La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Why Central Paris is rich and Downtown Detroit is poor? A Laboratory Experiment –Laurent Denant-Boemont – Henri Busson– CREM –Université de Rennes 1; Contact:

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Why Central Paris is rich and Downtown Detroit is poor? A Laboratory Experiment –Laurent Denant-Boemont – Henri Busson– CREM –Université de Rennes 1; Contact:"— Transcription de la présentation:

1 Why Central Paris is rich and Downtown Detroit is poor? A Laboratory Experiment –Laurent Denant-Boemont – Henri Busson– CREM –Université de Rennes 1; Contact: La question de la localisation suivant le revenu est une question centrale en économie urbaine. Ainsi la structures de villes nest pas la même de part et dautres de lAtlantique. Les ménages riches se situent majoritairement en banlieue aux Etats-Unis et plutôt en centre ville dans la plupart des villes Françaises. Pour mettre en évidence ce phénomène, le modèle théorique dAlonso est souvent utilisé comme référence. Mais cest un modèle qui a été très peu testé expérimentalement et jamais dans un cas où les revenus des agents ne sont pas homogènes. Ainsi on ne sait pas si les facteurs dexplication de localisation mises en avant par ce modèle permettent effectivement de retrouver ces différentes configurations. Le but de lexpérience est donc de tester les prédictions théoriques du modèle dAlonso et de retrouver les deux configurations différentes (ménages en centre ville ou en banlieue) suivant les valeurs des paramètres. Modèle dAlonso et travaux précédents Le modèle dAlonso met laccent sur deux variables pour expliquer la distance du centre ville à laquelle les ménages achètent leur logement : la première est le coût dopportunité du temps. Tous les jours un ménage se déplacera jusquau centre ville où se situe son lieu de travail. Si le coût dopportunité du temps est élevé, plus le ménage sera incité à vivre en centre ville. Sil se situe loin du centre ville, le temps passé à travailler sera plus faible dû à des déplacements plus longs et cela constituera une perte de revenus. Lautre variable mise en jeu est la volonté de vivre dans une grande maison. Les logements sont moins chers en banlieue et donc à prix égal on peut avoir une maison beaucoup plus grande si on se situe loin du centre ville. Cest le rapport de ces deux forces qui constitue le choix de localisation. Si on note t le coût dopportunité du temps et q la taille de la maison souhaitée, alors cest le rapport t/q qui va dicter le choix de localisation. Si t/q est le plus élevé pour les pauvres par rapport au t/q des ménages riches alors ces derniers iront en banlieue et sil est moins élevé ils iront en centre-ville. A notre connaissance le modèle dAlonso na été testé quune seule fois et dans une version extrêmement simplifiée, avec un seul type de ménage (niveau de revenus homogènes). Conclusion Nous remercions les étudiants qui ont participé à notre expérience ainsi que léquipe du LABEX pour nous avoir aidé à la mettre en place. Protocole expérimental Il y avait 8 étudiants par groupe ( 4 avec une dotation élevée (riches) et 4 avec une dotation plus faible (pauvres)). Il y avait 8 enchères par partie. A chaque fois, les étudiants devaient indiquer lenchère quils étaient prêts a mettre pour pouvoir acheter à la distance donnée et aussi la taille de la maison quils souhaitaient. La plus forte enchère gagne (ils sagissaient dune enchère au second prix). Si le gagnant a acheté une maison de taille 3, la distance au centre ville pour la prochaine enchère augmente elle aussi de 3 pour les prochains participants. Le gain des étudiants est calculé de la façon suivante : Gain = Dotation – Cout de transport par unité * distance au centre ville – Couts dadministration – prix par unité * taille de la maison. Les couts dadministration correspondent en réalité à la consommation quun ménage est censé avoir. Sils paient plus pour la maison alors ils pourront moins consommer dautres produits. Lutilité des étudiants a été fixée de manière exogène pour déterminer la consommation quils auraient eu. Résultat 1 – La structure des villes est retrouvée suivant la valeur des paramètres On retrouve bien les prédictions théoriques, suivant les différentes valeurs de t/q. Lorsque les ménages riches ont un t/q plus élevé, ils se situent majoritairement en centre ville et inversement. Résultat 2 – Le prix est bien décroissant lorsque lon séloigne du centre ville Cest un des résultats central du modèle dAlonso : lorsque lon séloigne du centre ville, le prix des logements est moins élevé pour compenser la hausse des coûts de transport. A léquilibre, lutilité des ménages doit être la même partout dans la ville. Léloignement par rapport au centre ville fait baisser lutilité dun ménage donc pour quelle soit égale avec ceux habitants en centre ville, les prix des loyers doivent baisser. Le modèle dAlonso navait jamais été testé de façon aussi complète. En abscisse la distance au centre ville et en ordonnée les enchères des étudiants. Les triangles correspondent aux enchères des riches et les ronds aux enchères des pauvres. La ligne noire correspond aux enchères théoriques des pauvres et la ligne verte correspond aux enchères théoriques des riches. Comme on le voit, sur le premier graphique, les pauvres ont tendance à donner des enchères plus élevés pour des distances faibles et inversement sur le second graphique. Les enchères sont bien de moins en moins élevées avec la distance comme prédit par le modèle dAlonso. Lexpérience est considérée comme un succès. La validité des prédictions théoriques du modèle dAlonso a été confirmée, les deux variables t et q permettent dobserver les différentes structures des villes observées. La décroissance du prix avec la distance a été elle aussi retrouvée. Néanmoins, certains faits constatées ne collent pas avec la théorie comme les différences denchères des pauvres selon les traitements. A lavenir lexpérience pourra être encore étendu et complexifiée avec lintroduction daménités. Ces dernières constituent un troisième facteur qui peut expliquer les différences de localisation entre les villes. Il sagit de biens publiques, culturels, de parcs (qui sont très présents à Paris par exemple) qui jouent en faveur dune localisation en centre ville des riches qui valorisent ces biens de manière plus forte que les pauvres. Prédictions théoriques Voici les prédictions théoriques pour les enchères. Le premier graphique représente les enchères pour le cas de la ville européenne ( où les riches donnent des enchères plus élevées en centre ville). Le second représente la ville us où linverse se produit. En bleu, les enchères des riches et en rouge celles des pauvres.


Télécharger ppt "Why Central Paris is rich and Downtown Detroit is poor? A Laboratory Experiment –Laurent Denant-Boemont – Henri Busson– CREM –Université de Rennes 1; Contact:"

Présentations similaires


Annonces Google