La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ARTHROSE Clinica Reumatologica Cluj Dr. Simon Siao-pin.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ARTHROSE Clinica Reumatologica Cluj Dr. Simon Siao-pin."— Transcription de la présentation:

1 ARTHROSE Clinica Reumatologica Cluj Dr. Simon Siao-pin

2 COXARTHROSE definition: arthrose de larticulation coxo- femorale epidemiologie: dans plus de 50% = favorisee par une anomalie/vice arhitectural de la hanche (quil faudra systematiquement rechercher) les autres formes = primitives

3 QUAND FAUTIL EVOQUER LE DIAGNOSTIC ? LA DOULEUR = le motif le plus frequent de consultation topographie a.le plie de laine (la plus specifique) peut irradier a la face anterieure (ou antero-interne) de la cuisse b.moins evocatrices: les douleurs externes en regard du grand trochanter posterieures irradiant a la face posterieire de la cuisse horaire a.cest une douleur mecanique ( a leffort, par le repos; ne reveillant pas le malade la nuit – sauf aux changements de position, dans les stades tres evolues) b.+ sensation de raideur matinale avec un [derouillage=] de moins de 15 minutes c.+ une douleur plus imporatante poussee congestive de la maladie retentissement fonctionnel a.les activites quotidiennes et la marche b.la gene est importante lors des mouvements de rotation de hanche (mettre des chaussettes, un collant etc.)

4 EXAMEN DE LA HANCHE en position debout: a.une attitude vicieuse (en flexum ou en rotation externe) en position couchee: a.une douleur et/ou une limitation douloureuse de la mobilisation de la hanche au debut, la limitation porte sur la rotation interne et labduction b.+ lamyotrophie du muscle quadriceps

5 COMMENT FAIRE LE DIAGNOSTIC ? RADIOGRAPHIE un cliché de bassin debout de face avec les membres inferieurs en rotation a 20 o (et un faux profil de Lequesne il detecte un pincement posterieur et/ou anteroposterieur) les signes cardinaux de larthrose a.le pincement de linterligne articulaire le plus souvent supero-externe > global > supero-interne b.losteophytose marginale c.losteosclerose condesante de los sous- chondral dans les zones dhyperperssion (le pole superieur de la tete et/ou le toit du cotyle) dans les formes plus evoluees – des deformations importantes de la tete femorale BIOLOGIE: la VS et la CRP sont toujours normales; lexamen du LS est inutile dans une coxarthrose classique

6 fait important: il existe une dissociation anatomo-clinique limportance de latteinte radiologique nest pas correlee avec le retentissement fonctionnel la radiographie permet de detecter des formes secondaires de la coxarthrose, liees a un vice arhitectural o la coxometrie les angles de couverture du cotyle et lobliquite du col femoral etc.

7 PRONOSTIC FORMES CLINIQUES il existe des grandes variations inter-individuelles dans la rapidite de laggravation le pincement moyen a la hanche = mm/an a. evolution = les formes supero-internes b. evolution des episodes de chondrolyse rapide qui peuvent ponctuer levolution dune coxarthrose standard

8 FORMES CLINIQUES secondaires a une anomalie darchitecture a.dysplasie supero-externe anomalie de lextremite superieure du femur avec un col trop vertical (coxa valga) dysplasie du toit du cotyle insuffisance de couverture du toit du cotyl qui ne contient plus la tete (en dehors et en avant) b.dysplasie interne (protrusion acetabulaires) col trop horizontal (coxa vara) un cotyle trop profond secondaires a une autre pathologie de hanche a.fractures b.necroses de la tete femorale c.coxites spondylarthrite ou polyarthrite d.maladie du Paget

9 COXARTHROSE RAPIDEMENT DESTRUCTRICE douleur de debut brutal, tres intense, a recrudescence nocturne femmes, > 65 ans, obeses +/- traumatisme articulaire Rx: a.pincement global de linterligne (evolution tres rapide) b.sans osteophytose levolution peut se faire vers losteolyse de la tete femorale la doute avec une coxite impose la ponction articulaire pour analyser le LS !

10 TRAITEMENT des mesures de menagement de larticulation les antalgiques simple: – paracetamol jusqua 4 g/jour – AINS les anti-arthrosiques a action lente – un effet antalgique modeste au long cours (cures de 3 mois repetees 2 fois par an) – leur effet preventif sur la destruction du cartilage reste a demontrer les injections dacide hyaluronique (en cours devaluation) CHIRURGICAL (la prothese totale de hanche)

11 GONARTHROSE est larthrose la plus frequente des membres inferieurs elle concerne 3 compartiments: a.larthrose femoro-patellaire b.larthrose femoro-tibiale: interne externe localisations intriquees atteinte uni-, bi- ou tricompartimentales

12 ARTHROSE FEMORO-PATELLAIRE souvent bilaterale et symetrique Quand faut-il evoquer le diagnostic ? la douleur: a.siege a la face anterieure du genou (et irradie vers le bas) b.declenchee lors de la mise en extension du genou c. en terrain plat la douleur est reveille: a.a lextension contrariee de la jambe b.a la pression de la rotule sur le genou flechi c.au frottement de la rotule contre la trochlee d.a la manoevre de Zohlen: lorsque lexaminateur soppose a lascension de la rotule lors de la contraction du quadriceps + amyotrophie du quadriceps, epanchement articulaire, parfois – un kyste poplite

13 ARTHROSE FEMORO-TIBIALE tres frequente chez la femme (2/3) apres la menopause; la moyenne dage est de 65 ans Quand faut-il evoquer le diagnostic ? la DOULEUR est le pricipal motif de consultation: a.decrite de facon diffuse dans le genou (plus volontiers localisee au compartiment interne) b.de rythme mecanique (survenant a la marche, a la montee et la descente des escaliers, soulagee par le repos, ne reveillant pas le malade sauf lors des changements de position) c.il existe des poussees (congestives) de la maladie: la douleur sintensifie avec une recrudescence nocturne et presence dun epanchement articulaire

14 EXAMEN DU GENOU debout: deviations axiales des membres inferieurs deformation a type genu varum ou genu valgum en decubitus dorsal: a.la flexion du genou = longtemps conservee dans la gonathrose b.lexistence de craquements est audible et palpable = atteinte du cartilage articulaire c.on recherche systematiquement un epanchement intra-articulaire la recherche dun choc rotulien (meme dans ce cas, le genou ne saccompagne pas de signes inflammatoires locaux importants) d.arthrose evoluees = des deformations plus importantes du genou un aspect globuleux /en flessum

15 COMMENT FAIRE LE DIAGNOSTIC ? RADIOGRAPHIE le pincement de linterligne localise a un des deux compartiments femoro-tibial losteophytose la presence dune osteosclerose sous- chondrale avec des geodes + des deviations axiales BIOLOGIE la VS et la CRP sont normales (il ny a pas de test de routine permettant devaluer la degradation du cartilaj)

16 PRONOSTIC levolution est souvent tres variable (des periodes douloureuses alternant avec des periodes peu douloureuses) les facteurs devolutivite dune arthrose: a.les epanchements synoviaux (la recidive de synovite) b.lobesite c.lassociation a une arthrose digitale d.des antecedents traumatiques

17 FORMES CLINIQUES arthrose + chondrocalcinose = de formes rapidement destructrices epanchement localise dans la bourse poplitee kyste poplite peut se rompre dans le mollet douleur brutale et un tableau de pseudo- phlebite gonathroses femoro-tibiales internes = peuvent saccompagner dune authentique osteonecrose du condyle interne les formes secondaires: a.a une arthrite b.une chondrocalcinose c.une osteonecrose d.une maladie de Paget

18 TRAITEMENT le traitement antalgiques simples: paracetamol jusqua 4 g/jour, AINS (notamment en cas de poussee congestive) les anti-arthrosiques a action lente = effet antalgique retrade (2 a 3 cures de 3 mois par an) les infiltrations locales de corticoides au cours des poussees, en cas depanchement intra-articulaire leffect benefique est souvent ephemere (2-3 semaines) les infiltrations a base dacide hyaluronique effet antalgique remanent indication: douleur s mecaniques, sans epanchement abondant traitement CHIRURGICAL (les protheses du genou)

19 ARTHROSE DIGITALE base du pouce IPD > IPP la localisation la plus frequente de larthrose en general associee a larthrose du genoux latteinte IPD est la forme la plus frequente o elle touche surtout la femme (avec un terrain familial/hereditaire)

20 QUAND FAUT-IL EVOQUER LE DIAGNOSTIC ? arthrose distale a.le developpement, a bas bruit, de tumefactions nodulaires de IPD, parfois douloureuses, entrainant des deformations importantes les nodules dHeberden b.latteinte des IPP est moins frequente, caracterisee par les nodosites de Bouchard la rhizarthrose a.des douleurs de la racine du pouce et la partie externe du poignet b.la mobilisation de la trapezo-metacarpienne est douloureuse et hypertrophiee

21 COMMENT FAIRE LE DIAGNOSTIC ? le diagnostic est clinique ! pronostic: latteinte est additive dans le temps levolution montre une regression et une diminution des douleurs dans le temps au prix de linstallation de nodules, parfois deformants, rarement tres handicapants sur le plan fonctionnel formes cliniques - larthropathie erosive des doigts poussees congestives tres douloureuses (douleurs inflammatoires, de plusieurs semanines) Rx: erosions importantes !

22


Télécharger ppt "ARTHROSE Clinica Reumatologica Cluj Dr. Simon Siao-pin."

Présentations similaires


Annonces Google