La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les principaux effets secondaires de la chimiothérapie Isabelle BARBIER.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les principaux effets secondaires de la chimiothérapie Isabelle BARBIER."— Transcription de la présentation:

1 Les principaux effets secondaires de la chimiothérapie Isabelle BARBIER

2 Définition L alopécie La myélotoxicité L atteinte des muqueuses Les complications cardiaques Les autres complications et les risques à long terme

3 I. Définition La chimiothérapie est un traitement visant à détruire les cellules cancéreuses en bloquant leur développement. Son action n est pas spécifique car les cellules cancéreuses n ont pas de spécificité particulière, la chimiothérapie va donc toucher aussi bien les cellules saines que néoplasiques. Ceci explique alors les nombreux effets secondaires touchant presque tous les tissus. La chimiothérapie s attaque aux cellules à cycle cellulaire court comme les cellules néoplasiques mais aussi les cellules des cheveux, des muqueuses et les cellules hématopoïétiques.

4 II. L alopécie Par inactivation enzymatique par vasoconstriction. C est un des effets secondaires les plus rencontrés lors d un traitement par chimiothérapie. Elle n est pas définitive mais entraîne un problème psychologique important chez la personne suivant un traitement au long cours. Certains produits sont plus alopéciants comme le cis-platine, les anthracyclines...

5 Mesures préventives Prévenir le patient de ce genre de problèmes et du côté réversible de l alopécie. Proposer le port d une perruque et cela avant le début du traitement. On peut prévenir la chute des cheveux par le port d un casque réfrigérant. Ceci ne fonctionne pas à chaque fois. Il faut bien sûr garder à l esprit que les cheveux peuvent tout de même tomber. Ce casque est contre-indiqué dans les cancers néoplasiques des bronches, dans les métastases crâniennes, dans les tumeurs leucémiques et cérébrales.

6 III. La myélotoxicité La toxicité hématologique est la plus fréquente des toxicités aiguës des anti cancéreux. La chimiothérapie touche les cellules souches hématopoïétiques en voie de différenciation en épargnant les autres cellules souches. Le mélange de plusieurs traitements majore la toxicité hématologique.

7 1. La leuconeutropénie C'est la première manifestation de la myélosuppression. Elle est grave si le nombre de globules blancs est inférieur à 1000/mm3 et les neutrophiles inférieurs Une nouvelle chimiothérapie ne pourra se faire quaprés la remontée des lignées. ne pourra se faire que par remontée des lignées

8 Le risque infectieux est majeur, c'est la première cause de morbidité et de mortalité chez un patient en aplasie. Tous les agents infectieux sont en cause bactéries, virus, champignons, parasites… Les infections sont dues soit à des causes endogènes, soit exogènes

9 Signes d'apparition d'une infection - hyperthermie supérieure à 38.5 ou hypothermie - frissons Préventions: - des risques endogènes par une hygiène cutanée, buccale, alimentaire… - des risques exogènes par un isolement, des soins stériles

10 Traitement - aplasie transitoire: Hospitalisation en cas d'hyperthermie>38.5 Isolement du malade (chambre stérile et limitation des visites...) Surveillance clinique( pouls, tension, température, diurèse) Surveillance biologique: NFS, iono Recherche du germe en cause (hémoculture, prélèvement bouche, nez, gorge, ECBU, coproculture, prélèvement au niveau du cathéter) Mis en place d'une antibiothérapie et mise en place de soins locaux.

11 -aplasie durable : Hospitalisation de 30 à 100 jours° Isolement en chambre stérile avec lit à flux laminaires si possible Antibiothérapie adaptée dès que possible Complément de traitement par des culots globulaires et plaquettaires si besoin

12 2. Anémie Elle apparaît après plusieurs semaines de traitement, elle est d'installation progressive. Elle est peu gênante et apparaît sous forme de dyspnée, de pâleur, d'hypotension et de fatigue. Le traitement est la transfusion de culots iso groupe et iso rhésus, elle est plus fréquente avec le méthotrexate, l'adriamycine...

13 3. La thrombopénie Le risque hémorragique devient grave quand le nombre de plaquettes est inférieur à et sera majoré en cas de fièvre. Elle se traduit par du purpura, des épistaxis, des gingivorragies. Le traitement consiste en des transfusions iso groupes de concentrés plaquettaires. La thrombopénie est plus fréquente avec la mithramycine et les nitroso-urées

14 IV. L atteinte des muqueuses 1

15 1. La muqueuse buccale - Mucite, stomatite

16 2. La muqueuse digestive - les nausées et vomissements Ils peuvent survenir dès le début du traitement et entraînent des complications physiques et psychologiques supplémentaires. La prise d'endoxan ou de cisplatine entraîne des vomissements fréquents et pendant plusieurs heures après l'injection. Leur intensité et leur fréquence sont très difficile à supporter et peuvent amener à un refus du traitement.

17 La muqueuse digestive (suite) Les vomissements répétés peuvent induire des effets secondaires sévères comme lulcération et/ou hémorragie digestive, troubles métaboliques avec déshydratation et dénutrition. Chaque patient est différent donc la tolérance varie d'une personne à lautre avec un traitement identique. La prise d'antiémétiques se fait pratiquement en systématique surtout avec le cis platine, ils sont utilisés soit en monothérapie (un seul à forte dose), en bi thérapie (associations corticoïdes/neuroleptiques).

18 La muqueuse digestive (suite) - l'anorexie: Souvent pendant plusieurs jours après la cure. - la constipation: Souvent associé à l'iléus paralytique, avec les alcaloïdes de la pervenche. - la diarrhée: Due à lirritation de la muqueuse

19 3. La muqueuse vésicale Des cystites hémorragiques sont possibles avec le cyclophosphamide nécessitant une surveillance de la diurèse et le maintien d'urines alcalines avant et pendant le traitement.

20 V. Complications cardiaques - Accidents aigus avec l'adriamycine Mort subite par fibrillation ventriculaire ou angor. - Accidents chroniques à type d'insuffisance cardiaque sous anthracyclines sachant que toute chimio aggrave les antécédents cardiaques des patients Il sera fait une écho cardiaque, une FEV voir une scintigraphie cardiaque.

21 VI. Autres complications 1. Complications rénales: Ce sont des tubulopathie (méthotrexate, cisplatine), faire une diurèse forcée et abondante, alcaline avant le début du traitement. Il faut rajouter le risque dhyper uricémie.

22 Autres complications (suite) 2. Complications neurologiques: Ce sont des neuropathies périphériques sensitives entraînant des convulsions et des pertes de l'audition. 3. Complications hépatiques: Il y a une augmentation des transaminases et parfois un ictère sous 6-Mp (mercoptopurine). Il peut y avoir des cirrhoses, des foyers de nécrose cellulaire.

23 Autres complications (suite) 4. Complications pulmonaires Elle se traduit par une fibrose mais c'est très rare. Risque plus élevé chez les personnes âgées. 5. Allergie Ceci peut apparaître avec tous les produits chimiothérapiques en sachant tout de même que certains sont très allergisants comme le 5-FU et le méthotrexate. Elle se traduit par des des éruptions cutanées, urticaire et au pire sous forme de choc allergique. On peut être amené à ne plus utilisé ce produit.

24 Autres complications (suite) 6. Stérilité: Les troubles sont tardifs, chez la femme, il s'agit d'une aménorrhée souvent primaire mais qui peut devenir définitive, chez l'homme c'est une azoospermie qui peut entraîner la stérilité. 7. Risque psychique: 8. Risques carcinogènes


Télécharger ppt "Les principaux effets secondaires de la chimiothérapie Isabelle BARBIER."

Présentations similaires


Annonces Google