La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

?. La science est un mystère que les chercheurs décryptent chaque jour. Et vous ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "?. La science est un mystère que les chercheurs décryptent chaque jour. Et vous ?"— Transcription de la présentation:

1 ?

2 La science est un mystère que les chercheurs décryptent chaque jour. Et vous ?

3 Ce cliché représente : C : Un gastéropode amphibie S : Une cellule cancéreuse i : La rencontre de deux globules blancs © Inserm / A.Roseto

4 Une cellule cancéreuse Cette étrange « embrassade » représente un hybridome, agrandi fois au microscope à balayage électronique. Un hybridome est un clone cellulaire résultant de la fusion dun myélome (cellule dun cancer de la moelle osseuse) et dun lymphocyte (cellule du système immunitaire). Lhybridome qui en résultera sera capable de se diviser à linfini, ce qui est la propriété des cellules cancéreuses. Le lymphocyte B apportera pour sa part à lhybridome la capacité de sécréter des anticorps spécifiques. Cette technique de laboratoire est utilisée pour produire des anticorps monoclonaux très purs, qui serviront à des fins diagnostiques ou thérapeutiques. Un enjeu de la lutte contre le cancer est en effet de reconnaître la signature moléculaire et cellulaire exacte de chaque type de tumeur. Les anticorps monoclonaux y contribuent.

5 Ce cliché représente : T : Une photolithogravure sur céramique A : Une informations codées de plan de vol C : Des motifs structurés pour lélectronique PF.Grosjean/CEA

6 Motifs structurés pour lélectronique Il sagit dexemples de nanomotifs structurés pour lélectronique. Ils sont réalisés dans les salles blanches de la Plate-forme technologique amont (unité mixte CEA/Inria) où sont menées des recherches portant sur des domaines variés : Mems & Nems, magnétisme & spintronique, matériaux, photonique…

7 Les points vert fluo sont : © Inserm / Hudault, Sylvie I : Des cellules cancéreuses dans lintestin grêle J : Des microbes sur des cellules sanguines en fusion X : Des massifs de corail vu au microscope

8 Des cellules cancéreuses dans lintestin grêle On observe sur ce cliché les interactions entre des cellules cancéreuses de lintestin grêle et des bactéries pathogènes. En coloration rouge, une enzyme présente à la surface des cellules digestives est mise à contribution pour la digestion des sucres. En coloration verte, des bactéries infectieuses Escherichia coli sont venues se fixer dans les cellules et ont modifié la distribution de lenzyme. Escherichia coli, bien connue des laboratoires, est une bactérie intestinale très commune chez lêtre humain. Ses souches pathogènes entraînent des diarrhées et des travaux récents suggèrent quelle peut être impliquée dans le développement de certains cancers colorectaux.

9 Ce cliché représente : M : Une nanocomposition sur émail C : Un essai de vitrification E : Des gouttes de cristallisation de lysozyme P.Dumas/CEA

10 Des gouttes de cristallisation de lysozyme Il sagit de gouttes de cristallisation dune protéine, le lysozyme, en plaque multipuits. Ces études sont réalisées dans le cadre du programme de recherche transversal « Toxicologie nucléaire » du CEA.

11 Ce cliché représente : M : Une tâche de sang coagulée N : Un virus du Sida infectant une cellule O : Une partie du foie © Inserm / Cherman, Jean Claude

12 Un virus du Sida infectant une cellule Le VIH (virus dimmunodéficience humaine) est un rétrovirus responsable du sida. La famille retrovirus se caractérise par sa capacité à rétrotranscire son ARN en ADN qui peut dintégrer dans le génome dune cellule. Le VIH appartient par ailleurs au genre des lentivirus, dont le nom signifie que la période dincubation est longue, et donc que la maladie résultante a une évolution lente. Le VIH se fixe sur les cellules présentant à leur surface certains récepteurs, appelés CD4, principalement des lymphocytes et des macrophages, mais aussi des cellules dendritiques ou microgliales. Lorsquune cellule est infectée, comme sur cette image, le virus suit un cycle complexe du terme duquel il se réplique, vient bourgeonner en surface puis se libère pour aller contaminer des cellules voisines.

13 Ce cliché représente : D : Une surface conductrice dun aimant du Cern C : Un réservoir dhydrogène B : Un revêtement interne pour tokamak P.Stroppa/CEA

14 Réservoir dhydrogène Il sagit du revêtement, réalisé par enroulement filamentaire, dun réservoir dhydrogène. Cette technologie permet la dépose de couches successives de fibres de carbone imprégnées de résine avec des angles variables définis pour un comportement thermomécanique optimal de la structure. Ces recherches sont menées au centre CEA du Ripault.

15 LIRM permet de voir : © Inserm / J-B.Pochon E : Le fonctionnement du cerveau F : Une radio de crane O : La propagation dun virus

16 LIRM permet de voir : le fonctionnement du cerveau Limagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) est utilisée pour observer lactivité du cerveau pendant la veille ou le sommeil. Elle a permis de nombreux progrès en neurologie et en sciences cognitives. Dans cette expérience, les volontaires devaient réussir dans une épreuve de mémoire, avec une récompense financière à la clé. Lexamen par IRMf de leur cerveau montre une réduction dactivité dans la zone cérébrale préfrontale médiale, temporale profonde et limbique (variations colorées en rouge). On peut linterpréter comme un « filtrage émotionnel » : le sujet ne se laisse pas divertir par lémotion liée au possible gain financier (réduction dactivité observée dans les zones associées aux émotions), ce qui lui permet de mieux se concentrer sur sa tâche.

17 Ce cliché représente : C : Coupe histologique S : Atmosphère de Saturne Z : Colle en cours de solidification Nasa

18 Atmosphère de Saturne Il sagit de latmosphère de Saturne en couleur naturelle et de ses vortex (écoulements tourbillonnaires de particules fluides autour dun axe). Le cliché a été pris par la sonde Cassini en janvier 2009, à km de la planète. Au CEA, de nombreux spécialistes, dont lastrophysicien André Brahic, font progresser les connaissances sur cette planète.

19 Cest terminé. Découvrez vite le mot mystère qui se cache derrière les 8 réponses : Indice : dans de nombreux domaines différents, elles passionnent petits et grands… ainsi que tous les chercheurs !


Télécharger ppt "?. La science est un mystère que les chercheurs décryptent chaque jour. Et vous ?"

Présentations similaires


Annonces Google