La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

RAPPORT DES GROUPES DE TRAVAIL Colloque du 13 novembre 2008 La médiation à Namur, 10 ans après, originalité et richesse.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "RAPPORT DES GROUPES DE TRAVAIL Colloque du 13 novembre 2008 La médiation à Namur, 10 ans après, originalité et richesse."— Transcription de la présentation:

1 RAPPORT DES GROUPES DE TRAVAIL Colloque du 13 novembre 2008 La médiation à Namur, 10 ans après, originalité et richesse

2 La médiation hospitalière et la médiation interculturelle au sein des institutions hospitalières

3 La médiation interculturelle et la médiation hospitalière : ces deux types de médiation se complètent dans leurs missions, dans le travail quotidien au sein dun hôpital. La médiation interculturelle a vu le jour en 1996 suit à une conférence interministérielle à la Politique de limmigration qui a reconnu la nécessité de faciliter laccès à des personnes étrangères ou dorigine étrangère aux soins de santé et ce, notamment par lamélioration de la communication entre les patients et le personnel soignant.

4 Cest le Centre pour lEgalité des Chances et la lutte contre le racisme qui a fait un état de la difficulté des hôpitaux dassurer des prestations de soins satisfaisantes et de poser un diagnostic lorsque les médecins sont confrontés aux barrières linguistiques et aux difficultés culturelles. La Ministre des Affaires sociales a proposé ce projet. Il sagissait à lépoque dune expérience pilote pour une durée dun an. Interprétariat au sens large.

5 Créer le lien et améliorer la communication entre patients, familles et les professionnels de la santé ; Informer les soignants dans certaines situations sur les caractéristiques culturelles, sociales et ou religieuses des patients ; Informer les patients et/ou les familles étrangères ou dorigine étrangère sur les caractéristiques générales du pays daccueil et surtout le fonctionnement de lhôpital ; Missions :

6 est née avec la loi du 22 août 2002 sur les droits du patient. Elle gère les plaintes relatives au non respect des droits de cette loi. Le patient a notamment droit à une information dans un langage clair, afin de donner son consentement éclairé aux soins. Les médiatrices interculturelles et hospitalière se rejoignent ainsi dans lamélioration de la communication entre le patient et le milieu hospitalier. Marc DASSY Rapporteur La médiation hospitalière :

7 Latelier logement a regroupé 8 participants et sest articulé en 4 temps : la présentation du groupe ; la réflexion sur des situations de terrain et lapport de la médiation ; la mise en commun ; lévaluation.

8 Comme dit ce matin, la médiation est une rencontre, un échange. Nous avons, dès lors, débuté notre atelier par une rencontre et un échange. Le groupe sest dispersé dans la salle et deux par deux les participants se sont réunis pour une présentation mutuelle. Ensuite chaque participant a présenté son partenaire à lensemble du groupe ce qui a donné lieu à un réel échange et a créé un moment très convivial. Nous avons, ainsi, pu découvrir les hobbys et professions des 8 participants (étudiante, assistantes sociales, juristes, gestionnaire de logements, médiatrice, et coordinatrice). Ensuite, les 8 participants se sont scindés en 2 groupes de 4 personnes. Il a été demandé à chacun des groupes de réfléchir à des situations de logement rencontrées sur le terrain et à lapport de la médiation dans les différentes situations. Après un temps de réflexion, deux situations ont été mises en commun et présentées au groupe.

9 La première situation : Une famille nombreuse a intégré un logement de transit avec une occupation de 6 mois renouvelable une fois. Le contrat de bail se termine fin décembre de cette année et la famille doit donc quitter ce logement. La famille avait introduit une demande de logement social qui avait reçu un accueil positif dune S.L.S.P. Entre-temps les critères dattribution des logements sociaux ont été modifiés pour tenir compte de la notion de logement proportionné. La famille composée de la maman et de ses trois enfants devrait, selon les critères en vigueur, disposer dun logement de 4 chambres. Or, la dite S.L.S.P. nen dispose pas ou pas actuellement. A la veille de la fin de bail, aucun logement na été trouvé pour la famille, et aucune possibilité ne semble se dégager sur le territoire namurois. La situation posée, le groupe sest penché sur lapport dune médiation dans cette problématique.

10 Il appert quune médiation pourrait être organisée afin de rencontrer la famille mais que les possibilités du médiateur sont très limitées dans ce cas de figure. La seconde situation part dun constat de terrain pour les personnes à mobilité réduite. Les disponibilités en logements pour PMR situés au rez-de-chaussée ou dans des immeubles avec ascenseur sont très limitées. Les problèmes de mobilité sajoutent aux autres difficultés que sont les cautions locatives versées par le C.P.A.S., les faibles revenus, le coût des loyers, la rareté. De cette analyse se dessine le modèle de lentonnoir avec in fine peu de choix de logement pour le candidat locataire.

11 –FREINS au LOGEMENT : –Cautions C.P.A.S. –Faibles revenus –Coût des loyers –Rareté –PMR –Etc

12 Dès lors que ces freins sont dépassés, il reste ladaptation des logements qui demande parfois des aménagements conséquents avec une certaine réticence de la part des propriétaires dy consentir. Il appert que dans cette situation, une médiation pourrait être envisagée afin de trouver un accord acceptable entre les parties. Les deux situations présentées montrent bien toute la diversité des situations problématiques en matière de logement et la difficulté dy apporter des solutions ou tout du moins des pistes de réflexion. La dernière partie de latelier consistait à lévaluation de celui-ci mais également de lensemble de la journée par la mise sur papier dune ou deux réflexions.

13 Je vous les énoncerais à titre de conclusion : Chouette, bravo, enrichissant ! Journée très intéressante et instructive Apprentissage et convivialité Nouvelles rencontres Trop peu de débats... dommage ! Super journée... des rencontres très intéressantes ! Atelier comme je les aime... un peu court mais ouvert Beaucoup déchanges très intéressants. A refaire dans 10 ans Je vous remercie pour votre attention. Nancy MARCHAND Rapporteur

14 Médiation des Gens du Voyage

15 Animateur: Ahmed AHKIM, directeur du Centre de Médiation des Gens du Voyage Prise de notes: Pascale NIZET, Centre de Médiation des Gens du Voyage Participants: Sandrine Daoust, Catherine Larielle, Alain Berg, Pascale Bernard

16 1- Bref historique de la création du CMGVW: créer un espace où la communication est possible entre les différents acteurs concernés ; encourager les communes à créer des terrains aménagés pour le séjour des Gens du Voyage. volonté du Gouvernement wallon de

17 2- Le médiateur face à un conflit ingérable Travaillant la question du séjour des Gens du Voyage, le médiateur se trouve face à un conflit de type « ingérables » dont voici une liste non- exhaustive des caractéristiques: multidimensionnalité du conflit, dimension affective très importante, dimension politique très importante, caractère collectif de la situation, dimension réglementaire très importante.

18 Au niveau du conflit, la dimension politique est mise en avant par les acteurs (mais que fait la police? Le bourgmestre? La Région wallonne?). La dimension réglementaire (ont-ils le droit de s'installer? A-t-on le droit de les expulser? Combien de temps peut-on rester avant d'être expulsé?) est aussi relativement présente. La dimension affective constitue aussi le « substrat » sur lequel le conflit évolue. C'est l'expression de la peur irrationnelle, des stéréotypes ancrés depuis longtemps. Cette dimension à elle seule justifie le travail de médiation. Ecouter les riverains permet d'évacuer 90% des plaintes. La dimension technique (quel terrain ?, quels aménagement ?, comment s'organiser ?, comment réduire des nuisances éventuelles ?) permet de trouver des solutions pragmatiques évitant que les problèmes techniques n'alimente la dimension affective. Face à ce type de conflit, le médiateur a l'obligation de travailler dans une dynamique collectif/individuel: quelles conséquences sur les individus d'un projet collectif? Quelle action collective peut améliorer les conditions de vie individuelles?

19 3 catégories d'acteurs sont identifiés par le médiateur: la population des Gens du Voyage, la population sédentaire, les autorités publiques (du niveau communal au niveau européen) Définir ainsi les acteurs implique que les Gens du Voyage font partie de la société : on ne se trouve pas ici face à un binôme « société sédentaire » - « société des Gens du Voyage » mais dans une société dans laquelle vivent des sédentaires et des Gens du Voyage, société représentée par des autorités publiques. les autorités publiques représentent la société dans toutes ses composantes avec comme préoccupation l'intérêt collectif. 3- La définition des acteurs de la médiation

20 On parle ici de la médiation comme étant une action: le médiateur n'est pas un tiers-écran mais un « tuyau » qui fait passer les flux. Il aide chaque acteur à respecter la place d'autrui. Il agit donc dans les relations entre les différents acteurs: 4- L'action du médiateur

21 Autorités publiques/Gens du Voyage: –Au niveau individuel: intervention urgentes quand un groupe arrive; aider les autorités publiques et les Gens du Voyage à mieux comprendre la situation et donner des pistes, des informations et la confiance nécessaire pour progresser ensemble. –Au niveau collectif: faire prendre conscience du phénomène global et envisager avec les acteurs les solutions structurelles qui peuvent être trouvées.

22 - Autorités publiques/populations sédentaire: aider l'autorité communale à communiquer avec la population sédentaire: au niveau individuel: information aux riverains direct d'un terrain ou un groupe séjourne temporairement (durée du séjour, personne de contact,...) au niveau collectif: information et sensibilisation pour permettre à des solutions structurelles de voir le jour -Population sédentaire / Gens du Voyage: sensibilisation, activités socioculturelles qui permettent une meilleure connaissance mutuelle

23 5-Réactions des participants A Namur: Au niveau politique, des procédures de gestion sont mise en place. Ainsi, la dimension réglementaire doit d'abord être gérée. En effet, la marge de manoeuvre du médiateur dépend du terrain concerné (existe-t-il des décisions de justice interdisant le séjour,...). Lorsque le terrain est adapté, il n'y a plus aucune nuisance pour les riverains, les Gens du Voyage ou l'autorité publique, mais… La dimension affective reste importante: lorsqu'il s'agit de parler des Gens du Voyage, il n'y a plus de culture, peu importe le statut social, la grossièreté est de mise. Mais lorsqu'on demande des éléments concrets pour définir le problème, il n'y a plus d'argument qui tient la route. > on souligne alors la nécessité de travailler non pas dans la généralité, mais de travailler sur une situation concrète, avec des interlocuteurs précis: on travaille ici, maintenant avec tel groupe, tels riverains, tel bourgmestre.

24 A Namur toujours, la gestion humaine de la situation (médiateur communal, action quotidienne de l'agent de quartier) permet de gérer les séjours pour qu'ils se passent au mieux pour le groupe et pour les riverains. Mais le vrai problème c'est de trouver le terrain adéquat. Lorsqu'il y a une impossibilité matérielle ou légale à trouver une solution, le médiateur ne peut plus grand chose. > On souligne ici l'importance pour le médiateur de pouvoir identifier et reconnaître la limite. Si ce n'est pas fait, l'échec risque d'être vécu personnellement et finalement reporté sur les personnes elles-mêmes. Etonnement d'une participante: si le médiateur intervient aux côtés de la police, ne risque-t-il pas d'être « catalogué »? Il est important que le médiateur intervienne avec les acteurs (parfois la police, parfois les Gens du Voyage, selon la demande) ce qui permet de concrétiser l'espace de confiance et d'évacuer la peur de l'inconnu.

25 Le rôle des médias dans l'image négative et la dimension affective de la question des Gens du Voyage est souligné. On rappelle l'importance pour le médiateur d'utiliser des termes justes et respectueux... le médiateur est aussi un artisan du langage. 3 points ont particulièrement interpellé les participants: la prise de conscience que les Gens du Voyage sont intégrés à notre société l'importance de la dimension affective l'importance de se centrer sur le concret, l'ici et le maintenant ce qui permet d'avancer quand la situation sociale est complexe. Ahmed AHKIM : Président Pascale NIZET : Rapporteur

26 La médiation de Quartier

27 Dans le cadre de latelier concernant la médiation de quartier et les conflits de voisinage, Maria Ruisi et Pascal Eckhout nous ont demblée plongés dans le cadre de la rencontre de « lautre », de linconnu. Au hasard, tous les participants se sont mis en binôme afin dexposer à lautre un peu de sa personne (son identité, sa profession et une phrase qui le caractérise). Par la suite chacun à présenté à lensemble du groupe son « partenaire ». A travers cette expérience de limmersion dans lunivers de lautre, nous nous sommes rendu compte de limportance de lattention et de lécoute.

28 Dans un second temps, Maria a brièvement retracé le processus de médiation. Elle nous a rappelé quune demande de médiation doit être introduite au service. Un entretien préliminaire se fait avec chacun des médiants afin de leur proposer la démarche de médiation. Celle-ci devra en effet être acceptée volontairement de part et dautre. De plus, afin dentamer le processus, un pacte de non- agression sera pris par chacun des médiants. Viennent ensuite des entretiens indirects et ensuite une médiation directe (rencontre entre les médiants en présence du médiateur). Maria nous rappelle également que des accords ne sont pas une fin en soi.

29 Dans un troisième temps, nous avons choisi au hasard une situation problématique de voisinage parmi celles proposées par les participants. La situation relatait du problème de bruit entre deux appartements dun immeuble (bruits de pas et de meubles que loccupant déplace). Deux médiateurs et deux médiants ont été mis en situation dune médiation directe. Les autres participants de latelier ont été les observateurs de la scène. Certains ont observé les médiateurs. Ils ont pu noter des participations différentes de la part des médiateurs, une attitude daccueil, de lattention et de la présence. Ils ont mis en évidence limportance du positionnement, de loccupation dans lespace et de la gestuelle du médiateur.

30 Certains ont observé les médiants. Ils ont noté limportance de la gestion du temps de parole de chacun des médiants. Ils ont également observé des attitudes et gestuelles différentes. Dans la communication verbale, lhumour peut apparaître comme ouverture ou rupture de dialogue. Les participants qui ont été mis en situation de médiateur nous ont fait part de leur ressenti. A savoir une difficulté de prendre sa place dans le cadre dun travail en co-médiation (doù limportance de définir le rôle de chacun). Une autre difficulté est de ne pas prendre partie pour lun ou lautre des médiants.

31 Les participants mis en situation de médiants ont fait part de leur frustration de ne pas avoir atteint le nœud du problème. Ils ont également souligné limportance de la volonté du médiant à participer à la médiation. Pour conclure cet atelier, deux mots ont été demandés à chacun. Nous pouvons dire que lintérêt était bien présent mais que le temps nous a manqué. Je dirais donc suite au prochain épisode… Nathalie POUPIER Rapporteur

32 La médiation familiale

33 Latelier « médiation familiale » a été animé par Sophie Malevez et Hélène van den Steen, médiatrices. Au cours de latelier, deux thèmes ont été abordés : la médiation familiale et les autres professionnels ; la place des enfants/adolescents au sein de la médiation.

34 1. Médiateur familial et les autres professionnels Petit exposé théorique sur la place du médiateur familial et des autres professions par Sophie Malevez, médiatrice familiale. Le médiateur nest ni juge, ni avocat, ni travailleur psychosocial. Cest un tiers neutre qui propose un espace de parole où des accords peuvent être pris et validés dans un second temps par le tribunal compétant. Les professionnels qui réfèrent en médiation sont juges, policiers, avocats, conseillers conjugaux, psychologues, travailleurs sociaux, pédagogues, éducateurs….. Parfois, par méconnaissance du service, les situations sont arrivées à leurs paroxysmes et il est trop tard denvoyer les personnes en médiation familiale.

35 Mise en situation. Les participants sont répartis en 4 groupes au sein duquel il y a un observateur, un parent, son enfant et un professionnel. Un conflit familial leur est transmis. La situation est la suivante : En tant que professionnel (travailleur social, juge de la jeunesse, agent de quartier) vous recevez à votre permanence Mme Dupont, séparée de Mr Durant depuis 2 ans. Ils sont les parents dOlivier 14 ans et dEloise 12 ans. Les 2 enfants sont en hébergement principal chez Mme Dupont et voient leur papa un week-end sur deux et la moitié des vacances. Mme vient voir le professionnel car elle ne sen sort plus avec son fils. Au cour dun désaccord entre eux (mère/fils), il a fugué chez son père. Cette situation amène un regain de tensions entre les parents. Comme professionnel vous pensez que la médiation peut aider cette famille. Comment amener ces clients en médiation ?

36 LES ECHANGES Pour les personnes qui ont joué le rôle du professionnel : rôle du juge de la jeunesse, a trouvé que cétait difficile découter Mme Dupont et son fils et de décider des mesures à proposer sans la présence du père. le travailleur social, il était à lécoute des personnes et a pu les orienter vers un médiateur. Il était un relais pour ses personnes. Cétait facile pour lui car il travaille dans cette optique de réseau. le policier de quartier, cétait difficile car Mme Dupont et son fils étaient têtus. Il y avait beaucoup démotions dans ce quils se disaient. Pour les participants qui jouaient Mme Dupond et son fils, cétait pour eux important de défendre leurs points de vue et de rester sur leurs positions. Ils se sont rendu compte quil ny avait pas de communication. Ils ne se sentaient pas écoutés.

37 Synthèse : Il est important de pouvoir montrer aux personnes quel est lintérêt de la médiation, La médiation est une possibilité de sortir du conflit, de prendre une autre direction, une autre voie. Cest une ouverture vers un autre contexte. Lespace de médiation apporte une possibilité dêtre écouté, dexprimer son point de vue, ses sentiments et permet des remises en question. La médiation nest pas toujours la solution adéquate à toute situation, mais elle peut être un lieu de clarification, dapport dinformations importantes aux personnes.

38 2.La place des enfants/adolescents au sein de la médiation -Petit exposé théorique sur la place des enfants et des adolescents en médiation familiale par Hélène van den Steen, médiatrice. Il existe des avis différents sur la question de faire venir les enfants/adolescents en médiation familiale. Pour H. van den Steen, le médiateur doit évaluer lintérêt de la démarche ; avoir le consentement des parents ; savoir ce quil fera des informations amenées par le jeune lors de ces entrevues (individuelles ou avec ses parents). Beaucoup de médiateurs sentendent pour dire que si lenfant est intégré dans le processus de médiation cela se fait à la suite de léclaircissement des problèmes du couple.

39 La question se pose : comment intégrer les enfants dans le processus de médiation et quand ? Les enfants peuvent être intégrer dans le processus de médiation à divers moments du processus de médiation : lorsque les parents abordent un sujet qui les concerne, leur hébergement ou quand il est nécessaire que les enfants aient besoin dinformations. Intégrer les enfants/adolescents au sein du processus de médiation dépend des situations, de la demande des parents et du contexte.

40 Mise en situation dun groupe de quatre personnes à savoir : deux parents, un médiateur familial, une adolescente. Vous êtes médiateur familial, vous recevez Carine (16 ans et demi) et ses parents en médiation. Carine est en désaccord avec ses parents. Ceux-ci ne souhaitent pas que Carine poursuive la relation quelle entretient avec son ami, Pierre. Carine, désire sinstaller avec Pierre dès à présent. Carine est une bonne étudiante, elle poursuit sa cinquième secondaire avec succès. Comme parents, vous craignez une diminution de ses résultats scolaires et considérez quelle est trop jeune pour quitter le nid. Vous pensez que votre fille prend le foyer familial comme un hôtel. Votre relation est mise à mal par le rappel incessant des règles de vie communes. Cette situation devient insupportable.

41 La participante qui a joué le rôle de Carine ne sest pas sentie entendue, comprise… par ses parents. Elle avait le désir de parler à ses parents, de leur faire comprendre ses besoins, de leur tendre une perche. Elle avait besoin dêtre écoutée, comprise. Elle se sentait submergée par les exigences de ses parents, quoiquils fassent, disent… cela ne changeait rien. La participante qui a le rôle de la médiatrice, a manifesté un manque de temps pour amener les participants à sécouter. Chaque partenaire ayant exprimé le problème au départ de sa position personnelle. Rappelons que sous les positions (cf. iceberg) se cachent les Valeurs, Intérêts et Besoins de chacun. Lexpression des Emotions permet de faire le lien avec ces VIBEs. LES ECHANGES

42 La participante qui a joué le rôle de la maman. Confronté dans son milieu professionnel à des jeunes en difficultés avec leurs parents, elle a pu jouer avec facilité le rôle de parent. Elle savait quoi dire, quelle réplique donner. Néanmoins, par le biais de lespace ouvert par la médiation, il désirait faire un pas, un effort envers Carine. Le participant qui a joué le rôle de père, il avait des craintes par rapport à Carine et à son devenir. Il essayait de faire des tentatives dapproches et de compréhension envers les souhaits de sa fille mais lincompréhension mutuelle existait et peu de place à louverture vers lautre.

43 Synthèse des échanges : En début de médiation, le médiateur peut lorsque les personnes entament le processus de médiation familiale, connoter positivement leur démarche et les féliciter de participer à ces rencontres. Ils font, en effet, une démarche familiale. Il y a différentes situations de conflits familiaux. Ces conflits ne sont pas forcément liés aux séparations et aux divorces. Parmi les situations familiales conflictuelles, certaines ont un impact sur lenfant/ladolescent (ex. : couple qui dysfonctionne….), dautres impliquent les enfants (ex : conflits de valeurs/règles entre parents/adolescents…), dautres encore impliquent toute la famille voire toutes les générations (ex ; placement dun parent en institution par manque dautonomie personnelle ….).

44 Dans toute médiation, il est important que le médiateur établisse une relation de confiance avec les participants. Il précise quelques règles de communication efficace (parler pour soi « Je », « sens », des échanges avec respect mutuel, sans violence verbale ou physique….). Expliquant lintérêt de la médiation, le médiateur invite les partenaires à sengager dans le processus de médiation (processus volontaire). Il instaure un espace de parole, base dun respect mutuel. Il permet à chacun de sexprimer, dêtre écouter avec empathie. La communication circule entre les participants. Chacun doit se sentir à laise, en confiance et respecté …. même si les points de vues exprimés peuvent être différents (ex. : deux parents font alliance contre ladolescent ; une mère et son enfant font alliance contre le mari, etc.). La solution aux difficultés formulées émerge des échanges entre partenaires. Le médiateur, tiers, aide cette démarche : dans un premier temps, il permet lexpression des divers points de vue ; il soutient la formulation des valeurs, intérêts, besoins ; recherche avec les partenaires les solutions possibles (remue méninges) et retient en fin de compte la solution la plus appropriée, celle répondant aux mieux à la satisfaction des besoins des intéressés.

45 Pour terminer, chaque participant retient de latelier les mots clefs suivants : Responsabilité, écoute active, attention, confiance, empathie, créativité, circulation, redémarrer, respect, parole, démarche familiale, synergie, connotation positive…. Le mot de la fin a été de remercier les participants de leur venue et de leur participation active à la démarche de médiation familiale. Sophie BRUYR Rapporteur

46 La médiation scolaire

47 Dans le groupe, aucun des participants ne travaillaient dans le domaine de la médiation scolaire, le groupe était composé de : 3 étudiants ; 3 professionnels ne travaillant pas dans le milieu scolaire ; 2 référents travaillant en milieu scolaire Mise en place :

48 Avant de démarrer les débats sur le fonds, lanimatrice a mis les participants en condition de médiation. Les participants se sont installés en cercle. Lusage du « tu » a été convenu dès le départ, la prise de parole se faisait au travers dun bâton de parole symbolisé ici par un marqueur. Chaque participant a fait état de ses attentes par rapport à latelier. Celles-ci pouvaient se résumer par cette phrase : « que puis-je faire en fonction du contexte dans lequel jévolue ? »

49 La médiation a été définie comme étant une méthode de gestion de conflit mais également un processus de transformation des conflits. Au vu de la complexité institutionnelle du monde scolaire et du timing serré, il a été choisi de faire un état des lieux de ce qui existe et de « quoi faire avec » (notamment les médiateurs de la Région Wallonne, de la Communauté française, de Bruxelles, les médiateurs de 1ère, 2ème, 3ème ligne, les intervenants sociaux des écoles). CONTENU :

50 Par souci de clarté, il a aussi fallu spécifier les actions de chacun (qui fait quoi ?) car le domaine scolaire peut être assimilé à un filet avec des mailles. Celles-ci doivent encore être resserrées afin déviter à certains jeunes de passer au travers. De plus, sur base de létat des lieux, le groupe a également constaté quil y avait des trous dans ce filet. En effet, on constate que les champs préventifs et curatifs ont été investis par les professionnels mais quil subsiste un vide entre ces deux champs qui doit encore être investi et qui est symbolisé, dans notre parabole du filet, par les trous.

51 Il faut investir le vide laissé entre les champs préventif et curatif. La médiation scolaire est une médiation « hybride » car elle touche beaucoup de domaines, comme la famille, le quartier, lécole, linterculturalité… Il faut avancer à petits pas, en composant avec le « ici et maintenant ». Et permettre ainsi de prendre contact avec lautre, détablir une relation, de (re)nouer des liens Laurence LEPRINCE Rapporteur CONCLUSIONS

52 La médiation interculturelle

53 Avant tout, latelier sest déroulé en trois étapes bien distinctes. Une quinzaine de personnes ont participé à ce moment déchange et de réflexion. En premier lieu, une animation était proposée sous forme dun bain de langue dont lobjectif était de mettre les participants dans une situation identique à celle vécue par les personnes étrangères et les intervenants sociaux.

54 Un sentiment de la frustration, dincompréhension, des sourires, les visages crispés et linquiétude permettaient dobserver que Les réactions étaient très significatives et vécues différemment par les participants. Suite à cette introduction peu habituelle, il ressort de léchange que les différents protagonistes ont tenté dinterpréter les gestes et le comportement de lanimatrice afin de comprendre son histoire. Par ailleurs, ils semblaient prendre conscience des difficultés rencontrées par les personnes étrangères nouvellement installées sur le territoire. En deuxième lieu, un bref retour sur la genèse de la médiation interculturelle et sa mise en place sur la ville de Namur.

55 Depuis de nombreuses années, le Centre dAction Interculturelle était confronté aux demandes des personnes étrangères ou dorigine étrangère par le biais de ses employées (Saida et Iqbal) mettant en exergue les obstacles rencontrés par la population étrangère dans leurs relations avec les services, les associations, les institutions. Dautre part des écoles, des centres PMS, des hôpitaux, des services daide à la jeunesse,…. ont fait part au CAI des difficultés de cerner la culture de leur public dorigine étrangère et de concevoir une intervention adaptée à ce public. En 1994, un groupe de réflexion sest réuni à plusieurs reprises autour du thème « jeunes filles en rupture avec leur communauté » et a tenté de dégager les difficultés que rencontrent des services spécialisés (AMO, SPJ, …) lorsquelles doivent intervenir quand il y a rupture entre la jeune fille et sa famille dorigine turque ou maghrébine. La même année, un groupe « enfants étrangers à lécole » sest mis en place.

56 En 1996, lors des Assises de lintégration en province de Namur, un état des lieux des difficultés a été réalisé et des propositions ont été faites pour mieux prendre en compte la multiculturalité croissante de notre société. Nous avons tenté, depuis cette époque de trouver les moyens institutionnels aux besoins de médiation interculturelle, notamment en province de Namur. En outre, il est important de rappeler le projet de la Ministre de Magda de Galan. La conférence interministérielle à la politique de limmigration a en 1996, reconnu la nécessité de faciliter laccès des personnes étrangères ou dorigine étrangère aux soins de santé et ce, notamment par l amélioration de la communication entre les patients et le personnel soignant. Lors de cette conférence, la ministre des affaires sociales a proposé un projet « médiation interculturelle dans les hôpitaux ». Celui-ci a commencé à prendre forme à Namur en février 1997 : deux médiatrices interculturelles ont ainsi pu être engagées grâce à une étroite collaboration entre le CAI et le CHR de Namur. Soulignons que lorsque le projet fédéral s est arrêté, puisquil sagissait dun projet pilote, le CHR a estimé nécessaire dorganiser le service de manière structurelle.

57 Aujourdhui, outre les médiatrices dorigine turque, maghrébine et une albanaise ainsi quelquune personne dorigine russe puis que ces besoins se font de plus en plus percevoir sur le namurois. Par ailleurs la ville de Namur sest dotée dune cellule de médiation interculturelle dans le plan de prévention et de proximité. Pour rappel, le Centre pour lÉgalité des Chances et de la lutte contre le Racisme, dans son rapport annuel de 1996, fait état de la difficulté des hôpitaux dassurer des prestations de soins satisfaisantes et de poser un diagnostique lorsque les médecins sont confrontés aux barrières linguistiques et aux différences culturelles.

58 La médiation interculturelle est alors proposée comme solution et est envisagée comme ayant les fonctions suivantes : 1-Lamélioration de la communication entre les patients, leurs familles et les professionnels de la santé ; 2-Linformation du personnel soignant sur les caractéristiques culturelles et cultuelles des patients sur les modes dexpressions relatifs à la santé et à la douleur ainsi que sur les caractéristiques culturelles générales ; 3-Linformation des patients sur les caractéristiques générales du pays daccueil et, plus précisément encore en matière de santé ; 4-Linterprétariat au sens du décodage culturel ; 5-La défense des intérêts des usagers, par exemple sur le plan des droits sociaux et des démarches administratives ;

59 Suite à ce rapport, un projet allait prendre forme et être proposé par le Ministre Fédéral des affaires sociales qui, en novembre 1997, signait une convention stipulant que les missions des médiateurs consisteraient, notamment, à identifier, à analyser et à contribuer à la résolution des problèmes engendrés par des situations dinter culturalités, et, intervention auprès des patients et des soignants pour en améliorer la compréhension, au plan linguistique et culturel. La médiation interculturelle quant à ses finalités, vise dune part une meilleure reconnaissance des différentes cultures présentent au sein de notre société et dautre part, vise lintégration socioculturelle des personnes étrangères et dorigine étrangère. Elle se définit comme la facilitation de la communication entre deux personnes (par exemple dans une même famille), entre une personne et une institution ou un service. Elle tiendra compte des différences de valeurs, de normes et de langues et elle partira de lhypothèse que ces différences ne peuvent être niées mais au contraire prisent en compte pour une meilleure communication. REMARQUE :

60 En 2001, un nouveau service de médiation interculturelle voit le jour sur le territoire de Sambreville en partenariat avec la commune de Sambreville. Une équipe de deux médiateurs interculturels travaillant à mi-temps est présente. Suite à ce rappel, les échanges se sont concentrés autour des apports de la médiation interculturelle en province de Namur et de la possibilité de créer dautres cellules en Région Wallonne. Effectivement, les participants se posaient diverses questions en lien avec les opportunités et les moyens financiers favorisant le développement de ce service. Par ailleurs, il ressort dune part que les situations insatisfaisantes que les intervenants sociaux rencontrent ont pour origines, les spécificités culturelles, linguistiques et philosophiques. Dautre part, linsuffisance de service similaire et professionnel en Région Wallonne. En plus, depuis 2004, les Centre régionaux dintégration des personnes étrangères ou dorigine étrangère tel que le CAI, se sont doté dun service dinterprète sociale qui répond à la demande dinstitutions, dhôpitaux, de service de Santé mentale….

61 La fonction dinterprète sociale a pour objectif la traduction orale entre les personnes et les professionnelles. Par conséquent, ces travailleurs peuvent répondre aux besoins non couvert en termes de langue. Cependant, il facilite la compréhension et la communication entre les différents protagonistes. Pour conclure latelier, en troisième lieu, la réflexion laissait apparaître diverse perspectives et soulevait la question de la reconnaissance du métier de médiateur interculturel par les décideurs.

62 Parmi les pistes proposées pour un développement de la médiation interculturelle à niveau plus général, nous listerons les plus réalistes : 1-Créer de nouvelles cellules de médiation interculturelle dans dautres Centre hospitalier, Communes et au sein du tissu associatif. 2-Interpeller les politiques sur la reconnaissance de la Médiation interculturelle en tant que métier. 3-Identifier les formations adéquates nécessaires pour la pratique de cette fonction. 4-Rechercher des moyens financiers pour stabiliser les travailleurs actuels et à venir. 5-Renforcer les cellules existantes en fonctions des réalités locales. 6-Renforcer la complémentarité avec le Setis Wallon. Abderrahman AKANTAYOU Rapporteur


Télécharger ppt "RAPPORT DES GROUPES DE TRAVAIL Colloque du 13 novembre 2008 La médiation à Namur, 10 ans après, originalité et richesse."

Présentations similaires


Annonces Google