La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

De la grande section décole maternelle au cours préparatoire Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de lEducation nationale Nouméa, 4 août 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "De la grande section décole maternelle au cours préparatoire Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de lEducation nationale Nouméa, 4 août 2010."— Transcription de la présentation:

1 De la grande section décole maternelle au cours préparatoire Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de lEducation nationale Nouméa, 4 août 2010

2 2 Plan de lexposé 1 – La grande section et sa double appartenance : quelques éléments décisifs 2 – Le cours préparatoire : une année déterminante 3 – Organiser la continuité de lécole maternelle à lécole élémentaire

3 3 1. La GS et sa double appartenance : quelques éléments décisifs 1.1. La fin dun cycle : des aboutissements Langage (même si lapprentissage continuera) Essentiel : le langage dévocation Récit (ou explication) : pour lenfant, gérer son rapport aux événements racontés (expliqués), son rapport aux interlocuteurs, son rapport à la langue Importance de la qualité du langage, au-delà de la capacité dévocation ; vocabulaire et syntaxe Liens avec la dictée à ladulte (clé = capacité à transformer un énoncé oral en texte écrit)

4 4 1. La GS et sa double appartenance : quelques éléments décisifs 1.1. Fin dun cycle : des aboutissements / suite Entrée dans la culture écrite Distinction entre loral et lécrit (stabilité ; construction particulière). Distinction des livres et autres supports, des « histoires » et autres textes. Connaissance des fonctions de divers écrits. Mémoire de plusieurs textes : capacité à restituer le sens global, à situer des personnages ; capacité à redire de mémoire des textes courts ou des extraits.

5 5 1. La GS et sa double appartenance : quelques éléments décisifs 1.1. Fin dun cycle : des aboutissements / suite Découverte du monde : quantités et nombres Essentiel : le « principe de cardinalité » Connaissance de la suite des nombres Utilisation de la suite des nombres pour la quantification (quantité distinguée de la position ; cardinal // ordinal) Calculs en situation // premiers problèmes numériques (sans symbolisme ni techniques)

6 6 1. La GS et sa double appartenance : quelques éléments décisifs 1.1. Fin dun cycle : des aboutissements / suite Devenir élève : Lenfant, être social : il a appris à vivre avec les autres Sait se faire reconnaître comme personne, mobilise les richesses du groupe, respecte les contraintes. Lenfant « apprenant » : il sait apprendre avec les autres A ttitudes à stabiliser : pilotage de lattention, écoute orientée, capacité à « se synchroniser » (frustrations), mobilisation de son intelligence (chercher à comprendre) Compréhension des attentes (souvent implicites) de lécole : ce que cest quapprendre en situation scolaire

7 7 1. La GS et sa double appartenance : quelques éléments décisifs 1.2. Entrée dans un cycle : des commencements Les débuts de létude de la langue Première exploration des relations entre oral et écrit à léchelle des mots : correspondances entre mot à loral et mot à lécrit // conscience du mot ; syllabes, sons et lettres (discrimination et correspondances). Construction dune attitude déterminante pour la suite de la scolarité : pouvoir prendre la langue comme objet détude.

8 8 1. La GS et sa double appartenance : quelques éléments décisifs 1.2. Entrée dans un cycle : des commencements / suite Les débuts de lécriture Entrée dans la compréhension de la relation entre forme et sens Respect de normes (tracés, trajectoires, gestes) : exigences possibles si entraînements graphiques antérieurs et selon maturité individuelle

9 9 1. La GS et sa double appartenance : quelques éléments décisifs 1.2. Entrée dans un cycle : des commencements / suite Devenir élève : des conditions dapprentissage qui évoluent Importance des consignes collectives ; vocabulaire des activités scolaires devenant pleinement fonctionnel Importance des activités dirigées (jeux et exercices), des « entraînements » Importance dune autonomie dans lorganisation (gestion de lespace de travail en particulier)

10 10 1. La GS et sa double appartenance : quelques éléments décisifs 1.3. La GS, une classe de lécole maternelle Une classe où il ny a pas dhoraires disciplinaires prescrits : le rythme de lécole maternelle. Une classe où lon pratique quotidiennement des activités physiques et des activités artistiques. Une classe où lon peut encore jouer. Une classe où les enfants ont un statut de « GRANDS ».

11 11 2. Le CP : une année déterminante 2.1. Le CP, la première classe de lécole obligatoire Une classe où les enfants redeviennent des « PETITS ». Une classe où il y a des horaires disciplinaires prescrits : un rythme plus contraint, des récréations plus courtes. Une classe où il y a des domaines disciplinaires prescrits : se faire une obligation de respecter des équilibres dans les activités (place des activités physiques et des activités artistiques à ne pas négliger). Une classe où les élèves doivent faire preuve dautonomie dans lorganisation de leurs affaires et de leur travail. Une classe où lon ne peut ignorer ce qui sest fait avant.

12 12 2. Le CP : une année déterminante 2.2. Lapprentissage de la lecture : un équilibre Apprendre à déchiffrer : maîtrise du code et de la combinatoire Apprendre à comprendre : faire travailler des stratégies pour que les élèves apprennent à « découvrir des textes » avec méthode ; travailler la compréhension sur des écrits variés (ne pas se limiter à la forme narrative ; lire dans tous les domaines) ; varier les formes de vérification de la compréhension : rappel, reformulation, résumé, transposition, réponse à des questions, etc. (danger des questionnaires qui favorisent le grappillage dinformations). en français, travailler des textes que les élèves ne pourraient pas lire en autonomie et continuer à faire ensemble et oralement ce quil faudra que chacun parvienne à faire seul, silencieusement.

13 13 2. Le CP : une année déterminante 2.3. Lapprentissage de lécriture : deux dimensions Parvenir à la maîtrise du geste graphique : acquisition du geste sûr, fluide et rapide Sexprimer à lécrit : production écrite avec dictée à ladulte et en autonomie ; privilégier les écrits courts et fréquents, avec des méthodes de travail qui rendent les élèves conscients des constituants de la production. ENJEU MAJEUR : lentrée dans la production écrite autonome sur la base dun « bon oral » qui doit être encore travaillé. Lécriture ne sapprend que si elle se pratique.

14 14 2. Le CP : une année déterminante 2.4. Les débuts de létude de la langue De lapproche implicite en relation avec lapprentissage de la lecture et de lécriture : Découverte de "variations" orthographiques (accords, morphologie verbale) : prise de conscience de leur signification (lécrit nest pas que notation de sons) Première approche de la phrase (découverte de la ponctuation ; lecture à haute voix ; production de textes) Conscience des classes de mots (classements ; substitutions ; environnement…) Usage de quelques temps verbaux Vocabulaire ; mots nouveaux reliés à dautres à une première étude explicite (structuration, mémorisation, applications).

15 15 2. Le CP : une année déterminante 2.5. Lentrée dans létude des mathématiques Le monde des nombres et du calcul Connaître les 100 premiers nombres (écarts oral/écrit) et comprendre le système de numération de position décimal. Les relations entre les nombres Comprendre et compter des opérations (+ ; -) Raisonner : traiter des problèmes La géométrie Positions relatives, figures : nommer Tracer, reproduire des figures : maîtriser des techniques Les grandeurs et mesures Grandeurs : temps, longueurs ; monnaie : premières connaissances Raisonner sur des mesures : traiter des problèmes usuels

16 16 2. Le CP : une année déterminante 2.6. Quelques éléments de pédagogie générale Objectif = des acquisitions stables, irréversibles. Automaticité de certaines connaissances : connaissances déclaratives ; récupération directe en mémoire ; pas de transfert. Automatismes : concernent des connaissances procédurales ; traitements exécutés sans contrôle cognitif sur le déroulement des opérations ; transferts. Une variable déterminante pour la réussite scolaire = écrire beaucoup. Cahiers et classeurs (fichiers à bannir) : progressivité des exigences et quantité décrit (formes variées, y compris essais, écrits intermédiaires). Gestion du temps De lannée : ménager des temps de révision / consolidation ; libérer du temps pour lentraînement : faire « fonctionner » ce que lon vient dapprendre en intégrant les éléments nouveaux aux éléments acquis antérieurement (rebrassage). De la semaine : phases cognitive et associative de lapprentissage : mieux vaut des séances plus courtes mais plus fréquentes que lheure hebdomadaire.

17 17 3. Organiser la continuité Maternelle / Elémentaire Esprit dans lequel travailler : ne pas gommer les ruptures, en adoucir les conséquences Favoriser la continuité du parcours scolaire Veiller à la continuité méthodologique (étude de la langue surtout) Transmettre des informations via les livrets scolaires (attention à linflation ! Cerner les informations utiles) Transmettre des informations sur les aides apportées et celles qui paraissent encore nécessaires ; prévoir la continuité si nécessaire

18 18 3. Organiser la continuité Maternelle / Elémentaire 3.2. Assurer la communication sur les activités réalisées, le « bagage » dexpériences des élèves Transmettre des informations sur le capital des mots-références, sur le lexique travaillé, sur le parcours réalisé dans les réalités sonores de la langue, sur les comptines, chansons, et poèmes appris, sur les ouvrages de littérature de jeunesse et les textes travaillés ou rencontrés, les sujets détude explorés en sciences, les domaines dactivités sportives explorés, sur projets vécus, etc. Transmettre des " traces" matérielles : affichages de la classe, cahiers de référence, objets fabriqués, etc.

19 19 Conclusion : éviter absolument … Côté Ecole maternelle, de se laisser imposer un «programme» par le CP pour « préparer » les élèves selon (à) une méthode, un outil (ex : manuels de lecture). Côté Ecole élémentaire, de considérer que les élèves qui nont pas tous les acquis attendus en fin décole maternelle sont des élèves en difficulté (travail à poursuivre, reprendre, approfondir).


Télécharger ppt "De la grande section décole maternelle au cours préparatoire Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de lEducation nationale Nouméa, 4 août 2010."

Présentations similaires


Annonces Google