La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lépidémiologie : quels intérêts pour la psychologie sociale de la santé ? Thémis Apostolidis Année universitaire 2006-2007 Université de Provence, Master.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lépidémiologie : quels intérêts pour la psychologie sociale de la santé ? Thémis Apostolidis Année universitaire 2006-2007 Université de Provence, Master."— Transcription de la présentation:

1 Lépidémiologie : quels intérêts pour la psychologie sociale de la santé ? Thémis Apostolidis Année universitaire Université de Provence, Master de Psychologie, Spécialité Psychologie Sociale, PSYQ04D « Épidémiologie et Psychologie Sociale de la Santé »

2 Quelle place dobservateur ? Une approche de Psychologie Sociale de la Santé La Psychologie Sociale de la Santé propose un ensemble de savoirs dans le domaine de la santé et de la maladie sappuyant à la fois sur les outils théoriques et méthodologiques de la Psychologie (Psychologie Sociale, Psychologie de la Santé, Psychologie Clinique) et sur les approches des Sciences Sociales (Épidémiologie, Sociologie, Économie, Anthropologie,...). Elle est centrée sur létude et la résolution des problèmes de santé dans les différents contextes sociaux et culturels dans lesquels ils se manifestent. Morin & Apostolidis (2002) In : Fischer G-N. (ed.). Traité de Psychologie de la Santé, Paris : Dunod.

3 Une tendance actuelle dans la recherche en santé publique La pluridisciplinarité Lexemple de lUMR U-379 de l INSERM

4 LA MESURE EN SANTÉ PUBLIQUE DOIT SAPPUYER SUR DEUX TYPES DE DONNÉES Données objectivées (Mesures directes) Prévalences épidémiologiques (mortalité, comportements à risque) Données cliniques (symptomatologie et étiologie médicales) Données socio-économiques (distribution sociale des inégalités de santé). Données subjectivées (Autoévaluation) Vécu singulier de la personne (santé perçue, qualité de vie, aspects psychologiques). Significations associées et théories personnelles (« la maladie du malade », JL Pedinielli, 1999). La pensée sociale concernant la santé et la maladie (représentations sociales, modèles culturels).

5 Quel est lintérêt des enquêtes épidémiologiques pour la psychologie sociale de la santé ? 1. Une forme de contextualisation (par exemple, la question des inégalités sociales de santé). 2. Un support pour la problématisation de la recherche (pertinence, faisabilité, contraintes méthodologiques)

6 La santé des jeunes : un enjeu de santé publique Depuis quelques années en France, létat sanitaire, perçu et diagnostiqué, des jeunes dans leur ensemble est satisfaisant, mais on observe une aggravation des problèmes de santé (physique, mentale) dans certains groupes dadolescents et de jeunes.

7 Lintérêt des relevés de lépidémiologie : les aspects saillants des inégalités sociales de santé Disparité de la mortalité selon la catégorie sociale dappartenance (surmortalité des ouvriers et des employés par rapport aux cadres : maladies cardio-vasculaires, cancers, morts violentes …, voir Jougla et all., 2000; variation de la mortalité par cancer du poumon en fonction du taux de chômage en PACA, Menton versus Marseille, source ORS-PACA 1998). Un gradient social de mortalité tout au long de la vie (mortalité périnatale - 7,1/1000 pour les enfants dont le père est cadre, 10,2/1000 pour ceux dont le père est ouvrier, voir Kaminski et all., 2000; durée de vie après la retraite : après 10 ans, 48% douvriers étaient décédés versus 18% des cadres, voir Leclerc et all., 2000).

8 Mortalité masculine prématurée selon le milieu social par alcoolisme (25-59 ans en PACA) Un écart de 1 à 6 Taux standardisé par âge pour habitants (Données INSERM SC8 1990; Exploitation ORS-PACA, 1998)

9 Lintérêt des relevés de lépidémiologie : observer lévolution des comportements à risque Les déclarations concernant lusage de cannabis chez les adolescents (sources : INSERM et OFDT). Entre 1993 et 2003 : une hausse très marquée des expérimentations et des consommations répétées. Le niveau dexpérimentation des garçons de ans est passé de 8,1% à 24,9% et celui des filles de 6% à 16,5%. A ans, le niveau dexpérimentation des garçons a progressé de 20,6% à 47,6%, celui des filles de 16% à 41%.

10 Les apports des données épidémiologiques Observer des prévalences (maladies, comportements à risque). Identifier des variations et des étiologies (facteurs dexposition et de protection, influence du milieu social). Suivre et évaluer limpact dune maladie aux niveaux psychologique, relationnel, identitaire, … (exemple : suivi longitudinal avec une cohorte).

11 Le suicide des adolescents et des jeunes : un problème de santé publique.

12 Principales causes de décès des 10 à 24 ans en région PACA (1995) Source : INSERM SC / Exploitation ORS PACA Accidents de la circulation Morts accidentelles violentes Suicides Tumeurs Inconnues Autres causes Hommes (n=343) Femmes (n=126)

13 Mortalité par suicide chez les jeunes (15-24 ans) en FRANCE en 1997 (en %) Source : INSERM SC8 (Peguinot, Jougla, Le Toullec, Bovet, 2000) / Exploitation ORS

14 Taux de mortalité par suicide selon lâge et le sexe en Source : INSERM SC, INSEE estimations aux et Exploitations ORS Taux pour habitants Hommes Femmes France PACA

15 Taux spécifiques de décès par suicide par âge pour , en FRANCE en 1997 (15-24 ans) Source : INSERM SC8 (Peguinot, Jougla, Le Toullec, Bovet, 2000) / Exploitation ORS

16 Pensées et conduites suicidaires chez les ans (en %) Source : Baromètre santé jeunes 97/98

17 Jeunes ayant eu des idées suicidaires selon la perception de l estime parentale (en %) Source : Baromètre santé jeunes 97/98

18 a. "Avoir frappé ou blessé quelqu'un" b. au cours du dernier mois (par plaisir ou par défi) c. au cours des 12 derniers mois d. "frappé ou blessé" e. au cours de la vie Relations significatives et positives entre les différents contacts avec le risque Les *** indiquent au croisement entre une ligne et une colonne si les deux comportements concernés sont significativement corrélés Source : Baromètre santé jeunes 97/98

19 Population : les actifs hommes âgés de 25 à 59 ans en région PACA Taux standardisés par âge pour habitants Source : INSERM SC / Exploitation : ORS PACA par suicide Mortalité masculine prématurée (25-59 ans en PACA) selon le milieu social

20 Population : les femmes et hommes âgés de 1 à 59 ans en région PACA Taux standardisés par âge pour habitants Mortalité prématurée selon le type de communes par suicides Source : INSERM SC / Exploitation : ORS PACA

21 TS durant la vie TS avec hospitalisation Adolescents (14-21 ans) de la PJJ et Santé Les tentatives de suicide (en %) par sexe (Source : Choquet, Ledoux, Hassler, Paré, 1998)

22 Le suicide Un événement singulier Un fait psychosocial

23 Le suicide : 5 constats. Une cause de mortalité prématurée relativement importante chez les jeunes ans. Une conduite complexe à linterface de lindividuel et du collectif mettant en jeu la relation entre le sujet et son entourage. Une réalité différente en fonction du sexe : les femmes effectuent plus de tentatives tandis que les hommes décèdent davantage. Un phénomène révélateur dun malaise psychologique et social global (souffrances et mal-être, violence subie ou agie, conduites à risques, inégalités sociales, …). Un problème plus important dans les populations les plus fragilisées par les difficultés sociales et économiques.

24 Psychologie sociale de la santé Épidémiologie Lobjectivation épidémiologique : intérêt et problématique de la recherche La prise en compte des facteurs psychosociaux : identification et construction dindicateurs pertinents


Télécharger ppt "Lépidémiologie : quels intérêts pour la psychologie sociale de la santé ? Thémis Apostolidis Année universitaire 2006-2007 Université de Provence, Master."

Présentations similaires


Annonces Google