La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pour l’ENSSIB Lyon le 8 juin 2004 Jacques Perriault

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pour l’ENSSIB Lyon le 8 juin 2004 Jacques Perriault"— Transcription de la présentation:

1 Pour l’ENSSIB Lyon le 8 juin 2004 Jacques Perriault
Le rôle politique du numérique dans la normalisation

2 Qu’est-ce qu’une norme?
« un ensemble de règles d’utilisation, de prescriptions techniques, relatives aux caractéristiques d’un produit ou d’une méthode, édictées dans le but de standardiser et de garantir les modes de fonctionnement et la sécurité ». Le Robert C’est un ensemble de règles de conformité pour un produit ou un service, consigné dans un document de référence adopté au terme de négociations et de discussions parfois longues et difficiles.

3 Qu’est-ce qu’un standard?
Un standard, toujours selon la même source, est « un ensemble de caractéristiques, conforme à une norme, qui définit un système » Le Robert Dans la pratique, c’est un ensemble de recommandations développées et préconisées par un groupe représentatif d’utilisateurs, par exemple : L’Institute of Electricity and Electronical Engineering (IEEE), le WG3 (Working Group 3) de l’ISO/JTC1 (Join Technical Committee) la communauté MPEG (Moving Picture Expert Group. Mais celles-ci ne sont pas toujours appliquées. « positions dominantes » qui résulte d’un quasi-monopole, tel que celui d’un produit logiciel particulier sur le marché : Microsoft Office

4 Standard AICC le standard AICC (Aviation Industry Computer-based training committee), conçu dans le milieu de l’aéronautique, notamment par Boeing Industries et Airbus Industrie,

5 Standard SCORM le standard SCORM (Sharable Content Object Reference Model). Ce standard définit: 1) un modèle d’agencement des contenus d’apprentissage accessibles sur le Web 2) un environnement de traitement et d’exécution des objets d’apprentissage.

6 Standard IEEE/LTSC le standard IEEE LTSC (Learning technology standard committee) rnglobe: l’architecture des systèmes les caractéristiques des apprenants l’organisation des contenus par les métadonnées,

7 Standard LOM LOM : Learning Object Metadata (IEEE)
Le terme « learning object » désigne des cours et des ressources pour l’apprentissage Objectif du standard: normaliser les métadonnées qui décrivent ces objets : 1) organisation générale de l’objet 2) cycle de vie du document source 3) métamétadonnées, c'est-à-dire l’information spécifique à l’enregistrement des métadonnées 4) format, la taille, etc. 5) caractéristiques éducatives : niveau d’interactivité, niveau de difficulté, etc. 6) propriété intellectuelle 7) relations avec d’autres ressources 8) annotations des utilisateurs 9) organisation sémantique interne et niveaux de compétence requis[ pour les utilisateurs. [1] Jean Michel Saillant (sous la direction de) L’impact de la normalisation sur les dispositifs d’enseignement, Paris, GEMME, février 2002

8 Vers une norme LRM LRM : Learning Resources Management Métamodèles
Question de l’ Industrial Design Technologies

9 Notion d’information « un ensemble de données formatées, d’une certaine façon inertes ou inactives » Les informations peuvent jouer aussi les rôles suivants : rôle d’instruction, au sens informatique du terme, c'est-à-dire une étiquettes qui active des procédures. rôle d’indicateur de format, décrit avec des métadonnées, qui influe sur la structuration des contenus. R rôle d’organisation du dispositif. Les règles de normalisation décrivent avec minutie l’agencement des cours, en articulant instructions de procédures et indications de format. Rôle d’identifiant numérique. Certaines informations concernent directement celui qui apprend, son identité et ses compétences. [1] Dominique Foray, L’économie de la connaissance, Paris, La Découverte, 2000 consulter par exemple :

10 Politiques publiques on se situe dans un milieu où se pratique une gouvernance c’est à dire « un ensemble de processus transactionnels par lesquels des règles collectives sont élaborées, décidées, mises en œuvre et contrôlées ». (Pascal Lamy) deux catégories de critères : la transparence, la non exclusion et le respect. la légitimation qui renvoie au recrutement et à la mission des experts au statut même de ISO Notion de légitimation faible (Habermas): « le lien conceptuel entre la légitimation démocratique et les formes bien connues de l’organisation étatique se desserrent »

11 Constats actuels peu de pays sont représentés dans la commission SC 36 : Chine, Suisse, Cameroun, par exemple. Les pays industrialisés, USA, Canada, Royaume Uni, Australie, Japon et France l’intérêt accordé par l’opinion à la normalisation varie selon les pays. Très fort chez les anglo-saxons, il l’est beaucoup moins dans les autres. Or cette conscience est un élément constitutif de la « réflexivité » d’une société, nécessaire à son évolution dans des conjonctures de plus en plus soumises à l’incertitude et au risque[1]. les commissions de plusieurs pays, dont le France, ont du mal à traiter tous les points en négociation (work items) et à respecter les agendas. En tout état de cause, la conscience anglo-saxonne que le numérique est un enjeu politique mobilise beaucoup plus d’acteurs que dans d’autres pays. [1] Anthony Giddens, The Third Way : the Renewal of Social Democracy Cambridge, Polity Pres, 1998

12 Conditions l’établissement de partages clairs de compétence entre les Etats de droit et les organisations régionales qui les représentent, d’une part, et les dispositifs de gouvernance, d’autre part l’établissement de procédures, la procéduralisation Jacques Lenoble, Théorie de la norme et régulation démocratique,www.ucl.ac.be/recherche/pai/6_UNITES/p4_35.htm/

13 Rôle des SIC de médiation entre des disciplines concernées, mais sans relation sur cet objet, philosophie du droit et informatique, par exemple d’étude dans leur totalité de nouveaux acteurs de la mondialisation qui construisent leur identité politique grâce à l’utilisation des réseaux numériques d’éclairage du débat démocratique en levant l’opacité dans laquelle des systèmes imprécis de gouvernance élaborent des règles et des normes techniques, qui, de fait, organisent des rapports sociaux.

14 Un débat en cours L’articulation entre normalisation et sciences de l’éducation (instructional science)

15 Débats autour du mode de travail
La commission américaine se penche sur la relation entre théories scientifiques de l’apprentissage et champ de la normalisation Un débat s’instaure entre les tenants des trois grands paradigmes Ces paradigmes correspondent à des enjeux différents La commission française doit adopter une position

16 Sources Echanges personnels avec Bruce PEOPLES
Discussion sur les travaux de Dave MERRILL     Définitions par Brenda MERGEL http://www.usask.ca/education/coursework/802papers/mergel/brenda.htm

17 Behaviorisme Se fonde sur l’observation de changement dans le comportement (behavior) avec un modèle stimulus – réponse - renforcement L’apprentissage de type behavioriste répète une nouvelle structure (pattern) jusqu’à ce qu’elle devienne automatique chez le sujet

18 Inconvénient & avantage
Si le stimulus correct n’est pas donné, l’apprenant ne peut pas répondre Avantage Le but de l’apprentissage est clair pour l’apprenant ainsi que les étapes de la démarche

19 Cognitivisme Fondé sur les processus de pensée qui régissent les comportements Les changements de comportement observés sont considérés comme des indicateurs de ce qui se passe dans l’esprit de l’apprenant

20 Inconvénients & avantages
La tache qu’apprend l’étudiant peut varier selon les situations Avantage Comme dans le cas du behaviorisme, la procédure apprise est la même pour tous les apprenants

21 Constructivisme Fondé sur le prémisse que nous construisons notre propre vision du monde par l’expérience et les schèmes individuels. L’apprentissage de type constructiviste s’attache à préparer le sujet à résoudre des problèmes dans de situations ambiguës. Les méthodes et résultats de l’apprentissage ne sont pas facilement mesurables

22 Inconvénient & avantage
Conflit possible d’une pensée divergente avec une situation de conformité Avantage Capacité à interpréter de multiples réalités, donc transfert possible à la réalité et à des situations nouvelles

23 Cognitivisme & constructivisme
Décrivent le processus de pensée avec la métaphore du système d’information Connexionnisme Hypermédia

24 Le modèle cognitif est encore le plus prégnant
Théories de l’apprentissage et conception des outils pédagogiques (Instructional design technology) Le modèle cognitif est encore le plus prégnant Il y a convergence d’intérêt entre les behavioristes et les cognitivistes : Par des modèles prescriptifs (fermés) Par une approche d’enseignement L’approche constructiviste conduit à des modèles plus facilitateurs que prescriptifs (modèles ouverts) Par une approche de’apprentissage

25 Butoirs actuels pour le constructivisme
Les concepteurs ne peuvent pas déterminer un ensemble commun de « outcomes » pour les apprentissages par ordinateur

26 Implications du constructivisme pour l’IDT (Jonassen)
Fournir de multiples représentations de la réalité Présenter des taches inscrites dans des contextes authentiques Fournir des environnements du monde réel plutôt que des séquences d’apprentissage prédéterminées Encourager la pratique réflexive (métacognition)

27 Pistes pour la conception de modèles constructivistes IDT
Négociation mentale interne (explication, prédiction, inférence, réflexion) Piaget, Norman, Rumelhart Négociation sociale : partage, co-construction, conflit socio-cognitif Perret-Clermont Utilisation des connaissances construites dans des contextes faisant sens dans l’environnement réel Techniques d’ancrage dans un hypermédia

28 Débat actuel L’IDT est déduite des disciplines (psychologie, cognition, instructional sciences): Merrill, donc de portée universelle L’IDT est de nature éclectique (Bednar, Cunningham, Duffy, Perry), donc de portée relative, liée aux cultures

29 Suggestions Construire un ensemble de normes qui accepte les trois paradigmes: behavioriste, cognitiviste et constructiviste Encourager les experts des différentes cultures à définir leurs IDT respectives Négocier et construire un métalangage qui permette de décrire, d’échanger et de faire circuler ces IDT


Télécharger ppt "Pour l’ENSSIB Lyon le 8 juin 2004 Jacques Perriault"

Présentations similaires


Annonces Google