La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

TOAMUTU : T raçabilité des O bjets et des A gents M anipulés par des U tilisateurs et T ests d U sage Jean Caelen, Yves Demazeau CLIPS-IMAG, Leibniz.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "TOAMUTU : T raçabilité des O bjets et des A gents M anipulés par des U tilisateurs et T ests d U sage Jean Caelen, Yves Demazeau CLIPS-IMAG, Leibniz."— Transcription de la présentation:

1 TOAMUTU : T raçabilité des O bjets et des A gents M anipulés par des U tilisateurs et T ests d U sage Jean Caelen, Yves Demazeau CLIPS-IMAG, Leibniz

2 Objectifs mettre en œuvre et valider une plate-forme daide à la conception participative sur laspect de la traçabilité des objets manipulés au cours de séances de conception participative

3 La conception participative Une philosophie de conception/développement de produits intégrant tout le cycle de vie du produit, en particulier jusquà la phase de maintenance et de destruction La méthode fait appel le plus souvent possible à une parallélisation des tâches. Il y a des phases de travail collaboratif et de travail individuel. Le partage du travail se négocie (workflow). Une méthode de conception intégrant tous les participants au sein de léquipe de conception, en particulier les utilisateurs et les ingénieurs du développement, les ergonomes, les sociologues, les économistes, les chefs de projets, etc. Une méthode de conduite déquipe multidisciplinaire passant par la formation croisée et la capitalisation (connaissances, expériences et savoir-faire). Les acteurs de la conception perdent leur rôle social, seules les connaissances et compétences sont prises en compte.

4 Un processus non prévisible En conception participative, tous les acteurs sont considérés comme experts et leur participation est basée sur leurs connaissances propres plutôt que sur les rôles quils jouent ou les intérêts quils représentent. Il sagit dun acte créatif dans un processus collectif auquel contribuent activement, avec leurs différents savoirs, toutes les personnes concernées par le résultat du processus. Conséquence = le processus nest pas entièrement planifiable (il lest seulement autour de « moments »). Un moment est une articulation à gros grain.

5 Quelques moments Brassage didées [socio] OU [ergo] Conception sur scénarios [ergo] Consentement à payer[éco] Sélection des fonctionnalités [socio] ET [ergo] Validation des fonctionnalités par Moz [ergo] Validation des fonctionnalités par jeu dacteur [socio] Rédaction collective du cahier des charges [gestion] Etc… Conséquence = ces moments donnent des cadres daction (et dinteraction entre les acteurs) types

6 Le processus de conception peut être modélisé par un graphe de moments dans lequel les transitions sont des passages qui peuvent se négocier (LOOP et OU) Activité de conception = Graphe de transition Moment 1 Moment 6 Moment 5 Moment 3Moment 2Moment 4 Prérequis Corps Postrequis Conditions Prise de décision OU ET LOOP SEQ

7 Formalisation (1) Phase : est un point de passage de la conception ou un moment particulier situé dans le temps. La notion de phase renvoie à celle de chronogramme et partant, à celle dorganisation temporelle du projet de conception. Moment : relève dune organisation à gros grain de la conception. Cest un ensemble de tâches ayant une cohérence causale et dont lexécution conduit à un résultat tangible pour la conception Primitive : est une tâche élémentaire réutilisable. Elle peut ne pas avoir de sens par rapport au travail proprement dit de conception (par exemple sinscrire à un groupe). Elle se caractérise par son insécabilité. E S Début Préparation Conception ÉvaluationFin Pi

8 Formalisation (2) Prérequis : est lensemble des données nécessaires à lexécution du corps. Ces données peuvent être assorties de conditions ou de contraintes. Corps : est lensemble des primitives (respectivement des instructions) utilisées et organisées sous forme de procédures ou dalgorithme Postrequis : est lensemble des données de sortie du moment. Elles peuvent être assorties de conditions ou de contraintes dutilisation, ou de probabilités de préférence, ou de fonctions coût, etc. Exemple de moment : Séance de créativité Prérequis : artéfact(x 0 ) (y : acteurs(y) inscrits(y)) Corps : Brassage didées(x, y) SEQ Sélection didées(x, y) Postrequis : artéfact(x 1 ) artéfact(x 2 ) (p(x 1 ) > p(x 2 )) Exemple de primitive : Brassage didées(x,y) Prérequis : non-vide(x) non-vide(y) Corps : produire(artefact, discussion(y)) produire(concept, discussion(y)) Postrequis : (x : (artéfact(x) concept(x)) non-vide(x))

9 Un langage de description : Moment Nom, paramètres et fonction Objet : description en langage naturel Prérequis Corps Postrequis Éventuellement contraintes externes Prérequis : acteurs, artefact, connaissances, objectifs Corps : processus, jalons, traitement Postrequis : acteurs, artefact, connaissances, moments suivants entrée sortie Conception sur scénario [ sessions], Durée < 3 jours Objet : établir les fonctionnalités du système [ERGO] Acteurs : ergonome, ingénieurs métier, ingénieur IHM, utilisateurs Prérequis : CCB, scénarios, fonctionnalité=Ø Entrée intermédiaire : CCB, scénarios, Notes CCFI Corps : Brassage(fonctionnalité) SEQ Sélection (fonctionnalité) Sortie intermédiaire: Notes CCFI (cahier des charges fonctionnel initial) Postrequis: CCFI

10 Un exemple : stylocom Lobjet virtuel Maquette papier, artefact visuel Lobjet réel Le stylo packagé Concept mental Artefacts Concept concret Verbal Image mentale Verbal temps

11 Conception par scénario Observation de lactivité –Données de départ Retour étude utilisateurs (fonctions requises, interactions, etc.)

12 Conception par scénario - Artefacts maquettes clips vidéo des solutions

13 Le modèle de conception … des structures de connaissances (réseaux sémantiques) attachées aux transitions entre moments les raisons de décision (critères et arguments) les choix de décision (compte-rendus) les conséquences attendues (moments choisis) la validation (jalons atteints, phases terminées) les correctifs en cas dimpasse Décision Acteurs qui Critères sur quoi MomentsJalons quand à quoi Objets quoi

14 Le contexte : problème Plusieurs personnes qui manipulent des objets matériels ou artificiels Les objets évoluent, ils peuvent sassocier, se dissocier, apparaître, disparaître Les objets ont une apparence et une fonction Les objets sont visibles ou cachés Ils doivent être inscrits dans « létat civil » au début et à la fin de leur histoire et pouvoir « raconter leur vie » eux-mêmes entre-temps

15 Le contexte : environnement Régie

16 Stylocom : conception participative au moyen du tableau tactile

17 Table magique pour le travail collaboratif

18 Les objets Numériques Visibles ou non Matériels Étiquetés (plusieurs étiquettes pour les objets volumineux) Mobiles et reconfigurables sur une table de conception (table magique + magnétique)

19 Les objets : formalisation Facette description (se décrire) Facette apparence (se percevoir) Facette situation (se localiser, être situé) Facette perception de lenvironnement Facette perception des autres Facette communication Facette mémoire (se décrire dans le temps) Un objet est un agent au sens de lIA

20 Question / Réponse Où est lobjet x ? Les objets x1 et x2 ont-ils été utilisés simultanément ? Quand ? Quels objets ont participé à une même tâche ? Quont-ils fait ? Etc. « x : je suis à côté de lobjet y, je suis caché sous z »

21 Interprétation Lier le modèle de tâche aux activités (signaux produits) des objets Les objets sidentifient et sintrospectent eux-mêmes par rapport à ce modèle Ils disposent de primitives Pos(x,t) = position de lobjet x à linstant t Traj(x, t1, t2) = trajectoire de lobjet x entre t1 et t2 Pts(x, t1, t2) = points singuliers de la trajectoire Traj(x, t1, t2) Dist(x1, x2, t) = distance des objets x1 et x2 à linstant t Inter(x1, x2, t) = point dintersection trajectoires de x1 et x2 à t Conc(x1, x2, t1, t2) = concomitance des trajectoires de x1 et x2 entre t1 et t2 Vis(x, t) = visibilité de x à t Etc.

22 Premier niveau : déduction Exemples Si Conc(x1, x2, t1, t2) ET Compatible(x1, x2) Alors Associés(x1, x2, t1, t2) ET F(x1,x2) Si Pos(x1,t) = Pos(x2,t) ET Vis(x1,t) Alors Caché(x2) Si Traj(x, t1, t2) ET Stylo(x) ET Conc(x, y, t1, t2) ET Règle(y) Alors Tracé(droite) Réaliser un corpus et analyser les situations

23 Deuxième niveau : induction Travaux futurs…passer du premier niveau de déduction à linterprétation pragmatique (action située) Tâche = peindre Choisir(couleur) Tremper(pinceau, couleur) Mouvoir(pinceau, surface) Pos(bleu) Pos(rouge) Pos(blanc) Pos(jaune) Pos(noir) Pos(vert) Conc(palette, couleurs) Traj(pinceau) « jai peint le mur en vert » Quas-tu fait ce matin de 9h à 11h ?

24 Conclusion Problème posé, solution spécifiée Pas de thésard sur le sujet (abandon)… mais un stagiaire… Conception et réalisation de la table magnétique (voir exposé de Christian Perrot) Définition dun scénario Acquisition de corpus Implémentation Tests, etc.


Télécharger ppt "TOAMUTU : T raçabilité des O bjets et des A gents M anipulés par des U tilisateurs et T ests d U sage Jean Caelen, Yves Demazeau CLIPS-IMAG, Leibniz."

Présentations similaires


Annonces Google