALTON Pp avec la profondeur => risque daccidents Définition du seuil de toxicité des gaz ( O2 ; N2) et des profondeurs max Elaboration des mélanges gazeux (nitrox trimix) Principe de loxygénothérapie hyperbare

6 Accidents liés au CO2 Essoufflement Le plus fréquent Définition: Manifestation physique dune augmentation de la PP de CO2 dans lorganisme Mécanisme: PPCO2 augmente ==> FR et amplitude des mvts respiratoires (pour évacuer le co2) Si cela est insuffisant, lorganisme semballe, le cerveau donne lordre de respirer encore plus, ce qui se traduit par un temps expiratoire trop court donc une mauvaise évacuation du CO2 PPco2 Alors quil faut expirer tous nos sens nous demandent dinspirer

7 Mécanisme de lessoufflement

8 Mauvais lestage

9

10 CAT Le plongeur: cesser tout effort ++ -> prendre appui si entre 10m et 20m -> remonter de qq m au delà pour la PP co2 -> se raisonner et se forcer a ̀ expirer Le coéquipier: -> Porter assistance -> Calmer le plongeur et lui faire le geste dexpirer -> Vérifier le manomètre -> Mettre fin a ̀ la plongée -> Être vigilant sur la vitesse de remontée et augmenter le temps de palier -> Sur le bateau si nausées et maux de tête : considérer comme un ADD

11 Accidents liés au N2:NARCOSE Définition: Cet accident est souvent appelé "ivresse des profondeurs". La narcose apparait a ̀ des profondeurs variables selon lindividu et selon le contexte. Les troubles peuvent être perçus a ̀ partir de 30 m. Au-delà ̀ de 60 m, tous les individus sont plus ou moins narcoses. · Mécanisme: Augmentation de la PP N2 (azote) ·Les gaines de myéline des neurones étant adipeuse (lipides) se chargent dazote plus facilement que les autres tissus et de ce fait la conduction des influx nerveux est ralentie. Signes: Troubles de lhumeur: - Sentiment d'euphorie ou d'anxiété · Troubles de lattention: Accentuation du dialogue intérieur, impossible de se concentrer · Troubles de la mémoire immédiate: consultation incessante des instruments · Troubles du raisonnement et des facultés intellectuelles: Comportement irraisonnée (lâcher d'embout, arrachage du masque) Troubles de la perception: hallucinations auditives et visuelles Désorientation temporo-spatiale -Troubles psychomoteurs: perte de lhabileté manuelle -Perte de connaissance

12 Facteurs aggravant: · Augmentation PPCO2 effort Stress, froid, eau trouble, manque de lumière descente en pleine eau sans repère visuel Retournement brusque au delà de 30 m vitesse de descente rapide sensibilité de chaque individu certains médicaments

13 Prévention: Pas de plongée profonde en début de saison ou si fatigue ou anxiété Ne pas dépasser ses limites habituelles sans être accompagne par un plongeur expérimenté matériel en bon état et approprié (taille et isolation thermique) réduire la vitesse de descente surtout au delà de 30 m repères visuels si possible bonne condition physique et psychique

14 CAT Porter assistance en assurant sa propre sécurité si agitation Remonter d'une dizaine de mètres pour baisser le taux de N2 se tenir près pour un sauvetage éventuel arrêter la plongée

15 Accidents liés à lO2 hyperoxie 2 lois importantes -effet Lorrain-Smith (toxicité pulmonaire): des séjours hyperbares supérieurs à 2 heures sous O 2 pur avec une pression partielle supérieure à 0.5 bar, -effet Paul Bert (toxicité nerveuse): des séjours sous mélanges contenant une pression partielle dO 2 supérieure à 1.4 bar (+ 60 mètres) ou paliers à lO 2 (+ 6mètres) ou mélange Nitrox Exemple plongée a ̀ lair a ̀ 60m->7Bar de PA=>0.2x7=1.4b plongée Nitrox 40 a ̀ 30m->4b de PA=>0.4x4=1.6b

16 Effet Paul Bert Signes: Vision double, réduction du champ de vision (effet tunnel) Contractions musculaires involontaires Crampes Crise de type épileptique en 3 phases : - phase tonique : contraction intense des muscles - phase clonique : secousses musculaires, morsure de la langue - phase résolutive : inertie, endormissement, reprise de la conscience mais amnésie de la crise

17

18 Prévention contrôle teneur en O2 du mélange identification précise des bouteilles Nitrox Respect stricte de la profondeur Max

19 hypoxie Définition: PpO2 < 0.16 b beaucoup plus rare Mécanisme: Ppo2 ventilation, si inefficace => des ressources en O2 de lorganisme => Causes: gaz appauvri en O2 syncope hypoxique sur recycleur syncope hypoxique et Trimix syncope en apnée ++: par hyperventilation

20 Signe : PDC brutale sans prodrome Cas particulier de la « SAMBA »: perte de contrôle moteur sans PDC CAT : comme devant toute PDC Prévention : surtout pour Apnée Jamais dapnée seul Pas dhyper ventilation avant une apnée Récupération entre deux apnée Ne pas aller au delà de ses limites lestage adapte en apnée (flottabilité positive dans les derniers mètres) Sécurité surface capable de descendre a ̀ la même profondeur que lapneiste

21 LINTOXICATION A LAIR VICIE Les causes : -lair de la bouteille pollué pendant le gonflage Les symptômes : -pour le plongeur : bouche pâteuse ou sèche, goût anormal, céphalée, vertige, nausée sensation de manque dair, détouffement, essoufflement -pour les témoins : respiration anarchique et courte, agitation, expression de panique ou épuisement apparent La conduite à tenir : -arrêt immédiat de tout effort, recherche brève dun point dappui éventuel, assurer la ventilation de la victime (détendeur de secours), la rassurer en la remontant doucement, fin de la plongée Les préventions : -station de gonflage entretenue et bien installée -personnel au gonflage qualifié et attentif -visite interne du bloc (condensât, rouille, produits de nettoyage) -signaler tout goût anormal de lair respiré

22 Le Froid Generalites: Lhomme est Homéotherme => doit maintenir sa T° centrale autour de 37°c Dans leau nous nous refroidissons 25x plus vite que dans lair Neutralité thermique: o dans lair = 25°c o dans leau = 33°c le froid est donc un facteur limitant la durée de plongée

23

24 Le froid Les signes : o perte de sensibilité au niveau des extrémités (mains pieds) o envie duriner (mais pas seulement du ̂ au froid) o Frissons voir tremblements involontaires o augmentation de la FR (donc de la conso dair) o crampes o desintere ̂ t pour la plongée o A un stade plus avance: confusion mentale, hallucinations, baisse de TA, trouble du rythme cardiaque PDC puis mort par FV

25 Les facteurs favorisants Morphologie Fatigue T° de l eau Profondeur ( compression du néoprène) Les mouvements sous leau +++ (surtout si combi humide)

26 Prévention Combinaison adaptée a ̀ la T° et près du corps Salimenter avant la plongée (sucre lent e lipides) ATT!: pas dalcool se protéger du froid avant la plongée éviter les mouvements sous leau limiter le temps de plongée en eau froide 6) entretenir une bonne forme physique

27 CAT sous leau: signaler au coéquipier que lon a froid interrompre la plongée remontée lente augmenter le temps de palier ( froid => ADD) en surface ou sur le bateau : - déséquiper le plongeur - sécher et réchauffer sans frictionner ( risque cardiaque) mettre des vêtements chauds - protéger du vent - allonger sur une couverture - faire boire une boisson chaude et sucrée ( surtout pas dalcool ) le réchauffement doit toujours être progressif+++ (1°c par heure) rester vigilant ( ADD)

28 En bref La profondeur, en plongée, multiplie les risques daccidents; les accidents biochimiques augmentent avec la pression, le froid, la narcose, lessoufflement sont souvent concomitants et peuvent entrainer des ADD avec de graves conséquences. Il est important de ne pas se surestimer et de surveiller ses coéquipiers lors des plongées profondes

29 FIN


Télécharger ppt "Risques liés à la profondeur Accidents biochimiques gestion du froid Françoise et Jacques."

Présentations similaires


Annonces Google