La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Empathie miroir et empathie reconstructive Frédérique de Vignemont Institut Jean-Nicod, Paris.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Empathie miroir et empathie reconstructive Frédérique de Vignemont Institut Jean-Nicod, Paris."— Transcription de la présentation:

1 Empathie miroir et empathie reconstructive Frédérique de Vignemont Institut Jean-Nicod, Paris

2 Une multitude dempathies Lempathie a été étudiée par une grande variété de disciplines: la philosophie, la psychologie sociale, la psychothérapie, la psychologie développementale et plus récemment, les neurosciences cognitives. Lempathie est considérée à la fois comme un trait de personnalité et comme un évènement mental. Elle est aussi considérée dans ses aspects émotionnels (partager une émotion), motivationnels (aider les autres) et cognitifs (comprendre les autres).

3 Le quotient dempathie (Baron-Cohen & Wheelwright, 2004) 1.I can easily tell if someone else wants to enter a conversation. 2.I prefer animals to humans. 3.I try to keep up with the current trends and fashions. 4.I dream most nights. 5.I really enjoy caring for other people. 6.Friendships and relationships are just too difficult, so I tend not to bother with them. 7.I find it easy to put myself in somebody elses shoes. 8.I am good at predicting how someone will feel. 9.Seeing people cry doesnt really upset me.

4 Une certaine confusion… Leiberg and Anders, 2006

5 Une définition possible Emotion : Nous sommes dans un certain état émotionnel e. –A la différence dune compréhension abstraite de lémotion de lautre Similarité: e est isomorphe à létat émotionnel dautrui E. –A la différence de la sympathie Processus : e est provoqué par E. –A la différence dune simple coïncidence Attribution : Nous savons que E est à lorigine de e, ce qui nous permet dattribuer E à autrui. –A la différence de la contagion émotionnelle A quel point? Directement?

6 De haut niveau ou de bas niveau? Cette définition ne précise pas les mécanismes à lorigine du partage émotionnel. Sagit-il dun processus de haut niveau, assez cognitif? Paradigm cases of empathy… consist first of taking the perspective of another person, that is, imaginatively assuming one or more of the other persons mental states… The initial pretend states are then operated upon (automatically) by psychological processes, which generate further states that (in favorable cases) are similar to, or homologous to, the target persons states. In central cases of empathy, the output states are affective or emotional states, Goldman (1993, p 371) Ou sagit-il dun processus de bas niveau, assez automatique? attended perception of the objects state automatically activates the subjects representations of the state, situation, and object, and that activation of these representations automatically primes or generates the associated autonomic and somatic responses, unless inhibited., Preston & de Waal (2002, p 4)

7 Fractionner lempathie Face à cette confusion, il est possible: –Soit de nier le statut dempathie à certaines formes de partage émotionnel –Soit de faire une distinction entre deux types dempathie Je propose ici de distinguer entre: –lempathie miroir qui est provoquée par la perception dindices émotionnels Je vois un inconnu sourire, je me mets à sourire et je le pense heureux. –lempathie reconstructive qui est induite par la simulation de la situation émotionnelle de lautre Japprends quune amie est enceinte et je sais à quel point elle voulait un enfant, je la pense heureuse.

8 Empathie reconstructive

9 Lempathie reconstructive Le principe de lempathie reconstructive repose sur un partage démotion. –Jutilise mes propres ressources émotionnelles pour comprendre autrui. Je prends pour point de départ –le contexte externe (ce que je sais de ce qui arrive à la personne) –et le contexte interne (ce que je sais de la personne). Lempathie reconstructive repose donc sur une simulation de la situation émotionnelle de lautre. Lempathie reconstructive est la plus accessible à la conscience.

10 La théorie de la simulation Comment comprendre et prédire autrui? Théorie de la théorie: utilisation de lois psychologiques tacites Théorie de la simulation: nous nous mettons à la place dautrui, prétendons avoir ses états mentaux et nous imaginons ce que nous ferions à sa place. –Lempathie reconstructive est une application de la théorie de la simulation pour les émotions.

11 Définition de lempathie reconstructive Lempathie reconstructive se définit ainsi: Emotion : Nous sommes dans un certain état émotionnel e. Similarité: e est isomorphe à létat émotionnel dautrui E. Processus : e est provoqué par E. –La simulation du contexte émotionnel provoque e Attribution : Nous savons que E est à lorigine de e. Difficultés et questions ouvertes A quel point e est isomorphe à E? Comment sélectionner les informations pertinentes? Lattribution démotion à autrui est-elle fiable?

12 Quel degré disomorphie? Distinction entre différents composants dune émotion: la valence (négatif versus positif) le type démotion (e.g. joie, dégoût, colère, etc.) lobjet intentionnel (e.g. jai peur du meurtrier) la raison (contexte externe et biographique) laspect qualitatif (intensité, durée, etc.). le rôle fonctionnel (réponse émotionnelle et impulsions dagir)

13 Une plus grande isomorphie Lempathie reconstructive repose sur lappréhension du contexte. Par conséquent, elle donne accès, non seulement au type démotion et à sa valence, mais aussi à lobjet intentionnel de lémotion et à ses raisons. –En se mettant à la place du jeune faon, lenfant ressent ainsi la même émotion et pour les mêmes raisons. Lenfant imagine leffet que cela ferait de perdre sa mère et se sent très triste. Lémotion partagée peut même jouer en partie le même rôle fonctionnel, conduisant aux mêmes impulsions dagir, même si elles sont probablement inhibées. En simulant lautre dans son contexte, je découvre non seulement ses émotions, mais aussi les croyances, intentions et désirs qui leur sont associés. Perspective plus holistique.

14 Un problème de sélection Lempathie reconstructive sillustre donc par une grande isomorphie, mais à quel prix ? Elle na rien dun accès direct au ressenti de lautre. Elle découle dun processus élaboré qui consiste à déterminer les informations pertinentes qui serviront de point de départ au processus de simulation. Elle implique donc une certaine maîtrise du contexte et de la personne. La théorie de la simulation reste très floue sur cette première étape de sélection des informations. ? ?

15 Quels inputs ? De cette étape de sélection, tout dépend. Si je prends pour point de départ de mauvaises informations, quelles soient fausses ou non pertinentes, jaurai une compréhension erronée de lautre. –Si je me mets à la place de Bambi pour comprendre ce quil ressent, dois-je prétendre que je suis un faon ? Non, cela nest pas pertinent, mais comment choisir ce qui lest et ce qui ne lest pas ? Il est donc important deffectuer une analyse correcte de la situation émotionnelle. Mais cela ne suppose-t-il pas davoir déjà une hypothèse préalable sur lémotion, hypothèse qui guide la sélection ? Deux sources possibles dinformation –Information sémantique (e.g. garde suisse) –Mais aussi empathie miroir.

16 Lempathie miroir

17 For we certainly believe ourselves to be directly acquainted with another persons joy in his laughter, with his sorrow and pain in his tears, with his shame in his blushing, with his entreaty in his outstretched hands, with his love in his look of affection, with his rage in the gnashing of his teeth, with his threats in the clenching of his fist, and with the tenor of his thoughts in the sound of his words. (Scheler 1923, p. 254)

18 Lempathie miroir Très peu dinformations suffisent, juste quelques indices corporels. –Que ce soit un sourire rêveur, une intonation de voix un peu abrupte, une posture affligée, une crispation fugitive, nous reconnaissons le bonheur, la colère, la tristesse, ou la douleur. Pour autant, la reconnaissance perceptive des émotions ne suit pas les mêmes principes que la reconnaissance perceptive dobjets. –Je ne reconnais pas la peur de la même manière que je reconnaîtrais un zèbre par exemple. Jutilise ma notion naïve du zèbre comme animal qui ressemble à un cheval à rayures noires et blanches, description abstraite que japplique pour identifier lanimal que je vois. Mais pour reconnaître la peur, jutilise non pas une description en troisième personne du concept de peur, mais mon propre vécu de la peur en première personne.

19 Les systèmes miroirs Le débat concernant lempathie a été récemment renouvellé par la découverte des neurones miroirs, pour laction (Rizzolatti et al. 1996), puis pour les sensations corporelles (Keysers et al., 2004) et les émotions. –Les mêmes aires corticales sont activées pour le dégout (Wicker et al., 2003) et pour la composante affective de la douleur (Singer et al., 2004; Morrison et al., 2004; Jackson, et al., 2004; Botvinick, 2005). Certains patients ayant une lésion cérébrale ne parviennent plus à éprouver des émotions très spécifiques, telles que le dégoût ou la peur. –Ces mêmes patients deviennent aussi incapables de reconnaître soit le dégoût, soit la peur chez autrui. (Calder et al., 2000 ; Adolphs et al., 1994).

20 Pour une théorie de bas niveau Qui se base sur lobservation dindices émotionnels simples: –Vision de parties du corps blessées (Jackson et al., 2005), dexpressions faciales dinconnus (Adolphs, 2002) ou même de « mains en colère » (Grosbras & Paus, 2005) Sans que le contexte soit donné et sans autre condition supplémentaire. La perception dindices émotionnels est une condition suffisante pour provoquer lempathie miroir de manière automatique et systématique. Sur le modèle de la perception de laction.

21 Une théorie motrice de lempathie According to a motor theory of empathy, the same premotor neurons that are involved in the generation of facial expressions for the self- expression of emotion are also involved in recognizing that emotion in others. Leslie et al., 2004, p. 602 We understand what others feel by a mechanism of action representation that allows empathy and modulates our emotional content. Carr et al., 2003, p Version forte: vous éprouvez de lempathie par un processus dimitation motrice. Théodor Lipps (1903) propose ainsi que la perception de lexpression faciale de lautre nous conduit à reproduire cette même expression sur notre visage, et par là même, à découvrir ce que lautre ressent. Lempathie est automatique car limitation est automatique.

22 Une version plus faible One can apply perception-action processes to social cognition without it necessarily being a motor theory of social cognition Preston and de Waal, 2002, p. 55 Version faible: laction est seulement un modèle explicatif. Lempathie miroir nest pas un phénomène moteur même si elle est induite par lobservation dindices émotionnels basiques, le plus souvent corporels.

23 Définition de lempathie miroir Lempathie miroir se définit ainsi : Emotion : Nous sommes dans un certain état émotionnel e. Similarité: e est isomorphe à létat émotionnel dautrui E. –Démontrée par les études en imagerie cérébrale Processus : e est provoqué par E. –La perception dindices de E provoque e Attribution : Nous savons que E est à lorigine de e. –Qui sous-tend lattribution démotions à autrui dans des taches comme la reconnaissance dexpressions faciales Difficultés et questions ouvertes A quel point e est isomorphe à E? Jusquoù va le partage émotionnel? Le lien causal est-il direct? Peut-il être modulé? Lattribution démotion à autrui est-elle fiable?

24 Les limites des neurosciences Les études en imagerie cérébrale indiquent une activité similaire pour lobservation et lexpérience dune émotion donnée. Mais elles ne permettent pas dévaluer le degré disomorphie en détails. –Quand je vous vois pleurer, est-ce que je partage votre désespoir intense ou est-ce que je me sens juste mal?

25 Lisomorphie dans lempathie miroir Lempathie miroir repose sur le traitement dun nombre dinformations très limité. Par conséquent, lisomorphie est, elle aussi, limitée. Elle se situe au niveau de la valence de lémotion perçue (agréable / désagréable), mais aussi au niveau du type démotion. – Benuzzi et al. (2008): différentes activations pour lobservation de stimuli inspirant le dégoût et la douleur. Si lintensité se traduit par des changements corporels, alors elle peut nous affecter, mais pour une moindre part. –Dans lempathie, nous ne souffrons jamais autant que celui dont nous partageons la peine.

26 Limite de lisomorphie Par contre, lempathie miroir ne donne pas accès aux causes et raisons de lémotion perçue. –« Let us suppose that Scheler is right and that certain contents of the other persons consciousness, such as joy, sorrow, pain,shame, pleading, love, rage, and threats, are given to us directly through acts of inner perception and without any inferential process whatever. Does it follow that the subjective meaning of the other person is also given to us in this simple fashion? » Schutz (1932, p. 23) Lobjet intentionnel de lémotion ne peut donc être le même: je partage la peur de la personne, mais non ce dont elle a peur. –Quel est alors mon objet intentionnel? Objet formel de lémotion? Lémotion partagée ne joue pas non plus le même rôle fonctionnel. –Lobservation dune main qui se brûle ne me conduit pas à retirer ma propre main. –Si les raisons ne sont pas connues, on voit mal comment nous pourrions agir en conséquence.

27 Un accès direct? For we certainly believe ourselves to be directly acquainted with another persons joy in his laughter, with his sorrow and pain in his tears, with his shame in his blushing. Scheler (1923, p. 254) We will posit that, in our brain, there are neural mechanisms (mirror mechanisms) that allow us to directly understand the meaning of the actions and emotions of others by internally replicating (simulating) them without any explicit reflective mediation. Gallese, Keysers and Rizzolatti, ( 2004, p. 396) In most intersubjective situations we have a direct understanding of another persons intentions because their intentions are explicitly expressed in their embodied actions and their expressive behaviors. Gallagher and Hutto, ( in press)

28 Une seule étape? Deux problèmes: Lien direct entre lobservation et lattribution? –Distinction entre la phase de partage émotionnelle et la phase dattribution de lémotion à autrui (Goldman, 2006) Observation de E Expérience de e Attribution de E Sans nulle médiation? Analyse contextuelle Lien direct entre lobservation et lexpérience? –Mais ambiguité des indices et modulation de lempathie miroir

29 Modulation de lempathie miroir Features of emotions Relationship empathizer/target ContextEmpathizer ValenceAffective link (Singer et al., 2006) Appraisal of the situation (Lamm et al., 2007) Gender (Singer et al., 2006) IntensitySimilarityMultiple cues emotions Personality SaliencyFamiliarityMood Primary vs secondary emotions Self-implication (e.g. jealousy) Expertise (Cheng et al., 2007) Emotional repertoire

30 Une relation indirecte Un lien direct nest possible que sil existe une relation univoque entre lobservation des indices et lexpérience de lémotion correspondante. –si E, alors e Or les indices peuvent être ambigus. –Si je rougis, comment pouvez-vous savoir si je rougis de honte ou de plaisir? –Comment distinguer une émotion réelle dune émotion feinte? Et le contexte peut influencer lempathie –si E & si x, y, z, alors e

31 Quelle fonction? A quoi me sert de savoir que vous êtes malheureux si je ne sais pourquoi et si je suis donc incapable de remédier à votre situation ? Malgré ses insuffisances, lempathie miroir a cependant le mérite dattirer notre attention. –Une fois la souffrance remarquée, il nous est plus facile de chercher à en comprendre les raisons. En outre, dans un certain nombre de situations, nous possédons non seulement les indices primaires émotionnels, mais aussi une certaine maîtrise du contexte. –Lempathie miroir est complémentaire avec lempathie reconstructive. Lempathie miroir permet de poser les fondations de notre compréhension de lautre, mais elle ne suffit pas à elle toute seule.

32 Pour résumer Lempathie miroir constitue un partage démotion induit par la perception dindices émotionnels, le plus souvent corporels. Mais lempathie miroir nest pas totalement miroir. Le partage est principalement limité à la valence et au type démotion. Il ne donne pas accès aux raisons de lémotion, à son objet intentionnel ou à son rôle fonctionnel. Lempathie miroir nest pas non plus totalement automatique. Il ne sagit pas juste de lire lémotion de lautre indépendamment du contexte, la lecture est dors et déjà filtrée par un certain nombre dinformations.

33 Pour résumer Empathie miroir (EM) Empathie reconstructive (ER) Information de départ Indices émotionnels limités Situation émotionnelle riche ProcessusActivation pseudo directe Simulation SimilaritéValence, type, intensité + Raisons CompréhensionLimitéeApprofondie

34 The winner is… Soit lempathie donne lieu à un accès presque direct à lémotion dautrui (influencée toutefois par un certain nombre de facteurs), mais nen permet quune simple catégorisation. Soit elle permet une véritable appréhension du vécu émotionnel de lautre, mais elle exige un processus complexe de sélection dinformations pertinentes et de simulation. Une manière de les évaluer consiste à regarder laquelle est la plus fiable et la plus féconde (Goldman, 2008).

35 Des rôles distincts Il faut en premier lieu noter que les deux formes dempathie ne jouent pas le même rôle. Empathie reconstructive: fonction prédictive. –A partir dune situation donnée, je prédis la réaction émotionnelle dune personne. –On nattend pas de voir Bambi pleurer pour se sentir triste Empathie miroir: fonction rétrodictive –A partir des conséquences corporelles dune émotion, je reconstruis létat émotionnel de la personne. –A moins quon ne considère que ce sont les expressions corporelles qui sont à lorigine des émotions (James, 1890)

36 Fiabilité et fécondité Pour Goldman (2008), lER est la plus féconde quant à la richesse de la compréhension dautrui. Mais elle nest pas fiable –Suite à lomission dinformations pertinentes –Suite à des biais égocentriques. Au contraire, lEM est la source la plus fiable sur le type démotion en raison de la lecture directe des indices. MAIS on peut tout autant imaginer des biais égocentriques pour lEM. –Exemple du masochiste qui observe la douleur dune personne En raison de la modulation de lEM, elle nest pas hautement fiable. Néanmoins, il est plausible quelle soit plus fiable que lER.

37 Une question de degré? La distinction entre lempathie miroir (EM) et lempathie reconstructive (ER) a-t-elle réellement lieu dêtre? Même EM semble impliquer des processus inférentiels danalyse contextuelle, et en ce sens, ne diffère pas de ER. Inversement, même ER semble reposer sur lobservation dindices émotionnels. En outre, aucune des deux nest 100% fiable. La distinction serait alors purement quantitative: –Plus disomorphie pour ER que pour EM –Plus direct pour EM que pour ER

38 Maintenir la distinction Selon Goldman (2008), la modulation de lempathie miroir nest pas comparable au fait dimaginer un scénario. –Inhibition versus construction En outre, les conditions suffisantes respectives pour chacune ne sont pas les mêmes: –EM: Indices perceptifs émotionnels –ER: Simulation du contexte émotionnel Enfin, on peut imaginer être capable dEM sans être capable dER. –Syndrome dAsperger?


Télécharger ppt "Empathie miroir et empathie reconstructive Frédérique de Vignemont Institut Jean-Nicod, Paris."

Présentations similaires


Annonces Google