La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Un des problèmes avec la recherche sur le cynisme est quil est difficile déviter de devenir cynique soi-même.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Un des problèmes avec la recherche sur le cynisme est quil est difficile déviter de devenir cynique soi-même."— Transcription de la présentation:

1 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Un des problèmes avec la recherche sur le cynisme est quil est difficile déviter de devenir cynique soi-même. James W. Dean Le cynisme sociopolitique

2 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Afin de ne pas sentendre sur les mots ! Une définition … Le cynisme est un sentiment de perte de confiance voire de méfiance à légard du système politique, et se traduit par un désintéressement dans les affaires publiques et par une réduction de la participation électorale. Agger et al (1961) puis Erber et al (1990)

3 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 ….des comportements Une attitude blaséeUne manière de vivre Ne croit plus en rien Rire jaune plus ou moins résigné face à l'état du monde : cest ainsi, on y peut rien. Haussement dépaule. Il faut faire avec (Adaptation) Lactivité politique est suspecte: ceux qui lexercent visent le pouvoir et convoitent le prestige et les privilèges. Une vertu critique Sarcasme assumé afin de gouverner sa vie indépendamment des conventions et du pouvoir. Il faut dénoncer (Transformation) Lactivité politique est dangereuse: elle corrompt, elle vise la vie en collectivité, alors quil faut vivre le détachement Accusation : Lorsque lon traite quelquun de cynique (Un politicien, un directeur, etc.), cest quIl a un double discours, quil joue un double jeu, quil nous berne ou nous dupe. Quelquun qui brave impunément les principes moraux, les convenances pour des intérêts personnels.

4 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre Le cynisme sociopolitique Contexte: (une perception négative) 1.Problématique Pourquoi le citoyen sintéresse de moins en moins aux débats publics ? -4 principaux facteurs -Comment réinvestir dans le débat public ? 2.Une solution pratique Comment favoriser la participation citoyenne dans le débat (délibération) ? -Le sondage délibératif Conclusion: (ça marchera pas)

5 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Contexte AGA thématique de la SADC Réingéniring de lÉtat (loi 34) Manque de leadership et de suivi du plan de développement Recul de la société civile (ex: les CRÉ) Un lien qui seffrite entre la population et les élus. Cynisme ? Conférence de Mathieu Bock-Côté

6 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Problématique Pourquoi les citoyens s'intéressent de moins en moins aux débats publiques ? Trop individualistes. Nont pas lenvergure nécessaire pour comprendre ou pour sy intéresser. Ils sont cyniques (exaspérés) par rapport à la classe politique: les hommes politiques nont rien à se reprocher, sinon la corruption.

7 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre principaux facteurs 1.Le corporatisme 2.Lexpertocratie 3. Le gouvernement des juges 4.Le politiquement correct

8 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Le corporatisme 1.On assiste à une nouvelle forme de corporatisme (multiplication des lobbys) qui musèle la parole publique et populaire. – Des groupes prétendent parler au nom de l'ensemble de la population (sans en avoir le mandat) mais finalement qui ne parlent au nom de 7 personnes particulièrement agitées ou bien placées. – Il n'y a que des intérêts éparpillés qui cherchent chacun à s'approprier les miettes du gâteau collectif. – Chacun n'en vient qu'à défendre ses intérêts sans jamais plus être capable de les coordonner dans une vision d'ensemble qui saurait transcender les différences entre les groupes, qui saurait inspirer quelque chose comme une nouvelle vision d'avenir pour la société québécoise.

9 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Le corporatisme – Le bien commun est de plus en plus une fiction. C'est de moins en moins une réalité à laquelle on se réfère politiquement. – La pression du multiculturalisme. Il n'y a que des communautés étrangères les unes aux autres, il n'y a que des identités qui veulent être reconnues les unes les autres sans être capables de s'inscrire dans une collectivité. Il n'y a plus de projets communs; il ny a plus de société; il ny a plus de peuple, il ny a plus de collectivité, de vision d'ensemble.

10 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Lexpertocratie 1.La caste des experts : On fait appel de plus en plus à des experts sur des questions fondamentales. Cela nous laisse croire (et certains le croient dur comme fer) Il y a un discours de plus en plus présent dans le débat publique qui nous dit à peu près la chose suivante : ''la population n'est pas assez mature, la population n'est pas assez évoluée, la population n'est pas assez instruite pour s'occuper des problèmes politiques fondamentaux''. Les experts, qui on le sait, ne se trompent jamais. Ex. 1 - les débats sur la réforme scolaire : De permettre aux gens de se préoccuper véritablement d'éducation, du rôle du système d'éducation, ce serait du simplisme et du populisme. Parce que la pédagogie aujourd'hui c'est reconnu une science éminemment complexe. La pédagogie appartient aux pédagogues : ''parents, circulez ! il n'y a rien à voir". On met la question de l'éducation à l'abri du débat publique.

11 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Lexpertocratie Ex. 2 - Le débat sur les accommodements raisonnables: À la Commission Bouchard-Taylor, on nous a dit : ''enfin, ce débat sera remis entre des gens qui s'y connaissent. On va quitter les passions populaires: « Comment voulez-vous expliquer à des gens qui n'écoutent que TQS, TVA, au mieux le Télé journal et qui ne sont pas des intellectuels, que la diversité, le multiculturalisme sont le nouveau modèle pour la société. Comment voulez-vous leur expliquer, même nous entre intellectuels ne sommes pas convaincus ». Sous le couvert de vouloir entendre les gens, il se sont sentis investis dune mission à expliquer ce phénomène. Nous assistons à une dérive technique des questions politiques Il n'y a que des questions techniques pour les experts, et les technocrates qui sont les plus importantes. On confine les débats publiques dans un espace réduit. on pourra toujours discuter à savoir si les garderies doivent être à 5, 7 ou 9$, mais si on veut aller au-delà on va nous dire : ''vous êtes coupable d'incompétence, veuillez ne pas vous en mêler''.

12 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Le gouvernement des juges 1.Les chartes de droits règlent le débat public. Nos nouveaux textes sacrés de nos sociétés, des documents intouchables. Les chartes de droits influencent notre manière de penser la démocratie: – on ne peut les remettre en question sans être accusé toute personne qui remet en question les chartes de droits est accusée de replonger dans les jours les plus sombres du 20e siècle. On ne peut pas tolérer que la majorité se prononce parce qu'on ne peut pas soumettre à la majorité les droits des minorités. 2.Les jugent et les avocats sont appelés à museler la parole des gens: – Entre les élus même on se poursuit pour diffamation, atteinte à la réputation, par mise en demeure de se rétracter ou de se la fermer. Les scandales de corruptions. On assiste à la judiciarisation du politique, au transfert de pouvoir vers les juges, les avocats I

13 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Le politiquement correct 1.Le politiquement correct, c'est une manière de tenir les gens à l'écart du débat en les disqualifiant: – Quelqu'un plaide pour un retour à une école plus classique ? Vous êtes un réactionnaire, cest un retour à Duplessis (vous laimer). – Quelquun qui soppose au multiculturalisme ? Il ne propose pas une défense décomplexée de l'identité québécoise. Non ! c'est un xénophobe et un raciste. – Jacques Parizeau ? Dire son opinion, cest un dérapage. 2.On se retrouve avec des rééducateurs de bonne société : – Qui nous disent toujours comment parler, comment penser, et ne pas déraper. – Lorsqu'elle s'introduit dans le débat publique, une partie de la population se fait constamment reprendre à la manière d'un enfant.

14 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Le politiquement correct 3.Le politiquement correct, cest même du terrorisme intellectuel : – Cela suggère que si vous êtes en désaccord avec le système, vous n'êtes jamais loin d'une dissidence criminelle. Vous risquez les pires exécutions publiques ou médiatiques. – Nous vivons une époque où il y a une police du langage : faut dire faut pas dire ceci ou cela. Cest la performance appliquée au langage. La performance dun système, dune institution, dune organisation, dun individu. Cest très sournois, le système de compétition ou le néolibéralisme si lon veut, nous a déjà pénétré les entrailles. Des animaux politiques domestiqués.

15 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 En résumé… On assiste à une confiscation de la parole publique et populaire. Une confiscation politique : Il ny a plus de place pour le peuple définit comme sagesse collective, qui défend lintérêt commun dune communauté (la fameuse volonté générale). Il ny a plus que des volontés particulières qui saffrontent. Une confiscation technocratique: Il faut des élites pour guider le peuple, la populace avec ce que cela connote dignorance, dégoïsme. La parole est aux experts. Lidée quêtre politicien cest une profession. Une confiscation juridique : Pour menacer, faire taire ou pour éviter de prendre des décisions politique, on sen remet au système juridique. Une confiscation économique : Une police du langage sest intériorisée en nous prônant les valeurs néolibérales: la compétition, lacceptation du système et sy adapter.

16 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Retrouver le courage politique Donc, comment réinvestir dans le débat public ? 3 pistes 1. Redécouvrir le courage politique (les conclusions de M. Bock-Côté) : – Le courage d'affronter les nouveaux pouvoirs, – Le courage de contester les vérités incontestables, – Le courage de rappeler qu'en démocratie, il n'y a rien de plus légitime que des débats véritables, entre des options qui se contredisent mais qui offrent des choix véritables aux citoyens – Le courage de prétendre quune collectivité peut se gouverner elle- même, davoir une emprise modeste mais réelle sur son avenir. – Les québécois s'intéressent aussi à la politique à la condition qu'ils ne soient pas voués à l'impuissance démocratique.

17 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Retrouver le courage politique 2. Récupérer le cynisme en tant que philosophie ? – Prêcher la cohérence: sopposer au double discours, entre la théorie et la pratique. Que les principes coïncident avec la conduite. – Utiliser lironie, lhumour grinçant: dans une optique de pédagogie et de prise de conscience: Diogène disait: « Les autres chiens mordent leurs ennemis, tandis que moi, je mords mes amis de manière à les sauver ». Le cynique serait un éclaireur ? – La stratégie du Hareng 3. Mettre en œuvre des pratiques de participation citoyenne – Cest ce que nous allons voir

18 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Une solution pratique Le Sondage délibératif (« Deliberative Poll ») ou les consultations délibératives est un des moyens pour favoriser la participation citoyenne, dans le débat public Principal objectif : 1.Mettre en valeur la démocratie délibérative (le tournant délibératif de la démocratie); 2.Permettre au peuple de sexprimer (la voix du peuple) pas seulement en votant aux élections. Présentation: 1.Constats 2.Principes 3.Déroulement en 5 étapes 4.Impacts 5.Exemples

19 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Constats Une crise de la représentativité caractérisée par une déconnexion croissante des élites et du grand public. (Les gens sont fatigués des élites qui nous disent ce quil faut faire – Fishkin). Le personnel politique et les groupes dintérêts ne sont pas les porte- parole rigoureusement fidèles du peuple. Le faible niveau dinformation du public (concept dignorance rationnelle) Labsence de mécanisme pouvant représenter ce que le public penserait sil était sérieusement impliqué et informé, et ce quil penserait réellement après une vraie réflexion.

20 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Principes Une vision délibérative de la démocratie: cest de la discussion, pas seulement le vote. Une démarche (inter)active – et non plus réactive et isolée. La conviction que le grand public (le citoyen ordinaire) est en mesure dapporter une contribution substantielle à lélaboration des politiques publiques, lorsquil sengage dans une forme particulière de discussion publique. Un souci dassurer légalité politique (lutilisation du tirage au sort) Quand les masses doivent faire à des élites plus compétentes, le rapport de forces ne semble pas à lavantage du public. En tout temps et en tout lieu, la plupart des citoyens sont généralement peu au fait des détails des politiques publiques. Un mécanisme pour choisir (tirage au sort) et pour bien informer (dossiers étoffés).

21 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Principes Créer les conditions adéquates pour le sondage délibératif: – Régler le problème de léchantillonnage aléatoire: demander à des participants choisis au hasard de se prononcer sur des sujets politiques amènent peu de réponses des attitudes de je ne sais pas trop – Dans les sondage traditionnels les personnes qui y répondent nexpriment pas leurs opinions réelles mais plus simplement la première chose qui leur vient à lesprit. – Contrer notre tendance à nécouter que les personnes qui sont daccord avec nous : discutant de politique, chaque personne tend à ne parler quà ses semblables, dont elle peut partager le point de vue.

22 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Déroulement en 5 étapes 1.Prendre un échantillon aléatoire de citoyens (créer un microcosme du public). Entre 200 à 500 personnes. -Leur soumettre un questionnaire en vue dappréhender lopinion de ceux-ci sur un ou des sujets donnés mais également dévaluer leur degré de connaissance de ce sujet. -Au terme du questionnaire, il est proposé à la personne sondée de participer, un mois plus tard environ, à deux ou trois jours de délibération sur la problématique abordée. Un soin particulier est accordé au maintien de la représentativité des différentes catégories de la population lors du passage de léchantillon initial à celui composé en vue de la délibération à partir du réservoir de volontaires.

23 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Déroulement en 5 étapes 2. Phase dinformation au cours de laquelle les sondés ayant accepté de poursuivre lexpérience reçoivent un dossier informatif (le « briefing book ») qui synthétise lenjeu de la délibération. -Le dossier documente les différentes propositions en débat de manière aussi équilibrée et objectivée que possible. -Dautres outils dinformation sont mis à la disposition des participants pressentis (site web) présentant les diverses thèses. -Pendant la période qui sépare le sondage initial de la délibération, les participants font lobjet de contacts réguliers afin de vérifier la persistance de leur intérêt et, au besoin, de raviver celui-ci (au moyen dincitants par exemple).

24 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Déroulement en 5 étapes 3. Juste avant la délibération proprement dite, il est demandé aux participants de répondre à nouveau au questionnaire qui leur avait été soumis lors de la prise de contact initiale. -Cela permet dapprécier ultérieurement lévolution des points de vue entre le sondage initial à froid et le terme de la phase dinformation par la diffusion dune documentation de base.

25 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Déroulement en 5 étapes 4.Phase de la délibération : les participants sont réunis pendant deux journées environ en un lieu unique et adapté (accueil, ateliers, plénières). 4.1 Après la présentation, les participants sont répartis en sous-groupes au sein desquels ils sont invités à discuter des propositions mises en débat. (de façon à maximiser la diversité des points de vue en présence). Langle et la portée des discussions varient en fonction de laccessibilité de la question traitée (spécialistes de lanimation). Des séances sont prévues à loccasion desquelles les délibérants ont loccasion de soumettre des questions techniques ou déclaircissement à des experts qui sabstiennent démettre leur opinions personnelles. Les sous-groupes formulent des interrogations et des interpellations adressés aux défenseurs des différentes thèses en présence.

26 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Déroulement en 5 étapes 4.Phase de la délibération (suite) : 4.2 Létape suivante, qui se déroule généralement dans la matinée du dernier jour, consiste en une ou plusieurs réunion(s) plénière(s) au cours de laquelle ou desquelles un panel équilibré d'experts et de décideurs sont invités à défendre leur position face aux participants qui posent leurs questions. 4.3 A lissue de ce débat général, les délibérants se retrouvent entre eux – en séance plénière ou en sous-groupe – afin déchanger une dernière fois leurs impressions et leurs analyses.

27 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Déroulement en 5 étapes 5.Les travaux – et, avec eux, le processus délibératif – se concluent par une dernière mesure de lopinion. Il est en effet demandé aux délibérants de répondre, toujours de façon individuelle, au questionnaire qui leur a déjà été présenté deux fois précédemment - Ce matériau devant permettre de mesurer limpact de la délibération sur la formation des opinions. - Un sondage téléphonique peut être mené pendant la phase finale de la délibération afin de comparer lévolution de lopinion des délibérants à celle du grand public sur le même sujet. - Les décideurs se sont engagés à tenir compte du résultat du sondage.

28 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Impacts Le fait que les dirigeants sengagent à tenir compte des résultats de la délibération, et tiennent parole, rétabli un lien de confiance réel entre citoyens et élites et envers leurs institutions. Donne plus de légitimité aux décisions publiques qui s'ensuivent. Compte tenu de lampleur du processus, cette procédure ne peut s'appliquer qu'à un nombre restreint de problématiques puisqu'elle assure à la fois la représentation des citoyens, la qualité de l'argumentation, et l'écoute des décideurs.

29 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Impacts Son principal défaut réside bien sûr dans son coût (ex. Tomorrows Europe transport et hébergement de 362 participants de 27 pays de l'UE, traduction simultanée dans 21 des 23 langues officielles). Un gain significatif de connaissances a été constaté ainsi que, dans le cas de sociétés divisées, une meilleure tolérance mutuelle (mon mari lit les journaux...) la mise en œuvre de tels moyens soit justifiée dune part par le niveau des enjeux dintérêt général, dautre part par lexistence dopinions contradictoires (si tout le monde est daccord sur un sujet, à quoi bon délibérer ?).

30 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Quelques exemples Une quinzaine de sondages délibératifs ont été organisés, dans des contextes extrêmement différents, entre autres : aux États-Unis, par des autorités locales sur des questions énergétiques ; une autorité locale européenne (Latium, sur les questions d'éducation); À Marousi, banlieue d'Athènes, pour désigner le candidat du PASOK aux municipales) ; L'un des nouveaux pays de l'UE, ex-pays communiste (Bulgarie, sur la question des Roms) ; Sous un régime post-totalitaire (municipalité de Zeguo, Chine, sur la définition des priorités en matière d'investissement).

31 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Commentaires de Fishkin Le public est intelligent si vous lui donnez la chance de sexprimer et si vous donnez des responsabilités… Si les gens ont le sentiment que leur voix compte, ils se mettent vraiment à travailler fort… …et ça travaille mieux quand vous avez des choix difficiles à faire…

32 Ressources Conférence de Mathieu Bock-Côté : Cynisme politique ? sources-10-juin-2010-a-mante-du-carre-a-danville sources-10-juin-2010-a-mante-du-carre-a-danville James S. Fishkin : Vers une démocratie délibérative : lexpérimentation dun idéal 1_207.pdf?sequence=1 1_207.pdf?sequence=1 Henri Monceau : Constitution européenne et délibération : Lexemple de focus groups délibératifs à la veille du référendum du 29 mai europe.eu/fileadmin/IMG/pdf/Etud45-fr.pdfhttp://www.notre- europe.eu/fileadmin/IMG/pdf/Etud45-fr.pdf Peuple cherche pouvoir s : la participation populaire dans les processus décisionnels (cet article passe en revue les différentes pratiques de participation citoyenne ) Sur le cynisme en général : – Jean-Paul Jouary et Arnaud Spire, Servitudes et grandeur du cynisme, Paris/Québec, Desclées de Brouwer/Fides, – Léonce Paquet - Les cyniques grecs, Le livre de poche, mars 1992 Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010

33 À VENIR ?? 2 - Le cynisme organisationnel 1.Définition 2.Types de cynisme organisationnel 3.À lorigine du cynisme : 1.La rupture du contrat psychologique 2.Besoins non satisfaits 4.Quelques conséquences

34 Commentaires et réflexions Comment lutter contre le cynisme ? Quelles pratiques pour augmenter la participation citoyenne ? Le sondage délibératif est-il possible ? Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010


Télécharger ppt "Daniel Pitre / Présentaion au CAP Décembre 2010 Un des problèmes avec la recherche sur le cynisme est quil est difficile déviter de devenir cynique soi-même."

Présentations similaires


Annonces Google