La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Place de lunité de coordination de tabacologie: comment optimiser la prise en charge tabacologique des fumeurs V. Boute Makota, A. Schmitt Dr J. Perriot.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Place de lunité de coordination de tabacologie: comment optimiser la prise en charge tabacologique des fumeurs V. Boute Makota, A. Schmitt Dr J. Perriot."— Transcription de la présentation:

1 Place de lunité de coordination de tabacologie: comment optimiser la prise en charge tabacologique des fumeurs V. Boute Makota, A. Schmitt Dr J. Perriot

2 TEXTES DE REFERENCE Loi EVIN 1991 étape historique dans la lutte contre le tabagisme Circulaire DH/E04 n°557 du 10/09/1996 relative à la constitution déquipes dalcoologie de liaison. Circulaire DH/E02/DGS2000/1820 du 03/04/2000 relative à la lutte contre le tabagisme dans les établissements de santé et au renforcement ou à la création de consultations hospitalières de tabacologie et dunités de coordination de tabacologie Circulaire DHOS/02-DGS/SD6B du 08/09/2000 relative à lorganisation des soins pour les personnes ayant des conduites addictives. Décret de compétence infirmier du 29 /07/04

3 Les UCT Les UCT doivent répondre à un ensemble de critères définis par un cahier des charges précisés dans une circulaire (DGS/3 avril 2000). –En particulier, elles doivent organiser la PEC et laccompagnement des fumeurs les + dépendants, tant hospitalisés quen consultation externe…

4 –Parmi ces fumeurs se trouvent fréquemment des sujets actuellement ou antérieurement confrontés à dautres comportements addictifs: OH, cannabis, produits psychotropes, TCA, addictions aux jeu, au sport… –Patients souvent concernés par des facteurs de vulnérabilité psycho-sociale et/ou psychopathologique souvent cumulés, communs aux autres addictions

5 –Passage dune dépendance à une autre –Importance des polyconsommations –Similitude de nombreux facteurs de risques –Comorbidités fréquentes et similaires (trouble anxieux, dépressif, bipolarité….)

6 La PEC du patient addict, que ce soit en tabacologie, alcoologie, addictologie, aboutit toujours à une prise en compte des 3 dimensions bio-psycho-sociale, sur un suivi long et obligatoirement pluridisciplinaire

7 Le risque de dépendance "La toxicomanie c'est la rencontre entre un individu, un environnement et un produit" Claude Olievenstein Risque de dépendance = Vulnérabilité (V) x Caractéristiques liées au produit (P) x Exposition (E) Facteurs de vulnérabilité (et de résistance) facteurs génétiques biologiques psychologiques sociaux Caractéristiques liées au produit : potentialités toxicomanogènes quantités consommées durées de consommation modes de consommation Facteurs d'exposition dans une société ou une micro société donnée VEP Sources : Reynaud 1982

8 Le tabac: une addiction très fréquente Le tabac: la drogue la + addictive…. Grand nombre dexpérimentateurs, dutilisateurs occasionnels, et de personnes dépendantes Le tabac est « nettement la drogue qui accroche le plus… » (Marc Valleur) Les consommateurs ne voient pas dans le tabagisme une conduite « autodestructrice », dans laquelle le sujet chercherait la maladie ou la mort. « on fume comme on respire, simplement par besoin »

9 Le tabac: –Dépendance très forte au sens médical: le tabac est devenu un besoin, et sen priver provoque un malaise important. La nicotine interfère avec le système de récompense du cerveau –Nest pas tout à fait une dépendance au sens du DSM-IV: la drogue ne devient pas le centre de lexistence, le sujet ne sidentifie pas forcément à sa dépendance, il reste socialisé, inséré professionnellement, père ou mère de famille, et il fume comme dautres ne fument pas…

10 Le rôle des UCT Exemple de lUCT du CHU de Clermont-Ferrand

11 1.Unité Coordination de Tabacologie Intervention en binôme (IDE / médecin tabacologue) dans laide au sevrage du tabac lors de consultations externes Intervention dans les services de soins -auprès du personnel (info, réflexion sur le tabagisme à lhôpital ou sur leur tabagisme, repérage des patients fumeurs ) -auprès des patients en difficulté avec leur dépendance au tabac et relais avec les différentes structures de prises en charge de leurs commorbidités.

12 2. Unité Coordination de Tabacologie Intervention dans la prise en charge de groupes de sevrage pour le personnel hospitalier Intervention auprès des étudiants (IFSI) et des formations (DIU-CFPS) Intervention dans la prévention en milieu scolaire Participation dans la mise en place dactions de sensibilisation au tabagisme (journée du 31 mai par ex) Poursuite de la mise en place de la charte du RHST (signée en 2004 au CHU Clt-Fd) Distribution doutils

13 Modalités dintervention auprès dun patient fumeur hospitalisé Sur appel après repérage du patient fumeur: -soit en urgence auprès du patient en difficulté car il est interdit de fumer à lhôpital -soit quil veut profiter de son hospitalisation pour envisager larrêt ou arrêter de fumer -soit pour poursuivre un sevrage Au CHU de Clermont-Ferrand les substituts nicotiniques sont disponibles pour les patients hospitalisés fumeurs dépendants

14 OBJECTIFS Tous les soignants ont un rôle dans la prise en charge du tabagisme à lhôpital Tous devraient être sensibilisés Repérage du patient fumeur dès son arrivée DONNER LE CONSEIL MINIMAL systématiquement à tous les patients = deux questions : - est ce que vous êtes fumeur ? - envisagez vous larrêt de votre tabagisme ? (2 à 5% darrêt )

15 Afin doptimiser la PEC à lhopital –Aider au repérage des co-addictions –PEC des co-addictions et de la double problématique alcool-tabac –Appels rapides de passage au lit du malade pour un patient repéré en difficulté vers lautre équipe de liaison (oh/tabac) –Intégration rapide et prioritaire des patients difficiles aux consultations externes des uns et des autres –Repérage des pathologies psychiatriques sous jacentes (mise en route de traitement et suivi)

16 Intérêt de lUCT au sein des équipes daddictologie Permet staff addicto, échanges entre professionnels –Médecin, Cadre Infirmier, IDE Tabac, IDE Alcool, psychologue –Mise en commun des outils des pratiques interrogations communes aux patients présentant des problèmes liés à lalcool, au tabac, cannabis…

17 Ce quil faudrait améliorer Proposer aux services médico-chirurgicaux pour les patients hospitalisés une fiche commune pour repérage des comportements addictifs et facteurs de vulnérabilité Sensibilisation et formation des équipes Nommer des référents tabacologie Motiver les équipes médicales (somatiques) du CHU à faire le travail de repérage des patients concernés par une pathologie addictive –Former des personnels relais dans chaque service et leur donner du temps –Les former à proposer une aide sur le registre empathique –Orienter vers les aides spécialisées pour les patients les + dépendants

18 Ce quil faudrait améliorer Mettre davantage de moyens humains et matériels en commun –Psychologue commun pour approche TCC et analytique –Assistante sociale –Diététicienne –Secrétariat commun –Kiné (approche corporelles), Sophrologue (aide à la gestion du stress)… Domaine de la recherche (PHRC…)

19 Comment optimiser la prise en charge des patients fumeurs

20 Situation actuelle de la lutte contre le tabagisme Des progrès incontestables –Plan triennal de la MILDT –Plan cancer –Augmentation prix du tabac –Et dernièrement: décret applicable au 1/02/2007 le niveau de dissonance tabagique augmente chez les fumeurs la demande daide augmente

21 Des difficultés persistantes… Recours au tabac à rouler qui se développe (jeunes, classes sociales les plus humbles) Multiplication des co-addictions Cumulation des facteurs péjoratifs au pronostic du sevrage: situation socio- économique précaire, troubles anxiodépressifs, pathologies somatiques associées, grossesse…

22 Prise en charge actuelle du sevrage tabagique Sevrage tabac: une offre répondant à une demande, mais changement de comportement difficile pour des patients fortement dépendants (20 à 30% des consommateurs), demandant à être médicalement assistés. Des progrès récents dans la PEC –Meilleure codification de laide à larrêt: suivi des recommandations par le praticien –Des moyens dont lefficacité est démontrée: SN, bupropion, varénicline, TCC, groupe de sevrage… –Une alchimie de facteurs conditionne larrêt: nécessité dune PEC globale et étalée dans le temps

23 Prise en charge actuelle du sevrage tabagique Les acteurs du sevrage tabagique –Le medecin: principal intervenant Il organise et conduit le sevrage tabagique –Évaluation initiale de la situation (fagerstrom, Richmond ou Q mat, HAD, Beck, Angst, Deta, Audit, CO expiré) –Sevrage proprement dit sur 3 à 6 mois –Suivi après larrêt: stratégies de prévention de la reprise (développer le niveau de confiance en soi…) Bonne distance dans la relation tabacologie-fumeur –Soutenir et renforcer la tentative darrêt –Adaptation aux situations interférant avec le projet –Durée de lintervention –Ethique dans laide à larrêt

24 Prise en charge actuelle du sevrage tabagique Les acteurs du sevrage tabagique –Autres acteurs du sevrage tabagique Le pharmacien dofficine –Repérage et conseil darrêt –Habilité à conduire une SN –Orientation vers un médecin (co dépendance, tb psy, femmes enceintes…) Les acteurs du secteur paramédical –IDE et sages femmes –Psychologues et diététiciennes –Dentistes et kiné…

25 Comment optimiser la PEC du sevrage tabagique? Evaluation des pratiques des différents intervenants –Diversité des intervenants Distinguer les intervenants de 1 ère ligne (PEC des patients les moins dépendants) et 2 nde ligne (tabacologues, cs spécialisées) –Lomnipraticien: importance de développer la formation médicale continue en tabacologie –Autres acteurs Pharmacien dofficine Les spécialistes en médecine (cardio, pneumo, ORL, gynéco, anesthésistes…) Médecins du travail et médecins scolaires Les acteurs du secteur paramédical –Consultations spécialisées en tabacologie: elles devraient ne traiter que les patients les plus difficiles (éléments psychopathologiques, co-addictions…). Collaboration nécessaire avec les structures daddictologie.

26 Comment optimiser la PEC du sevrage tabagique? Vers une meilleure coordination des soins –Développement des acquis de la lutte contre le tabagisme –En matière de sevrage tabagique Améliorer lefficacité de lintervention Améliorer la coordination des soins –Chaque acteur sanitaire doit traiter la demande daide qui lui est faite et identifier le tabagisme –Evaluation initiale, doit répondre à plusieurs questions (situation psychologique, niveau de dépendance, motivation, difficultés prévisibles, juger de ses propres compétences…) –Sevrage ou orientation (courrier de liaison) Autres solutions: –Thérapie de groupe –Stratégies de réduction

27 Conclusions Nécessité dune coordination des soins entre les différents acteurs Qualité du repérage et de lidentification des difficultés primordiale pour une orientation optimale du patient –Co-addictions (alcool, …) –Troubles psychiatriques –Maladies somatiques –…

28

29 Le mode de fonctionnement des acteurs et/ou des équipes doit se faire de + en + dans la concertation pour des patients qui ont besoin des différentes spécialités dans leur parcours de guérison Savoir diriger le patient vers le professionnel adéquat en fonction des difficultés repérées


Télécharger ppt "Place de lunité de coordination de tabacologie: comment optimiser la prise en charge tabacologique des fumeurs V. Boute Makota, A. Schmitt Dr J. Perriot."

Présentations similaires


Annonces Google