La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

AIMER ÉCRIRE : TRAVAILLER LE PROCESSUS DÉCRITURE GRÂCE AU LOGICIEL ANTIDOTE CONGRÈS AQEP, 4 NOVEMBRE 2010 Lizanne Lafontaine, Ph. D. Université du Québec.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "AIMER ÉCRIRE : TRAVAILLER LE PROCESSUS DÉCRITURE GRÂCE AU LOGICIEL ANTIDOTE CONGRÈS AQEP, 4 NOVEMBRE 2010 Lizanne Lafontaine, Ph. D. Université du Québec."— Transcription de la présentation:

1 AIMER ÉCRIRE : TRAVAILLER LE PROCESSUS DÉCRITURE GRÂCE AU LOGICIEL ANTIDOTE CONGRÈS AQEP, 4 NOVEMBRE 2010 Lizanne Lafontaine, Ph. D. Université du Québec en Outaouais, campus Saint-Jérôme Dolores Tam, Druide Informatique

2 13 h 30 à 14 h 45 : Introduction : le processus décriture La planification La mise en texte 15 h 30 à 16 h 45 : La mise en texte (suite) La révision La correction Lévaluation de sa démarche Conclusion : lien avec les compétences des programmes détudes du MÉLS

3 Écrire un texte (MELS, 2001, p. 87) 2 e cycle : texte qui décrit Texte descriptif sur un animal africain 3 e cycle : texte qui raconte Conte se passant dans un pays dAfrique

4 Le processus décriture est encore peu enseigné, particulièrement la planification, la mise en texte et la révision Lécriture est liée au jugement dautrui. Il y a donc nécessité denseigner comment le faire et comment des scripteurs experts y arrivent Lenseignant doit être un MODÈLE DE SCRIPTEUR

5 LE PROCESSUS D'ÉCRITURE : Opérations mentales mises en œuvre par le scripteur qui interagissent avec la mémoire à long terme et avec les éléments de l'environnement du scripteur 1- PLANIFICATION 2- RÉDACTION3- RÉVISION DÉFINITIONS Exprimée souvent par la forme orale Dégager les informations inhérentes à la situation d'écriture disponibles dans la mémoire à long terme Utiliser ces informations dans un plan sommaire DÉFINITION Production du texte en lien avec les informations logées dans la mémoire à long terme DÉFINITIONS Tout changement apporté lors du processus d'écriture Résolution de problème Changement peut s'effectuer dans la tête du scripteur Modification des connaissances du scripteur Construire une représentation interne des connaissances à utiliser : 3 éléments a)production d'idées : activation et sélection d'informations dans la mémoire à long terme récupérer les informations (tout au long du processus, spirale) a)organisation des idées : regrouper les informations par catégorie produire de nouvelles idées en faisant des liens réorganiser les contenus éliminer des idées choisir établir des macrostructures à l'aide des informations choisies afin d'élaborer un plan a)cadrage des buts : déterminer les objectifs du scripteur (caractéristiques du destinataire et genre de texte à produire) réajuster les buts en cours de production de texte 4 habiletés à maîtriser a)prêter une attention aux habiletés motrices (1 er cycle du primaire) a)prêter une attention aux mécanismes d'écriture (orthographe et ponctuation) b)utiliser des supports externes pour maintenir la cohésion c)utiliser des stratégies efficaces pour résoudre les blocages en cours de production en utilisant les modèles procéduraux (lien fonctions du langage) : énumération de connaissances (scripteurs débutants ou non experts) : énumérer des idées, texte plus descriptif, style « plan », près de l'énonciation orale transformation des connaissances (scripteur expert) : organiser les idées pour modifier les schémas de connaissances, textes argumentatifs, comparatifs, analytiques, textes de meilleure qualité, activation des processus cognitifs du scripteur Faire appel à divers processus mentaux, qui sont constamment en lien : comparer perception partielle des problèmes simple détection des erreurs diagnostiquer juste représentation des problèmes (connaissances déclaratives et procédurales) opérer développement de stratégies en réponse aux différents textes autres formulations de phrases et de texte IMPORTANCE DE LA MÉTACOGNITION EN COMMUNICATION ÉCRITE DÉFINITION Capacité de penser consciemment à l'acte d'écrire anifier, choisir les mots pour rédiger et réviser avec une intention Scripteur doit savoir ce qu'il sait et ce qu'il ne sait pas à propos de ses habiletés cognitives Stratégies sur le « quand d d » et « comment ent ent » utiliser ses stratégies Composantes du processus d'écriture sont sous le contrôle du scripteur Amélioration des performances du scripteur en le rendant conscient des différentes habiletés impliquées (transdisciplinaire)

6 La planification est une représentation interne et abstraite des connaissances qui devront être utilisées pour écrire un texte (Flower et Hayes, 1981) Plusieurs perceptions négatives au sujet du plan sont répandues, car il nest pas enseigné et sa nécessité nest pas démontrée Un problème est le suivant : lenseignant approuve le plan et ne veut pas quil soit modifié. Cela est « antiscriptural » et est À ÉVITER

7 Il est donc essentiel : de développer des habiletés de représentation du problème chez les scripteurs novices de planifier son texte afin déviter le texte fouillis et le ramassis didées sans liens entre elles : problème du scripteur novice : ne se donne pas de buts décriture avant de commencer, mais au fur et à mesure de la rédaction Il faut laisser du temps pour planifier afin denrayer les attitudes négatives Les sous-processus de planification doivent se faire avant que le scripteur commence à écrire Processus en spirale : le scripteur peut relire son texte afin de revenir à sa planification pour ajouter ou modifier des idées Liberté du scripteur : il peut modifier son plan À TRAVAILLER

8 Stratégies de lecture efficaces : Survol : consultation des premières et dernières pages dun ouvrage, ajout de déictiques (symboles) Stratégies de lecture inefficaces : Survol : ne pas faire de survol

9 Stratégies de lecture efficaces : Lecture active : bonnes conditions de travail, vérifier son contexte de lecture, surligner les mots-clés, souligner les connecteurs, surligner les mots difficiles ou inconnus, faire des fiches de lecture (lorsquil y a plusieurs textes à lire) Stratégies de lecture inefficaces : Lecture active : faire une lecture linéaire (du premier au dernier mot), sauter des parties de texte

10 Stratégies de lecture efficaces : Relecture de certaines parties du texte : consulter les directives et les hypothèses de lecture, repérer les passages incompris, faire des annotations, consulter des dictionnaires, demander de laide Stratégies de lecture inefficaces : Relecture de certaines parties du texte : faire une relecture linéaire

11 Stratégies décriture efficaces : Consulter les directives, faire une relecture, reformuler en paraphrases, déterminer les idées principales, hiérarchiser les idées, ajouter les pages doù proviennent ces idées, réviser le plan Stratégies décriture inefficaces : Ne pas laisser de traces sur papier, rédiger un plan sommaire

12 Nest pas seulement rédiger, mais mettre en pratique les automatismes pour corriger ses fautes dès quon écrit (Préfontaine, 1998) Donner une forme linguistique à ce qui a été conçu (Moffet, 1993) Commence dès que le scripteur rédige son premier brouillon Étape complexe, car fait intervenir différentes habiletés et compétences en même temps : aspects linguistiques (orthographes grammaticale et dusage), syntaxe, grammaire du texte (cohérence), choix des mots (lexique) Aspects linguistiques sont généralement enseignés de façon systématique, mais pas la cohérence du texte À TRAVAILLER

13 Aspects linguistiques : Contexte de production : directives données à lélève (consignes de lenseignant, dexamens, etc.) Trois types de rédaction : Rédaction linéaire : écrire au fil de la plume sans interrompre les idées Rédaction avec consultation : écrire en consultant au besoin les textes lus afin de décharger la mémoire de travail et mieux respecter les idées du plan Rédaction avec corrections simultanées : écrire en sarrêtant pour faire des corrections microstructurelles ou macrostructurelles À la mise en texte, la maîtrise de la cohérence textuelle (grammaire du texte) est capitale Le scripteur qui maîtrise les principes de la cohérence peut analyser son texte correctement, donc le rendre cohérent

14 Stratégies de mise en texte efficaces : Rédaction linéaire, rédaction avec consultation, rédaction avec corrections simultanées (utiliser les trois stratégies de façon conjointe) Annotations du texte Ajouts de déictiques (flèche, ?, code, aide-mémoire) Consultation douvrages linguistiques Relecture du brouillon Retour à des stratégies de planification au besoin Stratégies de mise en texte inefficaces : Relire le texte préalable à lécriture au complet Chercher des idées mentalement (dans sa tête)

15 Réduire lécart entre le texte prévu et le texte effectivement produit (Fitzgerald, 1987) Fait souvent état dune incompréhension entre le scripteur (texte révisé, car a fait plusieurs lectures) et lenseignant (texte révisé par lélève, donc sattend à un texte de qualité) Le scripteur révise constamment pendant quil écrit Le scripteur fait des pauses pendant sa mise en texte qui lui permettent de réviser sa production écrite Il faut enseigner la révision : lenseignant doit écrire devant ses élèves, modéliser, verbaliser et faire faire une révision guidée régulièrement À TRAVAILLER

16 Modèles de révision Se donner des buts de révision : 1. Revoir la cohérence de son texte (plus difficile, donc à faire en premier) 2. Revoir lenchaînement des idées 3. Revoir le sens du texte 4. Revoir les erreurs de surface (devrait être fait tout au long de la mise en texte) Lenseignant est le modèle de révision : lenseigner et le faire devant les élèves Il faut faire relire le texte au scripteur, mais de façon guidée et enseignée Utiliser les manipulations syntaxiques (MELS, 2001, p.92) : Remplacement de groupes de mots ou de phrases : combine suppression et addition, pronominalisation Addition (ajout) : faire apparaître un élément nouveau Effacement : enlever des mots ou des segments; éviter des redondances Déplacement : intervenir sur lordre des mots; introduire des nuances dans le texte

17 Se donner des buts de révision lors des relectures Utiliser une grille de révision Entraide par les pairs : permet de voir les erreurs des autres, car pas de relation affective avec le texte (distance); évite la surcharge cognitive; caractère authentique (vrai lecteur); valorise les élèves Réviser de façon systématique (Bisaillon, 1994) : 1. Préciser le but de la relecture 2. Relire le texte pour lévaluer 3. Sarrêter sur un problème potentiel 4. Identifier le problème plus ou moins précisément 5. Résoudre le problème 6. Modifier le texte (par opérations linguistiques de révision) 7. Finir la relecture

18 La correction concerne le traitement des erreurs de surface, par exemple lorthographe dusage et grammaticale, la ponctuation Utilisation dun code de correction ou dautocorrection Utilisation des ouvrages de référence comme un dictionnaire, traitement de texte et un correcteur comme Antidote (MELS, p. 92)

19 Par le modelage, le guidage, la métacognition, lélève prend conscience de lefficacité ou de linefficacité de sa démarche décriture Il se donne des défis Utilisation du journal de bord, du portfolio, de grilles dauto-évaluation

20 Liens entre les projets illustrés, lutilisation du logiciel Antidote et le programme détudes MÉLS Compétences transversalesDomaines généraux de formation Compétences disciplinairesSavoir essentiels Dordre méthodologique : se donner des méthodes de travail efficaces, exploiter les TIC Dordre personnel et social : coopérer Dordre de la communication : communiquer de façon appropriée Dordre intellectuel : exploiter linformation, résoudre des problèmes, mettre en œuvre sa pensée créatrice Vision du monde Santé et bien- être Environnement et consommation Vivre-ensemble et citoyenneté Lire des textes variés Écrire des textes variés Mobilisation des stratégies de lecture et décriture Stratégies liées à la gestion et à la transmission de linformation Techniques (logiciel et correcteur) Connaissances liées au texte (cohérence) Connaissances liées à la phrase (orthographe dusage et grammatical, ponctuation, vocabulaire)

21 Il ne faut pas mettre du vinaigre dans ses écrits, il faut y mettre du sel. Montesqieu, Mes pensées Référence principale: Préfontaine, C. (1998). Écrire et enseigner à écrire. Montréal: Logiques.


Télécharger ppt "AIMER ÉCRIRE : TRAVAILLER LE PROCESSUS DÉCRITURE GRÂCE AU LOGICIEL ANTIDOTE CONGRÈS AQEP, 4 NOVEMBRE 2010 Lizanne Lafontaine, Ph. D. Université du Québec."

Présentations similaires


Annonces Google