La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

FR identifiés Pneumopathies –durée d'intubation +++ sexe masculin –caractère traumatologique > 1 réintubation –catégorie diagnostique –IGS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "FR identifiés Pneumopathies –durée d'intubation +++ sexe masculin –caractère traumatologique > 1 réintubation –catégorie diagnostique –IGS."— Transcription de la présentation:

1

2

3

4

5

6

7

8

9 FR identifiés Pneumopathies –durée d'intubation +++ sexe masculin –caractère traumatologique > 1 réintubation –catégorie diagnostique –IGS II (sauf classes très élevées) Colonisation de cathéter veineux central –durée de cathétérisme +++ –catégorie diagnostiqueprovenance du patient Infection urinaire –durée de sondage +++ sexe féminin –catégorie diagnostiqueprovenance du patient –antibiothérapie à l'admission (protecteur) –IGS II (sauf classes très élevées)

10 Autres facteurs communs Comportements Organisation du travail Architecture Bloc opératoire SSPI Réa

11 Risque infectieux professionnel Après un AES Surtout les virus Facteurs principaux de séroconversion –Blessure profonde –Aiguille creuse de gros calibre –Sang et virus –Absence de port de gants Autres microorganismes et voies de transmission HVB = 30% HVC = 3% HIV = 0,3%

12 Mesures préventives Générales –Lutter contre la transmission –Identifier et contrôler les réservoirs de germes –Respecter les règles d'asepsie et les bonnes pratiques de soins –Contrôler l'utilisation des antibiotiques Spécifiques

13 Stratégie dapplication IDENTIFIER ET SURVEILLER LES INFECTIONS INFORMER ET FORMER LE PERSONNEL CHOISIR ET METTRE EN PLACE LES MESURES PREVENTIVES

14 1 - Identifier et surveiller

15 Dautres arguments pour convaincre Réduction de 32% des IN par un programme * Avec programme de maîtrise des IN Sans programme de maîtrise des IN *Senic Project Haley RW et al. Am J Epidemiol 1985; 121:

16 2 - Informer et former

17 3 - Choisir et mettre en place les mesures de prévention - Critères validés - Protocoles rédigés

18 Niveau de preuves Force de la recommandation Niveau de preuve Absence de recommandation

19 4 - S'assurer de l'application des mesures - Réalisation daudits

20 SRLF – SFAR - 5 ème CC commune 20 novembre 2008 – Paris Prévention des infections nosocomiales en réanimation - transmission croisée et nouveau-né exclus –Quelle épidémiologie et quelles définitions des infections nosocomiales ? –Stratégie organisationnelle et politique de prévention des infections nosocomiales –Impact de lantibiothérapie dans la prévention des infections nosocomiales –Préventions spécifiques : poumon - cathéter - urine - ISO – autres –Stratégie globale

21

22 Observance Revue* des études publiées ( ) –37 (questionnaire et observation) sur le taux dobservance des PS Observance sub-optimale, variable en fonction de la précaution étudiée et du professionnel concerné –13 sur les programmes damélioration (formation seule ou associée à dautres stratégies) Amélioration immédiate obtenue, mais maintien dans la durée non évalué ou constat dun retour rapide au niveau initial ? Raisons invoquées : charge de travail, perception du risque, disponibilité des ressources… * Gammon J et Al. A review of the evidence for suboptimal compliance of healthcare practitioners to standard/universal control precautions. J Clin Nurs

23 Observance De nombreuses études en faveur des mesures de base Différents freins à leur application (socio- culturel, organisationnel) Importance dans les programmes damélioration des approches multidisciplinaires et des interventions multimodales Time for a « No Excuses/No Tolerance » (NET) strategy Larson E. A J I C 2005;33:548-57

24 Evaluation des pratiques en anesthésie exposant au risque infectieux par transmission croisée C. Auboyer (Sfar), A. Carbonne (CCLIN PN), J. Hajjar (SFHH), B. Veber (Sfar)

25 Objectifs de lenquête Re-sensibiliser les professionnels au risque infectieux –Notamment au risque hématogène

26 Objectif – Méthodologie Evaluer les pratiques en anesthésie au bloc opératoire –Ciblant la prévention de la transmission croisée Évaluation déclarative –Questions rédigées à partir des recommandations de la SFAR 1997 et concernant Mesures de base (port du masque, hygiène des mains, précautions lors dactes invasifs, traitement du matériel) Risques infectieux professionnels Formation en hygiène questionnaires envoyés / questionnaires retournés et analysés

27 Port du masque Toujours en salle dintervention –MAR = 79% ; IADE = 68% Toujours lors de lintubation – MAR = 75% ; IADE = 82% Positionnement correct –MAR = 85% ; IADE = 90% Changement du masque si plus positionné sur le visage –Rarement ou jamais (71%)

28 Hygiène des mains Disponibilité des SHA –Salle dintervention = 94% ; SSPI = 97% Quasi systématique au bloc opératoire Port de bijoux –Salle dintervention = 41% –SSPI = 45% –Pas de différence MAR / IADE

29 Hygiène des mains Avant contact avec un nouveau patient = 52% –MAR = 45% ; IADE = 69% (p<10 -4 ) –Durée dexercice > 20 ans = 58% ; < 20 ans 48% (p=0,0005) Après contact avec un liquide biologique = 96% Après retrait des gants = 31% –MAR = 33% ; IADE = 21% (p<10 -4 )

30 Vaccination hépatite B Vaccinés 93 % –Efficacité de la protection connue 79%

31 Accident exposant au sang Au cours des 3 dernières années –1 AES rapporté par 577 professionnels (43%) –1 AES déclaré par 333 professionnels

32 Recommandations Sfar Année de parution connue = 31% –MAR 34% IADE 22% RECOMMANDATIONS concernant l'hygiène en anesthésie Les textes des recommandations détaillées élaborées par le groupe de travail sur l'hygiène en anesthésie sont disponibles dans le n° 10 du volume 17 des Annales Françaises d'Anesthésie et de Réanimation, Les textes des recommandations détaillées élaborées par le groupe de travail sur l'hygiène en anesthésie sont disponibles dans le n° 10 du volume 17 des Annales Françaises d'Anesthésie et de Réanimation, ère édition - Décembre ère édition - Décembre 1997

33 Formation en hygiène hospitalière 1 formation au cours des 3 dernières années = 18% –MAR = 16% ; IADE = 22% –Pas de différence Entre MAR et IADE En fonction de lancienneté de lexercice ( 20 ans)

34 Lames de laryngoscope Développement de l usage unique –Systématiquement: 77 % –Non systématiquement: 23 % Dont 5 % rarement ou jamais Dont 19 % font seulement un nettoyage (4 % du total)

35 Filtre bactérien et viral Systématiquement utilisé: 99 % Changement entre deux patients –Toujours MAR: 95 % IADE: 97 % –Donc pas toujours pour 3 à 5 % des soignants…

36 Partage de flacons entre patients Jamais: 81 % Rarement: 10 % Fréquemment: 8 % Partage de seringues entre patients Jamais: 98 % Rarement: 2 %

37 Indicateurs Réanimation Accord fort –Disposer dun tableau de bord des ratio patients/infirmier et patients/aide-soignant –Mesurer 1 fois/an le % de personnels ayant reçu une formation en hygiène –Vérifier 1 fois/an lidentification dun correspondant médicale et dun correspondant infirmier –Utiliser la méthode de laudit clinique pour évaluer la qualité dune professionnelle (ou lapplication dune procédure technique) et dexprimer les résultats dun audit par le taux dobservance de procédures correctes / opportunité et par catégorie professionnelle Recommandations des experts de la SRLF. Réanimation 2002;11:250-6


Télécharger ppt "FR identifiés Pneumopathies –durée d'intubation +++ sexe masculin –caractère traumatologique > 1 réintubation –catégorie diagnostique –IGS."

Présentations similaires


Annonces Google