La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Un signal expérimental est une grandeur physique (oscilloscope,...) et doit donc être physiquement réalisable. Ces signaux physiques sont représentés par.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Un signal expérimental est une grandeur physique (oscilloscope,...) et doit donc être physiquement réalisable. Ces signaux physiques sont représentés par."— Transcription de la présentation:

1 Un signal expérimental est une grandeur physique (oscilloscope,...) et doit donc être physiquement réalisable. Ces signaux physiques sont représentés par des fonctions x(t) à valeurs réelles d'une variable réelle t. Le signal possède les caractéristiques suivantes : - énergie bornée ; - amplitude bornée ; - continu temporellement ; - causal (x(t) = 0 pour t < 0) ; - spectre du signal borné (tend vers 0 lorsque la fréquence tend vers linfini). 1. Introduction 1.1. Modélisation des signaux Mais sur le plan théorique, pour la commodité du calcul et l'étude de certains phénomènes, les signaux peuvent être représentés par des fonctions : - à énergie théorique infinie ; - avec des discontinuités (signal carré) ; - définies sur l'ensemble des réels (signaux non causaux) ; - à spectre du signal infini ; - à valeurs complexes : x(t) = A e j t = A[cos( t) + j.sin( t)]. 1

2 1. Introduction 1.2. Classification déterministe/aléatoire (phénoménologique) - les signaux certains (ou déterministes) dont l'évolution en fonction du temps peut être parfaitement décrite par un modèle mathématique. Ces signaux proviennent de phénomènes pour lesquels on connaît les lois physiques correspondantes et les conditions initiales, permettant ainsi de prévoir le résultat ; - les signaux aléatoires (ou probabilistes) dont le comportement temporel est imprévisible et pour la description desquels il faut se contenter d'observations statistiques. 2

3 1. Introduction 1.3. Classification continu/discret (morphologique) Les 4 morphologies selon que laxe des abscisses (temps) ou laxe des ordonnées (amplitude) est discrétisé ou non. 3

4 1. Introduction 1.4. Classification énergétique 4

5 1. Introduction 1.5. Classification spectrale Un signal peut être classé suivant la distribution de son énergie ou de sa puissance en fonction de la fréquence (spectre du signal). Largeur de bande du signal : F Fréquence moyenne F moy = (F max F min )/2 2 classes de signaux : signaux à bande étroite : F/F moy petit (soit F max F min ) ; signaux à large bande : F/F moy grand (soit F max >> F min ). Théorème de Parseval: lénergie dun signal se retrouve intégralement dans son spectre. X(f), la représentation du signal dans le domaine fréquentiel est obtenu par une transformation de Fourier 5

6 2. Transformée de Fourier 2.1. Définition, condition suffisante dexistence La transformée de Fourier X(f) existe si le terme intégral x(t).exp(-2 jft) est fini. Comme |exp(-2 jft)|=1, la condition suffisante pour que X(f) existe est: Il sagit des signaux absolument sommables. Comme on en déduit que les signaux à énergie finie possèdent une TF. * La transformée de Fourier est un opérateur dual: la transformée de Fourier inverse par exemple d'une fonction rectangle, sera un sinus cardinal dans l'espace temps. * A un signal de support étroit correspond un spectre de support large, et inversement. * L'unité de X(f) est celle de x(t) que multiplie le temps. Par exemple, si x(t) est une tension, son spectre X(f) s'exprime en V.s ou V/Hz. * Physiquement, seules les fréquences positives ont véritablement un sens. Cependant, il est prudent (et pratique) de donner les représentations fréquentielles complètes pour éviter des erreurs lors des manipulations.

7 Linéarité: Propriété apparentée au théorème de superposition Transposition: Inversion du temps retournement des raies du spectre Conjugaison: Conjugaison du signal conjugaison et retournement du spectre Pour un signal réél (symétrie hermitienne): Translation: théorème du retard: Décalage dans le temps seule la phase du spectre change Modulation: Multiplication du signal par une harmonique pure décale le spectre Dilatation-contraction: Dilatation du temps (ralentissement du signal) contraction du spectre 2. Transformée de Fourier 2.2. Propriétés de la TF 7

8 2. Transformée de Fourier 2.3. Propriétés de la TF Dérivation par rapport au temps: Dérivation par rapport à la fréquence: Propriétés de parité: D'une façon générale, toute fonction peut se décomposer en la somme d'une fonction paire et d'une fonction impaire. 8

9 Propriétés de parité: En conséquence, une fonction complexe de, x(t) peut s'écrire comme la somme de 4 termes dépendants du temps : un terme réel pair, un terme imaginaire pair, un terme réel impair et un terme imaginaire impair. La transformée de Fourier X(f) se compose également de 4 termes de même type (mais dépendants de la fréquence) de la façon suivante : r, R : réél j, J : imaginaire p, P : pair i, I : impair Démonstration: traitement du signal, Yvan Duroc, Technosup, ellipses, Transformée de Fourier 2.4. Propriétés de la TF X(f) 9

10 10

11 Remarque1: simu_TF ne représente pas le spectre en entier mais seulement la partie correspondant aux fréquences f telles que 0 f F e où F e la fréquence déchantillonnage est égale à linverse de la période déchantillonnage : F e = 1/T e = 1/(t(2)-t(1)). Remarque2: De plus, on montrera plus loin que le spectre discret 0 f F e représenté par simu_TF est déformé par rapport au spectre continu - < f < + selon les figures ci-dessous. TF dun signal périodique sinusoïdal composite 1/ Télécharger les fonctions Matlab simul_TF et simul_TFI dans le répertoire: 2/ Créer le signal x(t) = a 1 sin( 1 t) + a 2 sin( 2 t) avec t régulièrement espacé en 1000 valeurs de 0 à 10 secondes, a 1 =1, a 2 =2, f 1 =0.5, f 2 =2 (utiliser linspace). 3/ Utiliser la fonction simul_TF pour localiser dans le spectre damplitude (module de X) les fréquences présentant le maximum dénergie. Retrouve ton les fréquences f 1 et f 2 ? 11

12 12

13 Par définition, la distribution de Dirac (t) est une impulsion centrée sur t = 0 de largeur infiniment étroite et de surface unité : 2. Transformée de Fourier 2.5. La distribution de Dirac (t) 13

14 Elle est représentée symboliquement par un vecteur de hauteur égale à un. 2. Transformée de Fourier 2.5. La distribution de Dirac (t)

15 Propriété de localisation La distribution de Dirac permet de prélever la valeur d'une fonction pour un temps donné : Il est nécessaire de conserver dans l'expression le produit par la distribution de Dirac afin de ne pas perdre l'information temporelle qui lui est liée. 2. Transformée de Fourier 2.5. La distribution de Dirac (t) Produit de 2 fonctions Produit dun scalaire et dune fonction

16 2. Transformée de Fourier 2.5bis. La distribution de Dirac (t) La propriété de localisation permet décrire: soit: On retrouve le résultat concernant la TF dun Dirac en utilisant ces propriétés: En partant de la TF de 1(t) calculée précédemment (TF dune porte temporelle), on obtient une expression pour le Dirac: 1 16

17 TF [ (t)] = 1 : Physiquement, cette propriété signifie qu'un signal impulsionnel parfait renferme toutes les fréquences et qu'elles sont toutes de même importance. TF[1] = (f) Cette propriété montre qu'un signal constant ne contient pas de fréquences, à l'exception de la fréquence nulle. On en déduit:prop. translation prop. modulation formules dEuler 2. Transformée de Fourier 2.6. TF de la distribution de Dirac (t) 17

18 2. Transformée de Fourier 2.7. TF du peigne de Dirac (t) Peigne de Dirac == suite périodique de distributions de Dirac de période T : 18

19 On admettra (voir le cours de mathématiques, théorie des distributions, pour la démonstration) que la transformée de Fourier d'un peigne de Dirac est aussi un peigne de Dirac : 2. Transformée de Fourier 2.7. TF du peigne de Dirac (t)

20 20

21 TF dun peigne de Dirac 1/ Sous Matlab, créer un peigne de Dirac T (t) de période T =0.5 seconde et défini de t=0s à t=10s avec un temps déchantillonnage = t(2)-t(1)=0.01. Il y aura une dent en t=0s. Chacune des n « dents » aura une amplitude A telle que n.A. =1/T. On prend n.A. =[somme des aires des n deltas numériques]=1/T pour obtenir une amplitude 1/T pour le peigne fréquentiel. 2/ En utilisant simul_TF, vérifier que la TF dun peigne(t) de période T est un PEIGNE(f) de période 1/T.


Télécharger ppt "Un signal expérimental est une grandeur physique (oscilloscope,...) et doit donc être physiquement réalisable. Ces signaux physiques sont représentés par."

Présentations similaires


Annonces Google