La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Infections nosocomiales Docteur Catherine HAOND Hôpital E. Herriot.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Infections nosocomiales Docteur Catherine HAOND Hôpital E. Herriot."— Transcription de la présentation:

1 1 Infections nosocomiales Docteur Catherine HAOND Hôpital E. Herriot

2 2 PLAN - Définitions - Épidémiologie - Chaîne de transmission - Conséquences - Conclusion

3 3 Risque infectieux et soins Infections nosocomiales = établissements de santé Latin : nosocomium = hôpital Grec : noso = maladie/Komein = soigner Infections associées aux soins (IAS) Établissements de santé (IN) Structures libérales Soins à domicile

4 4 Infection nosocomiale (IN) Infection acquise dans une structure de santé (CTIN 1999) ni en incubation ni présente à ladmission apparaît au cours ou à la suite dune hospitalisation secondaire ou pas à un acte invasif PATIENT ET PERSONNEL PATIENT ET PERSONNEL

5 5 Infection nosocomiale Délais d apparition * Minimum au moins 48 h après admission ou supérieur à la période d incubation ou supérieur à la période d incubation ( infection communautaire) * Maximum 30 jours en post-opératoire 1 an si prothèse ou implant 1 an si prothèse ou implant (plusieurs années : Mycobacterium xenopi) (plusieurs années : Mycobacterium xenopi)

6 6 Infection associée aux soins (IAS) Survient au décours dune prise en charge (diagnostique, thérapeutique ou préventive) Ni présente ni en incubation au début de la prise en charge Concerne les patients, les professionnels et les visiteurs Infection associ é e à l environnement de soins Infection associ é e aux actes de soins

7 7 Épidémiologie des IN Etude des facteurs déterminant Epidémiologie (OMS) =Etude des facteurs déterminant - la fréquence et, - la distribution des maladies dans une population donnée Facteurs de risque intrinsèques liés au patient extrinsèques liés aux soins diagnostiques et thérapeutiques et à lorganisation des soins

8 8 Facteurs de risques intrinsèques liés au malade Pathologies chroniques Diabète - Ins. Rénale - Ins. Hépatique Diabète - Ins. Rénale - Ins. Hépatique Immunodépression (cancer, leucémie, SIDA, aplasie) Immunodépression (cancer, leucémie, SIDA, aplasie) Pathologies aiguës motivant lhospitalisation Polytraumatisme - brûlures… Polytraumatisme - brûlures… Etat nutritionnel perturbé Obésité - dénutrition Obésité - dénutrition Age 65 ans 65 ans

9 9 Facteurs de risques lies aux actes diagnostiques et thérapeutiques (1)   Intervention chirurgicale Classe de contamination dAltemeir (1 à 4) Classe de contamination dAltemeir (1 à 4) Durée dintervention Durée dintervention Score ASA (1 à 5) : American Society of Anesthesiologists Score ASA (1 à 5) : American Society of Anesthesiologists Score NNIS (0 à 3) : National Nosocomial Infections Surveillance System Score NNIS (0 à 3) : National Nosocomial Infections Surveillance System

10 10 Facteurs de risques lies aux actes diagnostiques et thérapeutiques (2)   Actes invasifs Cathéters Cathéters Sondage urinaire Sondage urinaire Intubation, ventilation Intubation, ventilation Ponction, dialyse Ponction, dialyse Endoscopie Endoscopie   Traitements Corticothérapie - chimiothérapie Corticothérapie - chimiothérapie

11 11 Facteurs de risques lies a l organisation des soins +++ Hygiène des mains Hygiène des mains Asepsie Asepsie Décontamination Décontamination Stérilisation (ou désinfection) Stérilisation (ou désinfection) Antibioprophylaxie et thérapie... Antibioprophylaxie et thérapie...

12 12 Fréquence Environ 5 à 10 % des hospitalisés Environ 5 à 10 % des hospitalisés à hospitalisés par an à hospitalisés par an 4000 décès par an 4000 décès par an Variation de la fréquence des I.N. selon Variation de la fréquence des I.N. selon * Activité (court, moyen, long séjour) * Spécialité : - Réanimation - USI - Chirurgie (/spécialités) - Médecine

13 13 Enquête nationale de prévalence des infections nosocomiales Principe : relevé un jour donné des I.N. par un enquêteur chez tous les patients présents ce jour là. Etablissements concernés : tous les Centres Hospitaliers : publics, privés… tous les types de séjours (sauf maisons de retraite). Périodicité : tous les 5 ans (1ère en 1996).

14 14 Enquête Nationale de Prévalence 2006 Etablissements participants établissements dont 42 % d établissements publics 41 % d établissements privés 17 % de PSPH soit 95 % des lits hospitaliers privés ou publics.

15 15 Les Patients Nombre total : Age Médian : 69 ans (55.7 % > 65 ans) Sexe : F : 56 % M : 44 % Immunodépression : 9.5 % Indice de gravité : Mac Cabe 0 : 66.5 % Mac Cabe 1 ou 2 : 29.2 %

16 16 Résultats (1) Patients infectés4.97 % En fonction de lâge : - moins de 65 ans3.5 % - plus de 65 ans6.14 % En fonction de la gravité - Mac Cabe % - Mac Cabe 17.4 % - Mac Cabe % En fonction de limmuno-dépression - Oui 10.5% - Non4.3 %

17 17 Prévalence des I.N. Infections = 5.38 % Principales localisations des infections Inf. urinaires30.3 % Inf. respiratoires14.7 % Inf. sites opératoires14.2 % Peau et tissus mous10.2 % Septicémies 6.4 % Résultats (2)

18 18 Types dinfections nosocomiales Source : Enquête Nationale de Prévalence 2006 (2337 hôpitaux – patients)

19 19 Micro-organismes Identifiés dans 70 % des infections Identifiés dans 70 % des infections Les plus fréquents Les plus fréquents Escherichia coli Escherichia coli Staphylococcus aureus Staphylococcus aureus Pseudomonas aeruginosa Pseudomonas aeruginosa

20 20 Chaîne de transmission IN Microorganismes Réservoir Mode de transmission Porte dentrée Hôte réceptif

21 21 Micro-organismes   Bactéries+++ - Gram - : Enterobactéries (E. coli, Klebsiella, Serratia) Serratia) Pseudomonas aeruginosa, Acinetobacter Pseudomonas aeruginosa, Acinetobacter - Gram + : Staphylococcus, Streptococcus   Virus (sous-estimé) - Rotavirus, adénovirus - HIV, CMV, virus hépatites B, C Bactéries Virus

22 22   CHAMPIGNONS ET LEVURES Aspergillus, Candida  PARASITES Gale, puces, poux  PRIONS Micro-organismes Champignons Parasites

23 23 Réservoir humain Flores commensales des patients, personnels, visiteurs… Réservoir environnemental Naturel Ou lié à une contamination à partir dun réservoir humain Air, eau, surfaces, textiles… Réservoirs de micro-organismes

24 24 Flores commensales Un être humain = cellules, micro-organismes Bouche : 10 8 /ml Estomac : /ml Duodénum : /ml Int grêle : 10 7 – 10 8 /ml Colon : /g Nasopharynx : ++++ Trachée bronches : stérile Peau : /cm 2 Urètre : 10 3 /ml Vagin : 10 9 /ml

25 25 Réservoirs de micro-organismes Milieu favorable pour le développement microbien Humidité Température Matière organique Durée de survie variable selon les micro- organismes et le type de surface ou de réservoir

26 26 Survie des microorganismes Staphylococcus aureus et Acinetobacter baumannii plusieurs semaines sur des surfaces sèches Pseudomonas aeruginosa 1 semaine sur surface humide Rotavirus : 1 à 10 jours sur les surfaces plusieurs jours sur les mains Virus respiratoire syncytial jusquà 6 heures sur surfaces et linge 30 mn à 1 heure sur mains

27 27 Pourcentage de surfaces contaminées Fréquence de contamination de lenvironnement des patients porteur de S. aureus résistant à la méthicillne (SAMR) Les soignants peuvent contaminer leurs mains par le biais de lenvironnement proche des patients Contamination de lenvironnement

28 28 Mode de transmission Endogène Le patient est infecté par ces propres germes au cours de certains soins (actes chirurgicaux, sondage urinaire, respiration artificielle,…). Exogène Contact direct ou indirect Gouttelettes Voie aérienne Véhicule commun : eau, alimentation, dispositifs, médicaments Vecteurs vivants

29 29

30 30 Transmission par contact Direct ou indirect La plus fréquente Mains ++++ VRS, Rotavirus, herpes, entérobactéries, gale… CONTACT direct CONTACT indirect

31 31 GOUTTELETTES Transmission par gouttelettes Sécrétions respiratoires ou salivaires Produites pendant la toux, les éternuements, certaines manœuvres… Se déposent sur la muqueuse conjonctivale, nasale, buccale ou respiratoire de lhôte Grippe, rhinovirus…

32 32 Transmission par voie aérienne Sécrétions respiratoires < 5 m Suspension dans lair Diffusion à distance de la source BK, rougeole, varicelle AIR

33 33 IN : principales portes dentrées Tractus respiratoire Conjonctive Peau lésée Dispositifs invasifs Cathéter, sonde urinaire, trachéotomie… Chirurgie

34 34 IN : Hôte réceptif Facteurs de risques

35 35 Conséquences des infections nosocomiales Infection nosocomiale Suites judiciaires indemnisations Morbidité 5 à 10 % Mortalité Coût socialProtection professionnelle Coût individuel Réduction qualité de vie Perte de confiance

36 36 Conséquences (1) Prolongation durée séjour (3-7 jours) Prolongation durée séjour (3-7 jours) Échec dun acte de soin : Échec dun acte de soin : Réintervention chirurgicale Réintervention chirurgicale Invalidité : temporaire, permanente Invalidité : temporaire, permanente Évolution létale Évolution létale Entretien des réservoirs pathogènes Entretien des réservoirs pathogènes Augmentation charge travail du personnel Augmentation charge travail du personnel Fermeture de services Fermeture de services

37 37 Surcoût pendant et après hospitalisation Surcoût pendant et après hospitalisation Coûts directs, indirects, sociaux coût en relation avec lallongement de séjour (5-7 jours) coût en relation avec lallongement de séjour (5-7 jours) Coût élargi des I.N. : difficile à évaluer Coût élargi des I.N. : difficile à évaluer Conséquences (2)

38 38 Phénomène mal vécu : PAR LE PATIENT PAR LE PATIENT Préjudice fonctionnel, voire vital Préjudice fonctionnel, voire vital PAR LE SOIGNANT PAR LE SOIGNANT Culpabilité, réputation entachée Culpabilité, réputation entachée PAR LE FINANCEUR PAR LE FINANCEUR Coût additionnel Coût additionnel Conséquences (3)

39 39 IN = une réalité 1 malade sur 10 est concerné Chaque soignant est concerné Origine multifactorielle Chaque hôpital doit mettre en place des mesures de prévention

40 40 Outils de prévention Surveillance épidémiologique Prévention du risque infectieux = respect des bonnes pratiques dhygiène et des précautions standard Evaluation des pratiques Formation Vaccination des professionnels

41 41 Conclusion Les IN existent: certaines sont évitables, dautres non Prévention repose sur le respect des précautions standard et hygiène de base Démarche institutionnelle avec lensemble des acteurs des structures de soins


Télécharger ppt "1 Infections nosocomiales Docteur Catherine HAOND Hôpital E. Herriot."

Présentations similaires


Annonces Google