La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PSY2820 Psychologie pathologique des processus émotifs et expressifs Pierre Philippot Unité de psychologie clinique: Emotion, cognition, santé (ECSA)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PSY2820 Psychologie pathologique des processus émotifs et expressifs Pierre Philippot Unité de psychologie clinique: Emotion, cognition, santé (ECSA)"— Transcription de la présentation:

1 PSY2820 Psychologie pathologique des processus émotifs et expressifs Pierre Philippot Unité de psychologie clinique: Emotion, cognition, santé (ECSA) d219

2 Objet du cours Etude –des processus émotionnels en rapport avec les troubles de lanxiété et la dépression –des modèles étiologiques de lanxiété et de la dépression –du diagnostic des troubles émotionnels –des modèles et dintervention des troubles émotionnels

3 Coordination avec dautres cours Q.A. de Psychothérapie: Thérapie Comportementale (PSY2897) –Merc 10:45 Q.A. Psycho. expé.:Emotion & Expression (PSY2810) Séminaire détude en psychologie clinique empirique (PSY2850) Q.A. de Psychologie de la Santé

4 Buts du cours –Proposer une réflexion critique sur la psychopathologie –Présenter un modèle émotionnel clinique –Souligner les liens entre expérimentation et pratique clinique –Fournir les connaissances étiologiques et diagnostiques des troubles émotionnels –Fournir les connaissances dinterventions cliniques sur les troubles émotionnels

5 Organisation et contenu du cours Les théories des émotions Un modèle intégratif de lémotion Les approches thérapeutiques des troubles émotionnels –Approche comportementale et cognitive –Approche expérientielle –Approche multimodale

6 Organisation et contenu du cours (suite) Modèles étiologiques de lanxiété Diagnostic et thérapies –du trouble panique –de lagoraphobie –du TAG –(de la phobie simple, du trouble obsessif-compulsif, de lESPT) Modèles étiologiques de la dépression Diagnostic et thérapies de la dépression

7 Approche pédagogique exposés ex-cathedra présentation de cas tâche à domicile Participation à un protocole de formation clinique évaluation

8 Supports de cours Copie des transparents Copies darticles et de chapitres de synthèse Références bibliographiques Vidéothèque

9 Evaluation Travail sur un thème au choix (à remettre une semaine avant lexamen) --optionnel??? Examen oral : défense du travail + questions sur la matière

10 Emotion et psychopathologie Ubiquité des manifestations émotionnelles en psychopathologiemanifestations émotionnelles en psychopathologie Quelques cas illustratifs –Marie –Jacques

11 Première Partie: Approche historique des théories des émotions James Cannon Arnold Schachter

12 William James: la théorie périphérique James, W. (1884). What is an emotion? Mind, 9, James, W. (1894). The physical basis of emotion. Psychological Review, 1, Théories antérieures: Situation -> Emotion -> Réponse corporelle Révolution copernicienne de James: Situation -> Réponse corporelle -> Emotion

13 James: schéma général Situation Emotionnelle Processus Réflexe Associatif Changements corporels Sentiment Subjectif

14 James Elicitation des émotions: –processus associatif Origine et nature du sentiment émotionnel –Réafférences corporelles Différentiation des émotions –Infinie

15 James: Statu empirique arguments issus de lintrospection introspection de personnes avec induction danesthésie périphérique par hypnose observation de personnes ayant une lésion de la moëlle épinière Bermond, B., Nieuwenhuyse, B., Fassotti, L., & Schuerman, J. (1991). Spinal cord lesions, peripheral feedback, and intensities of emotional feelings. Cognition & Emotion, 5,

16 Walter Cannon: la théorie thalamique Cannon, W. B. (1915). Bodily changes in pain, hunger, fear, and rage. (1st ed.). New York: Appleton-Century. Cannon, W.B. (1927). The James-Lange theory of emotions: A critical examination and an alternative theory. American Journal of Psychology, 39, Cannon, W.B. (1931). Again the James-Lange and the thalamic theories of emotion. Psychological Review, 38,

17 Critiques de la théorie périphérique par Cannon (1) la séparation entre viscères et SNC n'altère pas le comportement émotionnel –Expériences sur un chat (Cannon et al., 1927) et 5 chiens (Sherrington, 1900) sympathectomisés –Mais plusieurs voies sensorielles étaient sans doute intactes (Fehr & Stern, 1970) ne dit rien du sentiment subjectif

18 Critiques de la théorie périphérique par Cannon (2) les mêmes changements viscéraux peuvent être observés lors d'états émotionnels et non-émotionnels très différents –mais les changements périphériques ne se limitent pas aux changements viscéraux : il y a aussi les changements musculaires –il nest toujours pas établi que les changements viscéraux sont indifférenciés

19 Critiques de la théorie périphérique par Cannon (3) les viscères sont insensibles –partiellement faux (Pennebaker, 1982) les changements viscéraux sont trop lents –faux pour les changements musculaires (O.OO1 sec)

20 Critiques de la théorie périphérique par Cannon (4) l'induction artificielle de changements viscéraux typiques d'émotions intenses ne produit pas de sentiment émotionnel –Maranon (1924): injection dadrénaline 73%: pas démotion 27%: comme si émotionnés

21 La théorie thalamique Thalamus Cortex S 1 CS-UCS Sentimentsubjectif

22 Cannon Elicitation des émotions: –processus associatif via le thalamus –désinhibition du thalamus Origine et nature du sentiment émotionnel –excitation centrale du cortex par le thalamus Différentiation des émotions –?

23 Cannon: Statu empirique Expérience sur des chats au cerveau préparé –Réaction de rage après anesthésie si le cortex a été enlevé –Cette réaction disparaît si lhypothalamus est aussi enlevé Observations sur humains avec lésions ou tumeurs latéralisée sur le thalamus –-> expression émotionnelle latéralisée

24 Magda Arnold: la théorie exitatoire –Arnold, M.B. (1960). Emotion and personality. New York: Columbia University Press. –Arnold, M.B. (Ed.) (1970). Feelings and emotions. New York: Academic Press. –"The stimulus does not break in on us, rather, we focus on it"

25 Magda Arnold: la théorie exitatoire

26 Arnold : Statu empirique Expérience sur la neuro-anatomie des émotions Pas dexpérience psychologiques à proprement parler

27 Apports de la théorie dArnold Première théorie vraiment psychologique Première théorie cognitive des émotions Distinction entre processus automatiques et non-conscient et processus volontaires et conscients Introduit le rôle de la mémoire

28 Stanley Schachter: la théorie socio-cognitive Application de la théorie des besoins évaluatifs de Festinger (1954) –tout individu a tendance à évaluer ses opinions et capacités –quand des indices objectifs font défaut, les individus comparent leurs opinions et capacités à ceux des autres

29 Stanley Schachter: la théorie socio-cognitive Schachter, S. (1964). The interaction of cognitive and physiological determinants of emotional state. In L. Berkowitz (Ed.), Advances in Experimental Social Psychology: Vol. 1. (pp ). New York: Academic Press. Stimulus Emotionnel Activation Physiologique Interprétation de l'activation Sentiment Emotionnel

30 Expérience de Schachter et Singer (1962) hypothèses –lexpérience dune activation physiologique est nécessaire pour lémotion –cette activation physiologique doit être attribuée à des causes émotionnelles –une même activation peut donner lieu à des émotions différentes

31 Expérience de Schachter et Singer (1962) Procédure –injection de suproxine (epinephrine ou placebo) –Information (in)correcte sur les effets de la suproxine –Comparse joyeux ou en colère –observation du comportement des sujets –mesure auto-rapportée de lhumeur

32 Attention Aucune preuve expérimentale que lon peut changer la nature dune émotion par la manipulation du contexte social ou de lévaluation.

33 Schachter Elicitation des émotions: –processus dévaluation sur base dinformations sociales Origine et nature du sentiment émotionnel –analyse cognitive Différentiation des émotions –en fonction des informations sociales

34 Applications cliniques: Schachter, S. (1971). Emotion, obesity and crime. New York, Academic Press.

35 Les héritiers de Schachter Zillmann: la théorie du transfert de l'activation

36 –Zillmann, D. (1979). Excitation transfer in hostility and aggression. In D. Zillman (Ed.), Hostility and aggression. Hillsdale, N.J.: Erlbaum. –Zillmann, D. (1983). Transfer of excitation in emotion behavior. In J.T. Cacioppo & R.E. Petty (Eds.), Social psychophysiology (pp ). New York: Guilford. Intensité temps Stimulus émotionnel

37 Zillmann - suite Lintensité subjective de lémotion est une fonction directe de lintensité de lactivation physiologique... que le sujet attribue à la cause émotionnelle Lintensité absolue de la réponse émotionnelle physiologique est fonction de létat dactivation de départ

38 Zillmann - suite Toute activation peut être transférée sur toute autre activation subséquente, quelque soit les causes des ces activations Validation empirique: nombreuses expériences bien contrôlées Application clinique: Transfert de lanxiété -> la violence

39 Conclusion de la partie historique Fonctions de lactivation physiologique Interprétation de la situation –contexte social –expériences antérieures (mémoire émotionnelle) –prédictions

40 Les théories contemporaines Schéma général

41 Lévaluation de la situation émotionnelle Les théories cognitives –La théorie de Leventhal –La théorie de Scherer –Intégration de Scherer & Leventhal Les théories sociales constructivistes –James Averill

42 Lévaluation: Leventhal & Scherer –Leventhal, H. & Scherer, K. (1987). The relationship of emotion to cognition: A functional approach to a semantic controversy. Cognition and Emotion, 1, 3-28.

43 Leventhal: théorie perceptuo-motrice Niveau sensoriel Niveau schématique Niveau conceptuel

44 Niveau sensoriel Programmes expressifs et moteurs innés activés automatiquement Ex.: phobies des araignées

45 Niveau schématique schèmes concrets dexpériences émotionnelles passées comprend les facettes expressives, physiologiques, etc.. structures prototypiques dépend des expériences antérieures // réponses conditionnées

46 Niveau conceptuel –structures propositionnelles avec liens sémantiques logiques entre éléments –2 composantes inférences par rapport aux expériences passées base de laction volontaire –activation volontaire et consciente (nécessite ressources attentionnelles) –base de la communication verbale des émotions

47 Leventhal: validation empirique indirecte... –modèle dintervention dans le domaine de la psychologie de la santé: augmenter la compliance (adhésion au traitement)

48 Scherer: théorie componentielle 5 séquences de traitement du stimulus –Nouveauté –Valence intrinsèque –rapport aux buts –potentiel de maîtrise –accord avec les normes

49 STS Dans un ordre logique aux niveaux –chronologique –ontogénétique –phylogénitique

50 STS automatiques et permanents Nouveauté –ce qui se passe est-il soudain, familié, prévisible? Valence intrinsèque –ce qui se passe est-il postif/négatif, attirant/aversif?

51 STS: rapport aux buts Différents aspects –pertinence –certitude des conséquences –attente –opportunité –urgence

52 STS: potentiel de maîtrise Différents aspects –Causalité: agent –Causalité: motif –Contrôle –Puissance –Ajustement

53 STS: accord avec les normes normes sociales (externes) normes personnelles (internes)

54 Scherer: validation empirique expériences avec méthodologie des vignettes Système expert Etudes interculturelles Etudes avec méthodologie du jeu vidéo manipulé

55 Fusion des théories de Leventhal et Scherer

56 Exercice Choisir une situation émotionnelle (expé. perso.ou témoin) Identifier les séquences de traitement du stimulus aux 3 niveaux

57 Averill: La perspective critique d une théorie sociale-constructiviste exemple anthropologique: la crise damock.

58 Averill: La perspective critique d une théorie sociale-constructiviste –Averill, J. R. (1980). A constructivist view of emotion. In R. Plutchik & H. Kellerman (Eds.), Theories of emotion (pp ). New york: Academic Press. Emotion = rôle social transitoire (ou syndrome construit socialement) qui inclut l'évaluation de la situation par l'individu et qui est interprété comme une passion plutôt que comme une action.

59 Averill. Suite Rôle transitoire ou syndrome –Etat non permanent –qui articule différentes facettes Construit socialement –fonction dans la vie sociale dun groupe humain –dépend de la culture

60 Averill. Suite Inclut lévaluation de la situation –définition sociale de la réalité Passion

61 Averill. Application clinique La culture na pas prévu tous les syndromes émotionnels nécessaires --> lindividu doit faire preuve dune créativité émotionnelle socialement adaptée Psychothérapie conçue comme un exercice de créativité émotionnelle

62 Averill: Validation empirique recherches corrélatives par questionnaire entre indices de créativités et de neuroticisme

63 Frijda: les émotions comme tendances à l'action –Tendance à l'action = disposition interne (ou son absence) à accomplir certaines actions ou certains changements relationnels avec l'environnement. –Frijda, N.H., Kuiper, P., & Terschure, L. (1989). The relationships between emotion appraisal and emotion action readiness. Journal of Personality and Social Psychology, 57, –Frijda, N.H. (1986). The emotions. Cambridge: Cambridge University Press.

64 Frijda: les émotions comme tendances à l'action Approche Positive Agression Panique Jeu Inhibition Rejet Soumission Dominance

65 Attention les tendances à laction ne sont nécessairement suivies de changements physiologiques ou comportementaux observables les distinctions proposées sont beaucoup plus nuancées que les notions dapproche/évitement

66 Frijda: Validation empirique Recherches par questionnaires, avec corrélations entre –évaluation de la situation –tendances à laction –sentiment subjectif

67 Exercice Choisir une situation émotionnelle (expé. perso.ou témoin) Identifier les tendances à laction

68 Ekman: la théorie neuro-culturelle n Ekman, P. (1984). Expression and the nature of emotion. In K. Scherer and P. Ekman (Eds.), Approaches to emotion. Hillsdale, N.J.: Erlbaum. EliciteurHypothalamus Expression faciale Viscères Sentiment émotionnel Règles d'expression

69 Ekman: validation empirique recherches interculturelles recherches sur le feedback faciale Recherches sur les display rules

70 Ekman (suite) Facial feedback (rétro-action faciale) Matsumoto, D. (1987). The role of facial responses in the experience of emotion: More methodological problems and a meta-analysis. Journal of Personality and Social Psychology, 52, Strack, F., Martin, L.L., & Stepper, S. (1988). Inhibiting and facilitating conditions of the human smile: A nonobstrusive test of the facial feedback hypothesis, Journal of Personality and Social Psychology, 54,

71 La rétro-action faciale Définition Expériences Mécanismes explicatifs

72 La rétro-action faciale Définition –modulation du sentiment émotionnel par lexpression faciale Expérience de Strack, F., Martin, L.L., & Stepper, S. (1988) –tenir un crayon entre les dents de deux façons différentes –mesure de lamusement suscité par des dessins humoristiques

73 La rétro-action faciale Mécanismes explicatifs –Neuro-anatomiques réafférence nerveuse –Théorie de l'auto-perception (self-perception) Bem nous nous percevons en nous imaginant comment les autres nous percevraient

74 La rétro-action faciale: Applications cliniques Diagnostic et étiologie Traitement : Maquillage Mimétisme faciale & décodage émotionnel Mimétisme non verbal & relation thérapeutique

75 La rétro-action faciale: Applications cliniques Diagnostic et étiologie –lors de lentretien –ex.: diagnostic précoce de lautisme McGee,G. (2000). Nonverbal behavior in autistic children. In P. Philippot, E.J. Coats & R.S. Feldman (Eds.). Nonverbal behavior in clinical context. New York: Oxford University Press. –ex.: étiologie de lalcoolisme: Philippot, P., Kornreich, C., Blairy, S., Baert, Y., Den Dulk, A., Le Bon, O., Verbanck, P., Hess U. & Pelc, I. (1999). Alcoholics Deficits in the Decoding of Emotional Facial Expression. Alcoholism: Clinical and Experimental Research, 23,

76 La rétro-action faciale: Applications cliniques Traitement : Maquillage Mimétisme facial & décodage émotionnel (Lipps) Mimétisme non verbal & relation thérapeutique –Effet sur lappréciation du thérapeute –Recherches sur le transfert et le contre- transfert

77 Exercice Observer les expressions faciales émotionnelles –micro-expressions –assymétries –incongruence entre EF et discours

78 La rétro-action respiratoire Philippot, Chapelle, &Blairy (in rev.)

79 Exercice Respiration abdominale lente Hyperventilation

80 Liste de symptômes Palpitations, accélération cardiaque Transpiration Tremblement Souffle coupé, étouffement Douleurs/inconfort dans la poitrine Nausée, problèmes abdominaux Tête qui tourne, vertige Déréalisation/dépersonnalisation Paresthésies Frissons / sensation de chaleur Peur de devnir fou, de perdre contrôle, de mourir

81 Anxiété, HV, & Symptômes

82 Cycle de lhyper-ventilation SituationAnxiété SymptômeSymptôme SymptômesHyper-ventilation

83 Cycle de lhyper-ventilation SituationAnxiété SymptômeSymptôme SymptômesHyper-ventilation

84 Display rules : règles d'expressivité non-verbale –Ekman, P. & Friesen, W.V. (1974). Detecting deception from the body or face. Journal of Personality and Social Psychology, 29, –Saarni,C. (1979). Children understanding of display rules for expressive behavior. Developmental Psychology, 15, –Définition –Exemples de recherche –Processus

85 Display Rules définition : –qui peut exprimer quoi, à qui, comment et dans quels circonstances? Recherches –Ekman et Friesen: Film dopération chirugicale expérimentateur présent ou non participants japonais ou américains expressions faciales filmées en cachette

86 Display Rules Recherches (suite) –Saarni: aspects développementaux –vignettes de situations émotionnelles et sociales présentées à des enfants –mimes des expressions par les enfants –nb: développements parallèles à la maîtrises des expressions faciales volontaires

87 Display Rules Processus –inhibition –exagération –substitution Applications cliniques –compétence sociale & expressivité nonverbale appropriée

88 Feeling rules (règles de sentiments) Hochschild, A.R. (1979). Emotion work, feeling rules and social structure. American Journal of Sociology, 85, Parallèle des règles dexpressivité pour les sentiments émotionnels

89 Modèle intégratif (1)

90 Modèle intégratif (2)

91 Modèle intégratif final

92 Modèle intégratif (3)


Télécharger ppt "PSY2820 Psychologie pathologique des processus émotifs et expressifs Pierre Philippot Unité de psychologie clinique: Emotion, cognition, santé (ECSA)"

Présentations similaires


Annonces Google