La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Quelle éducation au plurilinguisme en Suisse? Intervention dans le cadre de la 1ère Journée académique du FLS Marinette Matthey, Grenoble 3, LIDILEM.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Quelle éducation au plurilinguisme en Suisse? Intervention dans le cadre de la 1ère Journée académique du FLS Marinette Matthey, Grenoble 3, LIDILEM."— Transcription de la présentation:

1 Quelle éducation au plurilinguisme en Suisse? Intervention dans le cadre de la 1ère Journée académique du FLS Marinette Matthey, Grenoble 3, LIDILEM

2 Une Suisse quadrilingue? Lüdi, Georges De la Suisse quadrilingue à la Suisse plurilingue : Bases démographiques, modèles de développement et problèmes de gestion. DiversCité Langues. En ligne. Vol. III. Disponible à

3 Evolution du pourcentage des locuteurs des 4 langues nationales allemandfrançaisitalienrétho- romanche ,8%22%6,7%1,2% ,9%18,1%11,9%0,8% ,7%20,4%6,5%0,5% En 2002, 9% de la population déclare comme langue principale une autre langue quune langue nationale

4 Quelques langues non nationales en nombre de locuteurs serbe et croate albanais portugais espagnol turc arabe anglais

5 Maintien de la langue dorigine en 2002… 20% des Espagnols 31% des Portugais 35% des Turcs 42% des ressortissants de lex- Yougoslavie… … déclarent leur langue dorigine comme langue principale

6 Education au plurilinguisme: de quoi parle-t-on? 1.Les langues étrangères enseignées à lécole 2.Les besoins spécifiques des élèves dont les parents sont migrants 3.Léducation au plurilinguisme comme éducation interculturelle

7 1. Les langues étrangères enseignées à lécole « Une capacité essentielle, un objet dapprentissage fondamental » (CDIP 2004) « Le langage est une capacité essentielle de lêtre humain. Il constitue une clé de son identité personnelle et culturelle et rend possible la communication et lintégration sociale. Le langage est dune importance déterminante pour tous les processus dapprentissage et, de ce fait, pour une participation pleine et active au monde de lécole comme à celui du travail et pour permettre dapprendre tout au long de la vie. La promotion des compétences linguistiques, dans la langue première et dans les langues étrangères, constitue un objectif fondamental de la formation, dont latteinte est facilitée par un apprentissage dès le plus jeune âge »

8 Décision de lassemblée plénière de de la CDIP (25 mars 2004) Lenseignement et lapprentissage des langues au cours de la scolarité obligatoire poursuivent un objectif ainsi articulé: a)grâce à des mesures de promotion et dencadrement conséquentes dès le début de la scolarité, les élèves construiront et approfondiront leurs compétences dans la langue nationale locale (langue standard); b) les élèves développeront des compétences dans une deuxième langue nationale au moins; le rôle et la fonction de celle-ci dans un pays plurilingue ainsi que des aspects culturels seront particulièrement pris en compte;

9 Décision du 25 mars 2004 de la CDIP(suite) c) les élèves développeront des compétences dans la langue anglaise; d) les élèves recevront la possibilité de développer des compétences dans dautres langues nationales; e) les élèves pourvus dune langue maternelle étrangère auront la possibilité de consolider cette compétence linguistique initiale.

10 2. Les besoins spécifiques des élèves dont les parents sont migrants Un changement dattitude marqué entre les années et la période actuelle Le retour à lassimilation sous couvert du renforcement de lintégration?

11 Georges Lüdi (1998, op.cit.) culturellement, un plurilinguisme et pluriculturalisme bien planifi é constitue un enrichissement certain pour la soci é t é d'accueil; é conomiquement, l'enseignement bilingue n'est pas vraiment plus cher que la « submersion » (Cummins 1994); par contre, le renforcement de la langue d origine (LO) m è ne à des r é sultats scolaires bien meilleurs et augmente ainsi le degr é de formation et la comp é titivit é internationale de la soci é t é d'accueil tout en limitant simultan é ment sensiblement les co û ts sociaux du chômage et de la criminalit é dus au manque d'instruction (Grin 1994); politiquement, une telle solution serait bien plus é quitable et repr é senterait un acte de solidarit é vis- à -vis des « nouvelles minorit é s ».

12 Programme UDC, 2008 « Partout où cela est nécessaire, les enfants de langue étrangère doivent recevoir un enseignement à part afin de ne pas abaisser les prestations et la qualité des classes régulières. Les parents concernés doivent participer financièrement à cet enseignement ».

13 Le Matin Dimanche, 25 mai 2008 « [Des] politiciens s'attaquent à un problème lancinant: celui de la proportion, dans les classes de l'école publique, des élèves qui ne maitrisent pas la langue du pays. En Suisse romande: le français. Dans l'esprit de beaucoup de parents d'élèves, les classes où la proportion d'élèves non francophones est trop élevée constituent un handicap. Le niveau général de la classe s'en ressentirait. Il serait tiré vers le bas. Ce sentiment est-il vérifiable? Existe-t-il des études, des statistiques, des comparaisons qui pourraient contribuer à se faire une idée objective? C'est la première étape du débat ».

14 La recette de lUDC: « La langue avant lécole » « LUDC veut en finir avec la vision angélique du multiculturalisme (…). Son crédo « la langue avant lécole » signifie que les enfants étrangers devront maitriser un idiome avant dentamer leur scolarité en Suisse ». (SonntagsBlick)

15 Améliorer lintégration: déclaration du délégué à lintégration du canton de Bâle-Ville « Tous les parents du canton recevront, un an avant linscription de leur enfant à lécole enfantine, une circulaire dans laquelle on leur demandera dindiquer leur niveau de formation et de connaissances linguistiques, ainsi que des réponses concernant leur statut économique. Sur cette base, un premier tri sera effectué. Ensuite, les enfants passeront des tests pour un bilan précis. Ceux dont les connaissances en allemand sont faibles iront deux demi-journées par semaine en crèche ».

16 Pourquoi ce revirement? Deux raisons… Augmentation de la xénophobie légitimée par le succès de lUDC, plus grand parti de Suisse; Le rôle de Pisa

17 Une affiche UDC pour les votations sur les naturalisations par le peuple (1er juin 2008)

18 Déclaration de la CDIP du 7 mars 2002 « Comparés avec les autres pays, les résultats en lecture des élèves suisses sont moyens. (…). On peut surtout observer des résultats médiocres – et ce, bien davantage que dans d'autres pays – chez les élèves issus de familles allophones, immigrées ou aux conditions sociales modestes. (…). (…) La CDIP se voit (…) confirmée dans l'attribution importante qu'elle accorde à l'enseignement de la première langue nationale (langue locale); aussi considère-t-elle la détermination d'objectifs clairs pour l'enseignement de la langue première et la poursuite de ceux-ci pendant l'ensemble de la scolarité comme particulièrement importantes ».

19 3. Léducation au plurilinguisme comme éducation interculturelle Lapproche « Eveil aux langues » Le manuel Education et Ouverture aux Langues à lEcole (EOLE)

20 Des « outils » pour travailler la diversité des langues dans la classe pour… développer chez les élèves des représentations et des attitudes positives douverture à la diversité linguistique et culturelle; développer leurs capacités dobservation, danalyse et de réflexion à propos du langage et des langues; élargir leurs connaissances à propos des langues, en les inscrivant dans le contexte plurilingue du monde actuel; accroitre leur motivation à apprendre les langues

21 Chaque activité se caractérise par les dimensions suivantes: Des enjeux (cognitifs, sociaux, affectifs, identitaires…) qui lui sont propres; Le moment de la scolarité où elle parait le mieux appropriée; Le ou les domaine(s) dans le(s)quels(s) elle sinscrit ainsi que les objectifs plus spécifiques qui y sont poursuivis; Les langues utilisées.

22 Les domaines dans EOLE Diversité des langues Evolution des langues Communication Usage et variation Fonctionnement et règles Ecoute, discrimination auditive Rapport oral-écrit Système décriture Apprentissage des langues

23 Lorientation didactique Un cadre socioconstructiviste (mise en situation, situation de recherche, synthèse collective); Le mécanisme du détour: observer des langues quon ne connait pas pour mieux constituer les langues quon connaît en objet dapprentissage.

24 Google: EOLE en ligne Elmiger infos EOLE en ligne

25 Références citées Cummins, Jim (1994) : « Bilingual education and social justice ». IVe Conf é rence internationale sur le droit et les langues : « Droit et langue(e) d enseignement. » Fribourg, septembre Grin, Fran ç ois (1994) : « Cons é quences é conomiques de l int é gration linguistique des immigrants ». (Même conf é rence) Actes publiés par Helbing & Lichtenhahn (2001) Droit et langues d'enseignement - Law and Languages of Education, Basel, Genève,Münich:Institut du Fédéralisme de Fribourg,

26 Lüdi, Georges De la Suisse quadrilingue à la Suisse plurilingue : Bases démographiques, modèles de dévelop- pement et problèmes de gestion. DiversCité Langues. En ligne. Vol. III. Disponible à Merci de votre attention Larticle de G. Lüdi en ligne


Télécharger ppt "Quelle éducation au plurilinguisme en Suisse? Intervention dans le cadre de la 1ère Journée académique du FLS Marinette Matthey, Grenoble 3, LIDILEM."

Présentations similaires


Annonces Google