La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Séance n°7 Travail et subjectivité Où va le travail humain ? De mal en pis ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Séance n°7 Travail et subjectivité Où va le travail humain ? De mal en pis ?"— Transcription de la présentation:

1 Séance n°7 Travail et subjectivité Où va le travail humain ? De mal en pis ?

2 Plan de la séance 1. Le travail est de plus en plus insatisfaisant et pathogène Les enquêtes sur les conditions de travail Le travail sans qualités. Les conséquences humaines de la flexibilité (Richard Sennett, 2003, Albin Michel) 2. Des variations historiques, sociales, régionales Travailler pour être heureux ? Le bonheur et le travail en France : une approche statistique du bonheur et du malheur au travail (Baudelot C., Gollac M et al., 2003) Une approche ethnographique et historique : lexemple dusines automobiles en France (Hatzfeld« Lintensification du travail en débat. Ethnographie et histoire aux chaînes de Peugeot-Sochaux, Sociologie du travail, volume 46, n° 3, pp ) Une approche économique et sociologique : la comparaison France-Etats-Unis des « désordres du travail » (Askenazy, 2004)

3 Gollac Michel, Volkoff Serge 2000), Les conditions de travail, Repères, La Découverte. Enquêtes nationales sur les conditions de travail en France (1978, 1984, 1991, 1998) : conditions physiques du travail, surtout ouvrier; Statistiques daccidents de travail et de maladies professionnelles; études dergonomie (analyse des postes de travail) Une conception élargie de la santé au travail : être en forme; se sentir libre; percevoir lavenir comme une unité qui fait sens, comme une histoire Fragilité de la mesure : dépend des individus, des régions, des entreprises, des médecins…

4 Sous estimation des risques professionnels et préjugés ( Volkoff, 2008, Revue Française des Affaires Sociales ) Réticences des employeurs à reconnaître les liens entre santé et travail (exemple de lamiante) Naturalisation des risques censés répondre à des « qualités innées » : endurance, bravoure pour les hommes, patience, altruisme pour les femmes ou vus comme une composante du métier (exemple des danseurs, Sorignet, 2006) Croyance dans une substitution massive des exigences mentales aux sollicitations physiques. Or, exposition au bruit, aux produits toxiques et à la violence physique dans les emplois de service (femmes de ménage, vigiles, caissières…) Croyance dans lenrichissement intellectuel du travail avec la progression des formations et qualifications : pas toujours fondée car intensification du travail (travail dans la hâte) : tout dépend des moyens dont les personnes disposent pour répondre aux exigences

5 Mais un essor des recherches, des débats publics et des politiques autour de la santé au travail Développement des grandes enquêtes européennes (France en mauvaise position) Inquiétude de certains employeurs des conséquences des mauvaises conditions de travail : coût pour lassurance maladie et lassurance chômage Plan quinquennal gouvernemental Santé au travail, de 2005 à Accroissement des exigences qualitatives dans la vie de travail et des préoccupations en matière denvironnement et de préservation du corps

6 Les causes et les conséquences de lintensification du travail La production « allégée » en équipes (lean production) Accroissement des logiques marchandes dans les entreprises : sous-traitance et relations client/fournisseur entre les services de lentreprise et cumul des contraintes; pas de collectifs stables. Travail dans lurgence : moindre possibilité de souffler, danticiper, dinnover, de prendre correctement les informations, de se faire aider Fatigue, nervosité, douleur cervicales, accidents, maladie, angoisse

7 Les différentes composantes des conditions de travail Contacts avec des substances dangereuses Contraintes physiques (bruit, charges lourdes.. Pénibilités psychologiques: insatisfaction chronique, sentiment dinjustice, de manque de reconnaissance, dincapacité à répondre aux exigences contradictoires (faire mieux et plus en moins de temps) Violence, harcèlement moral et sexuel : non recensés dans les enquêtes française; forte variabilité dans les enquêtes européennes.

8

9 Lexplosion des TMS : une conséquence de lintensification les TMS – troubles musculo-squelletiques- sont devenus la catégorie majoritaire des maladies professionnelles. Multiplication par 13 du nombre de cas reconnus comme maladie professionnelle de 1990 à 1999 en France, de 1982 à 1994 aux Etats-Unis Le plus répandu est le syndrome du tunnel carpien qui affecte un nerf au niveau du poignet : perte de force de la main, fourmillements douloureux, parfois paralysie qui nécessite une opération chirurgicale. Causes : gestes répétitifs, traumatismes répétés

10 Les accidents du travail Stagnation globale qui cache une aggravation car rupture avec une tendance historique à lamélioration de lhygiène et sécurité. Poursuite de la baisse dans le BTP et lindustrie, hausse dans le commerce, lhôtellerie, la santé.

11 Laggravation dans les emplois tertiaires Les problèmes de santé et de sécurité touchent des salariés a priori sans risques Des chefs de rayons reçoivent des cartons sur la tête ; déchargés du travail dinventaire par linformatisation, ils remplissent les rayons en cas durgence. des vendeurs de librairie cumulent une forte pression du client, un travail sous éclairage artificiel et la manutention continuelle de livres.

12 Richard Sennett (2000), Le travail sans qualités, les conséquences humaines de la flexibilité, Albin Michel Flexibilité : « Faculté qua un arbre de fléchir et de se rétablir (langue anglaise, 15e siècle) « Les pratiques de la flexibilité se concentrent surtout sur les forces qui font ployer les hommes » (p. 60). « La flexibilité engendre le désordre sans pour autant libérer des contraintes ». Elles cassent les collectifs et rendent le travail « opaque, illisible, superficiel ». « Corrosion du caractère » : indifférence, déclin de lidentité et de la solidarité professionnelles, apathie des individus, sentiment dêtre inutiles aux autres, spectre de léchec, de ne pas être à la hauteur

13 Trois éléments du système de pouvoir lié à la flexibilité moderne La réinvention discontinue des institutions les changements avec rupture (exemple de femmes ordonnées prêtres) lemportent sur les changements dans la continuité : passer dune hostie brune à une hostie blanche (p. 63). La spécialisation flexible : mettre sur le marché des produits toujours plus variés ; stratégie de linnovation permanente La concentration du pouvoir sans centralisation : il existe un continent de pouvoir dans un archipel de pouvoir flexible.

14 Le travail dans une boulangerie de Boston dans les années 1960 : Un travail dur : bruit, odeurs (sueur, levure), chaleur étouffante, force physique, horaires de nuit Un travail de qualité : fierté des savoirs-faire, solidarité ethnique (tous Grecs), sentiment dappartenance à une communauté, inscription dans la durée (lignée de boulangers) Un syndicat local corrompu mais protecteur

15 Vingt ans après… un travail plus facile mais sans qualité Propriété dun conglomérat géant de lalimentation Production, au gré de la demande, « dun millier de miches de pain français » ou « dun millier de bagels », de bonne qualité. Un travail plus facile : sur écran ordinateur, fraîcheur, silence, horaires plus souples des machines sophistiquées (commandées par écran dordinateurs) « Une bouillabaisse dethnies, de genres et de races » : jeunes et vieux, Italiens et Vietnamiens, hommes et femmes, mal rémunérés et protégés; un contremaître noir Perte didentité professionnelle : ils ne se définissent pas comme des boulangers; ils ne savent plus comment on fait le pain, ils sont incapables de réparer les machines et de préparer le pain sous contrôle manuel Gaspillage important (fournées entières calcinées)

16 Des conséquences ambiguës sur le bien-être des salariés Les pratiques innovantes du productivisme réactif : équipes autonomes, polyvalence, juste au temps, qualité totale peuvent conduire à une amélioration ou à une dégradation des conditions de travail : cela dépend des établissements et des entreprises (Askenazy, p. 45) Des responsabilités et rétributions monétaires et symboliques contribuent à la fois au bien-être et à la pression. En revanche, une forte pression associée à labsence de perspectives et à une faible autonomie conduit à la souffrance. Le malheur au travail touche surtout les catégories populaires mais aussi les autres.

17 Une interprétation alternative aux méfaits du nouveau productivisme (Askenazy, 2004) La dégradation des conditions de travail nest pas une fatalité inhérente au productivisme réactif mais leffet dune non prise en compte, par les entreprises, du facteur humain. Le « miracle » américain : spectaculaire amélioration de la santé et de la sécurité des travailleurs dans la seconde moitié des années 90, dans tous les secteurs; évolution inverse dans les années 80. Ce renversement sexplique par des investissements massifs des entreprises dans les questions de santé et de sécurité au travail (formation, recours à des ergonomes, reconfiguration des postes…) sous la pression des syndicats, des assureurs, dinternet (mise en ligne des rapports dinspection)…

18

19 Variations internationales des conditions de travail (enquêtes européennes) La qualité de vie au travail croît avec la richesse nationale (plus faible en Grèce, Espagne, Portugal) Autonomie et participation des travailleurs plus développée en Suède mais contraintes marchandes. Qualité des installations matérielles en Allemagne et Autriche Flexibilité des horaires, polyvalence en Grande-Bretagne.

20 Lexception française Un pays riche mais en mauvaise place du point de vue de la qualité du travail. Faiblesse syndicale, de linspection et de la médecine du travail. Faible incitation des employeurs 50 enseignants universitaires en médecine du travail comme au Québec pour une population active 6 fois moindre. LINRS en France emploie deux fois moins de chercheurs que lIRSST au Québec (rapporté à la population)

21 Variations sociales des des conditions de travail 1. Maintien des pénibilités du travail ouvrier: nuisances (poussière, produits toxiques, charges lourdes, rester debout…), contraintes hiérarchiques, contraintes horaires, risques daccidents. Avantages et sujétion des professionnels : initiative, variété des tâches, engagement mais contraintes de disponibilité : débordement sur la vie hors travail Le secteur public : flexibilité horaire mieux régulée mais tensions dans les rapports avec les clients; sentiment de ne pouvoir bien faire son travail (ex des agents dagence pour lemploi, des enseignants…) Les indépendants : des conditions similaires à celles des salariés à métier comparable

22 Variations sexuées Les ouvrières encore plus mal loties que les ouvriers : travail à la chaîne, répétitif, sous surveillance (interdiction de parler, pauses réglementées…) plus fréquent; plus mal payées. Elles ne se disent pas pourtant moins satisfaites que les hommes de leur rémunération et déclarent moins souvent des tensions avec leurs chefs. Elles se plaignent plus, en revanche de leur horaires.

23 Une approche historique et ethnographique plus nuancée Hatzfeld Nicolas (2004), « Lintensification du travail en débat. Ethnographie et histoire aux chaînes de Peugeot-Sochaux, Sociologie du travail, vol. 46, n°3, P Lintensification comme augmentation de la charge de travail: une inquiétude ouvrière incessante. Des moments repérables dans les documents de lusine : les années 50 et 80 Intensification de lusine : « Avant, cétait plus pénible, mais cétait moins chargé », Prise en compte progressive de données ergonomiques : diminution des efforts musculaires Mais réduction drastiques des marges temporelles : resserrement des cycles de passage des voitures et réduction du rapport à la matière : louvrier, sil nest pas remplacé par les robots, est dépossédé de la richesse concrète de son activité.

24

25 Une enquête collective : six ans d'enquête. Une enquête collective : Une trentaine d'entretiens préparatoire, construction du questionnaire. 05/1996 : Passation du questionnaire par lINSEE. Un questionnaire de 30 minutes et de 60 questions 5151 personnes ont répondu dont 3000 actifs occupés : Exploitation du questionnaire et nouvelle vague dune trentaine d'entretiens dapprofondissement avec des personnes ayant répondu au questionnaire : Rédaction de l ouvrage

26 Comment le bonheur devient une question centrale Le bonheur au travail : une idée neuve en Europe au tournant du 18ème Dans le monde dancien régime : La quête du bonheur céleste prime sur le bonheur terrestre. Le travail est une malédiction. Le 18ème siècle est loccasion dune double transformation : La religion catholique perd de son importance. Les nouvelles couches montantes, la bourgeoisie, pensent leur activité comme travail et en font une valeur.

27 Comment le bonheur devient une question centrale (suite) Le bonheur au travail dans la société industrielle se conjugue au futur Paradoxe : le travail est une valeur, mais il na jamais été aussi horrible. Réponse progressiste : Transformer la société pour goûter la valeur du travail. Aujourdhui : « Éclate-toi dans son travail sinon tas rien compris ! » Déclin des projets de transformation de la société et du travail Le modèle cadre : trouver le bonheur individuel au travail. Méthode : sintéresser à un travail intéressant. « Se réaliser dans son travail », un nouveau devoir ? Le malheur au travail aurait alors des causes individuelles : Incapacité personnelle à se rendre heureux au travail Certaines personnes nous harcèlent

28 Bonheur et malheur au travail: de quoi parle-t-on ? Le bonheur : quest-ce que cest (pour les enquêtés) ? La place du travail dans le bonheur : quest-ce qui pour vous est le plus important pour être heureux ? La place du bonheur dans le travail

29 La place du travail dans le bonheur Le travail importe pour être heureux. Il reste une valeur cardinale. Qui parle le plus souvent du travail ? Ceux et celles qui en manquent ou craignent den manquer : précaires, chômeurs, ouvriers Les jeunes et les hommes. Différentes manières de parler du travail : « boulot » ou « profession »

30 Les hommes sont-ils plus heureux au travail Des appréciations égales à situations inégales Effets de structure et mode d appréciation Derrière la convergence, la discrimination ? Des (in)satisfactions spécifiquement masculines et féminines ? « Tout ce qui monte converge » Engagements masculins et féminins au travail L engagement dans le travail domestique A chacun(e) son point de comparaison

31 Le bonheur, quest-ce ? Une question : « quest-ce qui est le plus important pour être heureux ? » Les réponses, en général : Les catégories les moins favorisées (ouvriers, employés), « avoir ». Pour les catégories les plus favorisées (cadres supérieurs, professions intermédiaires), « être », « faire » et « équilibre »

32

33 La place du bonheur dans le travail Donner de limportance au travail pour être heureux va-t-il de pair avec limportance du bonheur au travail ? Pas vraiment. Une question bilan « Finalement, quest-ce qui lemporte dans votre travail ? : 1. Les motifs de satisfaction, 2. Les motifs dinsatisfaction, 3. Les uns et les autres séquilibrent à peu près. » Le bonheur est plus fréquent dans le haut de la hiérarchie sociale, le malheur en bas

34

35

36 La place du bonheur dans le travail (suite) Différentes facettes du rapport au travail Limportance du plaisir au travail, la possibilité de faire des choses quon ne peut pas faire ailleurs. Les quatre sources : Lactivité technique Les voyages Les contacts Soccuper de La place dans une trajectoire : le bonheur comme adéquation entre aspiration et réalisation Mobilité sociale par rapport aux parents Aides soignantes et secrétaires médico-sociales. Des trajectoires différentes

37 La place du bonheur dans le travail (suite) « Seriez-vous ou auriez-vous été heureux que lun(e) de vos enfants sengagent dans la même activité que vous ? » Une question qui met en jeu la perception de la place du métier dans la société 54% des cadres seraient heureux 20% des ouvriers le seraient.

38

39 La place du bonheur dans le travail ( fin ) Des différences très nettes au sein des professions médico-sociales

40 Bonheurs et malheurs au travail Quand le bonheur présent est mesuré à l avenir de ses enfants Heureux et mal payé Hiérarchie du bonheur, diversité des satisfactions Le bonheur existe Heureux et malheureux à la fois Une mise à distance volontaire de la sphère professionnelle Un fatalisme résigné Investissement de soi et stress

41 Trois rapports au travail Deux variables : implication et satisfaction Le bonheur : satisfaction et implication Le malheur : insatisfaction et implication Le retrait : insatisfaction et faible implication

42

43

44 Limpact des transformations du travail Les deux mouvements contemporains Autonomisation Intensification Ces deux tendances ont des effets complexes Autonomisation : augmente la satisfaction. Intensification : augmente limplication. Et différenciés Dans les groupes favorisés lintensification fait passer du bonheur tranquille au bonheur actif. Dans les groupes défavorisés, lintensification peut faire passer de formes de retrait au malheur.

45 Des réponses au malheur Le communautarisme défensif nest pas une bonne réponse : il nest de communauté quà partir de la reconnaissance des différences et conflits internes; retrouver le sens du mot « carrière » : « route carrossable »; reconnaître la souffrance de léchec; acceptation de la dépendance mutuelle (Sennett, 2000). Rendre le travail « visible et soutenable » : « objectiver » les conditions de travail et donner aux travailleurs la liberté de construire une activité de travail favorable à leur santé, de maîtriser leur avenir et de sy projeter (Gollac et Volkoff, 2000) Prendre en compte le facteur humain dans les entreprises et pas seulement les ratio financiers (Askenazy)

46 Un essor des recherches, des débats publics et des politiques autour de la santé au travail Développement des grandes enquêtes européennes (France en mauvaise position) Inquiétude de certains employeurs des conséquences des mauvaises conditions de travail : coût pour lassurance maladie et lassurance chômage Plan quinquennal gouvernemental Santé au travail, de 2005 à Accroissement des exigences qualitatives dans la vie de travail et des préoccupations en matière denvironnement et de préservation du corps


Télécharger ppt "Séance n°7 Travail et subjectivité Où va le travail humain ? De mal en pis ?"

Présentations similaires


Annonces Google